Pixel Food !

Un nouveau blog sur Wefrag le blog de Tirius.

Archive pour août 2012

Ils sont sur nous !

Jeudi 23 août 2012

Dans le dernier épisode, Francesco a avoué à Sharon qu’il lui avait menti à propos de Karina,  mais le beau frère de celle ci, le fourbe Jean-David a surpris cette conversation et ne tarda pas à divulguer à Tom Fischer ce lourd secret, qui aura forcement des consèquences dèsastreuses …


Comme le résume le prélude, je me suis attelé à la création de la faune criminel de Pixel City.

Les brigands déjà présents, et leurs réactions stéréotypées; laissent place à des criminels endurcis, tel les membres de l’HidraH, des Candy-mancien, des démons ou monstres des sables !

Je sais que mon jeu n’est ni un plateform-game, ni un rpg, il n’a donc pas l’étoffe de ces 2 genres, je le vois plutôt comme un rogue-like en scrolling horizontal.

Pour les ennemis (ou l’”A.I.”), il me faut quelque-chose de simple, tout en offrant un challenge.

Dans un jeu de plateforme classique, les ennemis ne sont, au final, que des pièges en mouvement, juste des mangeurs de barre de vie, placés pour gêner la progression dans le niveau. Classique, Super Mario et ces Gombas qui se jettent dans le vide !

Un peu réducteur surement, mais même les terroristes du dernier Call Of  ne sont que des barrières avant la cinématique suivante.

Mais on peut aussi trouver des jeux du même genre qui offre plus d’interaction avec la racaille gobeline. Castlevania par exemple, dès Symphony Of The Night offrent un point de vu métroidien et pose l’ennemis comme valeur à abattre ! Le monstre devient agressif et combat le joueur.

Castlevania reste à part à mon avis, dans la catégorie des jeux de plateforme. Les derniers vrais opus (en 2D) ont une grosses composantes RPG et laisse une belle part à l’exploration.

Comment faire en sorte qu’un sprite offrent une pseudo intelligence et puisse attaquer et réagir ?

Voilà donc tout le prémice de mon A.I.. Ce n’est pas vraiment compliquer, mais la difficulter est d’offrir un challenge à chaque fois différent et ne pas se contenter de changer la texture.

Par exemple, la Légion Romaine, composé de 4 légionnaires et d’un centurion. Dans les faits, la centuri subit aveuglement les ordres du casque à plume.

De même, ma pixel légion se mettra en formation pour permettre au centurion de faire feu. Il sera alors protéger en partie des attaques du héros. Pour défaire cette tortue il suffit de couper la tête: le Centurion donne l’ordre au Légionnaire, en foudroyant le chef, les soldats redeviendront de simples passants, incapables de se coordonner.

Legio Expeditus

Legio Expedia

C’est donc très simple, rapide à résoudre mais distrayant.

Mon but est donc d’offrir un bestiaire plus ou moins stupide qui apportra une nouvelle situation. Et pour corser un peu, je saupoudre d’AI de base qui tire comme un G.I. sous drogue de combat. Il me faut donc plus de pixel, et je suis preneur si vous avez des idées d’ennemis (les mechas lolcats sont déjà en route) !

J’espere pouvoir faire au moins 50 missions de tout genre (incendie/attaque de banque ?), de difficultés croissante.

Oh, on peut aussi acheter des saucisses dans un magasin, et de l’alcool de pirate ! On regagne un peu de vie, mais on perd de la gloire (la monnaie de Metro 2033, c’est bien des munitions donc …).

J’avance tout doucement, je sais où je vais, mais je me demande comment ça va finir car le milieu de la création amateur est assez restreint niveau diffusion. Mais au final, c’est pour un livre: On écrit ce que l’on aimerait lire.