nowai.jpeg

Un nouveau blog sur Wefrag le blog de Zorglomme.

Articles taggés avec ‘fps’

Sorti il y a 15 jours, Titanfall est-il finalement le FPS de l’année par défaut comme je le supposais lors de la beta ? Eh bien peut être pas tant que ça. Non pas que le jeu soit mauvais, bien au contraire, il est même suffisamment pour tenir la dragée haute face à d’éventuels concurrents. Il sera donc peut-être le GOTY pas par défaut mais grâce à ses qualités.

Si vous avez loupé le train, Titanfall offre des combats en 6 v 6 sur des grandes maps (15) peuplées de bots idiots. Le jeu se distingue de la concurrence grâce à plusieurs particularité qui le rende très, très cool : wallrun, double-saut et combats en putains de mechs de l’espace en plus des combats à pieds. Pour la suite, je m’auto-quote de mon précédent billet sur le jeu :

Titan Fall est une jeu rapide et nerveux. Les déplacements sont rapides, la prise en main immédiate, et on se retrouve rapidement à bondir en tout sens pour se rendre le plus rapidement sur les points à capturer (le TDM n’a aucun intérêt pour une raison que nous verrons plus loin). La construction des maps tend à favoriser les déplacements perpétuels. Par exemple, le point B de la map Angel City se situe à deuxième étage d’un immeuble, avec pas moins d’une quinzaine de points d’accès directs à la zone de capture (fenêtres, escaliers, toit) ! Il est donc nécessaire de courir dans tous les sens et de savoir par où s’enfuir en cas de soucis. Notez que si le teamplay est nécessaire pour l’emporter, il est tout à fait possible de s’amuser même en étant dans une équipe de merde. En effet, l’auto-regen (hélas) associé à la létalité toute relative des armes permet d’avoir le temps de réagir face à une embuscade, il est donc tout à fait possible d’être une one man army. Les combats sont assez bourrins, les armes de l’infanterie ont un bon punch. Afin de proposer quelques “subtilités”, Respawn Entertainment a ajouté quelques features à son jeu : par exemple la capacité de se rendre invisible durant quelques secondes, pratique pour locker un mécha sans risque de se manger une roquette. Le fait de marquer des points vous rapportera aussi des “burn cards” : des atouts utilisable une seule fois (ils se détruisent après utilisation). Par exemple, une burn card vous offre une fusil d’assaut légèrement plus puissant jusqu’à votre prochaine mort, ou accélère la vitesse de fabrication de votre mécha.

La maîtrise des titans est immédiate puisqu’un titan se manie exactement comme votre avatar à pieds. La courbe de progression est donc très limitée. Sachez toutefois que la bonne gestion d’un titan peut suffire à faire gagner votre équipe : parvenez à tenir un point de capture avec votre machine et votre team pourra se concentrer sur les autres.

Le jeu est un fast-FPS. On court et on saute dans tous les sens, l’utilisation de l’iron-sight est tout à fait facultatif pour la plupart des armes. Pour accélérer encore les déplacements, la plupart des maps sont parsemées de tyroliennes. Il se dégage d’une partie de Titanfall un sentiment de surpuissance et de classe que l’on a rarement vu ces dernières années, notamment grâce aux déplacements de fou furieux et  à l’absence de trucs débiles genre “Dernière chance” ou mines claymore de CoD (malgré la présence de mines mais non fatales).

En jeu, cela donne des gunfights généralement rapides et nerveux, mais où l’avantage est à celui qui vise bien et qui a de bons réflexes, pas à celui qui tire le premier (en gros, les campeurs ne gagnent jamais car les armes ne sont pas assez létale pour que leur victime n’est pas le temps de réagir). Les parties de Domination sont ultra-dynamiques, les points sont capturés, perdus, recapturés en permanence, je n’ai rien d’autre à dire que : c’est génial.

