Archive pour la catégorie ‘Divers Jeux’

« Articles plus anciens

Gun Godz video guide to all triangles

Mercredi 2 octobre 2013

Gun

Gun Godz is a free game developped by Vlambeer. It is a FPS (First Person Shooter) in the vein of Wolfenstein 3D, with the pace of Doom.

There are 52 triangles in the 16 levels. They unlock bonus levels and the gold paint for the weapons.
48 triangles are obtained by acing the levels: 100% kills, 100% items and a completion time under the required time. These conditions have to be cleared at the same time to validate 3 triangles for a level.

Additionally, 4 secrets triangles are hidden in levels, behind walls:
1-3 Guard Quarters in the shower
2-2 Wastewater directly opposite the exit room
3-3 Wine Heaven on the left wall of the final room
4-2 Lobby on the right side of the square room without pillars
A level’s secret triangle has to be obtained at the same time as the other 3 triangles to validate all 4 triangles

100% video run of all individual levels (including speedrun and secret triangles) on this link.

YouTube Preview Image

Retour sur certains jeux sortis plus ou moins récemment.

Home

Un thriller interactif, se contrôle comme un jeu de plate-forme très simple et non comme un point’n'click ce qui pourra convenir à un public occasionnel. En revanche la représentation en 2D rend certains passages assez compliqués pour se repérer, notamment la forêt.
Parlons de l’histoire. Elle n’est pas incroyablement originale, mais permet de réellement se creuser les méninges pour essayer de tirer l’histoire au clair et de deviner ce qu’il s’est passé à mesure que l’on retrouve des cadavres. Qui a tué qui ? Quel est le rôle du héros ? Que représentent les indices dans les lieux visités ?
Petit élément de gameplay émergent: en fonction des actions du joueurs et de ce qu’il pense découvrir, les évènements peuvent être légèrement modifiés, ce qui donne deux fins aux interprétations complètement différentes. Ce qui est original c’est que c’est vraiment l’interprétation du joueur qui conditionne ce qui va être montré dans le jeu. Mais ce n’est utilisé que rarement.
Expérience courte (1h30 par partie) intéressante, mais pas indispensable. Lone Survivor offre bien plus de contenu.

Image hosted by uppix.net

Castle Crashers

Beat’em’all 2D. Je regrette sérieusement l’avoir acheté, surtout à ce prix. Si il vous intéresse, attendez une promo, et contrairement à moi assurez vous d’avoir des partenaires pour y jouer à 4. En effet, certains passages compétitifs rendent le multijoueur rigolo en plus de combats plus dynamiques. Car en solo c’est l’ennui total, il n’y a pas beaucoup de coups différents et il faut taper taper taper taper taper et oh! miracle, la barre de vie invisible du soldat ennemi tombe à zéro et il disparait, c’est bien mais il y en a encore une dizaine à éliminer avant de voir la suite. Comble pour un jeu qui sort sur PC 4 ans après sa sortie console, l’interface montre des boutons Xbox (ennuyeux pour apprendre les combos) et il ne reconnait aucune manette autre que celle de l’ennemi des FPS PC, la manette Xbox360. Et au clavier c’est jouable mais pas super pour un jeu du genre. Points positifs cependant: c’est mignon, coloré, décalé et bien animé.

Image hosted by uppix.net

Worms Revolution

La série des Worms peine à se renouveller et n’évolue guère depuis ses débuts. Pire, les talents semblent avoir quitté l’équipe et depuis le virage de la 3D on sent une forte consolisation du jeu et des features autrefois indispensables viennent à manquer. Worms Revolution (en 3D mais se jouant en 2D, soit 2.5D) ne fait pas exception à la règle, il n’est même pas possible de créer plusieurs équipes pour jouer entre amis dans de bonnes conditions sur un même PC, il faudra se contenter de “clones” du joueur principal (les développeurs ont annoncé qu’ils vont corriger ça).

