Quelqu’un a du papier ?

le blog de monsieurcrescen.

Articles taggés avec ‘assassin’s creed’

Oh, hy !

oh, hy !

Back in action, m’sieurs dames !

Après une assez longue période sans article, voici du neuf ! Je ne vais pas trop faire dans l’originalité non plus, en vous proposant une critique de la musique d’Assassin’s Creed Brotherhood. Soyez content, je vous en évite une sur Call of Duty Black Ops où j’aurais juste étalé ma bile bien acide.

Assassin’s Creed 2.5 par UbiSoft / Assassin’s Creed 3 par Jesper Kyd

Bien qu’assez bien reçu par la presse (papier et internet), Assassin’s Creed Brotherhood m’apparaît comme un modeste spin off dans la série éponyme (je n’y ai pas joué), qui est loin d’être aussi attirant que le précédent opus. La faute surement à une campagne de publicité plutôt moche, et aussi au manque de « grandes » nouveautés, puisque Brotherhood est la suite directe du second opus (j’attend le fameux épisode qui doit se dérouler pendant la révolution française !)

Pour autant, Ezio n’est plus l’adolescent d’Assassin’s Creed 2. Il est devenu un maître assassin, celui qu’on pouvait apercevoir à la fin du 2, justement. Plus proche d’Altaïr, sans pour autant être aussi antipathique (et attirant), c’est dorénavant un meneur de troupes. Autre transformation, si la némésis d’Ezio reste toujours Rodrigo Borgia, il trouve maintenant un ennemi à sa hauteur, tout aussi meurtrier que lui, Cesare Borgia (le fils du méchant susnommé). C’est assez intéressant d’intégrer ce personnage, car pour la première fois, le joueur n’est pas le plus puissant, il a son équivalent. Certes, l’ensemble est encore plus caricatural que dans le titre précédent, mais j’imagine qu’il doit y avoir quelques surprises pour mieux équilibrer le rapport bien/mal (comme dans le premier épisode par exemple).

A l’inverse, la musique de Jesper Kyd marque un changement radical, même si le compositeur reprend une partie de la thématique d’Assassin’s Creed 2. Ezio étant devenu un assassin, un vrai, le compositeur a choisi une approche plus sombre, plus complexe dans ses ambiances, qui rappelle parfois le premier opus. Cependant, la mise en scène étant, je l’imagine, beaucoup plus explosive, Jesper Kyd a opté pour une orientation plus percussive. Très violente, plus synthétique (pas d’orchestre pour un jeu 2.5, trop cher mon fils), cette BO est une petite perle qui signe le retour du compositeur dans sa période Hitman/Freedom Fighters. Avis aux amateurs !

Je vous propose une lecture des 7 premières pistes, qui sont assez exemplaires de l’ensemble de la musique. Vous pourrez ainsi découvrir vous-même le reste si les extraits vous ont plu. Et surtout, je vous évite aussi un article (encore) trop long.

Le tracklist :

01. Borgia Occupation (03:01)

02. Master Assassin (03:18)

03. Cesare Borgia (02:59)

04. Infiltrating The Borgia Castle (02:33)

05. City Of Rome (05:31)

06. The Brotherhood Escapes (02:01)

07. Brotherhood Of The Assassins (03:01)

08. The Pantheon (03:03)

09. Villa Under Attack (02:11)

10. Echoes Of The Roman Ruins (02:50)

11. Rome Countryside (02:59)

12. Borgia Tower (02:11)

13. Roman Underworld (03:43)

14. Countdown (03:32)

15. Borgia / The Rules Of Rome (03:58)

16. Ezio Confronts Lucrezia (02:56)

17. Legacy Of The Borgia Family (02:29)

18. Battle In Spain (01:34)

19. Fight Of The Assassins (02:35)

20. Desmond Miles (04:45)

21. VR Room (02:47)

22. End Fight (ACII Bonus Track)

Allez ! En voiture Simone !

