nowai.jpeg

Un nouveau blog sur Wefrag le blog de Zorglomme.

Confusionnisme.info, le site qui entretient le confusionnisme en prétendant le combattre

Préambule : qu’est-ce que le confusionnisme ? [définition donnée par Confusionnisme.info]
Le confusionnisme politique est ce phénomène qui conduit sur certains sujets des groupes et individus appartenant à des spectres a priori opposés du champ politique à s’allier pour des raisons opportunistes mais aussi parce qu’ils parviennent sur ces sujets précis à se trouver et à développer des bases idéologiques communes. Les thématiques touchées par le confusionnisme couvrent à peu près l’ensemble des débats politiques possibles : relations internationales et question européenne, santé, écologie et même luttes sociales, cette liste n’étant pas exhaustive. Le confusionnisme politique peut relever d’une stratégie mûrement réfléchie (c’est notamment souvent le cas à l’extrême droite) comme il peut aussi être le fruit de l’ignorance ou de la naïveté de certains militants (notamment à gauche).

C’est une bonne définition, à laquelle je rajouterais que plus simplement, le confusionnisme n’implique pas forcément une alliance entre personnes de spectres opposés (en fait, c’est même assez rare), mais implique toujours la récupération d’idées du camp d’en face. Une spécialité presque exclusive à l’extrême-droite (et qui ne date pas d’hier). Le confusionnisme n’est pas une invention récente, il existe depuis plusieurs siècle dans les pays occidentaux, et en France notamment depuis le milieu du XIXème siècle, lorsque le parti des Royalistes, majoritaire à la Chambre des Députés, se nomma lui-même le “Centre-gauche.”
____________________________________________________________

Si vous êtes un-e habitué-e des sphères les plus politisées/militantes de l’intarweb, alors peut-être avez-vous déjà été redirigé-e vers le site Confusionnisme.info. Un site qui semble géré par des militants d’obédience anarchiste et antifasciste s’étant donné pour mission de démasquer les confusionnistes de notre temps. Problème : le site utilise lui-même des méthodes confusionnistes et de propagande pour “démasquer” ses adversaires, ce qui, loin de clarifier une situation politique floue, la rend encore plus opaque.

Je m’appuierais sur deux exemples. Le premier sera assez rapide car il est mineur mais montre un certain manque de rigueur intellectuelle que le site ne cesse pourtant de reprocher à des acteurs politiques et ou militants qui sont pourtant de son bord. Il s’agit de la dernière phrase de la définition donnée par Confusionnisme.info du confusionnisme : “Le confusionnisme politique peut relever d’une stratégie mûrement réfléchie (c’est notamment souvent le cas à l’extrême droite) comme il peut aussi être le fruit de l’ignorance ou de la naïveté de certains militants (notamment à gauche).” Or, il se trouve que “l’ignorance” et la “naïveté” des militants de gauche sont des critiques qui reviennent sans cesse dans la bouche des militants de droite… et d’extrême droite [1] ! De l’autre côté, attribuer la récupération d’idées de gauche par la droite (plus ou moins extrême) à une “stratégie mûrement réfléchie” est donner une intelligence machiavélique à des personnages qui ont souvent réagit à des événements simplement par instinct de survie. En effet, s’il est aujourd’hui impossible de nier que le FN ou encore un Alain Soral volent volontairement des idées à la gauche pour des raisons de business (électorale ou de pognon), il n’en a pas toujours été ainsi. Il suffit pour cela de regarder l’Histoire des luttes sociales à travers les âges et dans la plupart (pour ne pas dire tous) des pays occidentaux [2] pour constater que lorsque la droite a récupéré des idées de gauche, c’était sous la pression populaire, généralement violente et durable, afin d’assurer sa survie et son maintien au pouvoir. Pas du tout une stratégie réfléchie à l’avance, donc.

