Pépites et Nuggets

video games le blog de Pepites_et_Nuggets.

Articles taggés avec ‘indie’

« Articles plus anciens

[P&N] On a joué à Arena Gods

Mardi 14 novembre 2017

arena_gods_website

Arena gods c’est une attente qui a commencé en avril 2016 : le jeu est annoncé au PAX east mais n’est pas jouable (sauf pour les vrais journaliste que nous ne sommes pas et qui sont, eux, sur place à Seattle.

Nous on était sur place à Genève, Suisse et à part regarder les vidéos et pleurer, nous étions impuissant. Depuis 2016, le jeu est passé d’une 2D minimaliste (certains parlaient de jeu Atari) à une 3D peut être moins brute mais aussi moins lisible. C’est donc un peu craintifs à l’idée d’être déçu qu’on a lancé la première fois le jeu.

arenagods_indiedb_post

Le jeu s’appelait "Uproar" à la base (comme on ne le voit pas ici) et était une tentative de transposer le feeling des combats à mains nue de Hotline Miami dans un jeu multijoueur local.

Aucun risque donc, puisqu’on vous en parle : le jeu est maniable, compliqué à prendre en main les premières minutes (il faut gérer ses deux bras, des sauts au sol difficiles à réussir et des adversaires rapides) mais qui donnent en général des situations plus rigolotes que frustrantes. Et surtout, quand on réussi un coup fluide permettant de trancher la jugulaire de son adversaire, c’est du plaisir et, peut être, un peu de fierté qu’on sent poindre au bout de son gladius ensanglanté …

Enfin voilà. Arena Gods c’est de la bonne. On attend encore de la musique, plus d’options de combat et un mode online (optionnel à nos yeux) pour que le jeu soit parfait. Surtout, on espère qu’il ne vont pas se perdre dans trop d’effets de caméra inutile (comme la récente killcam qui casse un peu le rythme) et que le jeu sorte vite en version complète !

YouTube Preview Image

cgsozp3uaaeab_v2On revient après presque 2 mois d’absence avec un test “traditionnel” de 3 jeux. 2 mois d’absence pour plein de bonnes raisons positives dans nos vies respectives de trentenaires et pour d’autres moins bonnes raisons techniques (en gros on a testé un nouveau logiciel pour capturer une vidéo qui a rendu le montage très très - trop - compliqué).

Alors on repart sur un test de 3 jeux, parce qu’on aime bien ça : parler de jeux pour vous donner envie d’y jouer plutôt que de les analyser en profondeur. On se retrouve aussi avec un dilemme : on a une liste de plus de 150 jeux dont on aimerait vous parler … et en même temps c’est compliqué de se voir régulièrement pour tourner des vidéos, sans parler des soucis techniques récurrents. Du coup on recommence. sur une base plus ou moins régulière, ce format d’origine. Cela nous permet aussi de glisser, entre 2 jeux conséquents, des titres toujours sympa et efficaces mais plus anecdotiques.

Cette fois on vous présente un simulateur de basketball ou le travail en équipe est primordial (et la catastrophe prévisible), un Tetris like qui demande du skill et ou l’anticipation prime et un jeu de stratégie qui demande de lâcher prise et de tester les choses les plus improbables.

On revient très vite avec une vidéo qui, on l’espère, aura le son et l’image synchronisés, dont il ne manquera pas les voix en intro et dont le montage ne fera pas planter Adobe premiere. On se voit en novembre !

YouTube Preview Image

059104

Aujourd’hui “on” joue à Wand Wars. “On” c’est Jérémie et Sandro du site Un coin de pixel, un pote avec qui on collabore souvent. P&N c’est toujours Quentin et Jérémie, mais alternativement on pense inviter d’autres personnes qui nous donneront un autre point de vue sur le jeu vidéo.

