nowai.jpeg

Un nouveau blog sur Wefrag le blog de Zorglomme.

Kalof Düty WWII : on se moque, on se moque, mais…

Le nouveau Kalof a fait couler beaucoup d’encre, aussi bien par son retour à la 2nd GM que par ses lootbox à la con. Mais qu’en est-il du jeu lui-même ? Comme d’habitude avec Call of Duty, il faut bien séparer le solo du multijoueur, beaucoup de joueurs ne jouant d’ailleurs qu’à l’un ou à l’autre. J’ai essayé les deux. Je n’aurai pas dû.

El solo loco

Mon dernier jeu se déroulant durant la 2nd GM, c’était Medal of Honor Débarquement Allié. Lorsque Activision a annoncé CoD WWII, j’ai baissé mes défenses et me suis imaginé le débarquement de MoH DA refait avec les moyens d’aujourd’hui : des centaines de GI’s à l’assaut d’Omaha Beach ou de la pointe du Hoc, hurlants et tombant sous les balles allemandes tout en accumulant les actes d’héroïsme les plus improbables. Les premières minutes de WWII refroidissent immédiatement : adieu assaut épique, bonjour les 30 GI’s qui jouent dans la pataugeoire avant d’accéder à une plage de 10 mètres de large pour sécuriser deux malheureux bunkers avant de s’enfoncer dans les terres normandes, moins de 5 minutes après le débarquement. BORDEL DE MERDE !

Depuis longtemps (toujours ?), je lis partout que “bon OK Kalof c’est un peu de la merde mais c’est grand spectacle, c’est un peu comme regarder un film de Michael Bay, ça détend.” Mais non bordel ! Si ce WWII était un film de Michael Bay, il y aurait eu des des centaines de GI’s courant sur la plage avec des explosions de partout, des allemands qui demandent “LES PANZERS DE RÉSERVE” et des esquives de balles au ralenti avec des obus de mortier qui font boum boum à l’arrière-plan… Bref, si ce Kalof était un film de Michael Bay, ça aurait été un remake interactif et bourrin du Jour le Plus Long. Ce qu’il est loin d’être.

On enchaîne donc les missions courtes (20mn) et pourtant si ennuyeuses qu’elles paraissent longues. Aucun moment de bravoure, aucune action épique. Comme d’habitude dans CoD, on incarne un troufion parmi tant d’autres, on a donc l’impression de pisser dans un violon plutôt que de libérer la France, à ceci près que nos alliés semblent tirer des balles en mousse face aux allemands qui, eux, ont une obsession pour votre petite personne : ils ne visent que vous. Bref, c’est nul. J’ai craqué à la moitié de l’aventure, à l’issue de “la libération de Paris” : l’infiltration d’un QG allemand au milieu de la capitale par 3 péquins (dont le joueur) et l’assaut dudit QG par 3 partisans français. Pas de combat de rue, de prise de quartier, de bombardement ou quoi que ce soit : la prise d’un simple bâtiment officiel nazi suffit à faire fuir les allemands de la capitale. C’est simple, la guerre !

Le multijoueur de la honte… convaincant.

Si vous attendiez le retour d’un multijoueur à la Black Ops premier du nom (serveurs dédiés et server browser, time-to-kill supérieur à trois balles), vous pouvez dégager : WWII, c’est 100% matchmaking et toutes les armes, pistolets compris, tuent en 1 à 4 balles maximum. Le netcode et le lag compensator sont toujours catastrophiques : dans certaines parties, on est intouchable et dans d’autres, on meurt en deux balles alors qu’il faut vider un chargeur complet dans l’adversaire pour le tuer. Enfin, le jeu ne comporte que neuf (9) cartes (le premier Black Ops en comptait 14, Blac Ops 2 en comptait 15 et Modern Warfare 3 en comptait 16). Foutage de gueule intégral donc, puisque les autres maps seront évidemment vendues sous forme de DLC, ce qui achèvera de tuer le nombre de joueurs sur PC.

Mais alors, c’est de la merde intégrale ce WWII ? Eh bien pas vraiment, car malgré ces très importants défauts, le multijoueur de ce CoD fait son office : on frag du noob à la chaîne avec un arsenal très complet (8 fusils d’assaut dont 4 semi-auto; 6 LMG; 7 SMG; 4 snipers et 4 shotguns) et utilisable sur la plupart des maps. Du coup, rares sont les parties avec des joueurs full SMG ou full sniper, notamment grâce aux défis journaliers, qui imposent de jouer avec telle ou telle arme. WWII, comme les précédents CoD, c’est le fast-FPS version 2017 : on cours vite, on réapparaît instantanément et les combats se déroulent toujours à 2 mètres du point de réapparition. D’ailleurs, la connaissance des points de spawn adverses est toujours indispensable, un point qui agace de nombreux joueurs mais qui me semble la base du FPS.

Quant aux maps, bien que peu nombreuses, elles sont toutes d’excellente facture. Depuis la pointe du Hoc jusqu’à Aix-la-Chapelle en passant par une flak tower, un destroyer ou Gibraltar, les théâtres de massacre sont très variés et bien conçus, pour peu que, comme mentionné plus tôt, on supporte de voir un ennemi tué à l’instant réapparaître dans notre dos. A noter la présence de trois maps supplémentaires conçues spécialement pour un nouveau mode de jeu : War. Il s’agit là d’une copie de Battlefield, dans laquelle une équipe doit attaquer des objectifs tandis que l’autre les défends. Globalement, ces maps sont très mal équilibrées et on s’y amuse rarement. Mais la moindre tentative de nouveauté de la par d’un CoD est à souligner, non ?

Le multijoueur de CoD WWII est, de mon avis, le meilleur crû depuis le regretté Black Ops. Si seulement ces bâtards d’Activision voulaient bien payer des serveurs dédiés dignes de ce nom et sortir leur jeu avec un nombre décent de maps, on aurait eu là un excellent FPS multi pas prise de tête. Au lieu de cela, il est juste “bien.” A acheter si vous avez encore du temps entre tous les bons jeux du moment : PUBG, Overwatch, World of Final Fantasy, Hand of Fate 2… Purée, trop de jeux et si peu de temps…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté avec votre compte Wefrag pour publier un commentaire.