NoPlaygrounds

le blog de T0Y.

Ces derniers temps je passe de plus en plus de temps sur Youtube et je me suis également mis à faire quelques vidéos.

Du coup, je me suis un peu penché sur le design du nouveau layout, qui nous sera de toute façon imposé à terme. Voir les “Channel Art Guidelines“. A cause d’Apple et des écrans retina vous devez uploader une image 2120 x 1192 px dont seulement  une bannière centrale sera utilisé. Pour les intéressés, pensez à uploader une image au format .png car en .jpeg le redimensionnement opéré par Youtube floute un peu votre image.  Pour le reste je trouve la nouvelle mise en page assez claire et presque plus pratique et plaisante a naviguer.

Bann

Certains  gros Youtubers se plaignent mais je dois avouer que j’ai encore du mal à voir le problème. Cela a surement à voir avec la gestion et la visibilité des vidéos sur des comptes ayant des millions de visiteurs et une monétisation sur laquelle ce changement va influer.

Dernièrement j’ai un peu rejoué à Hard Reset, et me faisant la main sur Adobe Premiere j’ai fait deux petites vidéos. Une stupide, et l’autre un peu moins pour une playlist de “reviews” en 60 secondes.

YouTube Preview ImageYouTube Preview Image

Je me suis également laissé aller à faire une petite revue de presse de Bioshock Infinite.

YouTube Preview Image

Youtube killed my TV

Mercredi 2 janvier 2013 à 20:07

Nous sommes déjà en 2013 et comme je suis un feignant qui cède à la facilité je vais faire une petite rétrospective “Youtubesque” de l’année écoulée.

Ça fait déjà longtemps que je ne regarde plus la télé, et que je n’en attends absolument rien. J’ai passé de longues années sur internet sans trop m’intéresser à Youtube. mais début 2012 j’ai commencé à m’abonner à des chaines et cherché du contenu relatif à mes centres d’intérêts.

TotalBiscuit, The Cynical Brit Vous connaissez surement déjà. Des “first impression” du Starcraft, Dota 2 (récemment), Planetside 2, etc. Des avis intéressants, éclairés et clairement exprimés. Comme toujours avec n’importe auel Youtubeur, à prendre avec du recul.

Theneedledrop  Internet’s Busiest Music Nerd! Des reviews et opinions musicales. Très cultivé sur le sujet qu’il maitrise, plutôt intéressent si vous êtes un peu curieux et tentez de jeter une oreille à divers genres musicaux.

BirgirPall De la bouffonnerie sur BF3, d’autres grosses licences, et simulateurs allemands.

Chris Bucci (Spida1a) Un channel peu fournit et très peu actif qui propose une playlist ou Chris présente sa collection de flippers. Si vous aimez ces machines, les présentation très détaillés et la passion évidente dont il fait preuve font vraiment plaisir à voir.

Errant Signal Des réflexions autour du jeu vidéo. Très bavard et verbeux, à réserver aux anglophones avertis.

AngryJoeShow Des reviews de jeux et de films, parfois. Vous y trouverez un bon récapitulatif des controverses vidéo-ludiques de l’année.

Two Best Friends Play Du let’s play vraiment drôle qui ne traine pas sur 756392 épisodes.

benzaieTV et Benzaie Live Enfin un français. Gros mélange de reviews, sketchs, Let’s play, etc. Pas mal.

Chroniques de Jeuxvideo.com On pense ce que l’on veut de se site et de ses forums repère de noëlistes dégénérés et pré pubères idiots en tout genre, mais force est de constater qu’ils font des effort pour ne pas louper le Youtube Train. Usul et Speed Game en particulier sont particulièrement appréciables.

Lore In A Minute! knowledge handed down on a subject Des scénarios/mythos de jeux ou sujets relatifs expliqués et animés en une minute.

RhinoCRUNCH Le premier à avoir publiquement et avec succès exposé l’arnaque WarZ.

Ben Heck Show - Hacks & Mods! Du bricolage.

Je met également un peu à part  Geek & Sundry et The Game Station qui sont de gros réseaux regroupant certaines des chaines présentés ci-dessus.

N’oublions pas le contenu produit par les membres de Wefrag:

Frites Bière et PC / Conradsonvideo / Douceur’s Channel / NoFrag / I MAKE 3D AND HUGS / Grocam timeparadox / NookyAvenger / Polygon fragments / Zorglomme / T0Y

Pour finir j’avais envie de parler du cancer de Youtube, les let’s players qui font du slender et du happy weels, mais être grossier et enervé n’est pas forcément utile ni intéressent. Pour vous rendre conte de l’ampleur du phénomène jetez un œil à “pewdiepie” (pas de lien, je refuse de contribuer à l’augmentation de son trafic.) qui personnifie toute la médiocrité d’un non-contenu regardé par des centaines de milliers de décérébrés qui valident et enrichissent ce genre de youtubeurs.