Allez faire un tour sur Un coin de pixel et écoutez leur podcast Tartines mécaniques. Si nous on vous fait découvrir des jeux qu’on a aimé, l’équipe d’Un coin de pixel sont plutôt orientés analyse, notamment du sacro sain Gamedesign.

ucdplogoseul

Mais revenons à nos jeux : Wand Wars est un gros hommage au superbe Lethal league, qu’on avait déjà testé en 2014. L’hommage est assumé et surtout revisité ! La contrainte de la vue latérale éliminée, le jeu se permet d’être plus maniable et de proposer une expérience à 4 joueurs beaucoup plus lisible de son aîné. On vous laisse juger des forces et faiblesses des deux titres …

Ensuite on vous parle d’un jeu de Game Jam : The Rock The Paper and the Scissors. On oublie qu’à l’origine, avant les combats au bon vieux Colts, les différents entre outlaws se réglaient en duel de Shifumi (en France), de Jankenpon (au Japon), de  feuille-caillou-ciseau (en Suisse), ou de Schnick-Schnack-Schnuck (en Allemagne).
The Rock The Paper and the Scissors demande d’apprendre des séquences par coeur, en respectant un rythme mais en laissant au joueur le soin de gérer sa vitesse. Une expérience intéressante.

YouTube Preview Image

Bomb Squad Academy video game

Aujourd’hui on teste un jeu de Systemic games, basé sur l’univers d’un jeu de plateau qui vous met dans la peau de d’un diffuseur, defuseur, désamorceur de bombes !

On a pas mal galéré à tourner la vidéo (souci de codecs, puis musique non enregistrée, puis problème de curseurs) … mais voilà, elle est là et on croise les doigts pour que la prochaine soit moins chiante à soit plus fun à tourner !

Vous pouvez aussi directement tester la démo qui est téléchargeable (pour PC, Mac ou Linux) ici : https://systemic-games.itch.io/bomb-squad-academy
Le jeu à été Greenlighté sur Steam et devrait arriver très prochainement (Q1 2017) en version complète.

YouTube Preview Image

À bientôt pour la prochaine vidéo !

[P&N] On a joué à THOTH

Mardi 10 janvier 2017

0

Aujourd’hui on a joué à THOTH, un jeu créé par Jeppe Carlsen à qui on doit notamment le jeu de plateforme musical minimaliste indé “140″ (que je n’ai pas particulièrement aimé. Pour ceux que les mots “minimaliste, musical et indé” dans la même phrase rebutent, voici une image pour tenir le coup :

maxresdefault

Ça va mieux ? On continue. Jeppe Carlsen a aussi travaillé sur Limbo comme designer. Et donc, il nous sort aujourd’hui THOTH, jeu de shoot exigeant au design épuré. Autant vous le dire : on a adoré. Car sous cet aspect graphique particulier, on a un jeu exigeant qui demandera au joueur précision dans les déplacements et les tirs. Et loin d’être un simple twin stick shooter arrogant, THOTH se permet de faire évoluer constamment son gameplay.

ss_e36e14c5806dbf840533ba35300f4c175c7eabbd1920x1080

Les captures d'écran du jeu sont passionnantes à regarder ... jouez-y plutôt.

Tel ennemi vous envoie un projectile en mourant, un autre grandira jusqu’à vous écraser si vous tirez sur ses amis, un troisième sera en fait un interrupteur qui enclenchera des barrières mortelles dans le niveau. Bref, il y a de bonnes chances pour que vous accrochiez à THOTH et ses 64 niveaux exigeants. Et une fois que le jeu sera fini, un générateur procédural de niveaux vous permet de continuer à jouer.

YouTube Preview Image

gsr-review-quadrilateralcowboy-quadrilateralcowboy-f239c5097fc0e48e59eaf7817b861e90-a_image

Quadrilateral Cowboy utilise le id Tech 4 (Doom 3) et ça ne se voit pas. Quadrilateral Cowboy à été réalisé par 4 personnes (mais Brandon Chung en est l’auteur principal) et ça se voit.

Mais c’est aussi un puzzle game à la première personne innovant et intéressant, avec son ambiance propre. Il parlera plus à ceux qui ont touché un ordinateur dans les années 80/90 qu’aux vrais hackers mais tant pis : vous aussi découvrez les joies du cambriolage / hacking cyberpunk à travers de simples lignes dos :)

Quoi de plus marrant que de lancer un door3.open(3);wait(5);door5.open(3);wait(10) pour se rendre compte, après avoir passé les portes 3 et 5 qu’on a oublié de ramasser son ordinateur et qu’on est coincé comme un noob ? Petit à petit, le jeu propose des gadgets, de l’utilisation de bouches d’aération pour propulser des objets, au chien robot dirigé par lignes de commandes …

YouTube Preview Image

[P&N] On a joué à Bombslinger

Dimanche 2 octobre 2016

bombslingervista

Cette fois on revient avec un bomberman like dans un thème western. Les bruxellois de Mode4 (qui sont aussi les hosts de la GameJam “Brotaru”) ont sorti “Bombslinger”. Gros hommage à Bomberman évidemment (pour son mode solo) mais qui sait garder sa propre touche d’innovation notamment avec son côté rogue like.