Cependant quelques ajouts originaux rendent cet opus bien plus appréciable que le fade Reloaded: l’eau fait son apparition dans les niveaux en tant qu’arme, mix entre le poison et le napalm (et donc ne noie pas). De nouvelles caisses permettent d’acheter des armes et de retourner la situation. Aussi différentes classes de Worms permettent d’étoffer les stratégies, comme le scientifique qui soigne un peu son équipe ou le scout qui a une panoplie de mouvements accrue. Au prix de moins de dommages envoyés, évidemment. J’apprécie aussi le nouveau générateur de cartes aléatoires, qui fait des cartes plus navigables et stratégiquement intéressantes, ainsi qu’un narrateur (le boss de la boîte dans la série The IT Crowd) qui donne un cachet sympathique à la campagne solo qui n’est que du Deathmatch de luxe. C’est un mal nécessaire pour débloquer les classes, j’ai rarement trouvé une des campagnes de Worms intéressantes mais bon là n’est pas l’intérêt. Il y a un mode puzzle un peu plus sympa. (Je déteste la campagne de Worms: Armageddon, de l’horreur au pixel près ultra difficile sans suivre un guide. Enfin au moins ça m’aura marqué, contrairement aux autres Worms)

En défauts, c’est encore un peu buggé et consolisé mais ça reste dans l’ordre de l’acceptable. Certains grinceront des dents au fait que la corde ninja a été très très affaiblie, mais en même temps elle était trop puissante auparavant et ne collait pas à l’ambiance casual des parties entre amis de tous niveaux. Le netcode est un peu pourri et donne des freeze le temps qu’un joueur passe la main au suivant. Des objets physiques aux propriétés différentes remplacent avec plaisir les objets du décor des précédents Worms, mais leur propriétés sont trop timides et valent rarement la peine de perdre des tours à les viser.

Si vous voulez avoir du monde en ligne, ne trainez pas trop. Ou venez lors du prochain pic de fréquentation, lorsqu’il sera en soldes. Ou éventuellement attendez une version Gold avec tous les DLC.

Au final, mon avis: c’est pas mal, il y a assez de nouveautés pour un peu renouveler l’intérêt. Ça vaut le coup si vous n’avez jamais joué à Worms ou si vous aimez Worms et n’êtes pas mentalement arrêtés à Armageddon, mais je trouve tout de même un peu frustrant de ne pas systématiquement avoir droit à des features qui étaient là il y a dix ans.

Image hosted by uppix.net

Botanicula

L’ambiance et le design sont moins accrocheurs que Machinarium, mais le gameplay est beaucoup plus fluide et la difficulté qui s’accentue permet cette fois de profiter du jeu un certain temps avant d’être bloqué. Les personnages principaux sont très mignons, “youhouuuu !”

Image hosted by uppix.net

Rayman Origins

Je dois être un des seuls à ne pas avoir accroché à ce jeu. Ok la direction artistique est sublime, c’est superbe et fluide, mais le personnage ne réagit pas toujours très bien notamment lorsqu’il faut tourner à 180°, et je trouve que la collecte des Lums est une difficulté artificielle qui enlève au dynamisme de l’action.
Et contrairement au magnifique trailer, l’histoire des origines a été totalement zappée et c’est à peine si il y a une histoire. Rien ne me donnait envie de passer d’un niveau à l’autre.
Peut-être que juste pour se balader à plusieurs le jeu est sympa, mais moi qui suis perfectionniste et essaye de finir tous les niveaux à 100% je me suis rapidement dégouté du jeu.
Pour rendre le jeu moins répétitif il faudrait aussi regarder ce que fait le voisin Trine, en dosant un mix plate-formes/pièges/action/puzzles.

Image hosted by uppix.net

Oddworld: Stranger’s Wrath HD

Très bonne surprise, le gameplay mi-plateformes mi-infiltration mi-action donne un très bon mélange, bien rythmé (même si ça n’est clairement pas du niveau de l’excellent Dishonored) et saupoudré de personnages charismatiques et de thèmes profonds traités de manière décalée. La fin offre une surenchère à la fois surprenante et réussie ! La version PC permet une customisation bien venue, évitez cependant de mettre de l’anti-aliasing pour avoir un framerate décent.
Un FPS solo atypique, à essayer.

Image hosted by uppix.net

Hell Yeah!

Je viens de le commencer donc mon avis n’est pas définitif, mais pour l’instant c’est fun. Les niveaux ne sont pas labyrinthiques (souvenirs de Jazz Jackrabbit…), l’ambiance et l’humour sont sympathiques, le jeu est varié et agréable à jouer et dispose de nombreux monstres à affronter. Qu’ils soient faciles ou bien retords, ils finissent tous éclatés par un rapide mini-jeu. Puis en escalavage dans une île à gérer superficiellement. Ce n’est pas tous les jours qu’on joue à un Lapin prince des enfers surarmé qui chevauche à travers l’Enfer sur sa scie circulaire.

