nowai.jpeg

Un nouveau blog sur Wefrag le blog de Zorglomme.

[Preview texte et vidéo] Payday 2 / We all need a payday

Payday 2

YouTube Preview Image

La vidéo pour ceux qui n’aiment pas lire.

Payday The Heist avait été une excellente surprise en 2011. Peu probable que vous soyez passé à côté si vous êtes un lecteur de Nofrag, mais un petit rappel ne peut pas faire de mal si vous n’aviez pas accroché au jeu à l’époque : Payday propose à 4 joueurs de coopérer pour réaliser des braquages ou des évasions. Dans le premier épisode, les missions étaient au nombre de 6 à la sortie du jeu, 9 après un DLC payant et un ajout gratuit. Les défauts du jeu étaient nombreux (IA ennemie aux fraises, répétitivité des objectifs, faible nombre d’armes et de niveaux, personnalisation absente… Perso, j’étais quand même fan au point de passer plus de 100h dessus, mais je comprends que certains joueurs n’aient pas accrochés. Ils n’auront plus d’excuse avec Payday 2, qui renvoie son aîné au stade de sympathique prototype.

payday-2

Le premier Payday manquait d'une mission type braquage de bijouterie en Seine St Denis. Problème réglé grâce à Payday 2.

Le jeu sortira le 13 août, mais j’ai déjà passé 10h sur la beta, ce qui est suffisant pour avoir un premier avis. Sur le fond, Payday 2 est assez semblable à son aîné : vous devez toujours accomplir une série d’objectifs tout en résistant à des vagues d’assaut des forces de l’ordre, puis vous enfuir. Chaque casse réussi vous rapportera de l’argent. Première nouveauté ici, alors que dans le 1er épisode l’argent faisait simplement office d’XP, vous devrez ici en amasser un paquet pour vous payer les nombreuses armes disponibles (M4A1, M4A3, kqlqsh, G36C, FN Fal, M14, MP5, Spas 12 fusils à pompe en tous genres…), mais aussi les ajouts à mettre dessus comme un red dot ou un laser (et ils sont très nombreux, parfois plus d’une vingtaine par arme !). A noter que ces customisations d’armes sont débloquées aléatoirement à chaque mission réussie, le jeu est donc loin d’être aussi linéaire qu’un CoD en multi. En effet, à chaque fin de mission, vous obtenez au hasard soit de l’argent supplémentaire OU un item d’arme OU un masque OU une couleur OU une matière (les 2 derniers étant utiles pour la customisations des armes et des masques).  Enfin, cet argent servira à acheter de nouvelle compétence parmi les 4 arbres disponibles : Cerveau, Technicien, Enforcer et Fantôme. Cerise inutile sur le gâteau, le jeu comporte à présent des tonnes de masques à personnaliser. Bon, assez parlé de l’inutile, place au gameplay.

L'aspect coopératif est plus présent : par exemple, inutile d'espérer piller ce coffre sans que 2 coéquipiers couvrent l'entrée pendant que les 2 autres percent.

L'aspect coopératif est plus présent : par exemple, inutile d'espérer piller ce coffre sans que 2 coéquipiers couvrent l'entrée pendant que les 2 autres percent.

Alors que Payday premier du nom ne laissait aucun choix aux joueurs dans l’approche des casses, Payday 2 laisse lui toute latitude aux Vrais que nous sommes pour réussir les braquages. En effet, la quasi totalité des maps présentes dans la beta (le jeu final comptera 11 maps divisés en 36 chapitres différents, façon L4D) offrent la possibilité de réussir une partie de la mission, voire la totalité, en toute discrétion. De nombreux facteurs sont à gérer : gestion de la panique des civils, gestions de votre apparence (rentrer dans une bijouterie avec un gilet pare-balle ? Mmh, mieux vaut opter pour un costard), connaître l’emplacement des caméras, avoir des complices ayant placé préalablement du matos pour vous faciliter le travail (ce qui coûte du fric)… Enfin, le côté coopératif n’est pas oublié, car en plus du level-design qui pousse à la coopération, les 4 classes disponibles proposent chacune un item unique qui peut changer l’approche d’un casse : brouilleur électronique, scie à métaux, kit de crochetage… Mieux vaut se mettre d’accord sur qui prend quoi avant de lancer une partie.

En jouant à Payday 2, on réalise rapidement que les développeurs ont balancé sur le papier toutes les bonnes idées vues dans des films de braquage, avant de les intégrer au mieux dans le jeu. Vous connaissez cette sensation : on joue, et rapidement on se dit “ah tiens moi j’aurai implémenté ça”, ou alors “ptain ça aurait été génial qu’on puisse faire ça”. Eh bien après 10h de jeu, je n’ai toujours absolument rien à reprocher à Payday 2. Rien. Tout est là. Tout est classe.

image001

Chaque mission ou presque propose un passage en pleine rue, instaurant une ambiance Heatienne qui provoquera un afflux sanguin dans le bas-ventre des joueurs les plus sensibles.

Si Payday 2 est si bon, ce n’est pas seulement parce qu’il propose un gameplay au top, mais aussi une ambiance et un feeling en béton. Niveau ambiance, la musique assure, même si parfois un peu trop boumboum. Et les pistes sont peu nombreuses, en tout cas dans la beta. Les environnements sont beaux et variés (rues, hangar, boîte de nuit, quartier commerçant, jour et nuit, banque, bijouterie, port…). Mais là où le jeu se distingue vraiment, c’est sur un point où on ne l’attendait pas : le feeling des armes. Pas de crosshair, un recul de porc et surtout une partie sonore hallucinante, qui vous projettera à chaque mission dans un remake 2013 de Heat. Les détonations sont assourdissantes et très bien spatialisées. Une fusillade n’aura pas le même bruit selon qu’elle se produit dans une ruelle, dans une petite pièce, une grande pièce, un hangar… Le pied absolu !

