Archive pour la catégorie ‘DS Homebrew’

Super Meat Boy

Samedi 4 décembre 2010

Le voilà, Super Meat Boy est enfin sorti sur PC.

Lire le reste de cet article »

Lemmings DS

Lundi 16 mars 2009

Image hosted by uppix.net

Je vais essayer de reprendre mes articles sur la DS.

Aujourd’hui, un homebrew permettant de rejouer aux Lemmings et aux versions spéciales sorties ensuite ! Lire le reste de cet article »

StillAlive DS (Portal)

Lundi 29 décembre 2008

Après la version flash (shift/maj + alt pour passer en qwerty), c’est au tour d’un homebrew DS de reprendre le principe de Portal avec ses salles et son arme à lancer des téléporteurs.

Le jeu se télécharge ici (version 1.15s actuellement). Il est possible d’y jouer en anglais ou en français (et en quelques autres langues).
Comme d’habitude, il faut patcher le jeu si vous avez un vieux linker (point 3 de cet article), sinon vous pouvez directement extraire le fichier qui se finit en .nds et le mettre sur votre linker sans rien toucher.

Un éditeur de niveaux est disponible avec le jeu, pas la peine de me poser des questions dessus je ne l’ai pas essayé, mais un tutorial est disponible sur le site officiel.

J’en profite pour y reprendre les contrôles :

Je trouve que ça se laisse bien mieux manier que la version flash.

Ah oui, les deux versions sont différentes, déjà au niveau de la charte graphique (plus fouillis et moins fidèle au jeu sur DS, tout en reprenant une sombre histoire de cakes et une certaine personnalité avec des commentaires plus intéressants que la version flash) et ensuite les niveaux sont différents (malgré des bases de gameplay similaires), vous pouvez très bien jouer aux deux. Ce n’est donc pas le remake du remake du remake, plus une question d’inspiration.

Mmm pour ceux qui ne percutent pas tout de suite comment se débrouiller dans le menu, il faut contrôler le petit personnage en bas et amener le cube sur un bouton pour le sélectionner.

Site officiel

La dernière fois que j’avais essayé les émulateurs, il y a pas mal de temps, ils n’étaient tellement pas au point (absence du son, peu de jeux se lançaient) que je n’en ai finalement gardé aucun.

Après l’article de Manuel_Calavera sur un émulateur NeoGeo fonctionnel, j’ai essayé, ça marche (sous certaines conditions) et n’en restant pas là, j’ai réessayé les nouvelles versions des autres émulateurs, et décidément tout cela a bien mûrit. Voici donc un article sur les 3 émulateurs et les instructions qui vont avec.

A chaque fois qu’il est nécessaire de patcher pour être compatible avec votre Linker, rendez-vous au point 3) de cet article.

Emulateur Game Boy

Lameboy (actuellement en v0.11) (Site officiel). Les jeux Game Boy Color sont supportés.

L’installation est facile : patchez lameboy.nds, mettez le dans le répertoire de votre choix, mettez les roms de jeux où vous voulez aussi.

Quand vous lancez lameboy.nds depuis votre DS, il vous laisse chercher quel repertoire explorer.

Appuyez sur Y lors d’un jeu pour recadrer la taille de l’écran (en trop petit par défaut).

Si vous le voulez, gâchette R pour accéder aux différentes options.

La gâchette L permet d’accélérer le jeu (pour passer plus vite les cinématiques par exemple).

Je me refais avec plaisir Wario Land (le 1). Ça fait longtemps que je n’ai pas allumé ma Game Boy, alors ça m’a fait bizarre de rejouer en noir et blanc !
Je ne sais pas trop quoi d’autre je peux rejouer, peut-être les Zelda (Link’s Awakening <3), mais c’était tellement énorme que je n’ai pas le courage de m’y remettre (de toute façon je n’ai pas le temps).

Emulateur Super Nintendo Snes

SNEmulDS (ici pour les slot 2) (actuellement en v0.6 alpha) (Site officiel). Il n’est pas encore totalement au point, certains jeux ne marchent pas encore, mais ça vaut la peine pour ceux qui marchent.

L’installation est aussi plutôt facile : patchez SNEmulDS.nds, et copiez le (avec snemul.cfg) dans le répertoire de votre choix du Linker, de préférence un répertoire Snes. Vous pouvez le mettre où vous voulez, mais il ne détectera que les roms que vous aurez placées dans un répertoire Snes à la racine.

