Ana Al Haqq

le blog de muadib.

Articles taggés avec ‘Mr Bungle’

Umlaut

Lundi 20 avril 2009

Les fans éplorés de Mr Bungle seront ravis de savoir que Clinton “Bär” Mc Kinnon, l’un des piliers du groupe (il y officia au sax, mais aussi aux percus, claviers, flute, etc.) vient de sortir son premier album studio sous le nom d’Umlaut.

J’étais vraiment curieux d’entendre le résultat lorsque l’album fut annoncé, d’autant qu’en plus d’être un musicien d’exception le monsieur co-signa quelques classiques de Mr Bungle (The Bends, Goodbye Sober Day, oui rien que ça)… Bref après quelques écoutes attentives mes attentes ont été largement comblés : Déjà ça ne sonne pas comme du sous Bungle ce qui en soit est une réussite, McKinnon est parvenu a ressusciter  le “vocabulaire” bunglien fait de télescopage de différents genres musicaux (rock, métal, pop, musique de films, jazz , electro…)  tout en rendant le tout immédiatement accessible et frais.

Les morceaux de l’album sont a ce sens un vrai bonheur pour les oreilles, d’une grande musicalité et superbement arrangés, on passe des délires cartoon d’Atlas Face ou Dirty Dishes aux ambiances morriconesque de The Mistaken Power ou au Metal arabisant de Bigfoot Is Real sans éprouver la moindre lourdeur ou que ça sonne forcé !

Un album d’une grande richesse et un classique en devenir ! Je vous le conseil vivement.

Umlaut

Umlaut

Tracklisting :

  1. Kitty Puppy
  2. Atlas Face (Feat Mike Patton)
  3. The Mistaken Power
  4. Dirty Dishes
  5. Living the Dream
  6. Bigfoot is Real
  7. Work Truck
  8. The Horrible Things we Say
  9. Chill Pill (soy ta lahtoe)
  10. Buttons
  11. Dain Bramage

myspace.com/umlautbarmckinnon

Goodbye Sober Day

Dimanche 7 septembre 2008

Je viens de tomber sur cet excellent clip de Goodbye Sober Day morceau culte de Mr Bungle réalisé par un fan :

Please enable Javascript and Flash to view this Flash video.

(Peut être téléchargé en bien meilleur qualité ici.

Le passage qui commence a 3:04 est absolument dément ;)

Des fois je me dis a quoi bon tenir ce blog ? Et puis je reçois des mails sympa qui me redonnent l’envie de continuer d’entretenir le bousin… Bref parmi ces mails j’ai reçu récemment celui de Pedral qui m’a fait découvrir son groupe de doux dingues originaire de Nice : Vladimir Bozar ’n’ ze Sheraf Orkestär je clique sur le lien qui me mène vers leurs MySpace et hop coup de foudre musicale immédiat ! Le groupe pratique une sorte de fusion déjanté et très maitrisé (faut voir les vidéos live, les gars assurent comme des dieux) de jazzmetalelectrocartoonpunkjesaispastropquoiencore complètement dingue mais tout en ayant un coté second degré assez rafraichissant !

Moi qui ne me suis toujours pas remis la fin de Mr Bungle j’ai bien l’impression que ma peine va prendre fin…

Enfin la j’ai très hâte que leur premier album (dont le mixage vient d’être fini aux studios d’Estradasphere) sorte en fin d’année, en attendant ils entameront une tournée en France avec Secret Chiefs 3 a la rentrée !

Gonzales
Please enable Javascript and Flash to view this Flash video.

RRS (Live)
Please enable Javascript and Flash to view this Flash video.

Hector ou la défaite de martin shin (Live)
Please enable Javascript and Flash to view this Flash video.

Ocham Mon morceau favori du groupe, un vrai bijou. La synchro avec la vidéo d’un vieux cartoon Disney est saisissante…
Please enable Javascript and Flash to view this Flash video.

myspace.com/vladimirbozar

Vladimir Bozar ‘n’ ze Sheraf Orkestär
c’est Zappa qui s’est enfin rasé la moustache
Vladimir Bozar ‘n’ ze Sheraf Orkestär
c’est Mister Bungle et Mister Freeze réunis
Vladimir Bozar ‘n’ ze Sheraf Orkestär
alors que Raoule petite

Quand Vladimir Bozar ‘n’ ze Sheraf Orkestär sort un album, c’est toujours l’album de la maturité.

Vladimir Bozar est né en 2003, depuis, on ne cesse de parler du réchauffement planétaire.
Vladimir Bozar est l’unique Roi Soleil…

Mr Bungle. California

Mercredi 25 juillet 2007

Mr bungle est un groupe formé en 1985 et dont le noyau dur est composé de Mike Patton (Frontman de Faith No More, Fantomas, Tomahawk, Peeping Tom… le stakhanoviste du rock!) aux claviers et voix, Trey Spruance aux guitares et claviers, Trevor Dunn a la basse, Clinton “Bär” Mc Kinnon au sax ainsi que Danny Heifetz aux futs.