Les vrais font gagner leur équipe. Le gameplay du jeu permet, comme le permettait Black Ops, aux meilleurs joueurs de faire gagner leur équipe à eux tout seul. Ce que j’adore. Inutile d’avoir une bonne équipe pour gagner, si vous êtes très bon, vous pouvez faire le travail tout seul. Pour l’instant, cela est je pense aussi dû en partie au niveau lamentable des joueurs en général (moi et les CPC avec qui je joue avons globalement un ratio de victoire supérieur à 80%, alors que nous jouons la plupart du temps seuls !). Pour moi ce facteur de “no teamplay” est une qualité car il m’est insupportable de devoir espérer tomber sur une bonne équipe pour m’amuser.

Les maps sont réussies. Les 15 maps du jeu sont une réussite. Aucune n’est mauvaise. Certaines sont moins bonnes que d’autres. On peut applaudir le travail de Respawn pour avoir réussi le challenge de construire de grandes maps jouables et intéressantes à la fois à pieds et en titan. Les décors, s’ils sont presque exclusivement industriels, sont toutefois variés : base militaire de nuit, côte maritime, base en pleine jungle… Chaque carte dispose d’une ambiance unique.

Les bots ne sont finalement pas un problème. C’était ma grande inquiétude après la beta. En effet, le risque de confondre joueur et bot aurait pu pourrir l’expérience de jeu. Il n’en n’est rien, car on différencie parfaitement les skins de joueur des bots après la première heure de jeu. A noter que les bots ont leur utilité : lorsqu’un point est capturé durant trop longtemps par la même équipe, les bots adverses finissent par pouvoir (très lentement) capturer le point eux-même, afin de redynamiser la partie.

A noter, petit détail idiot mais que personnellement j’aime bien : chaque partie commence par notre largage sur la map au son d’une musique épique (ça dure 5 secondes) et chaque fin de partie se solde par un overtime façon TF² durant lequel les perdants doivent rejoindre un vaisseau d’évacuation là encore au son d’une musique épique. Après 80h de jeu je ne m’en lasse toujours pas, c’est clâsse.

Titanfall est donc extrêmement jouissif. Le gameplay est très proche, pour moi, du premier Black Ops, avec des déplacement plus rapides, du wallrun, du double-saut et des gros robots sur des grandes cartes. Si c’est votre truc, foncez, sinon, oubliez. Parce que maintenant, on passe aux défaut.

Optimisation de merde. Titanfall souffre d’une optimisation absolument abominable. Si votre config est inférieure à 2000€, vous devrez jouer en Low (le jeu devient alors assez moche et cela ne vous protégera pas de quelques chutes de framerate). Quant aux mode Insane, il sera réservé aux configs ayant une CG de 3Go et plus. Fantastique.

Sur mon PC, le jeu tourne donc en Low et est obligatoirement capé à 60 FPS. Malgré tout, certaines zones de certaines maps occasionnent de brutales chutes de framerate totalement injustifiées, même si Respawn semble travailler là-dessus.

Ergonomie de merde. Les menus sont… passables, et le temps d’attente dans les lobbies est toujours de 90 PUTAINS DE SECONDES INUTILES.

Modes de jeu de merde. Le jeu propose 5 malheureux modes de jeu : 2 sortes de TDM, CTF, Domination et Last Titan Standing. Seul le mode domination est à sauver ainsi que le CTF. Les développeurs viennent toutefois d’annoncer que de nouveaux modes de jeu sont en préparation et qu’ils seront tous gratuits.

Courbe de progression de merde. En dehors ses features de déplacement, qui impliquent aussi de découvrir quelques “routes” sur les cartes, le gameplay de Titanfall est extrêmement basique, presque trop. La courbe de progression pour les vieux routards des FPS que nous sommes est donc bien mince. C’est ce qui fait que certains se lasseront rapidement, d’autant que la risible quantité de modes de jeu n’encourage pas à rester.

Donc voilà, Titanfall n’est sans doute pas le FPS du siècle, mais c’est un excellent divertissement qui vous réserve quelques moments épiques et des morceaux de bravoure à foison. A 30€, il vaut largement son prix.

