nowai.jpeg

Un nouveau blog sur Wefrag le blog de Zorglomme.

J’ai testé un truc de beauf et c’était cool : conduite sur circuit, comment ça se passe ?

Grâce à ma dulcinée, j’ai eu l’opportunité de faire une dizaine de tours sur un circuit en banlieue lyonnaise au volant d’une Porsche Cayman S et d’une Nissan GT-R, une expérience délicieusement beauf sur laquelle je me posais de nombreuses questions avant d’y participer. Du genre “est-ce que c’est pas un peu à chier”, “est-ce qu’on attend longtemps”, “est-ce qu’on roule comme on veut ?”. En effet, les retours sur ces “stages de pilotage” (proposés par de nombreuses sociétés qui louent les circuits le temps d’un week-end ou qui sont carrément propriétaires de circuits) sur le net sont globalement très négatifs, et pourtant je me suis bien amusé. Alors si jamais on vous a offert ce type de cadeau ou que vous comptez vous le faire offrir, je vous propose un petit débriefing afin de maximiser vos chances d’être satisfait.

“Stages de pilotage”

C’est le point qui soulève beaucoup de rage sur le net : votre session de conduite ressemble plus à une sortie avec votre moniteur d’auto-école qu’à un “stage de pilotage”, qui est la formule marketing employée sur toutes les brochures des sociétés proposant ces prestations. Et en effet, je confirme que vos tours de circuits s’effectuent sous le contrôle total du moniteur sur le siège passager, sachant que tout le circuit est balisé pour que vous sachiez exactement où et quand freiner, tourner puis accélérer. Ces balisages sont bien foutus et permettent vraiment de conduire de la meilleure façon, c’est à dire en accélérant au maximum comme un abruti et en freinant à fond avant le virage, car ces “stages” n’ont d’autre but que de vous assoir au volant d’une voiture que vous ne pourrez jamais vous payer juste pour faire rugir le moteur. N’espérez donc pas faire des dérapages ou autres fantaisies. Cela semble d’ailleurs évident qu’une société ne laisse pas n’importe quel gus qui conduit au mieux une Golf de 160cv au quotidien faire le kéké avec une Lamborghini de 540cv, d’autant que ce sont les moniteurs (et leur assurance ainsi que la vôtre) qui sont responsables du véhicule. C’est pourquoi il est important de tout de suite mettre en confiance le moniteur en lui montrant bien que vous n’êtes pas un jacky qui se prend pour un pilote : ainsi il vous fera confiance et vous laissera tranquille pendant que vous conduisez. A titre personnel, mes 2 moniteurs m’ont laissé conduire comme je voulais et m’ont laisse choisir mon mode de transmission, à l’inverse d’un autre conducteur qui se prenait pour un pilote et qui s’est fait sévèrement rabrouer devant tout le monde en sortant de sa voiture, tout simplement parce qu’il ne respectait pas les distances de freinage et mettait en danger tout le monde.

Sur le circuit

Car sur le circuit, vous ne serez pas seul. Vos compagnons de beauferie tourneront avec vous (nous étions à 6 voitures simultanées sur un circuit de 1,7km, plus la voiture de baptême de vitesse, conduite par un vrai pilote), normalement vous ne serez pas amenés à doubler car les voitures roulent toutes au même rythme. Le fait d’être plusieurs sur le circuit pose simplement problème si vous entamez votre PEL pour vous payer le baptême de vitesse : ça fout les boules que le pilote qui vous conduit ne puisse pas prendre cette épingle au frein à main au 2ème tour parce qu’un type en GT 500 bouche sa trajectoire.

Combien de tours ?

Tout est une question de budget, mais il faut un tour pour prendre ses marques, et un deuxième tour pour se sentir à l’aise. Autrement dit, si vous optez pour une formule 3 tours, la balade vous paraîtra affreusement courte. Je vous conseille donc d’opter pour les formules 5 tours, et sur deux voitures afin bien sûr de prolonger le plaisir mais aussi que le moniteur de la seconde voiture soit rassuré : vous vous êtes bien comporté dans la première voiture, il peut donc vous lâcher la bride.

Optimisez votre choix de circuit, de date et d’heure

Lorsque vous achetez ces stages, vous pouvez, outre la/les voiture(s), choisir votre circuit, votre date de passage et une fourchette de passage, voire même votre heure précise de passage si vous rallongez ENCORE de la thune. Pour le circuit, sachez qu’opter pour un circuit avec peu de virages et de grandes lignes droite de signifie pas que vous pourrez rouler plus vite que sur un circuit tout plein de virages comme celui de Saint-Laurent-de-Mûre. En effet, les organisateurs, afin de respecter les normes anti-bruit vis-à-vis du voisinage, doivent “briser” les lignes droites trop longues avec des cônes. La longue ligne droite qui vous faisait fantasmer sur les photos aériennes du circuit de vos rêves n’en sera donc pas une. Choisissez donc le circuit le plus proche de chez vous.

Pour la date, vous pouvez joindre le circuit de votre choix et demander quelles sont les périodes d’affluence, mais apparemment tous les week-end de l’année sont blindés, les pires mois étant juillet et surtout août. Réservez donc assez tôt une date en mai ou juin afin d’être sûr de profiter du beau temps (car en cas de piste mouillée, les sessions ne sont pas annulées et vous vous retrouverez à rouler comme un veau, l’idéal pour gâcher votre week-end.).