Le second exemple est bien plus grave car il y est symptomatique de cette gauche qui, à force de se vouloir plus radicale que les radicaux, se coupe de tous ses soutiens. Ainsi, dans un article du 23 avril 2016, Confusionnisme.info atteint des sommets de… confusionnisme. Et ça commence dès l’image d’en-tête, qui met sur un pieds d’égalité Marine Le Pen (FN), Jean-Luc Mélenchon (PG), Etienne Chouard (militant de gauche passé à l’extrême droite), Frédéric Lordon (chercheur d’extrême gauche), Bernard Friot (chercheur retraité, communiste), Pierre Rabhi (écolo conservateur), François Ruffin (journaliste communiste), Pierre Carles (réalisateur d’extrême gauche)… Ce procédé consistant à amalgamer tout et son contraire est bien connu des médias mainstreams et du dessinateur Plantu, qui s’en est fait fait une spécialité [3]. Il en résulte un confusionnisme total car il ne reste du plus aucun acteur politique/militant vers lequel se tourner, tant le spectre politique des acteurs désignés par le site est large : si soutenir Mélenchon c’est soutenir Le Pen, c’est regarder un documentaire de Pierre Carles c’est souscrire aux soutiens de Chouard, alors qu’est-ce qu’on fait ? Rien ?

Non mais attends, qu’est-ce qui nous dit que Pierre Carles et compagnie c’est pas des confusionnistes ? Hein ? Hein ?“[4] Parce qu’il suffit de regarder/lire leur production pour constater que ce n’est pas le cas. Pour parvenir à démontrer que ces acteurs résolument engagés à gauche sont des “confusionnistes” ou des “rouges-bruns”, Confusionnisme.info multiplie donc les contorsions intellectuelles, les phrases sorties de leur contexte, les insultes gratuites et surtout recourt massivement à l’argument de l’épouvantail et à l’association frauduleuse.