Pour ceux qui n’auraient pas eu la chance d’avoir accès la beta démo de Titan Fall, voici mon retour sur le seul FPS multi à gros budget intéressant de cette année. En préambule, je vais répéter des informations que vous connaissez déjà rapidement : Titan Fall oppose deux équipes de 6 joueurs, avec des méchas, du walljump et du double saut.

La beta donne accès à une arme de chaque style (fusil d’assaut, SMG, pompe, pistolet, sniper), deux maps (16 maps sont prévues au total me semble-t-il) et trois modes de jeu : TDM, domination et un last titan standing dans le quel tous les joueurs commence avec leur mécha, et la dernière équipe avec un mécha en vie l’emporte. Un contenu maigrichon mais qui donne un bon aperçu du jeu, de ses qualité mais aussi de ses défauts.

Titan Fall est une jeu rapide et nerveux. Les déplacements sont rapides, la prise en main immédiate, et on se retrouve rapidement à bondir en tout sens pour se rendre le plus rapidement sur les points à capturer (le TDM n’a aucun intérêt pour une raison que nous verrons plus loin). La construction des maps tend à favoriser les déplacements perpétuels. Par exemple, le point B de la map Angel City se situe à deuxième étage d’un immeuble, avec pas moins d’une quinzaine de points d’accès directs à la zone de capture (fenêtres, escaliers, toit) ! Il est donc nécessaire de courir dans tous les sens et de savoir par où s’enfuir en cas de soucis. Notez que si le teamplay est nécessaire pour l’emporter, il est tout à fait possible de s’amuser même en étant dans une équipe de merde. En effet, l’auto-regen (hélas) associé à la létalité toute relative des armes permet d’avoir le temps de réagir face à une embuscade, il est donc tout à fait possible d’être une one man army. Les combats sont assez bourrins, les armes de l’infanterie ont un bon punch. Afin de proposer quelques “subtilités”, Respawn Entertainment a ajouté quelques features à son jeu : par exemple la capacité de se rendre invisible durant quelques secondes, pratique pour locker un mécha sans risque de se manger une roquette. Le fait de marquer des points vous rapportera aussi des “burn cards” : des atouts utilisable une seule fois (ils se détruisent après utilisation). Par exemple, une burn card vous offre une fusil d’assaut légèrement plus puissant jusqu’à votre prochaine mort, ou accélère la vitesse de fabrication de votre mécha.

Venons-en aux fameux Titans, justement. Chaque joueur a le sien, dropé dans l’arène après quelques minutes de jeu. Cette beta a soulagé l’une de mes craintes : l’équilibrage entre titans et infanterie est bon. Les titans sont certes ultra-puissants contre l’infanterie, mais ils en sont aussi la cible principale. Il est donc rare qu’un titan survive plus d’une trentaine de secondes face au déluge de feu qu’il essuie, le rendant ainsi utile simplement pour détourner l’attention de l’infanterie.

Le gameplay permet d’enchaîner les frags et les destructions de titans sans mourir de manière vraiment classe et gratifiante, ce qui n’est plus très courant en 2014.

Jusqu’ici, Titan Fall s’annonce donc comme un sans faute : gameplay rapide et bourrin (malgré une marge de progression qui s’annonce faible étant donné l’accessibilité du gameplay), bon équilibrage, grisant et clâsse. Sauf que divers problèmes plus ou moins graves viennent obscurcir le tableau :

1 - Les bots. Oui, vous avez bien lu. Chaque partie comporte des bots. En effet, les maps sont beaucoup trop grandes pour des affrontements en 6 v 6, les développeurs ont donc eu les brillante idée d’inclure des tonnes de bots idiots et indifférenciables des vrais joueurs afin de rendre les parties plus vivantes. Mon avis personnel est que maps ont probablement été imaginées pour des affrontements à 10 v 10 ou 12 v 12 mais que l’équilibrage s’est avéré difficile et que le chaos était bien trop grand (le foutoir des parties à 6 v 6 étant déjà honorable). Cette idée est probablement la pire du siècle et, étant au coeur du jeu, ne sera jamais retirée. Concrètement, cela donne des tableaux de score ridicules : en moyenne, les joueurs tuent moins de dix autres joueurs humains par partie, mais plus d’une vingtaine de bots !