Master Assassin

YouTube Preview Image

Première piste de l’album, qui donne clairement le ton, assez hispanique d’ailleurs (le jeu finit en Espagne d’après les tests) qui me rappelle l’ouverture de Mask of Zorro de James Horner. On retrouve des sonorités d’Assassin’s Creed 2, notamment le travail de la guitare basse, mais en plus lent et plus sec, tout en alternant avec un jeu de percussion qui n’existait pas dans la BO précédente. La piste est très inquiétante, renforcée par un jeu de cordes intéressant, qui va servir de leitmotiv à cet épisode. Les voix féminines n’ont pas la même légèreté qu’avant, et sont modifiées électroniquement pour là aussi, insister sur le caractère alarmant de la piste. Ce qui frappe aussi par rapport à Assassin’s Creed 2, en dehors de l’absence de thématique, c’est la construction même de la piste. Elle ne « démarre » pas, n’a pas de paroxysme, ne brille pas par un caractère épique, loin de là. J’ai eu du mal à saisir l’orientation musicale que Jesper Kyd voulait donner à cet opus, qui certes s’inspire plus de l’épisode 1 que du 2, mais qui pourtant reste très originale. Il y a un côté sinistre, sombre, voire déconstruit que l’on trouvait dans la musique d’Hitman Contracts (qui était lui aussi un épisode 2.5) et qui dérange lors des premières écoutes. Mais par la suite, cette piste surprend par son utilisation de l’électronique, beaucoup plus poussé que dans les autres épisodes, et aussi bien mieux intégré. D’autres pistes vont mieux développer cette tendance, à peine introduite par Master Assassin.

City of Rome

YouTube Preview Image

Seconde piste, plus classique, qui réutilise le thème des cités développé dans Assassin’s Creed 2 (Home in Florence par exemple). Mais là aussi, la musique est moins lumineuse, plus percussive, et Jesper Kyd y ajoute des chœurs (inexistants dans la version originale). On note aussi le retour du synthétiseur qui prend la place des cordes, synthé qu’il utilisait dans Freedom Fighters, rappelant les musiques de Vangélis.

Casera Borgia

YouTube Preview Image

Même si la piste porte le nom de l’opposant principal d’Ezio, il n’y a aucune thématique. A l’inverse, Kyd a façonné une musique extrêmement froide, sèche (percussions et chœurs), violente, presque arythmique, qui rappelle les grands instants d’Hitman Blood Money. C’est l’une de mes pistes favorites, qui reflète bien le changement de style amorcé par le compositeur.

Flags of Rome

YouTube Preview Image

Cette piste reprend les percussions et le travail des cordes de Master Assassin (sons très aigus, retravaillés électroniquement pour donner un aspect presque maladif). Là aussi, difficile de trouver un esprit épique à cette musique, et pourtant il y a musicalement un travail particulier. L’intensité de la piste monte crescendo pour se dissoudre rapidement, sans exploser. Mais il y a une réelle violence (grâce aux percussions évidemment) qui donne l’impression d’une « colère contenu » musicale. A noter que les percussions sont clairement empruntées à une banque de sons déjà utilisée, mais je n’arrive pas encore à savoir où et par qui (en musique de film je crois).

The Brotherhood Escapes

YouTube Preview Image

Il n’y a pas que des bonnes pistes dans Assassin’s Creed Brotherhood, et celle-ci est l’une des plus décevantes. C’est LA piste d’action de l’album (dans le sens où elle joue sur une sur-utilisation des instruments : percussions, plus guitare au rythme rapide, plus chœurs, plus cordes, etc.), et c’est la moins bien écrite. Elle fait penser aux musiques de trailers (Two Step from Hell par exemple), c’est-à-dire purement fonctionnelles mais plutôt creuses.

Brotherhood of the Assassins

YouTube Preview Image

Autre reprise d’un thème de la série, celle de la guilde des assassins mais qui est transfigurée par un jeu de cordes torturé et des chœurs plus sombres (et des cuivres synthétiques qui sonnent à la Inception de Hans Zimmer). Là aussi, on a l’impression d’entendre les morceaux d’ambiances d’Hitman Contracts.

The Pantheon

YouTube Preview Image

Ma piste favorite, qui poursuit l’aspect musical introduit sur Master Assassin et Flags of Rome, à savoir un travail d’ambiance et de tension d’une rare maîtrise. A noter mon son favori, ce petit jeu sur des cordes, qu’on entendait déjà sur la piste précédente, et qui revient ici comme pour signifier musicalement un détail angoissant. Je ne sais pas comment c’est utilisé dans le jeu, mais ça peut vraiment donner quelque chose de simpa, qui en terme d’expérience sonore peut être de l’ordre de celle d’Amon Tobin pour Splinter Cell Chaos Theory, à savoir très en phase avec les actions du joueur, dirigeant l’attention par une construction progressive du suspense. La citation n’est pas hasardeuse, puisque Jesper Kyd utilise un sample que Tobin utilisait déjà sur Chaos Theory, puis repris pour Conviction. D’autres pistes laissent à penser que chez UbiSoft, les compositeurs mettent à disposition une partie de leur matériel (comme dans la piste Countdown, qui là aussi, trahie une écriture proche de celle de Tobin sur les cordes).