Le jeu gère l'emcombrement. Ne soyez pas trop gourmand, ou vous aurez plus de sacs à transporter jusqu'à la camionnette !

Le jeu gère l'encombrement. Ne soyez pas trop gourmand, ou vous aurez plus de sacs à transporter jusqu'à la camionnette.

Terminons par la difficulté, car Payday 1 offrait un challenge extrêmement ardu aux joueurs prêts à relever le gant notamment en mode Overkill. Payday 2 prend une orientation légèrement différente, plutôt prometteuse et sur laquelle je me garderai bien de rendre un jugement définitif pour l’instant (d’autant que les ajustements seront sans doute nombreux). Chaque mission est disponible en mode Normal, Difficile, Très Difficile et Overkill. Chacun de ces modes est plus facile que son équivalent dans Payday 1. Rassurez-vous, l’Overkill est toujours très difficile mais légèrement moins punitif que son prédécesseur. Pour se rattraper, le jeu laisse en fait les joueurs se fixer leurs propres limites une fois en jeu. Comment ça ? En fait, presque chaque mission propose un objectif facultatif (non signalé). Par exemple, vous devez charger 4 sacs de butin pour prendre la fuite, mais rien ne vous empêche d’en remplir 8. Ou encore vous devez ramasser le cash sur la table pour terminer la mission, mais rien ne vous empêche de passer 15mn à crocheter tous les coffres aux murs ! En gros, faites ce que vous voulez en fonction de votre situation. Sachant qu’à bas niveau (la beta est limitée au niveau 30, le jeu comptera 100 lvl au total) il est clairement impossible de compléter ces objectifs secondaires en Overkill, par exemple. Je trouve l’idée plutôt bonne, car il est possible de jouer rapidement en Overkill à bas niveau si vous êtes très bon (contrairement à Payday 1, où vous pouviez être le meilleur joueur du monde, jouer en Overkill au lvl 10 était synonyme de mort rapide), mais vous ne pourrez compléter l’intégralité de la mission, ovus poussant à y revenir une fois à haut niveau. Je trouve ça limite brillant. Surtout de faire confiance ainsi aux joueurs en 2013.

Comme il faut bien trouver un défaut à ce Payday 2, je dirais que son matchmaking, s’il fonctionne bien, souffre d’une interface toute pourrave, typique des fausses bonnes idées. Les missions apparaissent au hasard sur une carte, vous ne pouvez donc ni choisir la map ni la difficulté : il faut attendre que l’IA vous la propose. Généralement on attend pas plus de 30 secondes, mais pourquoi ne pas proposer aussi une liste toute simple pour les joueurs qui veulent se passer de l’immersion fournie par l’interface ?

Payday - We all need a payday

Je n’aborde pas ici tous les points prometteurs de Payday 2 (j’espère avoir le courage et le temps de faire une vidéo rapidement), mais vous pouvez sauter dessus sans hésiter, d’autant qu’on le trouve toujours en précommande à 18€ sur de nombreux sites de clés plus ou moins louches. La qualité est là et la durée de vie promet d’être au rendez-vous vu la quantité de map et d’unlocks (utiles!).

8 commentaires pour “[Preview texte et vidéo] Payday 2 / We all need a payday”

  1. Yhard dit :

    Salut Zorglomme,ta preview est très sympa,elle donne envie mais par contre j’ai eut l’impression dans une vidéo qu’il y avait beaucoup moins d’ennemis lors des assauts que dans le premier.

  2. Zorglomme dit :

    Oui il y a moins d’ennemis mais ils sont beaucoup plus costauds (jusqu’à 3 balles dans la tête casquée pour tuer ou 10 balles dans le corps). Il y a aussi beaucoup moins d’ennemis spéciaux, mais là encore ceux-ci sont plus résistants (les bulldozers) ou plus malins (les boucliers). Je trouve ça très rétro et plutôt appréciable, mais c’est vrai que ça ne plaira pas à tout le monde.

  3. Somnium dit :

    Ça donne très très envie ! Super vidéo en tout cas. Merci Zorglomme.

  4. mouito dit :

    Trop long mais bonne vidéo, il est facile de retrouver des potes facilement?

  5. Nioub dit :

    Je n’ai pas joué au premier, et je trouve celui-ci beaucoup plus abouti. Ça me rappelle l’engouement au tout début de Left 4 Dead.

    Tu m’as donné envie d’y jouer. Tu aurais des clefs ?

  6. Zorglomme dit :

    @Mouito : oui on retrouve facilement les potes dans l’interface, et l’overlay steam fonctionne correctement pour inviter ingame.

    @Nioub : Non malheureusement, on m’a moi-même filé une clé… Tu peux aller mendier sur CPC si tu es inscrit, ou sur les fofo NF.

  7. OutC4st dit :

    Salut,

    J’ai bien aimé ton article, il donne envie.
    Vends moi ta clé béta! :)

  8. Zorglomme dit :

    Y’a des clés beta à vendre sur le forum steam du jeu mais c’est n’importe quoi. Va demander ici si t’es inscrit, tu peux tjs espérer tomber sur un coincoin sympa.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté avec votre compte Wefrag pour publier un commentaire.