Image hosted by uppix.net

Awesomenauts

J’en avais déjà parlé, mais je n’ai pas vu assez de joueurs s’y mettre. Allez-y c’est vraiment très bon et les développeurs continuent de l’améliorer, déjà deux nouveaux personnages ont été rajoutés, et bientôt un nouveau niveau.

Trine 2

Pareil, j’avais déjà parlé de l’expansion très réussie. Plus belle et sans ces répétitives bulles !

Dishonored

Vous en entendez surement déjà assez parler ailleurs. Je n’ai rien à redire sinon que je le trouve excellent. Quelques petits défauts certes, mais je ne me suis jamais autant senti libre dans un FPS depuis Crysis. Excellentes sensations de combat, excellente direction artistique, le rythme action/infiltration/exploration laissé à la guise du joueur permet de savourer chaque instant.

Durant cette période faste, je n’ai pas le temps de jouer à tout, et les prochains sur la liste sont Chivalry: Modern Warfare (bonnes sensations de corps à corps), Retro City Rampage (GTA ++ mélangé à des classiques de la NES), Hotline Miami (violent et bizarre), FTL (roguelike dans l’espace), To The Moon (super histoire), et enfin McPixel (délirant mais abrutissant). Voir aussi MechWarrior:Online et PlanetSide 2 dont j’ai accès à la beta ? Et la future mise à jour TF2 Halloween ? Je ne sais plus où donner de la tête, et, surtout, du temps !
En connus qui ne m’intéressent pas: Torchlight II, Borderlands 2, XCOM: Enemy Unknown, et bientôt Far Cry 3.

DRM, mon ami

Vendredi 19 août 2011

Ce que l’on met sous la case Digital Rights Management et autres verrous numériques pour protéger contre le piratage est assez à la mode chez les gros éditeurs de jeux vidéo ces dernières années. On se demande bien pourquoi, au final le jeu est cracké la plupart du temps avant même qu’il sorte. Et les pirates peuvent jouer sans créer un compte bidon, sans connexion permanente obligatoire, bref: le jeu et rien que le jeu.

Et c’est bien ça le problème, le piratage n’est pas arrêté pas ces âneries qui coûtent probablement une fortune, et au contraire c’est l’honnête consommateur qui se retrouve lésé. Et qui décide alors de ne pas acheter le jeu, boycotter l’éditeur ou se faire rembourser, comme on peut le voir actuellement pour le pauvre From Dust d’UbiSoft.

Quels sont les pires systèmes de protection ? Dans le désordre:

  • StarForce, qui était tellement violent dans ses dernières versions qu’il avait fait rendre l’âme à de vrais lecteurs CD. Heureusement, abandonné depuis le boycott massif.
  • 2K (Bioshock) et Electronic Arts avec leur principe d’activations limitées du jeu. 3 activations maximales lors de la sortie de Spore. Incroyable, une honte! Imaginez si vous n’aviez pu installer que 3x Doom, StarCraft ou Quake, et que ce beau CD acheté il y a 10-15 ans ne vous permettait plus de jouer aujourd’hui ? Puis dans sa grande magnanimité EA a augmenté le nombre d’activation de ses jeux par 5. Un excellent moyen pour vous rappeler que vous ne devenez pas acquéreur d’un jeu, mais que vous ne faites que louer la licence pour un temps limité.
  • SecuROM, qui ralentissait ou empêchait de lancer le jeu acheté. Certains étaient obligés de cracker leur jeu pour le lancer ! Comme F.E.A.R. à l’époque. Dernièrement, SecuROM (utilisé par EA par exemple) empêche de lancer le jeu si il n’a pas été activé en ligne avant.
  • UbiSoft, et leur nouveau DRM qui demande à être en permanence connecté. Le principe est repris par EA pour Command & Conquer 4, Blizzard pour StarCraft 2 et Diablo 3, CAPCOM pour Street Fight IV Arcade (retiré avec un patch), id Software pour Rage, etc. En gros, si vous prenez le train ou que vous jouez ailleurs que chez vous sans être connecté (d’où le principe d’un ordinateur portable, courant en milieu étudiant), ou que les serveurs ont un problème, vous ne pouvez pas avancer dans le jeu. Comment a-t-on pu en arriver à de telles inepties ? Surtout pour des jeux qui ont un mode solo, c’est impensable. Et en plus c’est repris en masse, de quoi être tout sauf optimiste pour l’avenir…
  • Les surcouches de comptes à créer ou de plate-formes à utiliser. Déjà Steam, mais toléré pour son mode offline et son grand apport au niveau communautaire et ses prix aggressifs (sans parler des jeux copiant les sauvegardes sur les serveurs, c’est quand même pratique quand on passe d’un PC à un autre), mais que faire en plus d’Origin d’EA, Games For Xbo…Windows Live (et l’immonde bandeau sur les boîtes de jeu, boooouuuuuh retournez sur console), Ubiplay, etc. Surtout que ces surcouches peuvent se rajouter en plus de Steam. Quand on lance un jeu, on veut juste rentrer dans le jeu, pas sur vos usines à gaz!