Vendez le jeu, achetez la BO !

L’album continu sur cette lancée, et tend vers une explosion finale assez sidérante, à la fois en considérant la série Assassin’s Creed, mais aussi en matière de musique de jeu vidéo. Jesper Kyd a signé une musique de haute volée, nerveuse, inquiétante, très violente, sans pour autant être massive, lourde et surtout déjà entendue. S’éloignant du côté aérien et lumineux d’Assassin’s Creed 2, le compositeur, délaissant l’orchestre au profit du tout électronique et synthétique, propose une expérience sonore très travaillée, complexe sans être trop étouffante. Un véritable retour à la noirceur de la série Hitman, où les chœurs, les cordes et les percussions sont assemblés avec une rare maîtrise. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’en bonus, la musique de la confrontation finale d’Assassin’s Creed 2 est offerte (End Fight). Passer d’une piste d’action de Brotherhood (comme la superbe Battle in Spain ou encore la très Tobin-esque Ezio Confronts Lucrezia) à celle d’Assassin’s Creed 2 permet de bien comprendre toute la mutation musicale de la saga. Là où UbiSoft ne propose qu’un épisode 2.5, Jesper Kyd a déjà un temps d’avance.

N’hésitez donc pas à écouter l’ensemble de la BO, de préférence au casque.

Pour la prochaine fois, j’aimerais bien m’atteler à la confrontation David Arnold sur GoldenEye Wii et Richard Jacques sur BloodStone, histoire de revenir aux classiques. Faut juste que j’arrive à mettre la main sur la musique d’Arnold (autrement que via les extraits pourris sur YouTube).

Allez, as usual, un bonus :

Ezio Confronts Lucrezia

YouTube Preview Image

Que de beaux cheveux !

Que de beaux cheveux !

World music et jeu vidéo d’aventure : une évolution croisée

Parce que cet article était trop long (il l’est encore !), j’ai choisi de me restreindre à l’exemple de Jesper Kyd. Exit donc Michael Bross, mais ce n’est que partie remise. Voici donc la fin d’une lecture autour du thème world music et jeu vidéo d’aventure. Profitez-en quand même, car je vais dorénavant surement passer à des articles plus courts, et peut être plus user friendly (c’est toujours plus simpa quand il y a beaucoup de texte).

A vot’ bon cœur ! Bonne lecture et bonne écoute !

Partie II : Le cas Jesper Kyd

Jesper Kyd, compositeur bien connu du grand public pour ses travaux avec Io Interactive (saga Hitman), n’apparaît pas de prime abord comme le meilleur représentant de la world music pour les jeux vidéo. Pourtant, il est, et c’est un avis personnel, celui qui restitue au mieux les expériences sonores et musicales que Stéphane Picq proposait vingt ans plus tôt. Sauf qu’entre temps, les jeux ont évolué, et le genre aventure dont il était question dans la première partie de cet article, s’est transformé en action/aventure. La musique a elle aussi, bien changée.

Les raisons de ce changement sont assez divergentes, et entre autres, ça a un lien direct avec l’évolution technologique. A partir du moment où il a été possible de créer des environnements en 3 dimensions d’une qualité visuelle acceptable, la progression image par image de Myst est devenue obsolète. Dorénavant, le joueur peut traverser un niveau dans sa profondeur et véritablement l’explorer. Tomb Raider (1996) a été, à ce titre, une sacrée évolution. Même s’il n’est pas le premier jeu à proposer ce type d’expérience, il est celui qui a cristallisé cette innovation auprès du grand public et des médias généralistes. On pourrait aussi faire un parallèle avec les RPG, qui ont participé à ces transformations, ainsi qu’aux shooter évidemment. L’évolution des jeux vidéo fait que les genres tendent à se regrouper, à fusionner, pour proposer l’expérience de jeu la plus complète. Je laisse d’ailleurs le soin aux connaisseurs d’ajouter leur participation à ce billet dans les commentaires.