MAJ: Merci beaucoup pour tous vos lien je me suis du coup abonné à encore plus de chaines.

Nathan Barnatt Un cascadeur/danseur/gamer. Diverses bouffonneries en tout genre.

Angry video game nerd Comme son nom l’indique. Le joueur du grenier original. Actuellement en train de finir la production de son long métrage.

Husky - Painfully Average Gamer Le patron de TGS. Du starcraft des let’s play, etc.

Press Heart To Continue et COFFEH TIME!! Des “gaming news” et des let’s play sur une chaine et du blabla Vlog sur l’autre. Par Dodger, un peu une Felicia Day miniature.

Bro Team Pill Heu… humm… “Brogaming” ?

Doing it Wrong, and Loving it Jesse Cox le mec le plus sympa de tout youtube. Je ne regarde pas trop les let’s play parce que let’s play, ben je m’en fout. Mais j’aime tellement ce type. Il a également un podcast avec WOWcrendor Je n’aime pas non plus WOW mais je le trouve également sympathique.

Numberphile Si vous aimez les nombres.

MAJ II: Avec les récentes promos et les mods qui rendent l’ignoble portage parfaitement jouable sans qu’on ait envie de vomir nos yeux, Darks Souls connait un pic de popularité bien mérité. Le jeu est également plaisant à regarder et Youtube regorge de vidéos plus ou moins éducatives.Epic name, bro! et vageta311 Les (mes?) deux références en matière de Dark Souls. Des guides, tips, réflections, lore ; et aussi des défis (finir l’aventure tout nu, one shot chaque boss.) Parce que le jeu n’est pas assez difficile n’est-ce pas? ExServ Sensiblement la même chose mais en français.

Diverses pitreries  The Skulled Shuffle, Teach me how to dark souls.

Un peu de roleplay Iron Lumberjacks, The Forest Guardians, Dem Jumps.

Et puis il y à OnlyAfro. Vous vous souvenez de ces abominables fragmovies sur Tribes Ascend? Et bien là c’est la même chose sur du Dark Souls en PvP.

Sinon, rien à voir mais puisque Eurotruck simulator 2 est sortit sur Steam ca vaut bien un petit trailer: EUROTURBOTRUCK SIMULATOR EXTREME PRIME TURBOCHARGED CARBON par @Pipomantis

Début 2012

Lundi 12 mars 2012 à 20:21

Après une année 2011 peu intéressante, ou les achats musicaux se sont faits rares, 2012 démarre plutôt bien.

Ces derniers temps je m’essaie au Stoner, Doom et autres joyeusetés. Avec en vrac, SubRosa - Borrowed Time, Borrwoed EyesMountain goat - Smoke Filled LandAcid Witch - The Black Witch Rien de très nouveau certes.

SOENJ’ai jeté une oreille sur Taake que je ne connaissais pas encore (Via @mr_monsieur et @purdey2000), Taake - Nordbundet je m’attendais à quelque chose de plus sale et rentre dedans mais c’est tout de même  plaisant. Dans le genre  haine profonde et destruction de vos conduits auditifs les français de Cult Of Occult s’en sortent plutôt pas mal.  (Via @thelightcarrier)

Enssuite, je me suis trouvé à la FNAC devant la BO de The Girl With The Dragon Tattoo produit par  Trent Reznor & Atticus Ross, un remarquable paysage sonore sur 3CD qui installe une ambiance pesante sans être trop énergique ni démonstratif. La musique prise toute seule est même plus sombre que le film lui-même. Et puis l’album Soen - Cognitive, un supergroupe formé de Martin Lopez (ex-Opeth, ex-Amon Amarth) et Steve DiGiorgio (ex-Death, ex-Testament) entre autres, que j’ai pris sans trop réfléchir, conquis par son artwork. L’album est bon mais tout ici rappelle TOOL à un point où l’on se demande si on est pas en train d’écouter une de leur vieille démo.

Continuons dans l’électronique avec Pinch. Un des grands noms du Dubstep livre un mix ou les basses rampantes caractéristiques du genre s’élèvent pour mieux envelopper des titres techno et garage. On a évidemment droit à des dubplates, don le monstrueux Henry & Louis - Love Like (feat. Prince Green) (Pinch Remix). Si vous suivez de près ce qui se passe outre manche vous serez probablement en terrain connu. Une synthèse de fondamentaux et de nouvelles sonorités exécuté de main de maître en font un indispensable. Surtout ces derniers temps où le Dubstep se voit quotidiennement souillé par les flots incessants d’immondices sonore qui se déversent via internet et contaminent les trailers de film et de jeux vidéo, si vous voyez de quoi je parle…

Aussi, je suis tombé sur du contenu de qualité: Fhloston Paradigm — Chasing Rainbows datant de 2011 mais que j’ai réécouté récemment via Youtube et dont je ne me lasse pas. Un remix un peu flippant de Berlin- Take My Breath Away (Minor Science Version), j’aime aussi une autre vieillerie Berlin - The Metro.