Image hosted by uppix.net

Vous désirez vous évader dans un jeu ? Tous ces DRM sont là pour vous handicaper, vous gêner, vous empêcher de profiter simplement, et surtout vous rappeler que vous ne jouez pas à un jeu mais à un produit qu’on veut bien vous prêter. Dans ces conditions, difficile d’apprécier l’esprit serein. Et c’est même devenu une raison qui pousse des joueurs à se diriger vers le piratage, où, ironie du sort, toutes ces contraintes sont supprimées !

Comment arrêter cette folie ? Est-ce que c’est possible ? Si on arrête d’acheter, ils vont dire que le PC est mort et que c’est la faute au piratage. Si on achète leurs jeux, ils vont se dire qu’ils ont raison et continuer dans cette voie. Un véritable cercle vicieux ! Je ne sais pas vous, mais moi je n’ai pas envie de donner de l’argent à ceux qui nous traitent comme cela.

Sans compter que les DRM ne sont pas le seul problème dont est victime le PC: portage insipide depuis la console (options graphiques limitées, souris castrée, lenteur des déplacements, checkpoints, etc), contenu téléchargeable payant qui sort en même temps que le jeu/débloquable sur le CD (si ça ce n’est pas prendre les gens pour des abrutis…) ou impossibilité de choisir la VO (surtout vrai pour EA).

Donc si vous voulez arrêter de financer ces choix, c’est le boycott. Mais non, vous êtes trop faibles pour résister. Ils peuvent mettre ce qu’ils veulent avec Battlefield 3, vous allez le prendre. Car au final, il suffit d’imposer ces pratiques avec des jeux à succès pour qu’elles soient acceptées par défaut…

De mon côté, je n’achète plus de jeux Activision, EA et UbiSoft depuis quelques années (saufs quelques ratés que je pensais épargnés, bien mal m’en a pris), et je ne m’en porte pas plus mal. Cela m’a permis de me tourner vers les jeux indépendants qui offrent de bien meilleures évasions sans s’embêter avec des DRM. La déchéance des gros permet à de plus petits d’émerger. (Ou je me tourne aussi vers les jeux Valve, Tripwire ou des pays de l’est, encore bien PC dans l’âme)

Alors, si vous pensez mettre un DRM sur vos jeux: ça ne sert à rien. Il sera piraté. Les gros chiffres du piratage font peur, hein ? Et bien vivez avec. Plus un jeu sera populaire, plus il sera piraté. Donc plus vous faites de communication, plus il sera à la fois acheté et piraté. Et rien de ce que vous pouvez faire n’y changera. Gardez ces bonnes vieilles clefs CD qui protègent pas trop mal les jeux multijoueur depuis des années, et abandonnez tout le reste. De toute façon, plus vous blindez votre jeu de protections, plus vous repoussez d’honnêtes consommateurs avec vos contraintes. C’est du perdant-perdant, orginal comme concept ! Vous devriez plutôt créer de bons jeux, et capitaliser sur la fibre “payer pour récompenser les développeurs”. Mais tant que les DRMs créent une barrière entre la grosse entreprise et le joueur enchainé de contraintes, vous n’y arriverez pas, contrairement à certains indépendants qui ont tout compris.

