coincoincoin

Le blog d’un vilain petit canard le blog de nico.

F.E.A.R. 2 : Reborn

First Encounter Assault Recon.

J’en frémis encore. Alors que je viens de tuer plusieurs soldats contrôlés par la puissance télépathique d’un psychopathe cannibale voleur d’âmes et d’esprits, voilà que j’entame une partie de cache-cache avec des spectres qui jouent avec mes nerfs en apparaissant et disparaissant ça et là dans un nuage de cendres et de fumée. A travers ce voile hostile, j’aperçois celle qui va malmener mon esprit le temps d’un jeu : Alma. Une rencontre qui m’a chamboulé à l’époque, aucun jeu ne m’avait laissé si forte impression de par ses capacités à manipuler mes émotions.

Aujourd’hui, ce temps est révolu et j’enchaîne les niveaux en tuant les Replica les uns après les autres dans F.E.A.R. 2, et son extension que je viens juste de terminer. Compte-rendu de ma visite dans son monde…

Attention : ce test dévoile des moments clés de l’intrigue. Vous voilà prévenus.

Disons le tout de suite : F.E.A.R. 2 : Project Origin n’a pas déchaîné les mêmes passions chez les joueurs PC. Consolitions à outrance, voilà ce qu’on peut lire ici et là sur la toile. Passée la digestion de voir un des meilleurs FPS solo se rabaisser au niveau d’un consoleux et son pad analogique, il en découle toutefois la satisfaction de constater que le jeu n’a rien perdu de sa nervosité et de sa dangerosité. Trop facile selon certains, jouissif selon les autres, le jeu a autant divisé qu’il m’a plu; j’y ai retrouvé tous les ingrédients qui ont comblé le joueur que je suis, malgré peut être une Alma banale que j’ai à peine reconnue.

Alors que j’essaye de défendre un jeu sous-estimé et qui en a bien besoin, me voilà aux prises avec cette extension déjà décriée alors qu’elle n’est pas encore sortie : 2 heures pour terminer un unique mode solo, “c’est trop peu“, “un mode solo et pas de multi“, “8 euros? ça n’en vaut même pas 2” etc etc.  Je ne reviendrai pas sur les difficultés de satisfaire une clientèle PCiste pas toujours évidente à cerner, et aux humeurs changeantes du tout au tout, j’irai droit au but : j’ai apprécié cette extension, ce FPS PC nerveux et jouissif.

Alors que jusqu’à maintenant, Monolith nous a habitué à combattre les forces Replica et les agents d’ATC dans la peau d’un membre du F.E.A.R., une unité spécialisée dans les phénomènes paranormaux, F.E.A.R. 2 : Reborn innove de ce côté là puisque vous êtes aux commandes de FoxTrot-813, un combattant Replica.

On voit donc le jeu sous un autre angle, néanmoins de courte durée : un revenant parmi les morts, Paxton Fettel himself, ancien commandant psychique des forces Replica de F.E.A.R., vient vous souffler quelques mots à l’oreille : il veut revenir à la vie et vous utilise pour arriver à ses fins. A peine le temps de digérer cette étrange réapparition que vous voilà maintenant seul au monde, ennemi de tous, évoluant sous les ordres de Fettel jusqu’au point final.

Si un détail fait bien défaut à F.E.A.R. 2 : Project Origin, c’est son level design. Couloirs, places étroites, ce dernier ne mettait pas à profit les capacités d’assaut que sont celles de l’I.A. du jeu. C’est désormais de l’histoire ancienne, puisque Reborn privilégie les places larges et longues, linéaires mais laissant plus de libertés à l’ennemi de vous contourner.

Les gunfights se déroulent donc un peu moins au corps à corps ou à courte distance, mais plutôt à moyenne distance, des obstacles divers camouflant la progression de vos ennemis. Vous allez sniper, et vous faire sniper.

J’ai été surpris plusieurs fois de me faire tuer dans le dos sans savoir d’où venait mon adversaire. Attention, je déconseille toutefois de jouer en mode de difficulté “Normal” : même si les ennemis bougent plus qu’avant, il reste encore des cas à part, des soldats qui foncent têtes baissées en attente de recevoir vos coups. Jouez en “Hard” pour un challenge relevé (et une phase finale crispante de difficulté). Il est également fortement déconseillé d’utiliser la mitrailleuse fixe plantée dans une des places du jeu et également d’utiliser le slow-motion. De toute façon, à peine armée, je me prenais direct deux bastos de snipers planqués dans les décombres d’en face.

Monolith fait toujours figure de Maître dans l’art de la mise en scène. Bande-son oppressante, scripts efficaces, lieux dévastés, cadavres mutilés, et la voix de Fettel qui résonne et nous pousse à avancer, il n’y a rien à dire sur les capacités du studio à nous plonger dans l’ambiance. Et le titre n’est pas en reste graphiquement avec un très bon niveau global de détails, sous couverts d’effets spéciaux réussis, de jeux de lumières maîtrisés et de filtres qui vous procureront quelques secousses lors des combats. Une des phases du jeu vous invite à traverser à la verticale un immeuble écroulé contre un autre… On ne fait pas dans la dentelle chez Monolith.

