In Tenebris Cadere

It’s not just a blog, it’s an infection. le blog de Toriel.

Archive pour la catégorie ‘Impressions’

D-152 Grave (2017)

Saturday 1 April 2017

“Tain, c’est quoi ça encore…?”

Un bon film. Un film qu’il faut voir.
Approche, que je t'ouvre l'appétit...
Grave, c’est le film franco-belge auquel tu as échappé en te terrant dans ton bunker vault-tec. Je ne parle pas du marketing conforme à coups de pubs qui s’invite sur ta vidéo youtube ou sur des affiches, il a fait sa propre légende, la première fois que j’en ai entendu parler, c’est lorsque les services d’urgences ont été dépêchés au TIFF à la suite de malaises, conséquences de la projection du film.

Dire que ce film a définitivement attiré mon attention depuis ce jour sous-estime grandement l’obsession que je lui ai voué pendant quelques mois.

Justine est une étudiante vétérinaire et végétarienne depuis toujours, va, à la suite d’un bizutage incluant l’ingestion de viande développée un crush sur son colloc gay, des rapports ambiguës avec sa sœur et une passion anecdotique pour la viande humaine.

Le film est très facile à prendre au premier degré qui cache plusieurs niveaux de lecture et de symboles alors je l’écris en gras pour que personne ne soit déçu: [b]Grave n’est pas un film d’horreur[/b]

Mais c’est pas pour autant que c’est Barbie life in the dreamhouse, mes accompagnateurs ont trouvé le film “répugnant” et “difficile à voir”. J’admet que les imitations de morsures humaines, ça n’a aucun effet sur quelqu’un qui en a déjà vu en détail ou qui a un faible pour les films gores en général, toutefois, même si elles se comptent sur les doigts d’une main, les scènes chocs sont montrées de façon très crue même si j’ai davantage pris ça pour de l’humour noir.

Enfin, passons à coté de l’aspect organique du film. Le jeu d’acteur est au top, aucune fausse note de la part des figurants, même si ils ne sont là que pour une minute, même les dialogues qui sonnent creux renforcent le réalisme, fait l’effort de te souvenir de tes conversations à l’université…Pas exactement d’une profondeur révélatrice, pas vrai ? Il y a aussi l’aspect technique qui est très important dans Grave et que je trouve maitrisé à la perfection, même en tant que profane, on sent que chaque plan, chaque musique qui l’accompagne, l’évolution de la luminosité n’a ps été mis là par hasard. La FEMIS, l’établissement dont est sortie la réalisatrice ne manque pas à sa réputation d’école créatrice d’élite.

On a l’impression de voir un court-métrage vu à quel point les 1h30 du récit passe à toute vitesse.

J’ai dit qu’il fallait voir ce film parce que je pense que si tu es français, il est important que tu accordes de l’importance à ce que l’industrie de ton pays fait de mieux. Même avant de venir en France, j’entendais déjà des français basher les films français! J’ai toujours aimé ce qui se faisait dans la production française mais il semblerait que la distribution à l’étranger soit différente.

Alors, c’est vrai qu’après tant de drama, tu peux trouver que le film n’est pas à la hauteur de sa réputation mais ça n’enlève pas son unicité.

-Tu penses que le cinéma français, c’est de la bouse.

-Tu penses que le cinéma français, c’est de la balle.

-Tu aimes faire ton hipster et parler de films underground à tes amis mainstream.

-Tu aimes les films d’auteurs.

-Tu n’as jamais eu l’occasion de te faire un avis sur les films d’auteurs.

-Tu aimes les films “mindscrew” avec plusieurs niveaux de lecture.

-Tu aimes “les films d’horreur.”

-Tu n’aimes pas “les films d’horreur.”

-Tu veux t’ouvrir à du cinéma que tu n’as pas l’habitude de voir.

-Tu veux juste reluquer des boules d’étudiantes comme au bon vieux temps.

-Tu aimes les bons films.

-Tu as envie de foutre la trouille à un végétarien.

