Nofrag | Forums | Blogs (jeux)

Archive pour juillet 2011

Fred Astaire 16 bits VS Quackshot (Genesis)

Samedi 16 juillet 2011

YouTube Preview Image

On s’amuse comme on peut le week-end.
A regarder en PLEIN ECRAN pour profiter des pixels.

Interview de l’auteur de “La véritable Histoire de Nintendo”

Mercredi 6 juillet 2011

JeJeuJeux : Bonjour Thomas ! Bien que tout le monde te connaisse déjà, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Thomas Baratto : Bonjour, je m’appelle Thomas et je suis un joueur comme les autres. Enfin pas tout à fait puisque j’ai travaillé en tant que maquettiste et rédacteur à Gamesake.net pendant 3 ans avant de me lancer en auteur freelance et de devenir historien du Jeu-Vidéo.

Thomas Baratto, historien du Jeu Vidéo

Thomas Baratto, geek et écrivain

JJJ : Ca y est, tu tiens enfin dans tes mains le premier exemplaire imprimé de “La véritable Histoire de Nintendo - Partie 46″ dont tu es l’auteur. Peux-tu nous dire comment a commencé cette aventure ?

TB : Mon travail de recherche a débuté il y a un peu plus de 10 ans quand j’étais encore journaliste stagiaire à Gamesake.net. J’avais travaillé dur pour pondre un dossier de 1.500 caractères à l’occasion du vingtième anniversaire de Mario. Mais mon rédacteur en chef de l’époque a préféré développer un sujet sur les babes de l’E3, et mon dossier a fini en tweet de 140 caractères (dont 20 dédiés à des hashtags). C’était comme ça que fonctionnait la presse spécialisée en 2011, en dehors de Barredevie mais on sait ce qu’ils sont devenus…

JJJ : Comment t’est venu l’idée de transformer ce dossier, finalement jamais publié, en une série d’ouvrages ?

TN : A cette époque on voyait déjà pas mal de livres évoquant l’Histoire de Nintendo et de Mario, notamment édités aux éditions Pix’n Love (ndlr - devenu Pix’n Lube après leur rachat), mais en tant que vrai fan de Nintendo je trouvais qu’ils ne prenaient pas assez le temps de s’attarder sur certains détails. Alors que ce sont justement les détails et les anecdotes qui font toute la richesse et le patrimoine de Nintendo ! J’ai brièvement discuté avec Florent Gorges lors du Japan Expo - 12° Impact, quelques heures avant qu’il n’embarque pour un voyage au Japon, et il a été assez sympa pour m’écrire un mot d’encouragement sur mon ticket d’entrée. Je le conserves d’ailleurs précieusement !

Un mot d'encouragement préciseusement gardé

Un mot d'encouragement précieusement gardé

Bien que je ne comprennes pas le japonais, les mots de Florent m’ont profondément touché et inspiré. Dès mon retour de la Japan, je me suis installé à mon bureau et j’ai relu mes notes prises pendant la rédaction du dossier. Il y avait là assez de matière pour écrire une vingtaine de livres ! Après un an de recherches supplémentaires pendant lesquelles je ne suis pas sorti de chez moi, si ce n’est pour aller faire mes courses, j’ai “accouché” d’une première version que j’ai ensuite retravaillée, adaptée, améliorée et fragmentée pour obtenir le manuscrit final. En tout, ça m’a donc pris près d’un an et demi de travail avant de voir sortir le premier tome de la collection.

JJJ : Tu parlais de détails et d’anecdotes tout à l’heure. Les 240 pages que comptent ce quarante-sixième volume en regorgent. Pourquoi avoir choisi d’accès cette partie de “La véritable Histoire de Nintendo” sur la journée du 5 Mars 1981.

TB : Tout simplement parce que c’est la suite directe du volume 45 (rires). En fait l’ouvrage ne traite que de la matinée du 5 Mars 1981. Avec “la véritable Histoire de Nintendo” je veux vraiment prendre le temps d’expliquer pourquoi la société Nintendo est telle que nous la connaissons aujourd’hui, et il me semble que les lecteurs méritent de savoir précisément comment tout a commencé. Si Shigeru Miyamoto n’avait pas mis ce slip kangourou ce matin-là, le même slip dont je parlais dans le tome 8 et dont l’élastique avait été mis à mal par une réunion trop longue avec Gunpei Yokoi, peut-être que Mario ne serait jamais né.

JJJ : C’est vrai qu’en lisant le livre on est totalement absorbé par cette matinée étonnante et on se demande bien ce que serait devenu Nintendo sans l’histoire du slip kangourou. Quel est ton point de vue de joueur là-dessus ?

TB : Oh, je suis plus un historien qu’un joueur. Malheureusement je n’ai pas réussi à remettre la main dessus lors de mes nombreux voyages au Japon. D’après mes derniers renseignements, le slip serait encore à Kyoto mais on a perdu sa trace depuis des années. Pourtant à un moment j’ai bien cru que j’y arriverais, et ça aurait été une pièce d’exception pour le Musée Morano du Jeu Vidéo et des Industries Artistiques qui va bientôt ouvrir ses portes. Mais je ne perds pas espoir !

JJJ : A la fin du volume 45, tu évoquais sur plusieurs chapitres le fait que Miyamoto s’était couché du côté gauche du lit alors qu’il ne l’avait fait que 2 fois jusqu’ici. Est-ce que ça a, comme tu le pensais, un lien avec le fait que Mario ait une moustache ?

TB : Tout à fait, et c’est ce que je démontre au milieu du livre avec l’histoire de la gomme tombée par terre entre 10h et 10h15. Miyamoto aurait dessiné la moustache de Mario pour la première fois après avoir ramassé cette gomme, et sans ça, on le sait maintenant grâce à l’interview de Mouloud Achour retrouvée à l’INA, pas de Zelda non plus. C’est un évènement que je souhaite vraiment approfondir plus tard, quand j’en aurai le temps.

Le slip kangourou, la gomme et la moustache

Le slip kangourou, la gomme et la moustache


JJJ : On sent vraiment que le sujet te passionne. Quel type de joueur es-tu ?

TB : Encore une fois, je préfère qu’on me désigne comme historien du Jeu-Vidéo. Je n’ai pas vraiment le temps de jouer. Tout le monde ne pourrait pas faire ce que je fais, c’est vraiment un travail difficile qui demande de la patience et des qualités rares.

JJJ : Certainement… Mais alors quels sont tes projets après “La véritable Histoire de Nintendo” ?

TB : Comment ça, quels sont mes projets ?

JJJ : Est-ce que tu penses ensuite t’attaquer à Sega et au mystère qui entoure la création de Sonic ?

TB : Désolé, je ne connais pas. Tout historien que je suis, je suis parfois amené à faire l’impasse sur quelques sujets secondaires (rires). En tout cas, si ces deux jeux sont sortis sur Super Nintendo, j’en parlerais sûrement bientôt dans les prochains volumes de “La véritable Histoire de Nintendo”.

JJJ : On se quitte sur ces mots. Thomas, merci pour nous avoir accorder cette interview passionnante.