Toutefois pour ces articles, je me restreins aux objets qui portent l’étiquette aventure, puis action/aventure. La filiation me semble la plus forte, quoique critiquable : de Myst à Tomb Raider, même si le gameplay s’articule autour de la résolution d’énigmes, le joueur a une posture radicalement différente. Dans l’un, il est le regard du personnage, dans l’autre, il regarde le personnage. Le saut est trop abrupt, mais le lien existe pourtant. L’évolution « naturelle » de Myst viendrait de titres comme The Longest Journey (1999) et consorts. Mais comme toujours dans les jeux vidéo, l’évolution n’est pas linéaire. The Longest Journey est sorti après Tomb Raider, remplissant un vide, qui aurait pu l’être bien avant. Pourtant, ces titres sont loin d’avoir connu le succès des jeux d’aventures des années 80/90, et encore moins le succès des premiers jeux d’action/aventure, ce qui me fait dire, et c’est peut être extrême, que le genre aventure pur est tombé en désuétude chez le grand public (là aussi, on peut lancer diverses hypothèses concernant l’ouverture des jeux au grand public, les références omniprésentes à une culture populaire, le cinéma hollywoodien, etc. qui ont amorcé ces transformations).

Ceci étant lourdement précisé, j’en reviens à Jesper Kyd.

S’il existe dans sa ludographie, quelques morceaux de world music (notamment la première BO de Hitman -2000-, puis de Hitman Contracts -2004-), ce n’est qu’avec la série Assassin’s Creed (2007) que l’on a un aperçu intéressant de l’évolution parallèle entre jeux vidéo d’aventure et utilisation de la world music.

Le projet Assassin’s Creed (qui commence en 2003), mélange improbable de GTA 3 et Prince of Persia au temps des Templiers, a marqué durablement les jeux vidéo. Pour la première fois, un jeu aussi grand public (doit pas y avoir pire comme représentant avec son gameplay full auto) proposait une réelle expérience historique. Si Jérusalem et Florence ont pu être reconstituées aussi précisément dans d’autres jeux (notamment les jeux d’aventures image par image avec un rendu photo réaliste), jamais un joueur n’a pu explorer ces cités de la sorte, à savoir dans leur profondeur. S’en est devenu l’argument de vente ultime, surtout à la sortie du second opus (une chronique sur France Inter parlait à juste titre de la reconstitution incroyable des architectures historiques de ces villes, en omettant de parler du principe même du jeu : assassiner). Le problème du premier Assassin’s Creed est d’ailleurs inhérent à ce travail titanesque ; les développeurs ont juste oublié d’y adjoindre un gameplay. Ils ont réalisé le simulateur de contemplation de villes anciennes le plus cher du marché – après tout, les mouvements du personnages permettent de mieux traverser les décors -, et c’est pour ça que j’ai un faible pour ce premier opus (roooh !)

Le choix de la contemplation

Au lieu d’en faire un jeu au gameplay nerveux, les développeurs ont opté pour un jeu basé sur l’observation, la réflexion, et l’action discrète. Bref, un jeu d’assassinats méthodiques et non bourrins (ce qui va changer avec le second opus), très proche de Hitman (ah, tiens…) ou de Tenchu (1998 –il y aurait un bel article à faire sur ce jeu et ses musiques-).

Ils ont aussi privilégié l’exploration, puisque l’univers est ouvert. Le joueur peut passer un temps certain à aider les habitants des cités, ou plus simplement, récolter diverses crétineries dispersées dans les niveaux (genre, des plumes dans Assassin’s Creed 2). Dans le premier épisode, il était même obligatoire de passer les points d’observations pour faire apparaître sur la carte les différents objectifs, forçant ainsi le joueur à arpenter les bâtiments les plus hauts des villes. Tout cela fait que l’expérience du jeu est de l’ordre de la contemplation, de l’attente, de l’observation, voire même de la pause (pour simplement observer l’univers « vivre »), impression appuyée par la mise en scène. D’une cité à l’autre, le joueur traverse à cheval de longues zones de campagnes, plutôt vides, mais très agréables. De même, à chaque arrivée dans une ville, le joueur passe par le chemin qui va lui donner le point de vue le plus impressionnant. Tout est fait pour qu’on puisse admirer le travail réalisé autour des décors, et surtout, s’y perdre. Les rues de Jérusalem sont de vraies souricières. A un certain moment du jeu, le joueur est obligé d’éviter les toits, véritables repères d’archers, qui n’ont clairement pas besoin de la seconde monture d’Optic 2000. Il doit alors se repérer dans les petites ruelles, où il est bien plus difficile d’y semer les gardes.