Si ton cas est dans la liste, tu as la raison qu’il te faut pour voir Grave.

J-271 Final Fantasy XV

Saturday 3 December 2016

C’était pas supposé être un article de blog mais un commentaire dans le sujet du jeu, forum impression. Naturellement, j’ai finit pas trop en dire pour en donner la peine de le lire.

Sans aborder l’histoire du devellopement hell, je vais revenir de temps en temps sur des détails  pour expliquer certaines décisions prises pour le jeu, qui n’ont pas convaincu tout le monde. La décennie d’attente n’y est pas pour rien, les multiples changements de personnel et l’évolution du genre ont altérés l’idée originale tout en faisant spéculer la bulle de la hype. Un studio de jeu vidéo doit s’adapter a son époque. Qui sera surpris si Half-Life 3 propose des skins de crowbars et un marché ?

Je n’attendais plus ce jeu, après avoir surement conduit près des précipices de la folie un grand nombre d’amis en les bassinant. Mais le voir sortir après tout ce temps, c’est quasi un prodige dans l’industrie, je l’ai acheté les yeux fermés, prête a l’aimer pour ce qu’il était. Un enfant qui, si il n’était pas la descendance capable de raviver l’honneur de sa royale ligne restait une naissance miraculeuse. Je n’avais pas peur que le jeu soit en dessous des attentes, j’étais curieuse de voir si un aussi vieux projet était encore capable d’être pertinent en 2016. C’est surement cette dissonance d’époque qui a tant déçu avec Duke Nukem. Un jeu qui se reposait sur son propre mythe pour tenter de s’imposer “I’m still relevant, damnit!” et je crois que Square Enix a accumule assez d’expérience pour rester dans la tendance.

Qu’est-ce que tu aime dans un F.F ? Une nouvelle aventure épique ? un autre groupe de vaillants héros foutrement attachants ? Une nouvelle histoire sur le Cristal, la magie, l’Amour et sa jumelle maléfique, Trahison ? Des mélodies qui te berceront jusque dans ton sommeil ? Des villes a l’architecture qui se graveront sur ta pupille ? Et danser les pas d’une chorégraphie guerrière aussi complexe que meurtrière ?

Les mécaniques répondent présentent (le système ATB étant obsolète), j’ai eu un peu de mal avec les controles mais n’ayant pas tenue une manette depuis des années, je serais mauvais juge. Les graphismes ? Sur PS4 Pro, je trouve le jeu magnifique mais pour être honnête, je m’attendais a pire, du coup, ce reproche me dépasse complétement. Dans le pire des cas, si il est vraiment trop cheum, une version PC est “prise en considération” si  Square Enix ne décide pas de jouer aux aryens de la Master Race un tour a la Red Dead.

Il y a aussi le fameux open-world, beau comme chanteur de k-pop et vide comme les paroles d’une chanson de k-pop. Je vais pas leur trouver d’excuses mais tenons en compte  la différence culturelle, les japonais ne sont pas friands des mondes-ouverts vivants et préfèrent de loin une aventure structurée a de l’exploration. Cette explication vaut ce qu’elle vaut. En fait, j’aurais préférer que la partie linéaire vienne avant la partie monde ouvert, cette décision aurait été plus populaire, du moins en Occident, si ca se trouve, les joueurs tiennent le discours inverse sur le nofrag japonais. D’ailleurs, je vais clarifier: la seconde partie n’est pas linéaire, elle est juste plus focus sur l’histoire mais il existe encore de l’exploration, il faudra que les fans apprennent a se remettre de FF XIII, qui était l’opus le moins final fantasy de tous, character design mis a part. XV est aussi linéaire que les autres J-RPG, ou il fallait se rendre d’un point a l’autre pour avancer.

ou comment manquer des gens qui n'existent pas.

ou comment manquer des gens qui n'existent pas.