Si jamais, ils ont fait un petit retour d’expérience sur leur choix de l’utilisation de la 3D pour un rendu 2D et des problèmes rencontrés … Vous pouvez le lire ici :
http://www.indiedb.com/games/bombslinger/features/how-our-love-for-2d3d-art-backfired-on-us

On vous laisse regarder la vidéo et on revient vite avec à nouveau un thème western ou un thème combat à mains nues, on n’a pas encore choisi.

YouTube Preview Image

[P&N] On a joué à Overland

Mardi 21 juin 2016

icon

Cette fois on vous parle d’Overland. Jeu que Quentin garde à l’œil depuis quelques mois et qui est enfin disponible dans un early access suffisamment fourni pour qu’on vous en parle. Le jeu mélange plein de mécaniques : “tacticalo-RPG-rogue-like” mais est défini (plus clairement, c’est vrai) par ses créateurs comme un “squad-based survival strategy game with procedurally generated levels set in post-apocalyptic North America“.

En gros vous allez devoir survivre dans un environnement post-apo, découpé par petites cartes tout en gérant la menace constante que sont vos ennemis. Bon courage.

Le jeu coûte pour l’instant 20$ (ça les vaut), les clés sont disponibles régulièrement par packs de 1000 ici : http://overland-game.com/

Et on vous en parle ici (le menu n’a encore ni son, ni musique donc on s’est permis un petit effet maison avec la bouche, par amour du travail bien fait) :

YouTube Preview Image

[P&N] On a joué à Trajes Fatais

Mercredi 8 juin 2016

maxresdefault-1

Aujourd’hui on vous emmène au pays de la Megadrive et de la samba, j’ai nommé la Bretagne le Brésil, avec le premier jeu du studio Onanim : Trajes Fatais !

Pour nos lecteurs non lusophones, “Trajes fatais” veut dire “Costumes mortels” *. C’est un jeu de combat minimaliste : un bouton, la croix directionnelle et c’est parti. Tout se joue donc sur le timing et sur l’utilisation de cet unique bouton. La direction donnée au moment de votre coup mais aussi votre position (au sol, en l’air) provoquera une technique différente.

Bref, le jeu est fun : il ne remplacera ni votre King of fighters préféré, ni un bon vieux Street fighter, mais il passe très bien lors d’une soirée entre amis.

Le studio Onanim, leur touche brésilienne et leur utilisation d’un pixel art assez classique n’empêche pas l’ajout de plein de détails sympas et de personnages typés. Il vient d’être mis a jour (juste après notre vidéo en fait) et est toujours gratuit. Foncez !

YouTube Preview Image

* victime de la mode, tel est son nom de code.

dkh

Cette fois on vous parle du jeu du pote Wuthrer : on avait de toute façon envie de vous parler de lui, mais en plus il se trouve qu’on a adoré jouer à la démo de son jeu. “Don’t Kill Her” est purement narratif. Mais si je m’étais ennuyé dans d’autres titres narratifs (en jouant à Dear Esther, qui ne me racontait pas grand chose), si on a adoré Firewatch, qui pourtant ne nous fait pas nous questionner beaucoup sur son histoire, Don’t Kill Her, lui, me donne envie de creuser et d’en savoir plus. (Sur l’histoire et sur l’état du cerveau de son brillant auteur).

Bref, regardez la vidéo ci-dessous, ou jouez à la démo pour vous faire votre avis : http://www.wuthrer.net/dontkillher/

mrpileuxbouffe

L’univers est particulier, la technique inhabituelle et rafraîchissante et l’auteur à quelque chose à raconter. Il n’est pas tout seul, on retrouve notamment à la musique Sid Barnhoorn (qui a fait notamment l’ost de Out There).

Si vous avez aimé, foncez sur Indiegogo : le jeu doit atteindre son goal mercredi 25 mai ! https://www.indiegogo.com/projects/don-t-kill-her#/

YouTube Preview Image