Power Up !

le blog de xan.

Archive pour décembre 2007

1000 hands

Vendredi 28 décembre 2007

(J’ai ajouté un lexique à la fin, on m’a fait comprendre qu’il était nécessaire, il explique les termes avec un * derrière)

Après avoir gamblé* pendant des années à différentes limites et tables, je me suis (re)mis sérieusement au No Limit HE. J’ai décuplé mon temps de lecture de forums spécialisés, notamment ceux du Club Poker, de Poker Academy, dont je conseille les vidéos absolument parfaites, en enfin, beaucoup beaucoup plus technique, ceux de 2+2. J’ai aussi lu les Harrington et une partie du bouquin de Brunson.

Après avoir essayé le NL10* en full ring* (10 players à la table), je me suis focalisé sur le short-handed*, donc avec 6 joueurs à la table. L’influence la plus directe sur le jeu, c’est qu’il faut être plus agressif, et que l’on peut jouer des mains plus larges. En NL10, 80% des joueurs sont des fish, c’est ce que je constate. Ils n’ont aucune idée de ce qu’est un CB*, un Value Bet*, ou encore de l’importance de la position sur la main. Le problème qui se pose rapidement est le suivant : comment battre des joueurs qui n’ont aucune connaissance mais qui limperont* jusqu’à la tour Eiffel pour une gutshot* ?

Me voilà donc parti avec une BR* de 20$ en NL10 (.5;.10), ce qui est une erreur monumentale, mais passons.

J’ai commencé en jouant tight*, ça n’a pas trop mal marché, mais je ne gagnais que peu. Jouer tight, pour moi, c’est jouer jusqu’à A8o* avec la position ou ATs* sans et raiser les pocket pairs* au dessus de 8. J’ai fais cela durant les 500 premières mains environ :

Mouais, on a vu mieux. je finis even sur les 500 mains à cause notamment d’une session ou je me fais destacker*, ça calme. C’est à ce moment là que j’ai réfléchi à mon jeu et essayé d’analyser celui des joueurs gagnants : que font-ils pour empêcher les fishs de limper comme des malades ?
Réponse logique : ils raisent, fort, et pre-flop. Ca peut paraitre évident, mais pour quelqu’un qui a joué tight pendant des milliers de mains avant comme moi, ça ne l’était pas forcément.

Résultat : J’ai fait en sorte d’augmenter mon preflop raise* drastiquement, et de jouer plus loose*.

500 mains suivantes :

Ouch, la différence saute aux yeux. Mes 20$ se sont transformés en 90$, et mon PF raise à explosé de 3% à 16%. Bon, mais ce ne sont que 1000 mains et 12 sessions, pour un total de 10 heures de jeu. En tirer une analyse approfondie serait complètement stupide de ma part. Ce que je sais par contre, en analysant mes mains, c’est que je n’ai encore jamais connu un réel bad beat, que je ne suis quasi jamais rentré dans une longue période de tilt*, et enfin que mes mains de départ sont très souvent très bien sélectionnées. A noter que j’ai aussi eu des adversaires extrêmement fishy, mais je crois qu’en NL10, c’est normal :-)

Bilan sur 1000 mains, en mains puis en sessions en abscisses :

Stats PT :

Big Bets sur 100 mains : +33
Revenu horaire : +6.78

Ce que j’aimerai dans le futur, c’est jouer plus la position. Mais je doute que ce soit réelement possible en NL10, les mecs sont des callings stations* finies, et ils limperont jusqu’à ce que vous soyez assez respecté à la table pour imposer votre jeu.

Mes objectifs pour les 1000 prochaines mains :

- Atteindre 200$ de gains. = failed
- Rapprocher mon VPiP* et mon PF raise, ils sont encore trop éloignés. = done
- Consolider mon jeu. = failed
- Jouer un peu moins de mains borderline, et me calmer sur les raise, j’ai vite pris l’habitude de jouer le flic à la table. = done
- Me mettre aux MTT* et éventuellement SnG*, mais ça va être dur. = Not yet
- Relire les Harrington, me procurer Poker Cadillac (niCO ?). = cancelled

PS : Je le répète : 1000 mains sont ridicules comme échantillon, de même que 70$ de gains. Il ne faut en aucun cas se monter la tête dès les premiers $ engrangés, c’est la plus grosse erreur des débutants.

Cadeau Bonus : Une main à ne jamais, jamais refaire :

Lexique

Gamblé : To gamble : Jouer, parier
Short-handed : Table à 6 joueurs max
Full-ring : Table à 10 joueurs
CB : Continuation Bet : Si l’on a misé avant le flop, il s’agit de remiser après le flop pour effrayer l’adversaire, peut importe que l’on ait touché quelquechose ou non.
VB : Value Bet : Adapter le montant du pari en fonction de la taille du pôt. Faire un bet conséquent.
NL10 : Cave de 10$ max. Blinds de 0.05/0.10.
Limper : Faire un call, soit juste suivre sans relancer
Gutshot : Tirage quinte ventral.
BR : Bankroll. Montant sur le compte.
Tight : Jeu serré.
xxo ou xxs : Main off-suited ou suited, donc assortie ou dépareillée.
Pocket pairs : Avoir une paire servie en main.
Déstacker : Perte de la totalité de sa cave. En NL10, c’est donc 10$.
Preflop raise : Action de relancer avant le flop. PF.
Loose : Jouer des mains plus ouvertes. Opposé de Tight.
Tilt : Perdre beaucoup à la suite en pétant les plombs.
Calling Station : Quelqu’un qui suit une relance, peu importe son jeu, il suit (=call ou limp)
VPiP : Voluntary Put $ in Pot : Mettre des jetons en jeu de manière volontaire. Exclu les blinds.
MTT et SNG : Tournois à grande échelle avec plusieurs tables en même temps. SNG : Sit’n Go : Un tournoi une table, où l’on paie un buy-in, montant d’entrée.