OxyBlog

Rien a faire le blog de Oxymore.

[Feedback] Borderlands

Mercredi 28 octobre 2009 à 23:57

Bon, vu que personne se lance, et que j’attends le déloc de l4d2 j’ai décidé d’écrire un mini feedback sur mes toutes premiéres impressions de jeu sur Borderlands.

Le premier truc a noter, c’est que le jeu est bel et bien un FPS, la visée est importante, (désactivez l’auto aim dans les options de jeu ffs), les armes arraches des tronches et les combats ne se font pas (que) a 3 métres de votre cible.

L’argument principal de vente de Gearbox est bel et bien réspéctés, des armes si toi nofragé tu en veux, tu en aura, beaucoup. A savoir que les armes sont regroupé en plusieurs catégories, bazooka, assault riffle, smg, revolver, repeater, pistol, shotgun. Apres le générateur d’arme modifie certaine variable comme la quantité de munitions dans chaque chargeur, la puissance de l’éventuel zoom, la cadence de tir, les dégats élémentaires, etc. Il faut avouer que le résultat est la plupart du temps convaincant et équilibré.

Les premiers flingues que vous trouverez auront tendance a ne pas tirer droit du tout, ça peut s’avérer frustrant mais aprés 1h30-2h de jeu ça file droit, et ça file fort. La jouissance du loot est présente (les fans de diablo 2 me comprendront), et on est tout content de pouvoir tester les effets de nos nouveaux joujoux sur des monstres innocents.

La composante “RPG” de l’ensemble est plutôt pas mal intégré, ni trop complexe ni trop simple, j’entends qu’il faut se spécialiser un minimum dans une branche et éviter de monter trop de skills en parallèle. Pour ma part j’ai fait un Soldat, tout les arbres tournent autour de la tourelle qu’il peut déployer, elle peut soigner, ravitailler, tirer des roquettes. Pour l’instant je n’ai pas encore testé les autres classes (la faute au didacticiel long et chiant). Mais il faut avouer que du coté du soldat le gameplay est plutot dynamique, puisqu’ils faut placer correctement la tourelle tout en évitant de mourrir (elle ne peut pas tirer derriere elle), bien sur rien a voir avec un quake ou un UT, mais je m’attendais vraiment a pire (genre morrowind).

Le monde est séparé en différents hubs de quêtes qui donnent accés a différentes petites instances (pour l’instant j’ai visité deux hubs et plus d’une dizaine d’instance), on peut se déplacer relativement tôt en voiture (c’est d’ailleurs assez immonde, il faut tourner a la souris) pour couvrir de longues distances, il y’a aussi un système de téléportations que j’ai pas encore eu l’occasion d’utiliser.

La difficulté est plutôt pas mal dosée, même si on meurt souvent on continue a avancer sans trop en chier, par contre les combats contre les “boss” ne sont pas super originaux, la plupart du temps on se contente de courir autour en priant d’avoir suffisamment de munitions dans nos flingues pour l’achever.

L’ambiance générale du titre est franchement pas dégueulasse et plutôt bien servie par le moteur graphique, propre et fluide sur ma bécane, y’a pas mal de petite touches d’humours sympathiques que j’aurais put screen mais j’ai la flemme.

[Feedback] Dungeon Keeper 2

Mercredi 21 octobre 2009 à 13:53

It’s good to be bad. J’ai récemment réussi a remettre la main sur DK2 et surtout a le faire tourner sur Windows 7. Je dois avouer qu’a chaque lancement du jeu j’ai un petit frisson.

Pour ceux qui ne connaissent pas (faudrait les bruler, puis le tuer, puis les rebruler, puis leur péter les genoux), Dungeon Keeper est un RTS vraiment unique développé par Bullfrog (Theme Hospital) sortie en été 1999.

Mais il a quoi de si unique ce jeu? Il se passe intégralement sous terre, la construction de votre base doit donc se faire via l’excavation de la roche, et pour ce job vous diposez des seules créature directement “fabricable” par vous, les lutins. Ils sont petits et laids, mais ils sont capable de belles prouesses. Ce sont donc les lutins qui creusent, récoltent la ressource (l’or) et enfin agrandissent votre territoire.

La gestion de la base (ou du donjon) se fait par salle. En gros vous disposez d’une dizaine de salles: dortoir, poulailler, trésorerie, arène, salle d’entrainement, atelier etc. Et vous devez agencer le tout correctement pour optimiser l’espace et rendre votre donjon le moins vulnérable possible.

