coincoincoin

Le blog d’un vilain petit canard le blog de nico.

Articles taggés avec ‘Logitech G9’

Putain, j’en ai eu des souris. Logitech, Asus, Razer, Trust, Steelseries, Microsoft, sans compter des merdes bureautiques avec deux boutons, sans fil ou avec, de 10 à 70€… Aujourd’hui, je n’achète plus que des souris spéciales jeux, tout simplement pour le côté x boutons bien pratique. Je possède une Logitech G9, dont j’ai pu lire du mal à peu près partout, j’y reviendrais. En premier lieu, je vais vous faire part de mes impressions concernant la Slider X600, première souris du fabricant de tapis depuis 1800, Nova, et souris pour joueurs s’il en est.

Une souris moche et à la forme bizarre, mais à lergonomie presque parfaite.

La souris, d’apparence imposante, ne l’est pas tellement en réalité, surtout comparée à l’immense MX518 de chez Logitech. Sa forme, totalement étrange, est à première vue rebutante mais ils ont bien bossé chez Nova : leur souris est moche, mais fichtre, qu’elle est confortable et facile à prendre en main. C’est bien la première souris la plus ergonomiquement travaillée que j’ai pu tester, j’ai eu l’impression que ma main se posait dessus tout à fait naturellement. Les boutons latéraux sont très bien placés et tombent sous le pouce sans besoin d’aller les chercher. Les boutons “Précédent” et “Suivant” (par défaut) sont confortables car très larges, impossible de les rater. Au niveau des clics,  je les trouve un poil durs. La molette est quand à elle parfaitement cliquable et crantée comme il faut, rien à dire de ce côté.

Deux boutons servent à ajuster la résolution, et un autre sert à modifier la couleurs des leds, passant de bleu à rouge, et même vert. Ce même bouton sert également à passer d’un profil à l’autre à la volée, sans devoir passer par le driver. Le tout est de finition tout à fait correcte, la X600 peut paraître un peu cheap mais on ressent une impression de solidité. Elle est un peut être un peu légère à mes yeux : 90g.

Question glisse, on frôle la perfection. Quand on lit “patins en céramiques increvables, glisse révolutionnaire, blablabla” sur la pub, on pense marketing pour neuneu, mais il n’en est rien, jamais je n’ai connu pareilles sensations de glisse.

Un joli packaging, mais des plus pratiques.

L’autre feature de cette souris, c’est le fameux câble, sortant à droite. Un avantage ? Oui et non, tout dépend où vous placez votre tour et sur quel port usb vous branchez votre souris. J’ai trouvé cet agencement spécial du câble assez confortable, j’avais pratiquement l’impression de tenir une souris sans fil. Il est également possible de fixer le câble sur un tapis, grâce à une sorte de pince que vous placez où vous voulez. Ha oui, le packaging est un joli (même si on préfère un truc plus sobre et moins cher), mais la souris est fixée au socle, et le boitier à la base : il vous faudra tout dévisser pour ouvrir grâce au tournevis fourni. Pas pratique et chiant.

Les + :

- Ergonomie proche de la perfection

- Finition impeccable

- Driver complet et bien foutu

- Boutons et clics bien placés

- Résolution et profils ajustables

- Molette parfaite

- Patins céramiques, glisse parfaite

- Câble bien placé


Les - :

- Elle est moche.

- Elle brille de partout.

- Elle est un poil légère.

- Elle est réservée aux droitiers.

- Clics un peu durs.

- Le packaging n’est pas pratique.

Vous pouvez la dénicher dans les 60€ sur le net. Elle les vaut, mais pensez à la prendre en main avant l’achat.

On passe maintenant à la Logitech G9.

J’ai trouvé cette souris soldée à 40€ en magasin Leclerc. Tout le monde sur le net semble la détester et plus particulièrement sur nofrag. A chaque fois que je lis quelque chose sur cette souris, c’est toujours la même chose : souris de merde, trucs superflus, ergonomie à chier, etc. J’vais essayer d’équilibrer la balance, parce que non seulement cette souris est excellente, mais elle enterre bien des concurrentes.

Logitech visait, lors de sa sortie, le haut de gamme de la souris de joueurs. Patins ultra-larges, système de poids, molette réglable multi-directionnelle, coques interchangeables, câble tressé, résolution ajustable, capteur laser, 5 profils enregistrables et boutons programmables, autant de features en une souris qui justifiaient un prix exorbitant à sa sortie (>100€). Aujourd’hui, on peut la trouver pour 50€ sur le net.

