PewPewPew !

Bullet Hell. le blog de Zell.

The Full Extent of the Jam par Prometheus

Vendredi 7 janvier 2011 à 16:15

Un petit post court.

Prometheus, que vous connaissez peut-être pour être le détenteur occidental du meilleur score à Dodonpachi a sorti il y a pas si longtemps un .pdf sur le shmup et sur lui (en temps que superplayer).

En anglais, sur 44 pages : http://goo.gl/Fi2zE

A savoir que Hydeux de http://shmupemall.com/ travaille sur une VF

[Manic Shooter] ESP Ra.De.

Lundi 15 février 2010 à 1:13

Sorti en arcade en 1998, ESP Ra.De. est un manic shooter créé par Cave. Après Donpachi et DoDonpachi, Cave se remet au travail pour faire souffrir le joueur de shoot’em up lambda.

Oui, il y a une histoire. Il y a toujours une histoire. Bon, ok, quand on met sa petite pièce dans la machine, on s’en fout, on veut juste que ça tire de partout. Ici, le scénario nous amène à Tokyo où la ville est tellement surpeuplé que le japon décide de créer une île artificielle Tokyo-2 (On applaudira l’imagination). Cette île sera donc créé par l’entreprise Yaksa, dirigé par la milliardaire Garra Ono. Au même moment, de plus en plus de personne développent des pouvoirs psychiques (ExtraSensory Perception) appelés ESPers et sont pourchassés par la police japonaise.  Or, Ms. Garra est une puissante ESPer qui utilise ses pouvoirs sur le gouvernement et l’armée pour remplacer les humains installés à Tokyo-2 par des clones d’elle même sous la forme d’une enfant de 10 ans nommée Alice. En Décembre 2018, Ms. Garra se rapproche de la fin de son plan mais 3 jeunes ESPers vont être mêlé à cette histoire.

Yusuke Sagami : Lycéen de 17 ans, il voit un de ses amis mourir lors d’une attaque de l’armée personnelle de Yaksa contre son lycée et sa personne.

J-B 5th : Un assassin de 14 ans travaillant secrètement pour le gouvernement russe. Il est envoyé au Japon pour tuer tout les cadres de l’entreprise Yaksa. Après avoir tué un général de Yaksa, il se retrouve avec la police et l’armée sur le dos.

Irori Mimakasa : Fille de 11 ans, elle est née dans un famille de haut rang luttant contre les Yakuzas. Après une attaque raté de l’armée contre sa famille, elle décide de faire cesser cette persécution.

Évidemment, on ne subit pas de scènes cinématiques expliquant l’histoire. Si on prend l’exemple de Yusuke Sagami, les 5 premières secondes montre l’ami de notre personnage se faisant tranché la gorge avant de pouvoir tirer sur tout ce qui bouge (ou qui ne bouge pas.)

On jouera donc un de ces 3 ESPers à travers 5 niveaux, chacun ayant un pattern de tir différent. Le jeu se joue avec 3 boutons.

Le 1er est le shoot “normal”, en laissant appuyé on passe en auto-fire mais notre déplacement est réduit à 40% de sa capacité normale.

Le 2eme est le power shoot : On lance une série de projectile (entre 7 et 15) explosant au contact d’un ennemi. Tir plus puissant, il dépendra d’une jauge qui remontera à son maximum après quelques secondes sans l’utiliser. Ce tir est aussi la pierre angulaire du scoring.

Le 3eme est une sorte de bouclier : En laissant presser le bouton, notre personnage se voit entouré d’une barrière le rendant invincible pendant un court moment. En relâchant le bouton avant que sa jauge, on lancera un tir surpuissant servant de bombe. La jauge contrôlant se tir ne remonta pas avec le temps mais il sera possible d’en regagner en ramassant 200 caisses oranges. Après avoir ramassés ces caisses, le compteur redescendra jusqu’à 0 et durant ce laps de temps, les caisses oranges lâchés par les ennemis seront remplacés par des caisses “Energy”.

Le jeu est très joli mais souffre hélas de quelques ralentissements lorsque les boulettes commencent à envahir l’écran. Même si sur le moment, il devient plus facile de se déplacer de façon précise, il faudra faire attention lorsque le jeu reprend sa vitesse normale.

Chaque ennemi représente un certain nombre de point. En utilisant le 2eme tir, on “colle” le tir sur l’ennemi. En le détruisant avec le 1er tir, les points de cet ennemi seront multiplié par le nombre de boulettes “collés” +1 d’où un multiplicateur allant jusqu’à +16. Pendant un court laps de temps, chaque ennemi détruit aura le même multiplicateur. Il va donc falloir jongler entre nos deux tirs principaux pour maximiser notre score. Ce score sera remis à 0 à chaque continue utilisé. Le scoreur devra donc apprendre à one-créditer puis one-lifer le jeu avant de vouloir s’attaquer au scoring. Dans cet article, je ne parlerais pas de la possibilité de “milker” les boss pour augmenter son score. Milker un ennemi signifie maximiser le nombre de point que cet ennemi nous donnera en, par exemple, le gardant en vie ou en le tuant quand il tire un certain pattern.

Ce système de scoring obligera donc le joueur à connaître par cœur l’apparition des ennemis et à être agressif.

Un des premiers boss. Sisi.

Un des premiers boss. (sisi.)

Globalement plus dur que DoDonpachi, ESP Ra.De.  est un classique du manic shooter. Son style graphique couplé à la musique et aux voix de notre personnage est un vrai bonheur. On regrettera quelques ralentissements et une difficulté qui augmente franchement à partir du 3eme niveau pour devenir infernale face au Boss Final.

Je vous laisse sur le  début d’un superplay publié sur youtube  :

YouTube Preview Image