Lors des jeux, n’oubliez pas que souvent il faut appuyer sur Start pour entrer dans les menu, pas simplement A comme maintenant.

Le menu d’en bas se gère au stylet, dès le premier jeu lancé vous remarquerez un petit problème : la partie basse de l’écran semble coupée, ça s’affiche trop haut. Pas génial pour Mario…

Allez dans Options, déjà vous pourrez enlever Fast Speed pour mettre en Normal, comme vous le souhaitez.

Ensuite il est important d’aller dans Screen Layout options, et de jouer sur les différents YScroll (l’endroit où ça coupe) pour avoir une bonne image, ou alors dans Scaling pour adapter tout l’écran à la taille de la DS, mais ça peut étirer l’image…

(pas trouvé d’image avec l’interface de la dernière version)

Super Mario Kart et StarFox/StarWing ne marchent malheureusement pas. (!!!)
Donkey Kong Country, le 1 a des problèmes chez moi, le 2 marche, le 3 à l’air de marcher. (!!!)
Another World ne marche pas, mais Flashback marche (!!!)
Street Fight II Turbo marche.
Earthworm Jim marche.
Zelda 3 : A Link To The Past marche.
Super Mario All-Stars + Super Mario World marchent (!!!)
Alien 3 marche.
F-Zero marche.

Je ne sais plus les autres jeux qui valaient le coup, mais je suis surtout déçu pour Super Mario Kart et StarFox/StarWing.

Emulateur NeoGeo

NeoDS (pour les M3 Real) (actuellement en v0.1.1a) (Site officiel). Certains jeux marchent bien, d’autres un peu ralentis, d’autres sans le son.

L’installation est plus compliquée. Commencez par décompresser le .rar. Patchez NeoDs.nds, puis mettez-le dans le répertoire de votre choix du Linker (NeoDS pour être organisé, ou à la racine, ou peu importe). Par contre les jeux devront être placés à la racine, pas dans un repertoire.

L’étape la plus problématique est… de préparer les jeux.

Dans le répertoire que vous aviez décompressé, se situe un autre répertoire, NeoDsConvert. Vous devez y placer le bios de la NeoGeo, cad le fichier NEOGEO.ZIP tel quel (que vous aurez préalablement trouvé par vos propres moyens). Ça se complique, parce qu’il en existe différentes versions, et qu’elles ne marchent pas toutes avec NeoDsConvert. Pour tester si votre version est la bonne, double-cliquez sur NeoDsConvert.exe. Si ça vous crée juste à côté un fichier neogeo.neo, c’est bon. Il est aussi possible qu’il vous manque Microsoft Visual C++ 2005 (2.6 mo).
La version NEOGEO.ZIP compatible est censée être celle compatible avec MAME.

De même pour les jeux, il faut que ça soient des jeux compatibles avec MAME. Comme pour NEOGEO.ZIP, copiez-les dans le répertoire NeoDsConvert, aux côtés de NeoDsConvert.exe. Laissez tel-quels en .zip, mais ouvrez les pour vérifier quelque chose : les .rom ne sont pas compatibles, seuls les .bin le sont. Aussi, il faut que le nom du fichier soit laissé tel quel. Par exemple mslug.zip ou mslug3.zip.

Vous avez donc copié NEOGEO.ZIP et votre jeu avec son nom tel quel en .zip aux côtés de NeoDsConvert.exe. Double-cliquez sur NeoDsConvert.exe, et si ça marche il vous crée votre jeu en .neo (le fichier neogeo.neo ne sert à rien vous pouvez le jeter).
Il ne vous reste plus qu’à placer votre jeu en .neo à la racine du Linker, dans aucun répertoire donc, et de lancer NeoDs.nds pour jouer. (Il faut appuyer sur Start pour valider une Rom, et Select pour ajouter du crédit)

Les jeux essentiels pour moi marchent : Metal Slug 1, X et 3. (Un peu de ralentissements, mais rien de grave)
Sonic Wings 2 marche, mais sans le son malheureusement. Pareil pour le 3. Il y a d’autres jeux du genre qui sont aussi biens ? (Shoot’em up)

Si certains jeux ne marchent pas, il est possible qu’il faille essayer une autre versions de votre jeu en .zip, mieux supportée (j’ai mis plusieurs essais avant d’avoir le bon Metal Slug X).