L’heure, enfin. Si vous avez de la chance, vous serez automatiquement assigné à l’heure d’ouverture (du matin ou du midi), vous aurez donc la chance de faire partie du premier groupe à conduire (chaque groupe étant composé d’une trentaine de personnes). En revanche, si vous êtes assigné à une heure de passage plus tardive, vous passerez un certain temps à faire la queue. Si vous êtes un bourgeois et/ou impatient, payez pour choisir votre heure de passage. Sinon, vous survivrez mais ça sera plus chiant.

Bilan

C’est complètement con donc c’est génial.

________________________________________________________________________

Les coulisses

J’ai posé quelques questions aux moniteurs présents sur le fonctionnement de ces stages, et j’ai obtenu quelques réponses.

Les moniteurs ont tous un brevet de pilote et sont occasionnellement débauchés pour animer ces stages. Sinon, ils travaillent pour des concessionnaires, des marques de voiture ou dans un tout autre domaine, mais sont régulièrement sollicité pour participer à des démonstration pour divers constructeurs.

Au niveau des véhicules, j’ai eu deux sons de cloche. Un moniteur m’a dit que certaines voitures sont achetées par la société, d’autres sont louées à des concessionnaires et enfin d’autres sont louées à des propriétaires privés. Une explication plutôt crédible car le jour-J, j’ai constaté que certaines voitures étaient marquées Sprint Racing (l’organisateur du week-end) voire sans plaque d’immatriculation, tandis que d’autres étaient “normales”, c’est à dire simplement immatriculées, sans marquage ni plaque spéciale aux couleurs du prestataire. Un autre moniteur m’a pourtant assuré que TOUTES les voitures étaient propriété de Sprint Racing. Une version difficile à croire pour plusieurs raisons. D’abord, plusieurs sociétés vendent ces stages sur les mêmes circuits, il serait étrange que chacune se ramène à chaque fois avec toute sa flotte de véhicules (qui sont souvent identiques d’une société à l’autre). Et surtout, la société PPK (Sprint Racing) est capitalisée à seulement 122 000€ pour un CA 2014 de 5M€, je ne vois donc pas comment elle pourrait assurer simultanément sur chaque circuit presque chaque week-end, la présence de dizaines de voitures de luxe allant de 40 000€ à 200 000€ l’unité. Plus les salaires des pilotes, la location des circuits…

6 commentaires pour “J’ai testé un truc de beauf et c’était cool : conduite sur circuit, comment ça se passe ?”

  1. neFAST dit :

    Et le prix ?

  2. Morty dit :

    Article extrêmement intéressant. Je ne suis toujours pas tenté, car j’aime bien posséder mes véhicules (j’irai un jour avec la moto, mais je flippe de l’abîmer) mais si je dois accompagner quelqu’un pour qui c’est le trip ce sont des conseils très pertinents !

  3. Ele dit :

    vous ne serez pas amenés à doubler car les voitures roulent toutes au même rythme.

    Malheureusement ce n’est pas assez souvent le cas, et selon les moniteurs (celui avec vous et celui de devant) ça peut poser problème et vous niquer votre session. La largeur du circuit est aussi à prendre en compte, ainsi que la politique de sécurité du circuit.

    En région parisienne, fuyez Trappes et allez plutôt à Dreux via ProPulsion, même si le circuit reste un petit circuit. (oubliez le cadre des circuits qu’on voit à la télé)

  4. Zorglomme dit :

    neFAST a dit :
    Et le prix ?

    Tu peux aller voir sur le site de Sprint Racing pour avoir une idée, mais globalement c’est totalement abusif. A titre personnel ma copine a payé 139€ pour 5 tours (le maximum) en Porsche Cayman S et 5 tours en GTR, acheté sur Vente privée, sinon il faut compter par exemple le même pour 3 tours de GTR sur le circuit où j’étais (http://www.sprint-racing.com/lyon-pilotage/stage-gt/decouverte-nissan-gtr-32237.html), la vaste blague. Après, les promos sur ce genre de trucs sont fréquentes, notamment au moment des fêtes, de la saint valentin etc…

    @Ele : oui c’est vrai, il y a toujours le facteur chance qui rentre en jeu : est-ce que votre mono est mal luné ce jour-là, est-ce que le conducteur de devant est un connard qui crispe son moniteur qui va donc le forcer à ralentir… En tout cas, toujours dans mon cas personnel, durant la journée que j’aie passé au circuit, les voitures tournaient de manière régulières et on pouvait compter les dépassements de la journée sur les doigts d’une main.

  5. Da_FaNaTiK dit :

    “j’ai testé un truc de beauf”
    Je me suis arrêté là, qu’on rage sur les connards qui savent pas rouler sur la route oui, mais des gens qui vont faire les cons sur un circuit je vois pas en quoi c’est beauf.

  6. Zorglomme dit :

    Pas de quoi s’énerver, je raconte juste comment se déroule ce “stage”. Que ce soit un truc de beauf ou de fin lettré n’est pas très important il me semble.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté avec votre compte Wefrag pour publier un commentaire.