2 - Les graphismes. Autant la direction artistique est plutôt sympa sur les 2 maps de la beta, autant le côté technique oscille entre le correct et l’affreux. Certaines textures font pâles figures à côté de jeux de 2004. Malgré tout, le jeu est bloqué à 60 images par seconde. Heureusement, ça reste stable et bien optimisé. Niveau lisibilité, c’est plutôt correct, sauf évidemment au niveau des bots, impossible à différencier des vrais joueurs.

3 - L’ergonomie. Les menus affreux. Naviguer dans les loadouts est un calvaire, et il faut attendre, tenez-vous bien, 90 PUTAINS DE SECONDES ENTRE CHAQUE PUTAIN DE PARTIE !!§1 POURQUOI ? POURQUOI ? Alors qu’à côté de ça, le warm up n’est que de 5 secondes ingame. On assiste donc à la situation passionnante du matchmaking qui regroupe 12 joueurs en quelques secondes… avant de nous faire patienter les 80 secondes restantes à ne rien foutre. Sachant que les parties sont très rapide (une dizaine de minutes) et que le matchmaking, pour une fois, fonctionne bien, c’est absolument abérrant.

Bref, malgré de graves défauts, Titan Fall s’annonce indispensable pour les morts-de-faim de FPS multi en 2014, car il n’y a rien d’autre, et le gameplay reste malgré tout très, très fun. On trouve des clés en précommande à 32€.

Crysis 3

Sorti en mars 2011, Crysis 2 m’a redonné espoir quant à la possibilité de sortir de bons FPS solos et réellement hollywoodiens (musique orchestrale, enjeux intéressants, seul contre tous, climax, attachement aux personnages etc…). Le premier FPS hollywoodien, à mon sens. Crysis 3 doit débarquer à la fin du mois, et j’en attends beaucoup. Ce que j’ai pu voir dans la démo multi me rassure dans le sens où c’est du pur more of the same, du Crysis 2.5. Alors ça ne peut pas être moins bon que l’épisode précédent, n’est-ce pas ? /croise les doigts

YouTube Preview Image

Far Cry 3 Vaas

Far Cry premier du nom occupe la deuxième place de mon top 3 des meilleurs FPS evar (dans l’ordre : F.E.A.R.; Far Cry; Red Faction. A la 4ème place, tous les autres, impossibles à départager : AvP2, Dishonored, Far Cry 3, Tribes Ascend, Crysis 2…). Loin de me rendre complaisant, cela augmente grandement mon niveau d’exigence vis-à-vis de la série. Après un deuxième épisode plutôt bon mais entaché de trop nombreux défaut, Ubisoft remet le couvert. Et putain, HEUREUSEMENT ! “Parce que tu sais ce que c’est la folie, mon pote ? C’est refaire deux fois la même connerie en espérant que ça se passe différemment.” Je peux donc l’affirmer : Ubisoft n’est pas fou.

J’ai piqué la scène du monologue de Vaas sur Youtube car le jeu ne permet pas de sauvegarder quand on le souhaite. Ce qui explique la qualité pourrie de l’image à ce moment, ainsi que l’apparition d’un gamepad à l’écran :problem:. Le jeu ne permettant pas de sauvegarder comme bon nous sembles, j’ai dû enregistrer ce que je pouvais faire à ce stade du jeu. J’ai essayé de montrer des décors, des véhicules et des missions complètes, mais ce qui se passe à l’écran ne correspond pas forcément à ce que je suis en train de dire. Néanmoins vous aurez un bon aperçu des gunfights pêchus de Far Cry 3.