Je met de cote la Bromance de nos 4 héros  qui s’inscrit sans conteste dans les meilleures histoires d’amitiés du jeu video au coté de Snake/Otacon, Tidus/Wakka, ce qui m’a surtout déplue dans ce FF, ce sont les trous dans le scénario. Et je plains celui qui n’a pas vu les animes ou jouer aux demos qui apportent leur lot d’explications tant sur le lore que sur les rapports entre personnages, j’ai rarement été aussi largué dans le scénario d’un final fantasy. Et sans même avoir fini le jeu, la fin est déjà prévisible…Mais je peux pas honnêtement le reprocher aux scénaristes, ma théorie est que de nombreuses cinématiques et artworks ont été réalisés pendant l’infernal maelström et que plutôt de jeter le travail accompli, ils ont choisi de l’intégrer a la production, obligeant les écrivains a faire rentrer dans la sculpture, des gravats imprévus. L’écriture en a fatalement pâtit en plus de la longévité du projet, on se retrouve avec des personnages schizophrènes et uns histoire qui est peu convaincante.  Ou peut-être qu’ils n’en avaient plus rien a foutre mais quand on voit le boulot accompli, les accuser de négligence est une hypothèse encore moins crédible.

Mais en dehors de ca, le jeu est truffé de petits détails de gameplay qui l’enrichisse et de clins d’oeils encourageants aux fans nostalgiques, je devrais répondre un article pour les répertorier Le travail derrière et le soin accordé est phe-no-me-na-le. Finalement, ce sont davantage les partis-pris des développeurs qui fâchent que des bugs. Ca va faire facilement une dizaine d’année que je n’ai pas autant apprécié  un final fantasy.

Du coup, loin d’être déçue, je pardonne les errements du XIII (qui etait un bon jeu, je me répète) et je suis vraiment impatiente de voir le prochain Final Fantasy tant celui ci  remet la saga dans les rails.

J-272: SHENZEN I/O

Friday 2 December 2016

Si quelqu’un lit ceci, envoyez-moi de l’aide! j’ai accepté un poste pour une compagnie chinoise d’électronique mais j’enchaine les heures supplémentaires non-payés depuis des semaines. J’ai quitté ma famille et mon pays pour me retrouver dans un camp de rééducation par le travail ou je ne peux rien faire d’autre que de programmer des composants chinois daubés sans salaire! Je dois toutefois admettre que compléter les taches assignés (allant composants de matériels a usage militaire en passant par la manette de jeu) , recevoir les louanges de mes N+2 sur mon travail exemplaire et voir l’évolution de mes performances sur le graph est très motivant. J’aimerais juste qu’on m’autorise a quitter mon poste pour aller en pause et…pourquoi pas une augmentation? Alors si un bon samaritain pouvait contacter l’ambassade du Canada et trouver un fonctionnaire capable de m’aider, ca serait SU-PER. Sinooon…Oh, j’ai entendu dire que mourir des suites d’un effort physique et mental intense dans la réalisation d’une boite a musique électronique n’est pas du tout une agonie honteuse. Parce que ce job, c’est l’éclate.

SHENZEN I/O est la quintessence de Zachtronics, le studio a fait du concept du jeu sa signature, Se déroulant dans la ville connue pour avoir était la première S.E.Z pendant la reforme économique du vieux Deng et pour sa bouffe noyé dans l’huile industrielle, on y incarne un jeune prodige de l’informatique. Toute la progression se fait sous forme d’échange par e-mails avec ses collègues, le tout sous une interface accueillante et qui fait plaisir a la retine, la bande-son est du même calibre.  Quand au travail..C’est comme d’assembler un odroid mais sans dépenser des milliers de  ‎₩.

A chaque assemblage, tu as un certain nombres d’inputs/outputs et ta tache est de faire fonctionner à coup de code, écrit par tes soins avec le composant que tu auras sélectionner pour produit l’output désiré. Les développeurs ont eu le tact d’inclure un PDF sous forme de manuel de l’entreprise.

A ce propos, autant j’apprécie le soin apporte au respect de l’univers, autant je critique l’utilité relative du manuel “T’as pas un master dégrée en ingénierie informatique ? C’est balot” ou alors le cas opposé “Tu touches un peu à la prog ? Devine qui vient de gagner un presse-papier de 40 pages ?”