Les Grands Reporters des jeux vidéo ont l’air de se rebeller de temps à autre (ou plutôt, de suivre timidement le mouvement quand de nombreux joueurs postent leur mécontentement), mais ils devraient systématiquement indiquer dans leurs tests si le jeu dispose d’un tel système de protection contraignant. Car c’est un point négatif qui gâche l’expérience de jeu. Et surtout, si les éditeurs voient que cette information est un critère relayé jusque dans les tests, ils vont peut-être commencer à y réfléchir à deux fois avant d’implémenter des mesures aussi impopulaires. C’est vous qui avez le plus d’exposition médiatique dans le milieu, alors utilisez-la à bon escient !

Et si vous êtes un joueur, vous votez avec votre porte-monnaie. Si vous vous faites entuber avec le sourire, on ne peut plus rien faire pour vous. Mais je vous conseille de n’investir votre argent que dans les jeux sans DRM contraignant, et réellement conçus pour le PC. Le reste, qu’ils se le gardent.

Mon article compte-t-il changer quelque chose ? Ben non, je ne suis pas le premier à m’exprimer sur le sujet sans que ça n’ait changé quoi que ce soit, et de toute façon écrire en Français dans un coin isolé c’est comme donner un coup d’épée dans l’eau !

Depuis le système assez débile des objets qui s’obtiennent aléatoirement en fonction du temps de jeu, une pratique populaire s’est développée :
L’idle.

Le système de drop de Team Fortress 2 fonctionne de la manière suivante: chaque semaine (le Jeudi matin heure française), vous avez la possibilité d’obtenir une dizaine d’armes en jouant. Cette dizaine d’armes s’obtient en une dizaine d’heures.

Même si on aime Team Fortress 2 et qu’on a envie d’en obtenir certains objets, on n’a pas tous que ça à faire d’y jouer une dizaine d’heures chaque semaine. D’où l’émergence des serveurs idle, tout simplement des serveurs qui ne kickent pas les joueurs inactifs. Les joueurs laissent le jeu tourner, font un petit Alt-Tab pour réduire la fenêtre et occupent leur temps de manière plus productive, ou pas.

Image hosted by uppix.net

Mais voilà, utiliser inutilement les ressources de son PC (surtout avec la chaleur de l’été), ça n’est pas l’idéal. Au début, des petits malins ont crée un programme tiers qui idle pour vous en mode texte. Et Valve n’a pas apprécié qu’un programme tiers prenne le contrôle de TF2 et a retiré tous les objets obtenus grâce à celui-ci, tout en donnant une auréole aux joueurs qui ne l’avaient pas utilisé (pour ceux qui se demandaient ce que ça faisait dans leur inventaire…)

Cependant, il est possible d’obtenir quasiment la même chose sans faire appel à un programme tiers ! En effet, il est possible de basculer TF2 en mode texte. Voici donc un tutoriel pour vous expliquer comment se mettre très facilement à l’idle sans pomper autant de ressources qu’avec le jeu.

Lire le reste de cet article »

Nouveau Trailer Trine 2

Jeudi 24 mars 2011

YouTube Preview Image

Dans le premier Trine, j’avais adoré les niveaux tous différents et magnifiques. Dans cette vidéo j’aime beaucoup les passages où il faut découvrir comment intéragir avec de nouvelles rencontres. Vraiment hâte que le jeu sorte ! Je suis à nouveau sous le charme. Il faudra attendre vers la fin de l’été apparement.

Feist

Dimanche 16 janvier 2011

Après avoir été silencieux pendant quelques années, ce jeu indépendant redonne signe de vie et est annoncé pour 2011 !

Je vous laisse découvrir quelques images et un trailer récent, suivi d’un trailer plus ancien (deux ans) qui montre quelques éléments de gameplay en plus.

Image hosted by uppix.net
Image hosted by uppix.net

Image hosted by uppix.net
Image hosted by uppix.net

http://www.vimeo.com/10632296

http://www.vimeo.com/2764535

(cliquez sur “vimeo” pour les voir en plus grand…)

Les ennemis ont l’air excellents, je trouve que le fait qu’ils n’arrêtent pas de frapper ou balancer des choses sur le personnage rajoute bien plus de pression que des ennemis qui tuent tout de suite. Et leur animation et design sont vraiment bons ! Passage assez original : lorsqu’un des monstres en attrape un autre pour le jeter sur le personnage…

YouTube Preview Image

Pfffiiouuuu ça y est réussi. Voilà, un des passages les plus difficiles que j’ai rencontrés de toute mon expérience de jeu. Et vous ?

