Archive pour avril 2010

Image hosted by uppix.net

The Misadventures of P.B. Winterbottom est un petit jeu indé de 4€ (!) inspiré par Braid et peut-être par le court (et excellent) jeu flash The Company of Myself.

Dans une ambiance très “films muets en noir & blanc” du début du XXe siècle, le joueur incarne Winterbottom, un vilain moustachu voleur de tartes. N’ayant aucune considération pour les autres, il n’hésite pas à créer des catastrophes sur son passage si ça lui permet d’atteindre de tendres tartes. Jusqu’à une certaine tarte fort appétissante, qui échappe à son emprise et compte bien lui apprendre une leçon en le conduisant sur le lieu de ses précédentes catastrophes.
L’histoire est principalement racontée par des images fixes fort jolies et humoristiques, mais souvent déconnectées de l’action à l’écran, car au final on ne rencontre aucun personnage autre que ce bon vieux ‘bottom.

Image hosted by uppix.net

La grande force du jeu est son gameplay. Vous vous souvenez du double du héros de Braid que l’on pouvait enregistrer pour accomplir diverses actions tout en progressant avec le personnage réel ? Winterbottom reprend ce principe et le pousse beaucoup plus loin. Déjà, comme dans The Company of Myself, il est possible de créer plusieurs clones et de les faire tenir les uns sur les autres grâce à leurs chapeaux. Il est possible d’enregistrer leurs actions assez finement et même de les faire se projeter les uns les autres. La seule condition étant qu’ils peuvent disparaître si leur trajectoire est perturbée.

Image hosted by uppix.net

De même que dans Braid, chaque “monde” apporte un petit changement dans le gameplay, avec par exemple des clones maléfiques qu’on ne peut pas toucher sauf en restant sur leur chapeau, ou des clones se sacrifiant les uns après les autres dans l’eau glacée pour que les suivants puissent avancer sur les glaçons. En revanche j’ai beaucoup moins apprécié les passages plus basés sur la “bonne séquence” à trouver, comme ces tartes qui ne se récupèrent que dans un ordre précis ou en temps limité après pression d’un interrupteur.

Image hosted by uppix.net

La difficulté n’est pas franchement élevée à part quelques tableaux qui peuvent bien bloquer le temps de trouver la séquence idéale. Car parfois le nombre de clones en même temps est limité, et il faudra utiliser un clone pour enregistrer le parcours d’un autre et ainsi de suite. Encore par comparaison avec Braid, c’est moins difficile car on voit mieux ce que l’on peut faire, mais peut-être un peu plus frustrant dans le sens où pour passer au tableau suivant il faut finir celui en cours. (Ainsi, le plus jeune public ne devrait pas beaucoup profiter du jeu si il se retrouve coincé à un endroit)

Image hosted by uppix.net

Je reproche au jeu ce découpage en tableaux, assez artificiel, parfois répétitif et qui manque de passages plus scénarisés ou narratifs. C’est finalement fort dommage de se retrouver avec un aussi bon gameplay et de n’avoir que quelques tableaux pour s’amuser plus librement. Comme dit précédemment, trop souvent on ne cherche pas comment progresser, mais dans quel ordre progresser.

En autres défauts, les menus sont très “console” (sans doute à cause de la sortie sur Xbox Live Arcade, désolé pour le gros mot) et assez poussifs. Le jeu est aussi très gourmand malgré les graphismes assez sobres (sobres mais très fins).

Image hosted by uppix.net

Au niveau durée de vie, l’aventure se finit en environ 2 à 6h suivant les joueurs, mais le jeu comporte aussi de nombreux niveaux bonus à accomplir le plus vite possible ou en utilisant le moins de clones possibles, et le classement en ligne permettra aux joueurs acharnés de passer encore quelques heures à peaufiner ces tableaux.
Je pense que nombreux tableaux de l’aventure auraient plus eu leur place dans ces tableaux “stand-alone” et qu’il aurait mieux valu privilégier une progression plus proche des jeux de plate-forme “classiques” dans l’aventure.
Braid, Winterbottom, même combat : un premier monde “didacticiel” plus plate-forme soutenu par l’excellent gameplay, et le reste de l’aventure plus orienté tableaux de puzzles, même si c’est plus flagrant dans Winterbottom.

Image hosted by uppix.net

En conclusion, un jeu au très bon gameplay mais desservi par un découpage en tableaux peu scénarisés qui en fait souvent un simple puzzle game alors que l’univers se prêtait à plus de développement et une progression plus intéressante. Certains mondes moins intéressants sont assez répétitifs, mais certains passages sont bien rigolos, originaux et très plaisants à jouer. L’ambiance est un point fort du jeu, avec de beaux tableaux (mais qui manquent parfois de variété) soutenus par une belle musique. Un bon jeu, mais pas un titre culte.

Le jeu ne coûte que 4€ sur Steam, un petit prix exemplaire.

Comme d’habitude, si vous accrochez à l’ambiance vous vivrez une expérience bien sympathique, étant donné que le gameplay en vaut la peine. Les quelques défauts sont pardonnés par le prix, même si on pouvait quand même parfois s’attendre à un petit peu mieux.

YouTube Preview Image