Articles taggés avec ‘LinkedIn’

« Articles plus anciens

MBA: Objective completed!

Jeudi 20 juillet 2017

Cela faisait un long moment que je n’avais pas écrit sur ce blog. J’avoue que pleins de choses se sont passées et je voulais en parler depuis un bon moment, mais j’attendais d’avoir un peu de recul avant de le faire. En Octobre 1015, j’ai entamé le cycle Executive MBA d’Epitech, qui s’est achevé en Juin 2017.

mba

Si vous ignorez ce qu’est un MBA, il s’agit de cursus pour les diplômés d’études supérieures (BAC +5) qui ont déjà quelques années d’expériences professionnelles (5 ans en général), et qui proposent de pousser les enseignements dans tous les domaines de l’entreprise, que ce soit en finance, en ressources humaines, en comptabilité, en marketing, en entrepreneuriat, en communication…   La formation peut se faire à temps plein sur une année (cela suppose donc de se mettre en congés de formation, ou bien de démissionner de son job), ou bien suivre un “Executive MBA”, programme est prévu pour les personnes qui sont en poste, avec des plages horaires aménagées de manière à pouvoir concilier travail et étude et qui s’étale sur une durée plus longue (deux ans environ).


Pourquoi j’ai choisi de me lancer dans cette aventure?

Mon objectif était d’élargir mon potentiel professionnel, sans doute également personnel, et développer mes compétences de leadership. J’étais un geek ayant déjà une formation solide et donc un bon niveau sans Executive MBA mais après une grosse dizaine d’années d’expérience professionnelle dans le monde du digital, j’ai commencé à me heurter à un plafond de verre et à éprouver le sentiment d’avoir fait le tour de mon poste chez Criteo. Je recherchais donc un nouveau challenge qui me permettrait de me remettre en question et en même temps d’accélérer ma carrière. C’est quelque chose que je ne pouvais pas faire seul et l’executive MBA m’a permis d’accomplir tout cela. Enfin, l’orientation ‘start up’ chez Epitech était en parfaite adéquation avec mon profil (je n’aurais pas retrouvé cette spécialisation dans une autre école).


Quel enseignement j’en retire…

Le MBA m’a permis de faire évoluer ma carrière vers d’autres sujets plus stratégiques.
En fait, la formation m’a aidé à développer une vision à 360° de l’entreprise, à comprendre les enjeux, les contraintes, le vocabulaire et le mode de fonctionnement  des différents managers que je côtoie dans différents services. Cela m’a fait comprendre les attentes des dirigeants et modifier mon discours. Aujourd’hui, je suis suffisamment à l’aise pour challenger un directeur ou bien défendre un projet face à un comité de direction.
Le coaching individuel dont j’ai pu bénéficier tout au long de la formation m’a aussi beaucoup aider. Il m’a permis de me conforter dans ce que je savais déjà, et à souligner ce que je devais développer. Je connais bien mieux mes traits de personnalités, je peux identifier ceux de mes interlocuteurs, et je sais donc comment adapter mon message à chacun d’entre eux.


Le cursus m’a aussi donné la chance de réaliser ma méconnaissance d’une partie du monde qui m’entoure. Quand vous terminez ses études (supérieures), vous pouvez avoir tendance à vous prendre pour le meilleur et à tout savoir (ce qui est parfois vrai, dans une certaine mesure), mais vous avez alors probablement entre 25 et 30 ans: Même en étant brillant lycéen, très bon dans une classe prépa, accédant à une Grande École et en sortant Majeur de promo, il y a de fortes chances que vous soyez encore un idiot. Ce n’est pas très grave; vous êtes certainement excellent parmi vos camarades. C’est juste que vous êtes encore très ‘vert’, et qu’il vous reste encore un milliard de chose à apprendre sur le monde professionnel qui vous entoure. De ce point de vue, Le MBA m’a vraiment permis de remettre à plat tout mes acquis, et de changer, en mieux!

Enfin, j’ai rencontré plein d’autres professionnels, évoluant dans des univers différents du mien, ce qui nous a permis de nous enrichir les uns les autres, et de développer un vrai réseau.


Au final
Je voulais vous faire ce retour d’expériences, afin peut être d’inspirer quelques uns d’entre vous (ou pas). Vous pouvez d’ailleurs me poser toutes les questions que vous voulez sur le sujet en commentaires ou MP.

De mon côté, grâce à cette expérience, je suis convaincu que je vais continuer à grandir et à progresser. Et par ailleurs, je me relance dans un nouveau challenge (cela fait quelques temps que je n’ai plus couru de Marathons…)


Pro-tips

  • Un Executive MBA a un impact énorme sur la charge de travail. Il faudra faire preuve de beaucoup d’investissements et de sacrifices pour tenir le rythme sur 2 ans. Il faut donc en être conscient, avoir le soutien de sa famille (c’est une épreuve pour elle aussi) et pratiquer dès le départ une priorisation des tâches efficaces.