Lesdites salles vont attirer des créatures, via des portails disséminé sur la map, ici point de “construction…. unité prête… construction…. unité prête…”. Les créatures entreront si vous disposez des salles aux bonnes dimensions. La ou ça devient intéressant c’est que les créatures disposent d’un système de niveau (de 1 a 10) et que les gains de niveau s’accompagnent en général de nouveaux pouvoirs et d’une meilleur santé, on peut faire augmenter l’experience des créatures de 3 façons différentes:

-Entrainement via la salle d’entrainement (niveau 1 a 4)

-Entrainement via l’arene (niveau 1 a 8)

-Et enfin entrainement au feu réel (niveau 1 a 10)

En général les affrontements ont lieu relativement tard étant donné le fait qu’on ne peut pas “scouter” aussi facilement que dans un Starcraft ou un Red Alert, c’est pour cette raison que l’entrainement de vos créatures est extrêmement important.

Chaque bestiole est précieuse, et au combat les créatures abattus ne meurent pas tout de suite, elles sont au sol et vos lutins peuvent venir les ramasser pour les ramener au dortoir et les soigner, mais le truc, c’est que si un créature ennemie tombe au combat dans votre territoire vos lutins peuvent également la ramasser et l’amener a la prison, la vous avez deux choix: les laisser crever de faim, ou alors les mettre dans la salle de torture pour les convertir. Ça marche aussi dans l’autre sens, si vos créatures tombent sur le territoire ennemi elles peuvent être capturées.

Vous avez a votre disposition toute une panoplie de sorts (recherchable par des créatures, les mages) pour aider pendant les combats, ça va de la foudre basique a la transformation en poulet (qui peut accessoirement se faire bouffer par une de vos créatures). Chaque sort est améliorable (par les mages encore une fois).

Un autre truc plutôt poilant, les dispositifs défensifs: ils sont fabriqués a l’atelier par des trolls. On dispose du classique canon, de la boule qui écrase tout dans les couloirs (a la Indiana), les pics qui sortent du sol, différent types de portes (magique, en bois, invisible etc).

Tous ces éléments de gameplay sont bien évidemment saupoudré de l’humour si particulier de Bullfrog, votre conseiller lache de temps en temps des phrases qui n’ont aucun sens, les animations des habitants de votre donjon sont pour la plupart trés marrante, sans parler des modèles de certaines créature (je pense notamment au démon de bile)

Tout ça pour dire qu’il serait vraiment con de passer a côté d’une telle pépite. Le hic, c’est qu’il n’est pas disponible en abandonware, il faudra donc passer par les réseaux tipiak ou les antiquaire pour mettre la main dessus. Vous devrez aussi faire avec de nombreux crashs si vous avez un OS un minimum récent, mais franchement, ce genre de petite prises de tête ce n’est rien a coté de la joussivité de ce jeu (néologisme bien mérité).

[Musique] Diablo Swing Orchestra

Mardi 20 octobre 2009 à 20:48

Bon, comme je considére que décrire de la musique c’est mal j’ai eu une idée super originale ! Une session de audiosurf sur ladite musique, envoyé sur Youtube. Si la qualité est trop pourrave je réitererai pas. Et pas de commentaire sur le mode de jeu, sinon je vais pleurer.

YouTube Preview Image

C’est sous licence Creative Commons (gratuit et librement utilisable pour un usage non commercial) disponible sur Jamendo.

[Feedback] Transport Tycoon Deluxe

Lundi 19 octobre 2009 à 20:44

Aprés ce petit billet moisi sur Dexter retour a notre loisir a tous, les jeux vidéos. Plus particulièrement un jeux vidéo, Transport Tycoon. Que dire sur ce magnifique jeux de gestion, hormis que je suis capable d’y jouer 7 heures d’affilés.

La version “classique” de Tranport Tycoon sortie en 1994 et la version deluxe disonible un an plus tard ont été developpées par Microprose, Chris Sawyer (un grand monsieur, pote d’un certain Sid Meier).

Pour les trois incultes au fond de la salle la série Transport Tycoon vous met au commande d’une compagnie de transport des années 10 aux années 2000, ici point de scenario, place a la construction, a la recherche de la rentabilité et de l’itinéraire le plus efficace.

Les principes du jeux sont très simple, vous disposez de tout les voies de transport possible (avion, camion, bateau et surtout train) pour transporter des biens d’un point A (une forêt par exemple) vers un point B (une scierie) et éventuellement un point C (une ville a laquelle vous enverrez les caisses de bien produites a partir du bois qui est passé dans la scierie). Pour moi la partie centrale du jeu est clairement la gestion des réseaux ferroviaires. Rappellez vous, quand vous étiez petit vous faisiez tourner un train électrique sur des rails en plastiques, ici c’est le même principe mais en dix fois plus jouissif.