On pourra reprocher le manque d’innovations, de nouvelles armes et une phase en mécha tout à fait dispensable (bien qu’efficace pour entrer dans l’action) et surtout la durée de vie de 2 heures (en mode Normal uniquement, comptez plutôt 3 heures en Hard). Mais il n’empêche qu’on ne souffle pas une minute dans ce Reborn qui revient dans les fondations de son grand frère, F.E.A.R. premier du nom. Tout est centré autour du personnage de Paxton Fettel, à tel point qu’Alma en est légèrement en retrait. Ses - peu nombreuses - apparitions ne surprennent plus, la recette il faut bien l’avouer n’est plus aussi efficace qu’elle a pu l’être autrefois. Qu’importe, dans Reborn l’action est mieux gérée que dans son aîné, et la - très courte -  fin nous présage le meilleur pour la série.

Je le recommande donc à tous ceux qui ont apprécié F.E.A.R. 2 : Project Orgin mais globalement la licence F.E.A.R. en elle même. Et je vous recommande également de ne pas vous appuyer sur les avis divers qui amènent Project Origin au niveau d’un FPS de bas étage, ce qu’il n’est pas, et de vous forger vous même votre propre avis.

Dispo sur Steam pour le prix de 7.99€. Jeu de base nécessaire pour pouvoir y jouer.

Site officiel | Blog officiel

8 commentaires pour “F.E.A.R. 2 : Reborn”

  1. XoBaR dit :

    3h en hard ? Ca pourrait m’intéresser à ce prix-là.

  2. nico dit :

    Sauf si tu finis le jeu sans mourir une seule fois, et je vois pas comment c’est possible personnellement.

  3. ap0 dit :

    Très bon article.

  4. Daedalus dit :

    marrant la ref à event horizon sur la dernière photo. D’ailleurs dans le premier il y avait une autre ref, avec le journal qui avait en première page le titre “on a retrouvé l’event horizon”.

  5. nico dit :

    Daedalus a dit :
    marrant la ref à event horizon sur la dernière photo. D’ailleurs dans le premier il y avait une autre ref, avec le journal qui avait en première page le titre “on a retrouvé l’event horizon”.

    ;) j’avais déjà noté la réf ouais, surement un développeur fan du film.

    On le voit sur ce screen : http://pcmedia.ign.com/pc/image/article/657/657310/fear-20051009094916680.jpg

  6. LaCanaille dit :

    Suite à ton article, je me suis décidé à le prendre (je faisais partis de ceux qui râlaient a cause du prix) et je dois dire que j’ai été agréablement surpris. La difficulté à vraiment été bien ajusté, et comme tu dis, l’IA montre ce qu’elle vaut, avec des niveaux ouverts comme celui des snipers ou celui dans le batiment près-fabriqué, juste avant le niveau de la tour “couchée”. Donc merci à toi pour m’avoir fait changé d’avis ;)

  7. nico dit :

    LaCanaille a dit :
    Suite à ton article, je me suis décidé à le prendre (je faisais partis de ceux qui râlaient a cause du prix) et je dois dire que j’ai été agréablement surpris. La difficulté à vraiment été bien ajusté, et comme tu dis, l’IA montre ce qu’elle vaut, avec des niveaux ouverts comme celui des snipers ou celui dans le batiment près-fabriqué, juste avant le niveau de la tour “couchée”. Donc merci à toi pour m’avoir fait changé d’avis ;)

    Merci pour ton retour, content d’avoir aidé à ta décision.

  8. XoBaR dit :

    Je viens de le finir à l’instant, je sais pas comment t’as fait pour le finir en 3h franchement. Je l’ai fini en 1h35 en mode hard sans me presser, et je suis mort pas mal de fois car il faut reconnaître que certains passages sont balèzes et même frustrants.

    J’ai pas compris non plus pourquoi tu dis que les environnements sont plus ouverts, au contraire les gunfights se résument souvent à camper et à attendre que le slow-motion remonte (le passage avec le premier Mecha à buter est naze, sans parler du passage vers le début où il faut buter les 4 gros dans des couloirs d’1m de large, très relou). Certains checkpoints sont mal placés.

    Sinon j’ai bien aimé, le scénario est pas mal, certains passages très cools, c’est rythmé, bref on s’ennuie pas une seconde.

    Mais ça reste pour moi inférieur à FEAR 2 : l’ambiance est moins stressante, on voit moins Alma, y’a aucun nouvel ennemi ou nouvelle arme, bref ils se sont pas trop foulé dans l’ensemble. Par contre les décors sont chouettes, mention spéciale à l’immeuble couché ainsi que le passage dans les décombres juste avant le combat final.

    Le HUD est moins bien que celui de FEAR 2, mais par contre ce qui est cool c’est qu’il s’efface la plupart du temps, à part quand on recharge son arme ou qu’on se soigne, ce qui n’était pas le cas dans FEAR 2.

    Au final je regrette pas mes 8 euros, ça reste un bon DLC qui prolonge intelligemment un très bon FPS solo. Vivement la suite, que ce soit du DLC, un vrai add-on ou FEAR 3 !

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte sur WeFrag, connectez-vous pour publier un commentaire.

Vous pouvez, entre autres, utiliser les tags XHTML suivant :
<a href="" title="">...</a>,<b>...</b>,<blockquote cite="">...</blockquote>,<code>...</code>,<i>...</i>