En hip hop, The Alchemist ressort son side project Gangrene pour un second album alcoolisé, bien barré, bourré de samples et d’instruments jetés en vrac et salement mélangés.  Gangrene (The Alchemist + Oh No ) - Vodka & Ayahuasca

Terminons avec de la pop pour hipsters, pleine de synthés 80’s et de fait, bien plaisante. Grimes - Oblivion extrait du très bon album Visions. Et puis Charli XCX - Nuclear Seasons Un boin tube qu’on se plait à fredonner. Ou bien:

YouTube Preview Image

En tout cas 2012 s’annonce plutôt pas mal, je m’occupe toujours de @Noise_Bird si vous avez les oreilles curieuses.

2011

Mercredi 4 janvier 2012 à 19:47

Musicalement cette année 2011 me laisse une curieuse impression de vide, en tout cas je ne me souviens pas avoir été souvent enthousiaste et conquis dans ce domaine.

En premier lieu, j’attendais avec impatience l’album de Emika. Sound designer de formation, elle livre un album parfaitement produit et maîtrisé. Sa collaboration avec Kryptic Minds  et le remix de “Count backwards” sont également très bons.

Sortit fin 2010. je me permet de lister tout de même le Fabric 55 mixé par Shackleton que j’ai écouté tout au long de l’année. Comme l’avait fait Ricardo Villalobos, le mix se compose uniquement des productions personnelles de l’intéressé. On note aussi sa collaboration avec le génial Pinch avec  qui il délivre un album à la hauteur de ce que l’ont pouvait espérer de la part de ces deux monolithes dubstep.

Restons en Angleterre avec Kode 9 Kode9 & The Spaceape qui avec  ”Black Sun” offre un solide second album. Pendant ce temps en Allemagne , le parcimonieux et qualitatif projet Objekt distille ses productions et ses mix via son Tumblr.

Pour finir, l’album de Kuedo est un magnifique effort un poil retrofuturiste, génial. Sans oublier, le DJ kicks mixé par Scuba ou il démontre une fois de plus son talent.

emikaem_062

Dans un registre plus énervé Death Grip hurle un hip hop noise et furieux qui aura le mérite de faire oublier les désastres que le genre à enfanté cette année.  Toujours en Hip Hop, LA fournit du son de qualité avec Apathy qui maintient son déjà excellent niveau. Passons sur le “phénomène” (?) OFWGKTA et l’album de Tyler the Creator qui malgré un talent certain est bien surévalué.  Grosse déception avec le duo de luxe Jay Z/Kanye West et l’album Watch the throne, bourré de clichés et de samples malheureux destinés à draguer l’adolescent féru de blogs musicaux branchouille.

En France par contre on a droit à de l’air frais avec Grems qui sait s’entourer pour un Klub Sandwich délicieux.

Niveau Rock/metal un format cour de Swamp Thing m’as bien enthousiasmé. Pendant ce temps Toxic Holocaust continue dans un thrash metal efficace. Bonne surprise, Vallenfyre, formé par le leader de Paradise Lost avec des membres de My Dying Bride, At The Gates et Doom. Petit coup de coeur pour Chelsea Wolfe que vous saurez apprécier si vous n’êtes pas allergique aux excès de reverb.

En fait je me rend compte que j’ai passé cette année à écouter des titres ou des albums plus anciens, et que 2011 aura fournit très peu de sonorités vraiment excitantes. Peut-être aussi n’aie-je pas assez prêté attention à toutes les nouvelles sorties. Je vous ferais grâce de la haine que j’éprouve à l’égard de certains “artistes” et labels dont la seule mention donne la nausée. Ceci dit, reste la sélection ci-dessus qui occupe régulièrement mes oreilles et c’est déjà pas mal.

DOOM II [Review]

Mercredi 16 novembre 2011 à 4:42

Il y a quelques semaines je suis tombé par hasard sur ce jeu, DOOM II. Il s’agit d’un FPS au look et au gameplay très rétro qui offre violence extrême, gore et symboles sataniques, il ne m’en fallait pas plus pour me précipiter sur ce titre indépendant.

DOOM II

Proposé au prix de 9.99 euros sur Steam le jeu est édité par GT Interactive et développé par des codeurs de talent: John Carmack, John Romero et Dave Taylor qui composent ID Software. Et on peut dire que ces trois là ont bien révisé leurs cours de retrogaming.