  • Ainsi, Bernard Friot est traité de “crapule Stalinienne” désireuse de faire de chaque citoyen un “fonctionnaire” et de ne pas vouloir abolir le salariat mais de simplement “vouloir le repeindre en rouge.” Une triplette de mensonges, puisque dans ses livres comme dans ses conférences, Bernard Friot ne cesse de marteler exactement le contraire : il faut “abolir le salariat”, et faire que les salariés ne soient pas plus rémunérés par l’Etat que par les entreprises, mais par des caisses auxquelles ces dernières cotiseront. Quant au stalinisme supposé de Bernard Friot, je ne trouve rien dans son œuvre qui ne corresponde à la définition du mode de gouvernance du dictateur soviétique. Enfin, le site tente de décrédibiliser Bernard Friot en affirmant que son système le favoriserait lui avant tous les autres, ce qui est faux puisque chacun commencerait à un même niveau de salaire. Et Confusionnisme.info d’enfoncer le clou (croit-il) : “Ces niveaux de qualifications seraient attribués par des sortes de commissions bureaucratiques, qui de fait auraient le pouvoir énorme de classer la population en une des 4 catégories. Du coup, dans ce système, il suffit d’avoir des diplômes pour gagner 3 ou 4 fois plus qu’un prolo de base, et en général les plus diplômés ne sont pas les fils de cantonniers ou les filles de mineurs, mais plutôt issus des couches supérieures les plus riches et diplômées.” Sauf que ce n’est pas ce que dit Friot ! Ces niveaux de qualification ne seront pas “attribués” mais “définis” par la loi, et non par d’obscurs “commissions bureaucratiques” comme l’affirme le site. Quant aux diplômes, le site semble faire ici un amalgame entre les diplômes universitaires et les diplômes décernés par ces examens qui permettraient de monter dans l’échelle des salaires… Examens auxquels on peut se présenter sans aucun diplôme. On nage donc ici en plein… confusionnisme, en mentant à la chaîne et en associant un penseur communiste à Staline. Chapeau !
  • François Ruffin en prend lui aussi pour son grade : jugé “nationaliste de gauche, anti-féministe, patron avant-tout“, il semble bon pour périr dans les enfers du confusionnisme. Pour le coup, Confusionnisme.info apporte un bon paquet d’éléments pour étayer sa thèse, mais oublie au passage que l’on peut très bien retenir CERTAINES idées d’un personnage public tout en n’adhérant pas à ses autres prises de positions. Mais manifestement, il est trop fatiguant pour le militant moyen d’opérer une sélection : il faut que ce soit tout blanc ou tout noir. En résumé, le site semble avoir un problème pour le coup classique chez les militants de tout bord : la recherche de la pureté absolue. Et d’oublier qu’on a tous dit des conneries, qu’on en dit tous et qu’on en dira à nouveau. Et que plus on est un personnage public, plus on parle, plus on risque proportionnellement de dire des conneries, et il n’y a pas de raison d’être blacklisté parce qu’une fois on a dit une connerie dans une conférence il y a 5 ans. Il faut faire du cas par cas (et oui, c’est lourd). Typiquement, on peut effectivement qualifier Emmanuel Todd de girouette, tant le bonhomme a retourné sa veste au fil des années selon les opportunités du moment pour vendre des bouquins. Autant ranger un Ruffin dans le rang des confusionnistes est totalement absurde : comme si être un macho sexiste était impossible pour un homme de gauche, faisant de lui instantanément un confusionniste parce que voyez-vous, le sexisme c’est réservé à la droite… Tel semble être le raisonnement de Confusionnisme.info, et cela traduit un gros manque de connaissance sur le sujet du sexisme, en l’occurrence.
  • Frédéric Lordon, directeur de recherche au CNRS, se fait copieusement avoiner : il “vit dans un confortable appartement emmitouflé dans l’une des villes les plus riches de France, est tout sauf un prolo.” Le site, qui se veut donc anti-fasciste et anti-confusionnisme apporte ici de l’eau au moulin droitier qui veut qu’on ne peut être de gauche qu’en étant un prolo, sinon on est forcément un faux-nez. Et d’en profiter pour taper sur Michael Moore, “business-man démagogue [5].” Et le site de tenter de faire passer Lordon pour un affreux droitard en citant l’une de ses interviews sur France Culture : « C’était au milieu des années 1980. J’avais fort intention de devenir un ‘winner’ et de gagner plein d’argent. » Sans linker vers l’interview en question, qui se trouve ici. Et on comprend pourquoi : lorsque Lordon évoque ce passage de sa vie, c’est pour se tourner en dérision et montrer comment il a pu être un jeune con dans le passé. Ce n’est donc pas du tout du premier degré comme le laisse sous-entendre Confusionnisme.info. Le site enchaîne sur une nouvelle association frauduleuse : rendez vous compte, Lordon et des économistes atterrés ont donné une conférence “dans une grande école de commerce“. Sous-entendu : on ne peut pas faire de conférence dans un lieu du Mal sans être soit même inféodé au Mal. Message transmis aux féministes qui animent des conférences dans des écoles dirigées par des hommes machistes, aux intervenants de droite qui donnent des cours à des étudiants de gauche etc… Confusionnisme.info semble totalement ignorer que ce type de conférence est généralement organisé à l’initiative d’associations d’étudiants militants, et il se trouve que oui, même dans les écoles de commerce il y a des étudiants de gauche. Le site lui reproche ensuite d’avoir usé du verbe “chouiner” pour qualifier les manifs entre République et Nation, ce qui permettrait d’assimiler Lordon aux médias mainstreams qui n’ont de cesse de dénoncer “la grogne” des salariés. Manque de bol à nouveau, Lordon n’a pas utilisé le verbe “chouiner” pour réduire les manifestations à des actes ridicules et passéistes (comme le font les médias mainstreams), mais au contraire pour faire remarquer que manifester précisément entre République et Nation est totalement inutile puisqu’il ne se trouve aucun ministère sur le trajet, le niveau d’emmerdement des gouvernants étant donc proche de zéro lors de ces manifs. Manifs auxquelles il participe par ailleurs. Le reste des critiques à l’encontre de Lordon est à l’avenant : à côté de la plaque.
  • A noter que pour décrédibiliser à la fois François Ruffin et Frédéric Lordon, Confusionnisme.info n’hésite pas à sombrer dans le conspirationnisme le plus total, affirmant carrément que “la Nuit Debout, qui est présentée comme un mouvement spontané, a en fait été organisée par une une poignée de militants réformistes après un meeting de Fakir le 23 février à la Bourse du Travail de Paris,” et est une “opération promotionnelle pour le film Merci patron !” Une théorie appuyée par le fait que la personne ayant déposé les autorisations de manif en préfecture était présente au meeting de Fakir cité. Problème, ce récit des événements ne tient pas compte du fait que le film Merci Patron est sorti en salle le 24 février 2016 soit plus d’un mois avant la manifestation qui débouchera sur Nuit Debout. Et que Nuit Debout a commencé comme un mouvement d’occupation illégale de l’espace public, les manifestants refusant de rentrer chez eux après la manif, malgré le départ des syndicats. Laisser penser qu’un mouvement de colère de plusieurs mois, répandu dans 9 pays, est à l’origine pensé et organisé par une quinzaine de clampins dans un bistrot, on ne fait pas plus conspi. Mais il faudrait être un affreux confusionniste pour imaginer que Ruffin a simplement fait preuve d’opportunisme (assez dégoûtant il est vrai, en tout cas c’est mon avis) en profitant de Nuit Debout pour faire la promo de son film.
  • De nombreux termes importants pour les luttes sociales sont démolis par Confusionnisme.info, ce qui est un bon moyen pour priver tout le monde des mots nécessaires pour exprimer sa colère. En vrac :