Cela dit, cette attention trahit de la part des développeurs un désir de renforcer l’aspect scénaristique de leur jeux jusque la anecdotique. Je sais, scenario/graphisme, même combat, les uns disent que c’est accessoire tant que le gameplay est solide. Il n’empêche que c’est une qualité supplémentaire et même si il ne transcende pas le joueur, le plot est sympathique à découvrir. Et à l’instar du dernier DOOM, il ne vient jamais s’imposer au joueur.

Il n’y a pas besoin de finir tout les tableaux pour progresser  mais si le jeu n’indique pas clairement ce qui est optionnel de ce qui ne l’est pas et finir les puzzles veut dire débloquer de nouveaux composants pour progresser, on ne fait pas mieux pour plonger le joueur dans la confusion, est-ce que je suis trop bête pour résoudre ce puzzle où est ce que j’ai besoin d’un composant mieux adapté ? Au final, il est plus prudent de faire toutes les missions.

Parlons du principal défaut, les solutions aux tableaux sont limités tant par les lignes de codes, ridiculement réduites, par le format en décimal et l’espace alloué souvent plus petit que la majorité des composants. Un bel exemple de simplification qui complique la solution quand elle ne la restreint pas.

Il y a aussi le mini-jeu du solitaire, ça ferait une bonne pause entre deux assemblages si ce n’était pas une telle purge à jouer. Pas très judicieux pour un programme qui ne tolère que la perfection mathématique. Le Shanghai solitaire aurait été un choix parfait.

En conclusion…Le jeu s’adresse aux programmeurs du dimanche ou simplement à des joueurs obstinés qui veulent un challenge corsé.  Mais les vétérans se tourneront vers TIS-100, qui offre plus de possibilités ou seront trop occuper à jouer avec Aduirno.. ou se rendre fou sur le projet Euler.

Sub Rosa C’est simple, la niche visée est celle des programmeurs, quand ca compile, ils jouent et ils ont de l’argent à dépenser contrairement aux artistes. Mais Infinifactory était trop cher (25 $) et TIS-100 trop peu (7$), SHENZEN se veut être un juste milieu avec des améliorations au niveau de l’interface et  du scenario. Le studio brille en donnant une expérience du travail idéal, pense-y, qui veut d’un job interrompu par la lecture de courriels ineptes, la participation à des réunions aussi hypocrites qu’un repas de famille, où tu es obligé de serrer la patte à des collègues que tu hais en silence ? Tu n’as pas besoin de te préoccuper des ventes du produit ou d’obéir a des ordres contradictoires, c’est un jeu.

C’est dans le jeu lui-même que son ambition est décrite, à travers les e-mails, tu te rappelles ? Via un petit indice, on a un lien direct avec The Second Golden Age, un puzzle en open-world imaginé par les développeurs mais qui n’a jamais vu le jour, victime de sa propre gourmandise. Un élément clé du concept c’est que le joueur incarne un expatrié un pays inconnu et doit résoudre des puzzles pour construire des trucs, ces choses sont des artefacts capables de révéler au joueur des indices sur le monde dans lequel il évolue.

SHENZEN est le jeu de la transition, il te met dans les nikes contrefaites d’un expat’ et un des personnages originellement pense pour TSGA est un des clients de l’entreprise.  Mais le joueur ne rencontre jamais ce client, il ne communique jamais directement avec lui, le seul moyen d’en savoir plus sur lui (et seulement si le joueur en a vraiment quelque chose a faire) est d’assembler le puzzle et de se demander pourquoi il en a besoin.
Que The Second Golden Age n’ai pas vu le jour est une bonne chose pour le studio, je crois pouvoir sentir qu’ils cherchent encore l’équilibre gameplay/histoire/interface. C’est bon que Zachtronics ne se précipite pas avec leur concept, SHENZEN n’est pas parfait mais il fait l’unanimité chez les joueurs..Il manque juste ça de pression pour jouer un jeu unique en son genre. Je croise les doigts.