Un screenshot sera plus explicite

Alors certe, c’est pas le Cryengine12, mais organisez un réseau ou tout les trains ne se rentrent pas dedans c’est éxtremement agréable. La ou on peut penser que le bat va blesser c’est au moment de lire la date de parution du jeux, 1994 c’est l’époque de DOS, des proco 16 bits et donc adieu compatibilité sur du XP/Vista/Seven.

Et bien mes chers amis, que neni, parcequ’une bande de gars tellement fan du jeux a décidé de reprendre le flambeau de Microprose (décédé en 2003) et de continuer a développé le jeux de manière bénévole, adieu les sources en assembleur, bonjour les résolutions humainement lisible sur nos écrans de 22pouces, et bonjour également un jeu qui évolue encore quasi quotidiennement. Un mode multijoueurs a été ajouté et il est possible de télécharger du contenu supplémentaire directement depuis le jeu.

Le hic, qui n’en ai pas un c’est que pour installer OpenTTD (la version développé par des bénévoles) il faut disposer des fichiers du jeux original. C’est la que la magie de l’abandonware opére, en farfouillant un peu sur le net, on peut trouver lesdits fichiers. A vous un jeux a la profondeur conséquente pour 0€ installable sur Linux, OSX (plus pour tres longtemps) et bien sur, Windows.

Voici tous les liens nécessaires a l’installation du jeu:

Fichiers originaux (abandonware-france.org) 7.5mo

OpenTTD (openttd.org) 4mo

Je vous ai tellement mâché le travail qu’il n’y a pas moyen de ne pas y jeter au moins un oeil! Vous ne serez pas déçu.

[TV] Dexter

Lundi 19 octobre 2009 à 13:04

Depuis environ deux ans, j’écume le net a la recherche de série valable a regarder, il faut avouer qu’il y’a beaucoup de choses qui ne me plaisent pas, ou auxquelles je n’accroche pas comme par exemple Desperate Housewives ou encore 24, mais il y’a aussi des pépites inestimables, j’en ai quelques unes en tête, House.MD, Scrubs, Stargate (hum), Californication, Dexter…

Aahh Dexter, une série qui pourrait presque passer pour comique vu l’absurde de certaines situations. La série est diffusé par Showtime (Californication, Weeds) aux USA, et le rôle éponyme est servi par Michael C. Hall.

Le synopsys de la série c’est de suivre la vie d’un gars qui s’appelle Dexter, son job: expert en projections de sang pour le compte de la police de miami, sont hobby découper des gens, mais attention, uniquement ceux qui le méritent.

Au premier abord ça peut sembler basique, et d’ailleurs ça l’est, mais le petit plus de la série, c’est que notre amis Dexter est un sociopathe mais qu’il le cache, et qu’il fait ça bien. Tout au long de la série on suit donc ce gars dans ses pérégrinations et en fait l’ensemble de la série est plutôt monotone, le même schéma se répète d’une saisons a l’autre, mais le jeu d’acteur de Hall est du reste du casting est a mon goût énormissime. Le détachement total de Dexter par rapport aux gens qui l’entourent tourne souvent au comique, parfois il fait tout simplement penser a un extraterrestre complètement froid. A vrai dire l’humour de la série rappelle un peu 4chan, ou encore les forums de Nofrag.

Du coté son, je trouve la BO super agréable a écouter, y’a des trucs Cubain, des trucs originaux, ça met bien dans l’ambiance un peu décalé de la série.

Du coté de l’image, c’est bien tourné, les plans sont longs (on change pas toute les 5 secondes de caméra), on se balade pas mal dans Miami et la maniére de filmer rend bien compte de la double vie de Dexter.

Je peux pas vraiment en dire plus sans spoiler étant donné que la série se regarde par saisons, non pas par épisode (comprenez que ça se regarde pas comme les Simpson, le fil rouge de chaque saison est extremement important).

En bref, une série a regarder (en VO de préférence), elle ne plait pas a tout le monde mais je vous la conseil fortement étant donné l’état d’esprit général des lecteurs de nofrag. Elle vous procurera 45 minutes de bonheur par semaine.

Les prix: Saison 1Saison 2Saison 3

La saison 4 vient de commencer.

En voila un billet qu’il est court.

