Archive pour juillet 2008

Urgences crados

Mercredi 16 juillet 2008

Comme d’habitude, je fais mon job d’été à l’hôpital. Cette fois, je suis brancardier.

Je vogue d’un champ de bataille à l’autre au doux son de "MEDIC !!!!" ou "BRANCARDIEEEEERRR", sous le feu ennemi, et je… non pardon je m’égare.

Je vais juste raconter une anecdote de la vie à l’hôpital. Pour moi en tant que brancardier, ce genre de choses n’arrive pas trop souvent, alors ça va.

Mission : transporter un patient en brancard, depuis le service des urgences, vers le service hospitalier qui l’accueille.

Je suis en équipe avec un autre jeune d’été.

On va chercher notre patient aux urgences, le médecin nous donne son dossier, le déscope et enlève le reste des appareillages médicaux, puis le laisse à nos bons soins.

Arrivés au service, nous nous rendons au bureau infirmer. Le personnel est en pleine transmission (= l’équipe de l’après-midi qui relève celle du matin, ils se passent les infos de suivi des patients, etc). Nous annonçons la venue d’un Monsieur Hans (je n’ai pas pu résister de lâcher un léger petit "Grüber" à la fin) (secret médical : tant pis pour le nom, vu le nombre de Hans qui doivent exister… mais je peux retirer ce paragraphe si besoin ?)

Une infirmière nous donne le numéro de sa chambre d’admission, et nous nous y rendons.

C’est là que tout commence.

Une senteur nauséabonde nous attend. Pas le genre léger et incommodant non, plutôt le genre agressif qui retourne les tripes. Rien que d’y penser encore… Oui j’ai une bonne mémoire olfactive, et ce sens est assez délicat chez moi.

Le lit déjà utilisé dans la chambre (chambre à deux lits) est froissé et vide, l’odeur provient donc de ce patient, enfermé dans les toilettes de la chambre.

L’odeur commence à me retourner l’estomac et me donne envie de vomir. Un haut le cœur me prévient que c’est imminent. Pour éviter ce petit désagrément, je coupe ma respiration et reprend par les narines, en essayant de ne pas penser que je continue de passer cette infection dans mes poumons.

Pendant ce temps, comme en état de transe, nous installons notre petit monsieur dans son lit, et nous lui présentons les caractéristiques de ce petit univers qui sera maintenant le sien : sonnette pour appeler une infirmière, petits boutons pour monter ou baisser le dossier de son lit par exemple. Et petits boutons pour allumer la lumière.

Le monsieur nous demande si il peut aller aux toilettes.

On lui répond que c’est occupé, et qu’il va devoir attendre que son voisin termine. Il insiste. Il se lève et se dirige vers le toilettes.
C’était courageux (ou très pressant), mais il n’a pas l’air de bien marcher et il vacille.

Mon collègue le rattrape et le tiens debout, pendant qu’on commence à entendre un bruit de chasse d’eau aux toilettes.

Pendant que mon collègue "gère" la situation, je m’empresse de sortir de la pièce et respirer une petote bouffée d’air du couloir.

Une infirmière arrive, et dit "ah monsieur, ça ira mieux si vous mettez vos chaussons" ou un truc du genre.

Tandis qu’elle fouille dans le sac, je remarque une drôle de flaque sous le monsieur. Puis je vois des gouttes qui s’écoulent. Plic plic plic pchiiiiiiiiiiiiiiiiii ça commence à faire une petite inondation qui se propage sous les pieds du monsieur et se dirige vers ceux de mon collègue. L’infirmière s’approche avec les chaussons.

Jusqu’à présent j’étais muet tant mon esprit essayait de s’éloigner de la situation, mais en voyant l’infirmière s’approcher, c’est mon devoir de la prévenir, elle qui ne semble rien avoir remarqué "euh… je crois que ça n’est pas une très bonne idée".

Sans prendre garde à mes précautions, elle se baisse, soulève un pied du monsieur, et… remarque l’inondation.

Le torrent aérien s’intensifie, c’est la "goutte" qui fait déborder le vase et un haut le cœur se refait sentir.

Mon collègue profite de la prise en charge par l’infirmière pour lâcher le patient, et nous nous enfuyons sans demander notre reste, lâchant juste un joyeux "Au revoir monsieur" sans regarder ou renifler en arrière. Sorti du service, il me fallut encore quelques minutes pour tenter de faire oublier à mon nez l’odeur qu’il venait de subir.

Ce genre de truc, je n’y peux rien, ça me fait vomir. Je ne pourrais en aucun cas faire Aide-Soignant Hospitalier, ce genre de trucs ils doivent le vivre assez souvent… Et en plus c’est à eux de changer les couches et de nettoyer ce genre de choses.

(Cet article est probablement destiné à s’auto-détruire d’ici plusieurs jours)

Maintenance + screens divers

Samedi 12 juillet 2008

Erf les images full-size trop anciennes ont disparu de pix.nofrag, cf cet article par exemple.

Pas très pratique.

Je vais faire une grosse opération de maintenance, repasser petit à petit tous les screens du blog sur uppix.
(Je viens de corriger les images du lien ci-dessus)

Faudra aussi que je mette à jour ma liste de jeux DS ! Ça a un peu bougé depuis.

Et à part ça, je m’expose ici les screens divers que j’ai pris pour un thread de Wefrag, j’ai envie de les avoir à portée de clic sur mon blog.

[quote]drloser a dit :
Si vous voulez me donner un coup de main, l’objectif à présent c’est de trouver un screenshot pour chaque jeu de la liste. Mais attention, pas n’importe quel screenshot :
- l’image doit mettre le jeu en valeur
- elle doit être prise in game
- non retouchée
- il faut qu’on voit un ennemi (ou un ami) et/ou un véhicule
- pas de résolution ridiculement petite ou haute pour éviter de déformer plus tard l’image par un resize.
[/quote]

Unreal Tournament 99




En mouvement les persos font un peu bouillie de pixels, mais à l’arrêt ils étaient très beaux :

Biomou

Red Faction

Jedi Knight 2 et Unreal

F.E.A.R.

Et la section gore pour cette vidéo :