Archive pour avril 2011

Sanctum + Revenge Of The Titans

Samedi 30 avril 2011

Aujourd’hui, deux Tower Defense (TD) indépendants !

Sanctum est un Tower Defense mixé à un FPS ! Les graphismes et le design sont plutôt beaux.

Le jeu consiste en des vagues d’ennemis de caractéristiques différentes qui veulent atteindre le noyau de votre base. Pour les en empêcher, vous devez construire bloc par bloc un labyrinthe qui rallongera leur parcours, vous devez placer des tourelles de défense, et enfin vous pouvez upgrader votre arsenal pour les massacrer de manière de plus en plus efficace. Un gros point positif est la possibilité de jouer en Co-op avec un ami sur Steam.

Le côté Tower Defense est très classique avec des tours qui ont leurs caractéristiques propres adaptées à des cas de figure particuliers.
Le côté FPS se limite à trois armes : un freeze gun pour ralentir, une mitrailleuse lance-grenades, et un fusil de sniper. Les munitions sont illimitées, mais les différentes fonctions des armes demandent souvent un temps de refroidissement avant d’être réutilisables.

L’avantage du côté FPS étant un côté rafraîchissant aux TD, aidé par les graphismes futuristes. Et surtout, enfin la possibilité de venir tuer soi-même les ennemis qui sont passés à travers les mailles. Les ennemis présentent des points faibles plus ou moins facilement accessibles qu’il faut viser en priorité.
Toutefois, les sensations de tir sont très répétitives, les ennemis ne réagissant pas sous les tirs et arrivant avec de plus en plus de points de vie.

La difficulté en solo est plutôt bien équilibrée, mais les 3 cartes se plient assez rapidement. En revanche, le Co-op est beaucoup plus long et difficile, avec soudain des vagues qui passent vos défenses comme si de rien n’était. C’est là qu’il faudra alors optimiser au mieux votre labyrinthe pour maximiser le temps d’exposition des ennemis aux tirs et les forcer à ralentir aux virages. Malheureusement, les crédits alloués en Co-op sont insuffisants pour bien upgrader ses armes et ses tours en même temps.

En conclusion, un expérience un peu atypique mixant une partie Tower Defense classique et fonctionnelle à une expérience FPS originale mais rapidement répétitive.
De quoi vous occuper quelques heures, voir plus si vous accrochez suffisamment au défi du Co-op.

Revenge of The Titans est plus un vrai Tower Defense, mais tout de même très différent des TD habituels en empruntant beaucoup aux jeux de stratégie temps réel. Ici, les ennemis viennent de pas mal d’endroits différents et vous devez récolter des ressources en plaçant des raffineries près des minerais et construire quelques bâtiments. Les possibilités de développement sont très nombreuses, suivant que vous vous spécialiserez dans la puissance de frappe, l’automatisation, les mines, la défense, etc. A chaque mission, il est possible de rechercher une nouvelle technologie.

L’ambiance à la fois un peu retro et très futuriste et néons est toute mignonne (et la musique est parfois excellente !) Les ennemis ne sont pas très variés mais disposent parfois de capacités à vous faire arracher les cheveux de frustration (les fantômes qui ne se font pas détecter…), et vos stratégies pour en venir à bout vont être soumises à rude épreuve. Au moins, ça n’est pas trop répétitif.

La difficulté est plutôt corsée et force le joueur à recommencer pas mal de fois certaines missions jusqu’à ce qu’il mette une bonne stratégie au point et réussisse à l’exécuter correctement.

Je ne reproche pas au jeu sa difficulté, mais le prix trop élevé des bâtiments et les améliorations inutiles à acheter chaque tour pour enfin avoir LE bâtiment que l’on veut. Et qui sera tellement cher qu’on ne pourra en placer que deux ou trois… dans ces conditions, on ne  ressent pas particulièrement la montée en puissance de l’arsenal. Les meilleurs tours de défense sont trop chères et trop lentes, et pour rendre des tours plus efficaces (genre le temps de rechargement) il faut en plus leur acheter des modules !