Remarques diverses

Wario Land 1, que c’est bon ! Je préfère le principe de celui-là à celui des suivants, même si ils sont plus originaux. Dans le 1er, Wario devient plus fort avec différents bonus (vol temporaire, plus de capacités de bourrinage ou crache des flammes) alors que dans les suivants, le pauvre Wario se fait malmener, et c’est par exemple en prenant feu qu’il détruit les blocs de feu, etc. J’aime moins. La différence que je préfère justement entre Wario et Mario, c’est que Wario est puissant et se bat contre les ennemis et casse tout sur son passage, alors que Mario se bat contre son environnement. Les Wario Land suivants sont plus entre les deux.

J’ai beau chercher quel jeu Game Boy m’intéresse à part ça, mais je ne vois pas trop. A part Zelda, mais je n’ai pas encore le courage ni le temps de le recommencer (je n’ai toujours pas fini celui sur DS !).

Pour la Snes, grosse déception pour Super Mario Kart et Starfox/Starwing qui ne marchent pas. A part les Mario et peut-être Donkey-Kong, plus grand chose qui me fasse envie. Alien 3 est bien bourrin quand même. Pour Zelda 3, même remarque qu’avant. Possibilité de jouer à Flashback, alors que je réfléchissais à la version homebrew ! Je testerai quand même peut-être une autre fois.
J’ai oublié d’autres jeux qui valent le coup ? (Pas “oubliés” pour ceux-là, mais je n’ai jamais touché à un Metroid ou un Castlevania avant ceux sur DS !)

Ce qui me manque, c’est surtout les jeux de la 64.
Les vieilles consoles ne manquent pas de bons titres, mais peut-être que c’était quand même trop hardcore (après tout, la plate-forme et les sauts millimétrés c’est pas trop mon truc), et il fallait jouer de longues sessions, et les jeux étaient froids pour s’immerger dans les mécanismes de gameplay. (A l’époque, on devait lire les manuels, maintenant on a des tutoriaux qui nous prennent par la main).

Enfin bon, avoir tous ces jeux sur une portable et sans avoir besoin d’être devant une TV, je trouve ça génial.

L’écran tactile a toute de suite fait fantasmer les amateurs de dessin, qui ont dû se contenter de Pictochat pour gribouiller un peu.

Mais grâce aux homebrews, on peut pousser plus loin l’expérience (Linker obligatoire, donc).

C’est là qu’intervient Colors. Il se situe entre Paint et des programmes plus avancés, pour vous faire une idée je trouve qu’il est très similaire à ArtPad.

Rendez-vous à cette page pour télécharger la dernière version. Il faudra probablement le patcher, comme je l’expliquais dans le petit 3) de cet article. Au passage, je ferais remarquer que les dernières versions du M3 Simply et R4 DS ne nécessitent plus de patcher, le programme le fait automatiquement. Vous trouverez les dernières versions des Linkers ici.

Après quelques dessins vite faits (cf un peu plus bas), je trouve l’interface très bien fichue malgré un petit temps d’adaptation pour ne pas s’emmêler les pinceaux entre les différentes touches (en permanence affichées en haut de l’écran). Il faudra appuyer sur Start pour sauvegarder, effacer tout, etc, et aussi pour une petite video pas à pas de votre travail (playback).

Pour effacer, il faut choisir la couleur blanc (gâchettes pour l’écran de pinceau).

Il y a une pipette pour prélever une couleur, en appuyant sur Y.

Plusieurs niveaux de zoom sont disponibles.

Pour dessiner en trait plein (comme avec un stylo et non avec un pinceau), dans l’écran de pinceau, vous voyez deux barres tout à droite. La dernière représente l’opacité : montez tout en haut, et décochez la case. Celle juste à gauche, l’avant dernière, représente votre épaisseur de pinceau, cochez et mettez pratiquement tout en bas.

En défauts, je trouve qu’il manque un outil de sélection et de copier/coller, j’ai dû retoucher mes images par paint.
Pour les textes de bulles de BD, vous pouvez ouvrir word, écrire votre texte avec la police adéquate (j’ai utilisé Andy), faire une impr. écran, faire un coller (ctrl + v) sous paint, sélectionner votre texte, le copier (ctrl + c) et le coller dans une autre fenêtre paint où vous avez votre dessin provenant de colors.