Lire le reste de cet article »

Quand j’ai appris que les développeurs de Ace Team partaient sur un concept bien loin des FPS, j’ai été assez déçu de ne pas avoir une suite au très original Zeno Clash. Je ne viens que tout récemment de voir le petit jeu qu’ils préparent, Rock of Ages. Je vous laisse découvrir les trailers déjantés :

YouTube Preview Image

YouTube Preview Image

J’apprécie le style visuel toujours aussi travaillé, d’ailleurs très inspiré des Monthy Python… et puis le gros délire qui s’annonce bien fun.

(Mais le jeu indé que j’attends est Trine 2 !)

Image hosted by uppix.net

Vous n’êtes pas sans connaître l’excellent Plants vs Zombies sorti l’année dernière.

Il a récemment reçu une mise à jour sur Steam après plusieurs mois sans rien.

Un apport majeur est le support du SteamCloud, qui permet à la progression d’être enregistrée en ligne et donc de garder son profil et son avancement d’un ordinateur à l’autre. Aussi, de nouveaux Achievements ont fait leur apparition, sur Steam mais aussi dans le jeu.

Mais ces ajouts ne se sont pas fait sans douleur, et actuellement de nombreux joueurs ont des problèmes entre les sauvegardes des différents ordinateurs ou entre PC et Mac (au passage, attention, la synchronisation se fait lorsque vous lancerez le jeu pour la première fois depuis l’update, choisissez votre ordinateur avec la progression que vous voulez garder), et d’anciens Achievements validés ne le sont plus et sont impossibles à regagner sans créer un nouveau profil.

Des ajouts bienvenus mais qui font grincer quelques dents quand ils ne fonctionnent pas correctement…

Un ajout anecdotique est l’inclusion in-game du Zombatar, qui permet de customiser la tête d’un avatar Zombie. Il existait déjà sur le site officiel (où vous pouvez aussi essayer le jeu gratuitement si vous n’avez pas encore succombé).
La tête du zombie ainsi customisé remplacera celle du porteur du drapeau lors des vagues de zombies.

Pour finir, et c’est sans doute la raison d’être de cette update, les héritiers de Michael Jackson ont demandé un retrait du zombie à son image, car étant donné qu’il est décédé quelques temps après la sortie du jeu, le clin d’oeil sympathique est devenu du mauvais goût pour certains (ce qui aurait aussi pu être interprété comme un hommage).

Image hosted by uppix.net

Le set de zombies danceurs a été remplacé, voici leurs images respectives dans l’Almanach :

Image hosted by uppix.netImage hosted by uppix.net

Image hosted by uppix.netImage hosted by uppix.net
Comme souvent, la communauté a réagit rapidement pour afficher l’ancienne version (autre méthode).

Pour finir, le versus et le coop de la version Xbox Live Arcade n’ont pas été ajoutés dans cette édition Game of the Year, mais c’était prévisible étant donné que Microsoft exige du contenu supplémentaire exclusif si le jeu était déjà sorti ailleurs avant de sortir sur le XBLA.

Vivement une suite à ce bijou capable d’attirer tout le monde, joueurs réguliers ou non, joueurs casual ou hardcore.