  • Sympathisez immédiatement avec vos camarades de promo de MBA. Vous travaillerez toujours en équipe et jamais en individuel. Il est primordiale de développer des liens solides entre vous pour survivre… Le défi est de faire face aux exigences d’un emploi à temps plein, de consacrer les soirs et les week-ends aux études, de garder du temps pour ses proches et de sauver  quelques heures pour soi dans la semaine pour conserver une certaine santé mentale. Au-delà de la collaboration pour la préparation des cas, des présentations et des rapports, l’équipe offre la bonne dynamique pour apprendre, s’inspirer et se défier et se soutenir.

  • Utilisez les moyens modernes de travail collaboratif (Slack/Whatsapp/OneDrive/GDrive/DropBox…) pour travailler efficacement. Concentrez-vous sur ce qui est essentiel et rappelez-vous toujours entre vous les détails sur lequel il ne faut pas se concentrer.

  • Développez un leadership liquide: Savoir quand Diriger et quand Suivre est un talent  critique. Nous avons tous des affinités avec certains sujets, et donc tendance à vouloir être leader sur ses aspects, en utilisant notre expertise professionnelle, nos capacités, nos forces et passions. Cela contribue à gérer la charge de travail et à donner une bonne dynamique de groupe. Néanmoins, il faut aussi savoir laisser sa place aux autres, afin de donner à chaque membre de l’équipe la possibilité d’exercer son potentiel de leadership.

  • Soyez sensible aux autres: chacun a sa propre culture, ses propres comportements (introvertie, extravertie), son propre système de valeur… Nous apportons chacun une manière différente de faire les choses. Plutôt que de se concentrer sur vos différences, essayer d’adopter la meilleure solution. Les opinions opposées sont inévitables pour un travail d’équipe sain, car cela fait émerger des compromis efficaces. Prenez toujours le temps nécessaire pour avoir ses débats, et ne les rendez jamais personnel.

  • L’Executive MBA va vous enseignez très rapidement que vous ne pouvez jamais tout faire et certainement pas par vous-même. Développez votre confiance envers les autres, afin de développer là vôtre: C’est de cette façon que votre état d’esprit passera de “comment puis-je survivre?” à «Ce sera un long marathon, mais je sais que je peux le faire!”.

Je relaye ici le concours lancé par ma boite, Criteo

Il s’agit d’un challenge pour les codeurs et je sais qu’il y en a quelques un qui trainent par ici…

le but est potentiellement d’identifier des talents et ca peut déboucher sur des offres d’emplois.
C’est donc un concours un peu à la manière de ce que fait Google.

Attention, je préviens par avance que le niveau est vraiment élevé…
(Il s’agit d’un exercicre d’algorithmique à résoudre…)

Pour les inscriptions, ca se passe par ici: http://labs.criteo.com/code-of-duty-2/

Actuellement en beta fermée, la nouvelle version de Google Analytics ne va pas tarder à pointer le bout son nez.

Comme je sais qu’il y a pas mal de fan des stats parmi vous, je tenais donc à vous présenter rapidement ce que cette version va apporter (info rapide car je suis très pris par le boulot donc pas le temps de faire mieux - pour plus d’infos, voir ici)

Il va s’agir d’une évolution majeure de l’outil, notamment focaliser sur:

  • l’interface
  • les tableaux de bord

l’interface

Les onglets vont être réorganisés en haut de page.

Ils semblent plus pratiques, certains champs sont renommés pour une meilleure compréhension chez les néophytes. Enfin, le look & feel général fait beaucoup plus pensé à une solution de web analyse professionnelle payante.

Les tableaux de bord

Le gros des nouveautés va se situer ici: il va etre possible de créer plusieurs dashboard (au lieu d’un seul), chacun étant personnalisable à souhait en fonction des objectifs à monitorer: cela va permettre aux sociétés qui utilisent GA de mettre en place plusieurs onglets distincts utilisable par différentes personnes en fonction des indicateurs qui les concernent (taux de conversion/taux de rebonds/traffic/Performance des newsletters/etc…)

Voilà, c’est à peu près tout de ce que je peux en dire pour le moment, mais j’ai hâte de m’amuser avec cette prochaine release…
Vous en pensez quoi?

Si vous passez pas mal de temps sur google analytics et que vous avez des campagnes de newsletters/emailing pointant sur votre site, vous avez sans doute remarqué dans les analyses des sources de trafic de votre site qu’il y a beaucoup de referrals (=sites référents) de type webmails.

En gros, ca ressemble à ça:

Evidemment, ce type de données est assez inexploitable car trop éclatées.

