In Tenebris Cadere

It’s not just a blog, it’s an infection. le blog de Toriel.

D-152 Grave (2017)

“Tain, c’est quoi ça encore…?”

Un bon film. Un film qu’il faut voir.
Approche, que je t'ouvre l'appétit...
Grave, c’est le film franco-belge auquel tu as échappé en te terrant dans ton bunker vault-tec. Je ne parle pas du marketing conforme à coups de pubs qui s’invite sur ta vidéo youtube ou sur des affiches, il a fait sa propre légende, la première fois que j’en ai entendu parler, c’est lorsque les services d’urgences ont été dépêchés au TIFF à la suite de malaises, conséquences de la projection du film.

Dire que ce film a définitivement attiré mon attention depuis ce jour sous-estime grandement l’obsession que je lui ai voué pendant quelques mois.

Justine est une étudiante vétérinaire et végétarienne depuis toujours, va, à la suite d’un bizutage incluant l’ingestion de viande développée un crush sur son colloc gay, des rapports ambiguës avec sa sœur et une passion anecdotique pour la viande humaine.

Le film est très facile à prendre au premier degré qui cache plusieurs niveaux de lecture et de symboles alors je l’écris en gras pour que personne ne soit déçu: [b]Grave n’est pas un film d’horreur[/b]

Mais c’est pas pour autant que c’est Barbie life in the dreamhouse, mes accompagnateurs ont trouvé le film “répugnant” et “difficile à voir”. J’admet que les imitations de morsures humaines, ça n’a aucun effet sur quelqu’un qui en a déjà vu en détail ou qui a un faible pour les films gores en général, toutefois, même si elles se comptent sur les doigts d’une main, les scènes chocs sont montrées de façon très crue même si j’ai davantage pris ça pour de l’humour noir.

Enfin, passons à coté de l’aspect organique du film. Le jeu d’acteur est au top, aucune fausse note de la part des figurants, même si ils ne sont là que pour une minute, même les dialogues qui sonnent creux renforcent le réalisme, fait l’effort de te souvenir de tes conversations à l’université…Pas exactement d’une profondeur révélatrice, pas vrai ? Il y a aussi l’aspect technique qui est très important dans Grave et que je trouve maitrisé à la perfection, même en tant que profane, on sent que chaque plan, chaque musique qui l’accompagne, l’évolution de la luminosité n’a ps été mis là par hasard. La FEMIS, l’établissement dont est sortie la réalisatrice ne manque pas à sa réputation d’école créatrice d’élite.

On a l’impression de voir un court-métrage vu à quel point les 1h30 du récit passe à toute vitesse.

J’ai dit qu’il fallait voir ce film parce que je pense que si tu es français, il est important que tu accordes de l’importance à ce que l’industrie de ton pays fait de mieux. Même avant de venir en France, j’entendais déjà des français basher les films français! J’ai toujours aimé ce qui se faisait dans la production française mais il semblerait que la distribution à l’étranger soit différente.

Alors, c’est vrai qu’après tant de drama, tu peux trouver que le film n’est pas à la hauteur de sa réputation mais ça n’enlève pas son unicité.

-Tu penses que le cinéma français, c’est de la bouse.

-Tu penses que le cinéma français, c’est de la balle.

-Tu aimes faire ton hipster et parler de films underground à tes amis mainstream.

-Tu aimes les films d’auteurs.

-Tu n’as jamais eu l’occasion de te faire un avis sur les films d’auteurs.

-Tu aimes les films “mindscrew” avec plusieurs niveaux de lecture.

-Tu aimes “les films d’horreur.”

-Tu n’aimes pas “les films d’horreur.”

-Tu veux t’ouvrir à du cinéma que tu n’as pas l’habitude de voir.

-Tu veux juste reluquer des boules d’étudiantes comme au bon vieux temps.

-Tu aimes les bons films.

-Tu as envie de foutre la trouille à un végétarien.

Si ton cas est dans la liste, tu as la raison qu’il te faut pour voir Grave.

Un commentaire pour “D-152 Grave (2017)”

  1. rgk dit :

    Pas encore vu, mais je suis bien content que ce genre de films existe.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté avec votre compte Wefrag pour publier un commentaire.