Quelques screens de l’interface :

Image hosted by uppix.netImage hosted by uppix.netImage hosted by uppix.net

Voici mes quelques dessins, un pour une présentation et trois vite faits à l’arrache pour le concours Crysis.
Image hosted by uppix.netImage hosted by uppix.netImage hosted by uppix.netImage hosted by uppix.net

Comme c’est pas terrible, je vais plutôt vous donner un échantillon de quelques trucs piochés dans la gallerie des contributions des internautes au site de Colors (toutes les images sont affichées ici)

Image hosted by uppix.netImage hosted by uppix.netImage hosted by uppix.netImage hosted by uppix.net

Image hosted by uppix.netImage hosted by uppix.netImage hosted by uppix.netImage hosted by uppix.net

Image hosted by uppix.netImage hosted by uppix.netImage hosted by uppix.netImage hosted by uppix.net

Image hosted by uppix.netImage hosted by uppix.net
A part ça, de temps en temps je vais mettre à jour ma liste de jeux DS qui me plaisent.

Quake DS

Mercredi 27 juin 2007

J’expliquais comment remettre Quake sur nos PC actuels, c’est maintenant au tour du portage DS !

Je vais plus au moins paraphraser en français la marche à suivre du site “officiel” qui est en anglais.

1) Au menu racine (=de base) de votre Linker, créez le repertoire id1. (Encore un nom moche de repertoire qui agace les maniaques convulsifs du classement, tels que moi)

Copiez-y les fichiers du jeu : pak0.pak et pak1.pak (ou seulement pak0.pak si vous avez téléchargée la version shareware gratuite du jeu)

2) Téléchargez le fichier config.cfg (clic droit - enregistrer sous) et placez le dans le repertoire id1.

3) Téléchargez le programme Quake DS, dézippez le et ne récupérez que le fichier QuakeDS.nds que vous devrez patcher comme je l’avais expliqué dans mon 3) pour Doom DS

C’est souvent ça qui coince, alors effectuez cette étape correctement.

Placez ensuite le fichier patché dans le repertoire id1, et c’est terminé.

4) Jouez ! Lorsque vous lancez le jeu à partir du Linker, il faut ensuite appuyer sur Start pour ouvrir le menu, et select pour valider un choix.

Pour ceux qui conaissent pas, au début on choisis un portail, ce qui signifie juste en quel mode de difficulté on joue : facile à gauche et difficile à droite.

On apparait dans un autre endroit où on choisit quel épisode on joue, et dans l’ordre ils sont situés de la gauche vers la droite.

N’oubliez pas de sauvegarder de temps en temps (dans le menu).

Contrôles :

Stylet = visée/souris
L gachette = tirer
D gachette = sauter
X/Y = changer d’armes
Croix = déplacements
Start = menu
Select = valider dans le menu ou sauter dans le jeu

Après un essai rapide, je n’ai trouvé que quelques défauts : pas de wifi en local (sans passer par le online), le sang/certains effets de fumée sont bruns ??, les modèles qui apparaissent au début ou lors d’un changement d’arme sont blancs et puis les textures se mettent rapidement en place, et les temps de chargement ne sont pas aussi instantanés que ce qu’on a l’habitude de voir sur DS.

Image hosted by uppix.netImage hosted by uppix.net

Image hosted by uppix.netImage hosted by uppix.net
Encore un port/homebrew DS, cette fois ci de l’émulateur SCUMM VM qui permettait de faire tourner les vieux jeux Lucasart sur nos machines de maintenant.

Place donc à Scumm VM DS pour mettre tout ça sur la NDS, avec le stylet au lieu de la souris !

Et, ce qui tombe bien pour moi, il existe déjà un bon tuto en français !

Pour le maniement, une liste des bouttons/fonctions se trouve ici.

Je vous préviens aussi qu’il faut sauvegarder sa partie en appuyant sur start, et la recharger de la même manière quand vous relancez un jeu.

Et euH… avancer dans ces jeux n’est parfois pas évident, si vous ne voulez pas vous prendre la tête cherchez une solution complète. Mais même si vous voulez avancer avec la soluce pour gagner du temps, il vaut mieux d’abord visiter et ensuite seulement l’utiliser pour vérifier que rien ne manque, sinon ça gâche la découverte.

Les Lucasart n’étant pas en abandonware, ils ne sont pas en téléchargement officiel.
Apparement sur certaines “versions” le son des voix ne marche pas, mais sur d’autres oui. Dans Scumm VM on peut de toute façon activer les sous titres dans les options du programme (avant de lancer un jeu).

WarCraft Tower Defense DS

Samedi 2 juin 2007


Disponible en homebrew DS ! Avant de parler du programme, je vais vous expliquer succintement comment l’installer.