Cette vidéo est plus longue que d’habitude et je n’ai pas abordé quelques points, comme le craft (très présent mais que je considère comme anecdotique car il vous posera rarement problème) et les véhicules (air, terre, mer dispos). Au niveau des déplacements, j’ai oublié de préciser que : les véhicules sont rapides, le personnages se déplace extrêmement vite et chaque station libérée débloque un point de téléportation. Adieu donc les horribles trajets de Far Cry 2.

YouTube Preview Image

Alors, Far Cry 3, le FPS de l’année ? Pas vraiment, car il y a eu tant de bons FPS cette années qu’ils se disputent tous la première place, sans qu’il soit possible de dégager un vainqueur. MAis aucun doute, ce FC3 est un putain de grand, très grand FPS. Pour citer dr Loser, “on est pas là pour planter des fleurs, on est là pour tuer, tuer, tuer.” C’est ce que vous propose FC3.

Quid du multi ?

Le multijoueur de Far Cry était sympa sans plus, celui de Far Cry 2 était sympa sans plus, celui de Far Cry 3 est mauvais sans être totalement catastrophique. Le pire, c’est que les dev’ ont dû y passer du temps et de l’argent, car le contenu est là : 6 maps à parcourir en coop à 4, et 10 maps multis à jouer dans 5 modes différents.

Problèmes du multi compétitif : pas de serveurs dédiés, on retrouve donc tout ce qui rend les Modern Warfare insupportables; des cartes jolies mais pas forcément folichonnes à jouer; un matchmaking ATROCE; l’impossibilité de rejoindre une partie en cours, les parties commencent donc généralement à 8 v 8 (le maximum est 9 v 9) pour se finir en 6 v 2; ça rame; ça plante, ça déconne, ça déconnecte.

Problèmes du coop : on se tape des cutscenes chiantes impossible à passer; ça rame; cela consiste globalement à combattre des vagues d’ennemis jusqu’à ce que le personnage dise “c’est bon, on avance”; la rejouabilité est égale à zéro puisque les ennemis et évènement sont toujours les mêmes et aux mêmes endroits.

Bref, Far Cry reste un jeu purement solo.

Edit : le jeu ne permet pas de jouer sur plusieurs sauvegarde (oui, c’est débile). Or, la fin est à choix multiples. Alors ne vous faites pas avoir comme moi, n’hésitez pas à faire du alt-F4 juste avant le générique et la sauvegarde automatique qui va avec, sinon vous l’avez dans les fesses.

Flopée de screens personnels pas trafiqués, pour le plaisir des zieux : (250 screens persos du même acabit en 1920*1080 ici)

21

20

19

18

17

16

15

14

13

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

wefrag_dis

Dishonored est sorti le 9 octobre, et après l’avoir terminé 6 fois, je vous livre mon avis sur ce que j’estime être l’un des meilleurs FPS solo depuis dix ans (parce que bon, avant y’avait Quake II). Reposant sur un gameplay irréprochable pensé pour le PC, un level design hallucinant et une direction artistique incroyable (j’ai été ému dans mon petit corps lorsque j’ai vu le QG du jeu T.T Tellement… beau.), Dishonored prouve que les dev’ et les éditeurs savent encore produire des jeux sans scripts et couloirs, et même avec des cutscenes skipables !!§§§ Petit brief : Dans la cité fictive à forte tendance visuelle napoléo-british Dunwall, vous incarnez Corvo Attano, le protecteur de l’Impératrice. Accusé à tort de l’assassinat de cette dernière et faisant face à une terrible conspiration, Corvo n’a d’autre choix que de laver son honneur dans le sang… ou dans l’infiltration. Dishonored propose en effet de traverser de jeu de la façon que vous souhaitez, et ce n’est pas seulement du bullshit marketing : vous pouvez réellement terminer le jeu sans tuer personne, y compris vos cibles principales.