Le groupe dont c’est le dernier et ultime effort en studio a déjà sorti deux disques : «Mr Bungle » en 1991 et « Disco Volante » en 1995, véritables disques de grands malades, ou tout les styles et sonorités des cinquante dernières années sont passé a la moulinette de leur délire. Deux grands albums inclassables et étourdissants, des disques à la folie exacerbée…

Cependant le groupe pour ce troisième album à voulu surprendre et sortir d’une routine qui le guettait en optant pour une approche plus « naïve » plus « californienne » justement. L’album « Pet Sounds » des Beach Boys et la surf music fut une source d’inspiration revendiqué par le groupe pendant l’enregistrement de l’album.

Mais cette « normalité » est trompeuse car loin de muselé sa folie créatrice, le groupe la contient et lui donne un aspect plus avenant en apparence mais ou la folie est toujours sous-jacente.
L’album commence par un « Sweet Charity » très cool, très easy listening (les chœurs du refrain sont à tomber), une introduction forcément trompeuse…

Le groupe fourbe et farceur comme il l’est nous surprend par un second titre « None Of Them Knew They Were Robots » ou plutôt plusieurs titres en un : Rockabilly, cartoon, Hard rock, jazz… Un grand foutoir maitrisé d’une main de maitre qui change de rythme et d’ambiance toute les quinze secondes mais qui miraculeusement est cohérent…

Le troisième morceau du disque « Retro Vertigo » est une ballade rock tout ce qu’il y’a de plus classique en apparence (mais d’une grande beauté quand même !) qui nous berce avant qu’un mur du son nous tombe dessus : batterie lourde, guitares saturées pour un final grandiloquent mais néanmoins superbe.

Arrive ensuite “The Air Conditionned Nightmare” morceau schizophrène qui alterne chant aigus et cristallin qui monte haut pour vriller en gueulante et surfer sur des guitares hardcore, le tout entrecoupé de passages très calme… Un morceau très ludique et qui témoigne d’une très grande maitrise technique.

« Ars Moriendi » est le morceau le plus représentatif du style passé du groupe soit ici un mélange de musique slave, oriental et de métal : les guitares, l’accordéon, les percussions dialoguent, s’entrechoquent dans une osmose hallucinante. La voix sans faille de Mister patton servant de fil conducteur.

Nous arrivons a l’un des morceaux les plus envoutant qu’il m’a été donné d’écouter dans ma courte vie : « Pink Cigarette », un morceau d’une classe inouï, un morceau très « lounge » doté d’une mélodie magnifique et servi par des arrangements hallucinants de justesse. Patton emprunte ici sa plus belle voix de « crooner » et nous ensorcelle… l’envolée final avec piano, riff de guitare très « james bondien » , violons et superbes chœurs (et en arrière fonds sonores les hurlements ahurissants de Patton !) finit de nous propulser dans la stratosphère… Morceau Sublime, divinement beau.

Virage électro et expérimentation sonores à tout va pour « Golem II the Bionic Vapour Boy » titre très funky et délirant, de quoi vous filer la banane pour le peu que vous entriez dans le trip !

« The Holy firmament » est le morceau que j’apprécie le moins sur cet album, pas qu’il soit mauvais, non loin de la ! Mais son ambiance ne cadre pas très bien avec le reste de l’album a mon simple et humble avis, pourquoi ? Pour son coté lugubre et pas très réjouissant même si le final est moins oppressant.

Heureusement que le morceau suivant « Vanity Fair » avec son ambiance cabaret, remet un peu de bonne humeur et de nonchalance très sixties…

Humm, nous abordons la fin avec le chef d’œuvre du disque et l’un des sommets du groupe tous disques confondus !!! Rien que ça oui Monsieur ! « Goodbye Sober Day » porte à merveille son nom, la schizophrénie musical à l’état pur ! Un morceau qui mêle musique latino, chants religieux ( ?!) rock fifties, fatras électro, délires vocaux du maitre, entrecoupé de passage métal grindcore.
Comment vous décrire ce morceau absolument dingue ? Il faut que vous l’écoutiez pour vous rendre compte de la folie maitrisé et du miracle de ce morceau. Un chef d’œuvre.

Je viens de me relire et je constate que j’ai oublié de mettre l’accent sur une chose : la voix de Mike Patton : jamais chanteur ne m’a autant bluffé, le monsieur maitrise tout, il peut chanter les ballades les plus mielleuse (rappelez- vous de sa reprise de « Easy » de l.Ritchie !), pousser les beuglements les plus hargneux, faire le « human beatbox » et inventer les onomatopées les plus dingues avec une facilitée déconcertante, je vous conseille de vous dénicher des enregistrements du monsieur en concert pour appréhender l’ampleur de sa maitrise… Beaucoup d’artistes (John Zorn, Bjork, Dan The Automator, Massive Attack…) ne s’y sont pas trompés et l’invitent régulièrement à les rejoindre sur scène ou en studio.

Un conseil les amis : cet OVNI musical est a écouter en extrême urgence, l’apprécier (comme un bon cigare) se mérite mais une fois que vous l’aurez assimilé, vous pourrez mourir en paix avec le sentiment d’avoir connu les sommets…

Track list :

1. Sweet Charity
2. None Of Them Knew They Were Robots
3. Retrovertigo
4. The Air-conditioned Nightmare
5. Ars Moriendi
6. Pink Cigarette
7. Golem II: The Bionic Vapour Boy
8. The Holy Filament
9. Vanity Fair
10. Goodbye Sober Day