Homemade Pixels

Des pixels frais qui sortent du four le blog de MrHelmut.

Archive pour janvier 2015

J’ai l’impression de ne parler plus que de ça. En fait non, ce n’est pas une impression. It’s game jam time! (Il faut vraiment que je termine tous ces articles que j’ai en brouillon.)

Comme tous les ans à la même période, je viens vous parler de la Global Game Jam. Plus particulièrement de la version spéciale Ouiche Lorraine.

couv

Qu’est-ce qu’une game jam ?

Prenons un court laps de temps, disons 48h. Prenons ensuite plein de gens de tous bords, ages et expériences. Toi, ton petit frère en 4ième qui gribouille, ton oncle qui bosse chez Ubisoft, ta pote musicienne, tout le monde. Posons les dans un endroit adéquat parmi plein d’autres gens enthousiastes. Formons des équipes, révélons un thème, et laissons tout cela mariner durant ces 48h dans une bonne ambiance. Et pouf, vous avez créé un jeu funky, chose que tu pensais peut être irréalisable de prime abord, ou hors de ta portée, mais ce weekend vient de te prouver le contraire, en plus d’avoir passé un bon moment parmi d’autres passionnés à manger des pizzas (et des pommes, parce que bon, on sait aussi manger sainement dans le jeu vidéo).

TL;DR: un marathon de création de jeu vidéo en 48h, ouvert à tous (et j’insiste sur le fait que tout le monde y a sa place).

Global Game Jam ?

C’est pareil, sauf que cela se passe dans presque 500 villes à travers le monde, en simultané !

Je fais partie des organisateurs qui gèrent les villes de Nancy et de Esch-sur-Alzette (France/Luxembourg), donc forcément, c’est ici que j’aimerais vous inviter à rejoindre la grosse centaine de participants attendus.

Mais les game jams ne sont qu’amour, et je ne vous en voudrais pas pour un sous d’aller voir nos amis de Paris, Rennes et plein plein d’autres. L’important, c’est que vous soyez bien où vous allez et que vous passiez un bon weekend.

Il y a du cash prize ?

Ohla ohla ! Sache, qu’une game jam n’est en aucun cas une compétition. Il n’y a rien à gagner. Il s’agit ni plus ni moins qu’un moment d’innovation, de partage et d’apprentissage ouvert à tous.

On y  participe tout simplement parce que l’on a cette petite lueur qui nous dit “hé, je me sentirais bien parmi ces gens” et on aura surement été enrichi de ce weekend, tant dans l’expérience que dans les rencontres.

Et nous, organisateurs, n’avons rien à y gagner non plus, si ce n’est être sur les rotules à préparer tout ça, et la joie après 48h sans sommeil de se détendre un bon gros coup devant tous ces jeux aux idées uniques, puis de vous entendre nous dire “à l’année prochaine !”

Hé mais, chez vous c’est payant ?

Vrai. Tout à fait. Absolument. 30 balles.

Une game jam est habituellement gratuite. La différence chez nous ? On met un point d’honneur à ce que chacun soit “comme à la maison” (d’ailleurs ce n’est pas rare que certains aient leurs pantoufles, peignoir de chambre, ou mug fétiche… ou peut être que je confond avec moi même) et n’ait qu’à se soucier de vivre son weekend. Cela signifie que nous fournissons tous les repas (en tenant compte des régimes de chacun), boissons, fruits, café en illimité et même massages des épaules si tu nous fais les yeux de chat.

Ok, on s’inscrit où ?

Tous les détails pratiques et les inscriptions sont par ici : http://ggj.extra-coin.org/

La date limite, c’est vendredi 16 !

Viens !

P.S. : si tu viens, tu pourras même jouer à “Qui est-ce ?” pour deviner qui parmi les inscrits est la personne qui a financé Subject 13.