Petite précision au sujet du jeu (je le dis dans la vidéo, mais comme votre temps est précieux je le précise ici) : Dishonored N’EST PAS véritablement un FPS. L’arsenal est très réduit (4 armes) et le gamedesign n’est assurément pas basé sur les combats. Ne vous ruez donc pas dessus en imaginer enchaîner de sublimes frags au ralenti comme dans les vidéos de promo : c’est toujours possible dans le jeu, mais ça ne conduit à rien de bon.

YouTube Preview Image

Seul petit regret, les musiques sont vraiment en retrait, contrairement à ce qu’on aurait pu imaginer lorsque Bethesda avait diffusé The Drunken Whaler version Arkane. Seule un petit passage de la musique du menu principal retiendra votre attention à ce niveau.

Je vais essayer de vous montrer la beta de Primal Carnage. l’alpha d’Hawken dans une prochaine vidéo, malgré l’impérialisme nazi du NDA. Bisous.

Gotham City Impostors Free to Play

Après le bide monumental de Gotham City Impostors sur PC il y a neuf mois (j’ai l’espoir qu’un jour, les développeurs comprendrons qu’il faut arrêter de sortir des jeux uniquement multijoueurs à 15€, puisque personne n’y joue plus au bout d’un mois), Monolith ressort GCI en version F2P. Et là, c’est tout de suite plus intéressant, puisqu’il y a des joueurs en ligne. Dans la vidéo ci-dessous, j’ai essayé d’aborder vraiment tous les aspects du jeu, d’où sa durée supérieure aux vidéos habituelles. J’étais un peu obligé : c’est un jeu Monolith, les créateurs du meilleur FPS du monde, F.E.A.R. D’ailleurs, ces petits coquins ont fait de GCI un jeu très vertical, grâce au grappin, au jetpack et aux ressorts sous les godasses. Je serais curieux de voir la gueule d’une partie sur console, étant donné que ces handicapés de consoleux ne sont même pas fichus de lancer des grenades dans CoD, “parce que faut lever le viseur”.

YouTube Preview Image

Désolé si ça part un peu dans tous les sens, ça fait deux mois que j’ai pas fait de vidéo donc je suis un peu rouillé.

warface

Warface est un FPS F2P développé par Crytek, qui propose du PvP mais aussi du PvE. Ca vient de sortir en sainte mère Russie, et si vous n’avez pas envie de vous taper 3go de download et un parcours du combattant en cyrillique, alors regardez cette preview, elle répondra à un certain nombre de vos interrogations et vous donnera peut-être envie de franchir le pas. Et ceux qui trouvent que mes vidéos habituelles sont trop courtes seront contents : cette fois-ci, ça dure 21 minutes. La partie de la vidéo sur le mode PvE a le son décalé, désolé. Ca ne dure que 4mn.

YouTube Preview Image

Ce que j’ai oublié comme points négatifs dans la vidéo : le fov n’est pas réglable (heureusement il doit être à 70/75° de base et pas 60) et il n’y a pas de serveurs dédiés, mais le netcode a l’air excellent.

La date de sortie de Warface en Europe n’a pas encore été annoncée, mais un site web a été ouvert pour en inscription en beta, le jeu sortira donc bien chez nous un jour. Ce que j’espère, parce que même avec 500 de pings, le jeu a l’air sympa et propose un super feeling. Alors avec 50, ça doit démonter. C’est pourquoi je vous invite à regarder le lien ci-dessous : notre objectif est d’arriver à au moins 5 joueurs FR (le maximum pour le coop), mais l’idéal serait 8, pour qu’on se fasse du 4 v 4 avec des bons pings. En résumé : Warface, je m’en foutais hier, et aujourd’hui j’attends sa sortie en Europe. Et en plus y’a pas de kqlqsh. Je me demande bien avec quoi les kékés vont nous niauer.

L’explication sur Canard PC pour trouver le jeu, créer un compte et le mettre en anglais, par Jean Pale/Krev. Merci à lui.