Lire le reste de cet article »

J’ai participé il y a quelques temps à une étude sur l’usage des web analytics en France et je viens de recevoir une petite synthèse présentant les résultats.

Plutôt que de garder cela pour moi, je préfère la partager ici

Vous verrez que c’est quand même un beau pavé avec quelques infos interessantes parmi lesquelles:

  • L’énorme domination de google analytics
  • La belle 2eme position de xiti (quand même)
  • La nette supériorité d’omniture d’un point de vue satisfaction utilisateurs en ce qui concerne les analyses segmentées
  • la part relativement importante des sociétés utilisant plusieurs solutions d’analyses
  • la part relativement importante des solutions développées en interne
  • le nombre relativement faible au final des personnes en charge du suivi (les analytics ninja comme dirait Avinash Kaushik)

Bonne lecture

Le social marketing, c’est le terme à la mode en ce moment.
Beaucoup de professionnels sont encore sceptiques sur la manière dont on peut se servir de services sociaux sur le web pour faire du business (mais il y a bien quelques exemples intéressants sur youtube, seconde life, twitter ou facebook…)
Hé bien aujourd’hui, je suis tombé sur un exemple assez brillant d’utilisation de chat roulette… vous savez, le nouveau phénomène web qui en sert à rien à part à repérer les kevins et les prédateurs seskuelles…
Inutile de préciser que ça ne coûte absolument rien (ou presque), et que le buzz (via des relais comme youtube/twitter/facebook) fonctionne à plein tube…
YouTube Preview Image

Pour bien travailler dans le milieu du web marketing, il faut essentiellement du jus de cervelle. Accessoirement, il faut aussi un pc avec un accès internet.
Ensuite, comme dans beaucoup de métiers, la suite MS Office avec le combo excel+word+powerpoint permet de globalement faire son taf’.
Mais il existe aussi une multitude d’outils super utiles qui permettent de travailler vite et mieux.
J’ai décidé de partager avec vous ceux que j’utilise dans un ‘Ultimate Guide’, en espérant que cela pourra vous être utile.
Bien sûr, si vous avez d’autres suggestions, n’hésitez surtout pas à partager…
Lire le reste de cet article »

Je vous parlais il y a quelques billets d’une fonction super utile et puissante dans excel, les tableaux croisés dynamiques (ici exactement).

Et bien, sachez qu’il est possible depuis peu de temps d’utiliser cette fonctionnalité pour croiser vos données directement dans google analytics (cela a été mis en place autour du mois de janvier 2010 de mémoire). Explications…

Lire le reste de cet article »

il y a près d’un an, Google a fait évoluer le système de mesure des conversions de google adwords.

En 2 mots, de quoi s’agit-il?

Un annonceur met en place une campagne de publicité sur google via adwords (liens sponsorisés).
L’annonceur mesure donc dans l’interface adwords le nombre d’impressions de ces annonces et également le nombre de clics.
Maintenant, si il veut savoir quel part des internautes ayant cliqués sur les annonces ont finalement effectué l’opération attendue (s’abonner à une newsletter, remplir un formulaire, acheter un produit si c’est un ecommerçant) il faut également ajouter un script adwords sur son site qui permet d’enregistrer cela (c’est le code de conversion).
C’est donc a priori un mécanisme assez simple: j’ai X personnes qui rentre dans le magasin… sur ces X, il y en a Y qui passent à la caisse.

Cependant, Google a un peu complexifié la chose - dans les reportings adwords, on trouve en fait 2 colonnes:

  • Conversions (1-per-click)
  • Conversions (many-per-click) / qui s’appellait avant transactions

L’idée de google est de distinguer d’un côté le nombre total de conversions suite à un clic, et de l’autre nombre de clic qui ont permis de convertir

Voici un petit exemple:
Lire le reste de cet article »

Je travaille depuis pas mal de temps avec des solutions de retargeting qui permettent de cibler efficacement son audience pour une campagne d’e-pub efficace.
En quelques mots, le re-targeting, c’est quoi?
- Quand un annonceur veut diffuser ses bannières pour ses produits et services sur le web, traditionnellement il achète des emplacements (le plus souvent fait acheter par une régie pub) sur un ensemble de site qui correspond à ses cibles.
Ex: Dell va diffuser ses bannières sur thom’s hardware / L’oréal sur aufeminin / Activision sur nofrag… ;)
Pour qu’une campagne fonctionne bien, beaucoup de paramètres entre en jeu: créas sympas, pas trop de répétition (capping), heures/jours de diffusion spécifiques, ciblage géographique, correspondance avec l’audience du site…

- Une autre technique plus récente est très différente de cette approche traditionnelle et se montre très efficace et finalement plus simple à mettre en oeuvre. Il s’agit du re-targeting.

Lire le reste de cet article »