Pour l’installer, téléchargez la dernière version sur le site officiel.

1)Une fois le fichier décompressé, ouvrez le readme.txt pour savoir dans quel repertoire se trouve la version pour votre linker.
La version FAT est celle pour les linkers slot 1 (ceux qui se mettent à la place d’une cartouche DS et non GBA) comme le M3 Simply.
Vous pouvez aussi consulter la liste de compatibilité qui vous permettra de savoir quelle version et ensuite quel fichier (du repertoire de la version) et si il est nécessaire de patcher.
Pour patcher, reportez vous à mon explication quand j’ai fait un article sur Doom DS.

2)Copiez ensuite le repertoire Maps directement à la racine de votre linker. Pour l’instant je n’ai pas entendu parler d’astuce pour faire que ça marche dans un autre repertoire ou en le renommant…

Puis copiez (dans ce repertoire Maps ou nimporte où ailleurs) le fichier compatible que vous avez obtenu/sélectionné en 1) (TowerDefense.nds patché si vous utilisez un M3 Simply).

Attention si vous avez des questions sur cette installation, je ne sais que comment faire marcher ça sur mon M3, le reste je ne connais pas. Lisez les readme.txt et how to use.txt dans les repertoires, et peut-être la liste de compatibilité ci-dessus et les commentaires sur la même page.

Voilà, vous devriez pouvoir jouer !

Le jeu est accompagné d’un éditeur pour créer vos propres niveaux, ça se passe sous Windows par contre.
Un mode multijoueur sera disponible, mais il faut encore patienter.

Pour ceux qui ne conaissent pas le principe d’un Tower Defense, je leur conseille ce mini-jeu.

Il faut arrêter des vagues de monstres en construisant des tours de défense.

Revenons en à la version DS.

Je vous conseille de commencer par faire un tour dans les options. Malheureusement, il faut le faire à chaque début de partie car elles ne sont pas gardées en mémoire.

Personellement je vous conseille : L&R Switch Mode sur On pour ne pas avoir à rester appuyé sur les gâchettes pour switcher avec l’écran de construction.
Build Menu Position sur Down-right, mais c’est personnel.
Allow Chain Building sur On pour construire plusieurs fois la même tour sans refaire des clics dans le menu de construction.
Double tap build sur Off pour ne pas construire une tour par erreur.

Les graphismes sont ceux de WarCraft II au niveau des décors et des monstres. Les tourelles et leurs icones viennent principalement de WarCraft III, en 3D isométrique.

Pour terminer, quelques screenshots piqués sur le site officiel.

Doom DS

Samedi 19 mai 2007

Après Doom sur PC je vais maintenant vous expliquer comment installer Doom sur votre NDS !

(On m’a déjà demandé l’intérêt… Ben… Se balader partout avec Doom c’est quand même quelque chose quoi… Même dans son pieu ! Et puis c’est Doom quoi…)

Attention c’est pas si facile.

1) Commencez par récupérer les WADs du Doom que vous choisissez (ou tous si vous voulez, en tout cas sur le lien c’est dans la rubrique WADS à gauche).

2) Ensuite il vous faut le programme pour faire marcher ça sur votre DS. Voici le lien vers le programme “officiel” mais à part pour trouver des infos, n’y allez pas.

On va préférer une version modifée (source) qui gomme les défauts du programme “officiel” ! Ainsi, on pourra maintenant avoir les fichiers dans un repertoire Doom (avant c’était obligatoirement dans le repertoire racine, pas rangé), et surtout les sauvegardes ne buggent plus et on pourra avoir tous les Doom en même temps, et non plus un seul à la fois.

>>Lien direct de download<<

Jusque là, c’était facile. C’est maintenant que les choses sérieuses commencent.

Pour certains Linkers, il n’y a besoin de rien faire et il vaut mieux directement passer à l’étape suivante.

3) Autrement, surtout avec les vieux Linkers, il faut PATCHER le programme. (Mais avec les dernières versions du M3 Simply et du R4 Revolution, il n’y a plus besoin de patcher, le programme le fait tout seul ! Pareil pour les linkers récents ! Vous pouvez donc passer à l’étape suivante tout simplement, sans avoir à patcher le fichier .nds vous-même)

Vous pouvez regarder un tuto, mais je vais vous expliquer.

Téléchargez DLDITool32.