Thanatopraxie.
Pour palier aux budgets limités, la tendance actuelle dans le jeu indépendant est de donner dans le retro, les graphismes pixélisés, un gameplay simple (sans être simpliste), une bande son 8bit, etc. DOOM II fait très fort dans le domaine et réveille littéralement des mécanismes morts et enterrés. Développé en seulement quelques mois, le jeu affiche des graphismes 3D datés du meilleur effet lui permettant d’être parfaitement fluide sur les configs les plus modestes. Le level design, les textures et les animations semblent d’un autre âge et pourtant on se laisse entraîner dans une architecture complexe dépourvue de courbes et du moindre effet de lumière.
Les ennemis sont des sprites en 2D aux animations succinctes mais qui remplissent parfaitement leur fonction, à savoir: se transformer en une bouillie de tripes fumantes. Les démons clopinent gauchement avant de nous foncer dessus sans montrer signe d’intelligence artificielle. On sent bien l’influence de titres comme Serious Sam et Painkiller ou le plaisir réside en l’extermination de masse. Le délire a été poussé jusqu’à ouvrir une fenêtre DOS au lancement du jeu. Retro jusqu’au bout.

Gameplay from the underworld
Quel décontenancement lors de la première partie! Tout d’abord les contrôles et les possibilités de mouvement sont extrêmement réduites. Le jeu autorise seulement les déplacement avant/arrière, et les pas de coté droite/gauche. On se sert de la souris de façon assez peu orthodoxe. Là où on est d’habitude libre de regarder partout autour de soit, le marine que nous incarnons et qui combat des hordes démoniaques, souffre visiblement d’un torticolis d’une gravité au moins proportionelle à son manque de charisme et de personnalité. Regardant seulement autour de nous le long d’une stricte ligne horizontale on peut se déplacer en avant ou en arrière en avançant ou reculant la souris. En fait il est même possible de ne jouer qu’avec une simple souris. Malin. Le fait de ne pas pouvoir regarder et viser ailleurs que devant soi peut sembler aberrant; un auto-aim vertical se chargera de pallier le problème. Quand à l’horizontale les hitbox se révéleront plutôt volumineuses. Ho, et le saut, le lean, la position accroupie? Oubliez tout ça, Bulletstorm est passé par là.

DOOMII gore

Spilled Guts
Coté immersion on est un peu en reste. Entre les musiques inexistantes ou presque, une ambiance qui se limite aux détonations de vos armes, de barils explosifs et les hurlement de colère puis de douleur de vos ennemis, le sound design n’offre pas grand chose à se mettre sous la dent. Exit le body awareness. A part une éventuelle main gantée qui rechargera vos inépuisables fusils, l’impression de ne pas avoir de corps vous amènera au questionnement suivant: “Suis-je bien un marine badass super-entrainé ou bien une de ces têtes de mort flottante et enflammée auxquelles j’ai déjà du me frotter?”. Petit détail sympathique, votre faciès inquiet trônant fièrement au milieux du HUD vous ramènera vite à de plus urgentes considérations lorsque vous le verrez se colorer de rouge au fur a mesure que le sang giclera de tous vos orifices sous les attaques de la vermine satanique.

Styx it to ‘em
L’arsenal (comme les autres atout du jeu) est plutôt réduit. Même pas dix armes. Entre autres, deux fusils à pompe dont un double canon, idée pompée sur le DLC de Rage, passons sur le pistolet, la mitrailleuse ou le classique lance roquette, on se réjouira tout de même de trouver une rutilante tronçonneuse qui sent bon l’essence. Le succès de cet ustensile dans Gears of wars, Killing floor, voire Resident Evil n’aura pas échappé aux développeurs qui ont eu l’idée de nous le proposer à nouveau. Cela reste tout de même suffisant pour entamer une réjouissante extermination massive en des torrents de métal brûlant, de feu et se sang.
Les ennemis son assez variés, du simple zombie au démon le plus informe et rebutant. Ils ne se présentent à vos balles que de profil ou de face, mais ne nous moquons pas il sauront souvent se montrer aussi effrayants que vindicatifs.

To hell and back
Trêve de plaisanterie, je ne vous mènerais pas en bateau plus longtemps. Le jeu est limité tant au niveau du gameplay, que de la technique, qui relève ici de l’archéologie. Mais c’est tout ce qui fait son charme. Voir en 2011 une telle pépite, codé par des programmeurs plein d’avenir, bourrée de références à des titres plus anciens et pousser aussi loin le soucis du détail dans le délire retro-gaming fait vraiment plaisir. Si les pixels, le design auntédiluvien, la maniabilité rigide et l’imagerie gore et satanique font vibrer votre corde nostalgique, vous vous devez de posséder ce titre indépendant qui gagne à être connu.

DOOguy