Le prix de départ étant abusif, prenez plutôt le jeu en promo. Il faut moins d’une dizaine d’heures pour finir la campagne solo, et le fait qu’on ne puisse pas tout débloquer est frustrant. Rejouabilité assez faible. C’est dommage, les possibilités sont vraiment très variées et intéressantes.

Pour conclure, deux jeux qui sont loin d’être excellents mais dont l’ambiance, l’originalité et la difficulté peuvent vous intéresser quelques heures.
Et moi, j’attends toujours un hypothétique Plants vs Zombies vs Aliens

Ace of Spaces, tout comme Minecraft, est un jeu en voxel. La comparaison ne s’arrête pas là, puisqu’ici aussi on peut creuser et construire librement avec des petits blocs. Seulement, il n’y a pas besoin de récolter des matériaux et ce ne sont pas de belles demeures que vous préférerez construire, mais des bunkers, des tranchées et des tunnels.

La différence fondamentale avec Minecraft, c’est la guerre. Qui prend la forme d’un Capture The Flag entre les bleus et les verts jusqu’à 32 combattants dans ce monde cubique. Chaque joueur réapparait équipé de quelques grenades et d’un fusil (il est possible de passer en visée ironsight). Les sensations se rapprochent alors plus d’un Red Orchestra où la tension monte dès que l’on se met à découvert et où la moindre balle peut être fatale. Dans la tête, parce que dans le corps il faut environ 3-4 balles, ce qui permet tout de même des affrontements au corps à corps pêchus.

Imaginez prendre à revers l’ennemi en creusant un tunnel qui passe directement sous les lignes adverses ? C’est possible !
Vous voulez faire une belle entrée à votre tunnel, et dessiner une flèche par terre pour que les autres joueurs le voient sur la carte ? Pas de problème !

Le jeu est encore en beta, et il plante relativement souvent. Une seule carte est disponible, les graphismes sont un peu moches avec ces couleurs ternes, mais qu’importe ! On passe un bon moment, pour l’instant c’est gratuit, et le potentiel fait rêver. Malheureusement, des crétins sont souvent là pour ruiner les efforts de leur équipe et nous faire remettre les pieds sur terre.

Le tout pèse moins de 6 Mo, se télécharge ici et c’est d’ailleurs là que vous trouverez la liste des serveurs sur lesquels il faut cliquer pour lancer le jeu. Un descriptif des touches se trouve dans le fichier “readme.txt”. Vous pouvez changer votre nom dans le fichier config.ini.

Ce jeu indépendant est un Visual Novel vous mettant dans la peau d’un enseignant en 2027 qui a la possibilité de lire complètement le facebook de ses élèves : messages public, mais aussi mails privés…


Les sujets principaux sont le voyeurisme de la vie privée, l’homosexualité, l’énergie et les tensions entre jeunes lycéens. Certains passages sont un peu plus chauds et s’intègrent bien dans l’ambiguïté des thèmes.
Le tout est plutôt bien écrit et amène à prendre du recul sur ces thèmes dont il est question.
La seule chose inutile est le simili-4chan que l’on peut consulter de temps en temps.

Même si derrière il y a une histoire structurée, ce n’est pas vraiment le but. Il n’y a pas beaucoup de choix à faire: le joueur est amené à choisir entre les responsabilités du prof ou aider les jeunes sur le plan personnel, parfois au détriment de leur assiduité (suivant les choix il est tout de même possible de faire sortir le héros avec un personnage).

D’une durée de 1h à 3h, j’ai trouvé le jeu assez plaisant à suivre. Au début les personnages ne paient pas de mine, mais ils prennent vraiment du relief au fur et à mesure.

A essayer aussi pour ceux qui n’ont pas franchi le cap facebook !

Uniquement en anglais, vous pouvez télécharger ce jeu gratuitement sur le site de l’auteure. Disponible pour Windows, Mac, et Linux !