Unreal Tournament 99 + 10 = 2009

Lundi 30 novembre 2009

Ce sont les 10 ans d’Unreal Tournament !
Ce jeu m’avait totalement conquis à l’époque. L’ambiance générale du titre, déjà, avec ce mélange de châteaux gothiques et de vaisseaux spatiaux/science-fiction. Les musiques aussi plongeaient bien dans l’ambiance. Le level design des maps était vraiment très réussi, surtout celles de CTF (Capture de drapeau) qui étaient particulièrement bien conçues. Un autre point positif du jeu, c’était la customisation à outrance. Il était possible de régler tous les paramètres de chaque partie, des réglages de l’IA des bots, aux armes sur la map, en passant par la gravité, et directement dans les menus du jeu sans passer par une obscure console. Il y avait même un menu de communication très élaboré pour donner différents ordres ou commentaires à son équipe. De nombreux mutators (options de modification) permettaient de choisir par exemple tout le monde au Flak Cannon (une espèce de gros fusil à pompe qui lance des particules de métal en fusion). Les armes étaient plutôt originales, et disposaient toutes d’un mode de tir secondaire. Le jeu était particulièrement violent et jouissif (rien que le sniper qui permettait de décrocher les têtes à une cadence de tir folle, tellement puissant qu’il n’a pas survécu aux épisodes suivants). J’avais aussi apprécié le fait de pouvoir faire des esquives avancées (les “dodges”) en pressant deux fois une touche de déplacement.
Bref, que du plaisir, un jeu très complet, bien fichu, avec un bon feeling et une bonne ambiance.

Après avoir retourné sans jamais me lasser le jeu en solo, c’est aussi la première fois que j’ai joué à un FPS sur internet, malgré les faibles connections de l’époque. J’ai joué à un niveau compétitif en instagib, c’est-à-dire le Shock Rifle (fusil laser) modifié pour tuer en un coup. Tous les joueurs apparaissaient avec cette arme, et c’était le skill pur (visée, esquive/déplacements, anticipation) qui déterminait le résultat d’un affrontement, sans se préoccuper de connaître les maps et timings des emplacements d’armes par coeur.

Puis il y a eu UT2003. Le look egyptien, les maps trop grandes (”jolies” mais mal conçues) et le feeling globalement mauvais du titre en ont fait une grande déception pour moi, d’ailleurs ça n’est pas pour rien qu’il n’est même plus compté dans les épisodes de la série et remplacé par son successeur, UT2004. UT2004, c’est une version +++ de UT2003, avec un feeling corrigé, des maps d’abord conçues pour être fonctionnelles avant d’être jolies, et surtout, le mode de jeu Onslaught, mode de jeu avec des véhicules pompé sur Halo mais bien plus nerveux. Les armes étaient retravaillées pour être équilibrées et donc plus aussi jouissives, mais ça ne m’a pas trop dérangé vu que je jouais en instagib. Par contre j’ai pris beaucoup de plaisir en Onslaught, les véhicules étant particulièrement puissants et variés (tanks, aéroglisseurs et même vaisseaux spatiaux).

Et maintenant nous avons UT3. Niveau ambiance/look on quitte la science-fiction spatiale et l’élégance pour un monde tout en rondeur et en couleurs sombres pleines de shaders dérivé de Gears of War, qui fait tâche avec l’univers de UT. Les améliorations de gameplay de UT2004 ont globalement été enlevées pour un jeu plus proche de UT99. C’est dans ce UT3 que j’ai le plus aimé les sensations de tir de la plupart des armes, entre leur nouveau design, leurs effets graphiques et le fait que certaines (Bio Rifle et sa grosse boule de goo verte, Rocket Launcher et son tir rapide) soient à nouveau puissantes et jouissives (au détriment du Flak Cannon malheureusement, un peu faiblaird dans cet opus). Le mode Onslaught, renommée pour l’occasion Warfare, est par contre assez décevant, avec des véhicules trop peu nombreux qui transforment cet opus en infanterie vs véhicules alors que dans UT2004 tout le monde pouvait être motorisé. Mais surtout, contrairement aux précédents UT qui savaient reprendre ce qui existait, y apporter de nouveaux éléments et en faire quelque chose de mieux, UT3 n’a pas su s’adapter à son époque, et n’a strictement rien apporté de nouveau, au contraire. Si au moins il y avait autant de bonnes maps fournies à la sortie du jeu qu’il n’y en a eu dans le mode CTF de UT99 !

UT a fait un temps, et le jeu multi qui a pris sa relève dans mes préférences est maintenant Team Fortress 2.
Mais j’adore toujours UT99, et pour fêter ses dix ans j’ai enregistré la vidéo d’intro en HD. Une autre vidéo avec un petit tour des maps lui fait suite, c’est un peu artisanal avec le texte présent à l’écran, et je me suis rendu compte après-coup que j’aurai dû augmenter le gamma pour éclaircir les couleurs, mais ça rappellera sans doute quelques souvenirs à certains ! Et permettra aux autres d’avoir une idée de la tête des maps.

YouTube Preview Image YouTube Preview Image