[Feedback] Android

Vendredi 16 octobre 2009 à 22:00

Pour ce second billet j’ai décidé de parler d’Android, mais qu’est ce donc que ceci? Pour les incultes, les fanboys de l’iPhone, les gens qui s’en foutent Android est un OS développé par Google basé sur le noyau linux pour le moment on le retrouve principalement dans des smartphones (HTC Magic, Samsung Galaxy, Motorola Dext), mais aussi dans des “internet tablet” de chez Archos par exemple. Tres prochainement Android sera installé en multi boot dans des netbooks du style Acer Aspire One.

Alors que peut-on dire de cette OS? Entre autres choses il ressemble fortement a l’OS de l’iphone, mais sans ses limitations, a vous le multi tâches, le copié collé (celui la est poilu, et oui je sais depuis le dernier patch vous y avez le droit vous aussi), mais SURTOUT le fait que n’importe lequel des constructeurs puisse intégré Android a son terminal, exit donc le snobisme d’Apple.

Dans ce billet je vais surtout vous parler du coté smartphone étant donné que je ne possede de netbook sous Android.

Premier constat: a l’allumage du terminal le on vous demandera vos identifiants Google, si vous n’utilisez pas les services de big brother ou que la peur d’être “espionné” vous empêche de dormir passez votre chemin. Android et les services de Google sont étroitement lié, le téléphone synchronise vos mails, vos contacts, vos agendas, il peut même afficher en temps réel votre localisation sur le service de chat de Google, Gtalk. Google Maps est aussi de la partie, et il est a noté que la plupart des terminaux Android (si ce n’est tous) disposent d’une puce GPS.

L’interface du bousin est plutot sobre dans sa version de base (certain constructeurs intégrent une surcouche comme celle du HTC Hero par exemple), mais si vous souhaitez customiser le truc des tonnes de themes et de modifs sont disponibles sur le Market.

L’ensemble est tactile, mais on a toujours des boutons physiques disponibles, je suppose que ça peut éventuellement changer d’un modèle a l’autre, mais sur mon Magic j’ai: un bouton décroché, un raccroché, un home (équivalent au truc rond de l’iphone), un bouton back, un bouton recherche, un bouton menu ainsi qu’une sorte de roulette permettant de faire bouger le curseur si vous voulez pas faire de trucs crades sur votre écran. J’ai remarqué que la plupart des boutons physiques ont des actions contextuelles, par exemple si j’appuie sur recherche dans mon répertoire cela m’ouvrira une recherche de contact, alors que si j’appuie sur recherche quand je suis sur le “bureau”, la recherche se fait sur l’ensemble du téléphone et sur le web.

Le Market, parlons-en, c’est l’équivalent Androidesque de l’Appstore d’apple, on y trouve de tout et de n’importe quoi le bidule est relativement simple d’utilisation les applies peuvent être payantes mais on trouve la plupart du temps une alternative gratuite (il existe entre autres un VRAI système de navigation gps utilisable en voiture, ou encore une télécommande pour votre PC), a noter que les applications sont écrites en Java et que le SDK est disponible gratuitement ici pour les deux que ça intéresse.

La ou le bat blesse (pour le moment) c’est au niveau des perfs, on sent que le système est encore jeune (il a soufflé récemment sa première bougie), parfois mon Magic a tendance a trimer quand je lance un peu trop d’applications (multi tâches oblige, les notifications ne se font pas systématiquement par push) mais il sait prioriser, si je reçoit un appel la réactivité est instantané. A noter que mon téléphone est actuellement sous Android 1.5 (aKa Cupcake) et que Android 1.6 (aKa Donut) devrait sortir ce week end et grandement améliorer la fluidité du bousins en plus de rajouter des trucs très sympathique du genre text to speech, (le système ”lit” du texte avec un accent ultra correct) OCR, recherche via reconnaissance vocale. De ce que j’en ai compris, google semble vouloir sortir une évolution majeur de l’OS tous les 6 mois (un peu comme une distribution de linux a vrai dire).

La communauté Android semble beaucoup plus “geek” que celle de l’iPhone, les bidouilleurs sont légions et on peut trouver plein de ROM plus ou moins stables pour flasher sont téléphone, des tutos pour passer en root (noyau linux oblige) et mettre les mains dans le cambouis.

Encore une fois si question il y’a réponse il y’aura.

[Feedback] CitiesXL

Jeudi 15 octobre 2009 à 20:58

logoSi vous vous interessez un minimum aux city builder vous aurez forcément entendu parler de Cities XL. Attendu par certain comme l’héritier de la série des SimCity, le city builder made in Maxis (Spore, les Sims).