Cherchez ici le fichier DLDI correspondant à votre Linker (M3 Simply = le même que R4 Revolution).

Ensuite décompressez DLDITool32 dans un repertoire. Ajoutez-y le fichier correspondant à votre Linker et le fichier dsdoom.nds du programme du début.

Lancez le fichier .exe de DLDITool32, et dans la premiere ligne il doit y avoir le fichier correspondant à votre Linker, dans la deuxième ligne mettez votre fichier dsdoom.nds à patcher. Lancez.

4) Enfin, remettez le fichier dsdoom.nds à sa place d’où vous l’avez prélevé, dans le repertoire Doom du programme du début. Copiez maintenant ce repertoire Doom à la racine de votre Linker. Mettez directement dans ce repertoire Doom les WADs du début. Et voilà ! C’est terminé.

5) Jouez !!!

Au lancement, vous pouvez choisir le solo ou le multi en Wifi (je n’ai pas testé). Ensuite choisissez votre version de Doom (Doom 1, 2, TNT ou Plutonia (Final Doom)).

Les contrôles par contre… Ben c’est comme à l’époque…

Croix directionelle pour avancer/reculer/tourner
A pour flinguer
B pour activer portes et interrupteurs
X pour courrir (se désactive de temps en temps, à reconfigurer dans menu pendant le jeu)
Y pour changer d’arme

Gachettes pour straffer. Et oui ! Ca nous rappelera de mauvais souvenirs occultés par la maniabilité que l’on connait, mais passé une période d’adaptation on s’y fait. Ah on ne pouvait pas encore sauter….
Bon, malgré tout, ça reste moins mou qu’un FPS sur pad avec sticks.

Ah et pour ouvrir le menu duj eu c’est START, et SELECT pour valider.

Linker DS

Dimanche 6 mai 2007

/!\ /!\ Cet article est ancien et n’a pas été mis à jour, il y a de nouvelles générations de Linkers qui sont sorties, notamment pour la DSi (-> Aceckard 2) /!\ /!\

Petit résumé global : M3 Simply (= R4 Revolution) était un excellent Linker, le plus populaire et quasiment parfait, et son successeur le M3 Real s’avère en fait très peu pratique. C’est maintenant le CycloDS qui fait l’unanimité et devient plus intéressant que le M3 Simply, car le M3 ne supporte que jusqu’à 2 Go de mémoire micro SD alors que le CycloDS peut en supporter largement plus (la mémoire dite “HC”).

Simple à utiliser, les versions plus récentes du M3 (ici pour le Cyclo) (ce sont les liens vers le téléchargement de leurs programmes, à mettre sur la carte microSD accompagnant leur cartouche) permettent de ne plus avoir à patcher ni ses jeux (ROMs), ni ses homebrew (programmes amateurs). (si version ancienne, il faudra patcher les homebrew soi-même comme expliqué au point 3) de cet article, mais les dernières mises à jour des linkers laissent le linker patcher les jeux tout seul, et corrigent au fur et à mesure le problèmes de certains jeux qui ne se lancent pas). Pas besoin de flasher sa DS ni de passkey ou quoi que ce soit.

Le M3 Simply/CycloDS est sous la forme d’une cartouche DS, où on rentre une carte mémoire de type Micro SD (à acheter aussi, 1Go, 2Go ou plus). On peut lire la carte mémoire Micro SD sur son PC (pour y ajouter des choses par exemple) grâce à une sorte d’adaptateur USB fournit avec le linker.

On copie les fichiers (jeux, homebrews, etc) sur la micro SD via l’adaptateur, on introduit la micro SD dans la cartouche M3/Cyclo, on met la cartouche M3 dans la DS et ça marche.

Le prix du M3 ou du Cyclo + cartes micro SD varie de 40€ à 80€ suivant les sites où vous achetez et la carte Micro SD.

Par contre, le M3 Simply a un défaut : il ne gère pas les cartes SD HC, donc forcément celles de plus de 2 Go (donc jusqu’à 2 Go ça marche).

Le M3 Real les gère, mais personnellement je n’aime pas son interface et sa prise en main. Il n’est pas très pratique et a une assez mauvaise finition. En plus encore pas mal de bugs gênants, et pas très rapide/réactif. Le CycloDS en revanche a l’air d’avoir les faveurs en ce moment, si vous voulez plus de 2Go c’est vers lui que vous devriez vous tourner.

Si vous voulez des liens pour acheter, c’est dans les commentaires, ou ici.