- n’utilisez pas le mot “oligarchie“, il est sale. Pourquoi ? Parce que “utilisé par l’extrême droite.
- La sociologie dans son entier ? “La science des truismes“. Carrément. Circulez.
- Les “1% contre les 99%” ? Lorsque vous voulez exprimer les injustices, n’utilisez pas cette formule simple et préférez écrire une thèse de 100 pages (mais pas sociologique, cf. le point au dessus) pour la nuancer, car c’est “une vision illuminée du capitalisme.
- Le terme “Bankster” ? A bannir, car inventé (semble-t-il) par Léon Degrelle et repris par JM Le Pen.

La liste des absurdités proférées par Confusionnisme.info, qui ne peuvent que pousser la gauche radicale au silence (puisque ce sont tous des nazis, des profiteurs, des faux-nez, des hypocrites…), pourrait continuer longtemps. Et puis on se rend compte que ce n’est pas n’importe quelle militante “anti-fasciste” qui administre ce site : il s’agit d’Ornella Guyet, une journaliste freelance par ailleurs adhérente de l’association Acrimed (qui l’a désavouée). Une militante qui n’hésite pas à descendre des personnalités de gauche radicale, de Mélenchon à Lordon en passant par Michel Collon. Dommage, pour une journaliste se prétendant “communiste libertaire“, de se retrouver à utiliser les méthodes qu’elle dénonce pour flinguer des personnalités de son bord. Une attitude typique de l’extrême droite, ce qui n’a pas échappé à des sites d’extrême gauche comme Le Grand Soir ou Anticons, qui ont très bien décrypté les agissements d’Ornella Guyet, je vous invite donc à lire leurs articles pour en savoir plus sur cette… confusionniste de premier choix !

—————————————————————————————————————-

[1] Lire “Le système Soral - Enquête sur un facho business”, Calmann-Lévy, 2015, Robin d’Angelo et Mathieu Molard.  Les deux journalistes ont établis que c’est le chef de la section “Wikipédia” d’Egalité & Réconciliation (le site d’Alain Soral) qui a modifié la fiche Wikipédia de l’antifascisme, ajoutant la mention qu’aujourd’hui, “les antifascistes sont soit naïfs, soit stupides.”

[2] Lire “Une histoire populaire des Etats-Unis”, La Découverte, 2003, Howard Zinn. On y apprend que durant tout le XIXème siècle, les USA ont été sous la coupe de gouvernements conservateurs, qui n’ont consentie à des baisses des heures de travail (à l’époque, une femme pouvait travailler jusqu’à 16h/jour pour 25 cents par semaine), c’est à dire à récupérer des idées de gauche, qu’à l’occasion de centaines d’émeutes ouvrières que l’armée et les milices ne parvenaient plus à réprimer.

[3] Voir ce célèbre dessin du non moins célèbre caricaturiste conservateur.

[4] Précision : il ne sera pas question dans cet article de critiquer les propositions politiques des personnes, mais de critiquer la critique de Confusionnisme.info à leur encontre.

[5] Michael Moore est à la tête d’une fortune estimée à 90 millions de dollars (on retrouve à nouveau ici l’idée droitière qu’on ne peut pas être riche et de gauche). On pourrait donc trouver courageux qu’ils continue à réaliser des films ouvertement gauchistes (allant même jusqu’à promouvoir le socialisme dans son film Capitalism A Love Story. Vous imaginez, promouvoir le socialisme aux USA ?) allant à l’encontre de ses intérêts de classe, mais non, Confusionnisme.info préfère le qualifier de business-man. Mais si vous êtes répugné par le côté bling bling et démago de Moore, n’allez pas vous tourner vers ses équivalents fauchés français ! Ruffin est un sale nationaliste et Pierre Carles un nazi qui s’ignore. Euh, bon, alors qu’est-ce qu’on regarde comme docu militant ?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté avec votre compte Wefrag pour publier un commentaire.