La ressemblance avec SimCity est frappante, système de zoning (on délimite des zones commerciales, industrielles, agricole et de logement), gestion des impôts, du trafic…

C’est sur la gestion de l’import/export que Cities XL se démarque, la souscription au mode “planète” (payant) donne accès au coeur du jeux, la partie multijoueurs ou le commerce prend une place primordiale. Le mode planète se rapproche d’une sorte de MMO ou chaque joueurs aura une influence sur l’économie du serveur (la planète).

La ou le mode solo ne permet de commercer qu’avec “l’Omnicorp”, le mode planète permet d’échanger des ressources avec les autres joueurs: pétrole, agroalimentaire, industries lourdes, manufacture, bureaux, tourisme, etc.

Aucune ville ne peut être auto suffisante, il faut donc faire des accords avec d’autres joueurs afin par exemple de récupérer le pétrole nécessaire au fonctionnement de nos centrales éléctriques ultra polluantes. Pour faciliter le commerce les ressources produites sont disponibles sous formes de “tokens”, on échange des tokens de ressources contre des tokens d’argents, étant donné que le jeux vient de sortir les prix ont tendances a partir dans tous les sens. Il est intéressant de noté la progression des prix en fonctions de l’évolution des villes sur la planète.

Un autres élément important est la capacité de fret de la ville, en résumé, les routes construites sur les bords de la carte ouvrent un accès vers l’extérieur, chaque route vous donne une petite capacité de fret supplémentaire, mais ces routes ont également tendances a faire exploser le trafic.

Pour faire fonctionner toutes les industries ils faut forcément des gens qui se tueront a la tache pour remplir vos poches, il y’a quatres catégories d’habitants, les travailleurs (les péons qui travaillent au champ), les travailleurs qualifié (pareil qu’avant sauf que eux savent compter), les managers (aka glandouilleurs) et les élites (enfoirés de capitalistes).

Les deux premiéres catégories sont disponibles dés la création de la ville, les managers et les élites sont débloqué quand votre ville progresse en population.

Chaque catégories de citoyens a des besoins: santé, loisirs, éducations, accès aux commerces, sécurité, protection incendie. Si un de ces besoins est mal ou pas satisfait votre ville perdra en réputation envers cette catégorie et il sera plus difficile de faire venir des citoyens de cette catégorie. Au premier abord Cities XL peut sembler simple ou même facile, mais dés que votre population dépassera les 100.000 le calvaire commencera, il faudra satisfaire de nombreux besoin tout en gardant les finances dans le vert, plus la ville grandie plus il faut jouer sur les impôts et le commerce pour garder l’équilibre, limiter la pollution les embouteillages et garantir un accès permanent au produits de base, du style électricité. Pour analyser rapidement la situation vous avez le droit a tout une panoplie de filtres lié aux statistiques de la ville

Pour l’instant la progression est classique, Monte Cristo n’a pas (a ma connaissance) encore débloquer l’accès au BluePrints, des plans de constructions pour des “merveilles” du style Tour Eiffel qui demandent de grande quantités des ressources. Il en va de même pour les GEMs, des modules (payants) permettant d’incorporer un jeu dans le jeu, par exemple la gestion d’une station de ski ou d’une station balnéaire.

Du coté technique le jeu est plutot bien roulé, ma machine affiche sans broncher une ville de 500.000 habitants, on peut zoomer et dezoomer sur une distance plutôt dingue, se promener dans la ville au raz du sol sans pour autant avoir des textures baveuses, voir les gens se balader, les voiturer rouler, les poids lourd faire chier le monde. On aussi le droit a  une jolie gestion du cycle jour/nuit.

Les seuls reproches que je puissent actuellement faire sont sur l’interface (vraiment ignoble et pas intuitive, surtout celle du marché qui est ultra lente), sur les autosave qui font freeze le jeux et sur le temps de refresh de la planète qui frisent parfois le ridicule a essayer de me persuader que je n’ai pas encore construit de ville.

Pour ce qui est des tarifs de l’offre planètes je vous redirige vers cette page.

Le jeux est dispo a 39.99€ sur Steam en version standard et 49.99€ pour l’édition limité (qui rajoute quelques batiments).

Sur G2play la clef est dispo en version nosteam a 12.99€.

Et enfin une petite collection de screens de ma ville:

Voila pour mon premier billet j’éspère qu’il est pas trop subjectif, commentez, posez des questions j’améliorerais en conséquence.