Tout d’abord, les deux coques. Une large et lisse, l’autre plus fine et rugueuse. Le changement se fait facilement, les deux coques sont très différentes niveau prise en main. La version lissée est plus arrondie, sur laquelle vous poserez toute votre main; la version rugueuse se prête plus à un maniement du bout des doigts, de par sa petite taille. La prise en main me semble plus naturelle sur la version large, ne serait ce que pour le rebord sur lequel le pouce se pose tout seul. La souris est toutefois trop petite, et vous laisserez reposer une partie de votre paume sur votre bureau ou tapis. Mais pour moi c’est un avantage : j’aime pouvoir “freiner” ma souris de cette façon. En fait je dirais même que c’est là ce qui la différencie d’autres souris plus imposantes : vous la manipulez avec les doigts, pendant que votre poignet et la paume de votre main repose sur le bureau, alors que ce n’est pas le cas avec d’autres souris comme la MX518 ou la G5. Cette prise permet d’utiliser la souris sur une très petite surface, et donc d’utiliser pleinement les capacités de son capteur à 3200 DPI. Vous pouvez l’utiliser à pleine main, à conditions de mesurer 1.20m mais comme la souris est assez “plate”, vous risquez d’avoir du mal à l’utiliser. C’est vraiment un critère à prendre en compte avant l’achat : si vous êtes habitués à poser toute la main sur une souris, quitte à prendre légèrement un appui dessus, passez votre chemin, la G9 n’est pas faite pour vous. Bon, on s’y fait vite; j’ai eu mon lot de souris larges comme la MX518, et passée une courte période d’adaptation, votre main vient se poser naturellement comme je l’ai décris plus haut. Et après ça, il est difficile de revenir sur une souris possédant un gabarit imposant. Pour vous donner une idée, elle à l’échelle 1:1 sur cette page.

La souris est livrée avec 8 poids, un gagdet. Tout dépend de si vous préférez une souris “lourde” ou une souris légère. Je préfère la première option, j’ai donc mis les poids les plus lourds et on sent immédiatement la différence. Une espèce d’inertie se présente alors mais pas au détriment de la précision. Elle se prend ainsi mieux en main, malgré le fait indéniable de sa trop petite taille.

Au niveau de la molette, on a le droit à un clic situé sous la souris qui permet d’avoir une molette crantée, et une autre à défilement libre. Ca apporte pas mal de confort dans des pages web longues, des .doc interminables ou autre pdf de 120 pages. Les clics sont parfaits : ni trop durs, ni trop sensibles, ni trop petits ni trop larges. Les deux boutons “Précédent” et “Suivant” sont on ne peut mieux placés, et super agréables d’utilisation. Les deux boutons de changement de résolution sont eux aussi facilement cliquable et accessible malgré leur petite taille et permettent de switcher entre 4 résolutions paramétrables.

Le capteur laser, fidèle à la réputation des capteurs Logitech, est d’une grande précision. En outre les patins sont énormes et assurent une très bonne glisse.

Les + :

- Les coques interchangeables, une fausse feature qui est en fait une bonne idée

- Les clics, parfaits.

- Le changement de poids

- La précision du capteur

- Les boutons de tranche, nickels.

- La finition

- La molette multi-directionelle

- Pas chère

- Packaging bien fourni

Les - :

- Trop petite

- Ergonomie “spéciale”

- Design pas fameux

- La molette crantée, bruyante, et le clic est loin d’être parfait

- Réservée aux droitiers seulement (en réalité, elle est utilisable par un gaucher avec la coque la plus fine, mais les boutons de tranche deviennent difficilement utilisables)

- Driver qui remplit son rôle, mais largement perfectible

Une souris sous-estimée à mon goût.

On passe maintenant aux tapis, le Q-Pad UC Medium et le Razer Destructor.

Un tapis sobre, solide et offrant une glisse tout à fait satisfaisante.


Ayant le Q-Pad depuis quelques mois maintenant, je peux donc écrire tout le bien que je pense de ce tapis souple. Solide et silencieux, il assure une bonne glisse et ne semble pas s’user. Sa surface permet de conserver les patins de la souris plus longtemps. Sa discrétion permet de le laisser sur un bureau sans problème, même au taff. Il est en outre disponible en plusieurs tailles, au prix tout à fait correct. Son seul défaut est qu’il est plus facile de le salir qu’une tapis rigide.

C’est un tapis souple que je recommande donc, même si on peut faire mieux question glisse.

La preuve avec le Razer Destructor. Hum, ils ont un goût de chiotte pour les noms de leurs produits chez Razer, y a pas à dire c’est ridicule. Deathadder, Lachesis, Megalodon, Carcharias…

Un chouette design, mais le tapis est trop bruyant.

Présenté dans une sacoche permettant de le transporter, le tapis a tout de même une belle allure grâce à son design “agressif”. Il offre une très bonne glisse, mais il est malheureusement beaucoup trop dur, donc trop bruyant; même avec la Nova X600, pourtant silencieuse, j’avais l’impression de racler quelque chose, ce qui le rend désagréable à utiliser. Il est également un peu cher, entre 35 et 45€ sur le net.

Je testerais bientôt la Saitek Cyborg.