Personnellement, j’ai toujours eu le sentiment que les villes du premier Assassin’s Creed étaient plus grande que celles du second. Ce qui est faux en réalité, la différence se joue dans le travail du level design, plus précis sur le deuxième titre, qui permet de mieux guider le joueur (ce n’est pas tout à fait la même équipe d’un jeu à l’autre si je ne me trompe pas). Jesper Kyd va alors intervenir pour renforcer l’impression de contemplation, et aussi lui donner tout son sens. Sur Assassin’s Creed 1, il compose une musique discrète, sans thème, mais proposant différentes ambiances en fonction des cités. Les passages d’actions n’ont rien d’explosif. Son travail est davantage basé sur une construction du suspense et une montée de pression constante. Mêlant habilement des instruments ethniques à un jeu de percussions, le compositeur, adepte de l’électronique, va s’amuser à transformer les sons, les déformer, et les mixer à sa manière, à savoir comme un DJ (c’est son métier).

Le résultat n’est pas sans rappeler le travail de Harry Gregson-Williams pour Kingdom of Heaven (tiens, encore un film de Ridley Scott), sorti en 2004. Avant Jesper Kyd, Harry Gregson-Williams a lui aussi mêlé le son d’instruments ethniques à une composition de type électronique. Il s’agit de l’une de ses meilleures BO, novatrice, mais assez décriée par les amateurs de musiques épiques (comme le souligne cette piste, Crusaders).

YouTube Preview Image

(Kingdom of Heaven, Harry Gregson-Williams, Crusaders)

Jesper Kyd va encore plus loin et propose un mélange assez incroyable, quasi hypnotique, qui, et j’ose le dire, transcende littéralement l’expérience de jeu. Traverser la ville de Jérusalem sur le rythme planant, mélange habile de musique religieuse et musique plus mystique, offre un plaisir rare (lire la piste City of Jerusalem).

YouTube Preview Image

(Assassin’s Creed, Jesper Kyd, City of Jerusalem)

Mieux encore, lorsque le joueur sort de la ville et s’en éloigne (ou s’en approche), Flight through Jerasulem donne un aspect de grandeur, de calme et de maîtrise, par son crescendo d’une rare beauté mêlant chœurs classiques et chants arabes.

YouTube Preview Image

(Assassin’s Creed, Jesper Kyd, Flight through Jerusalem)

Le compositeur a réussi à donner une âme à un jeu au demeurant assez creux, à offrir au joueur le sentiment de traverser des décors à la fois majestueux et mystérieux. L’absence de thème ne porte pas préjudice à la construction du personnage, bien au contraire. Altaïr est un ombre dans la cité, un homme sans identité, sans âme, motivé uniquement par les obligations de sa fonction. C’est un pur objet de fantasme, une machine rêvée, dont les actes sont retranscrites musicalement par les pistes d’actions, très mécaniques, peu mélodiques, sèches et parfois arythmiques (piste Access the Animus). Le rapport joueur/Altaïr est d’ailleurs le point du scénario qui prend une tournure assez excitante (au même titre que le final de Metal Gear Solid 2 Sons of Liberty, pour ne pas trop en dire).

YouTube Preview Image

(Assassin’s Creed, Jesper Kyd, Access the Animus)

Pour un thème, t’as plus rien ?

La thématique est d’ailleurs ce qui va opposer Assassin’s Creed 1 à sa suite, qui change radicalement de forme. Vraisemblablement, Altaïr n’était pas assez vendeur, et les producteurs ont choisi de se focaliser sur les pérégrinations d’un jeune italien, assez beauf, quoique sympathique. Contrairement à son ancêtre assassin, Ezio est un personnage qui parle beaucoup, et surtout, qui tue non pas par plaisir, mais par vengeance. Moralement, c’est moins préjudiciable, mais c’est aussi moins intéressant (en psychologie, Altaïr est un animus, le fantasme d’un homme viril, fort et malhonnête ; Ezio à l’inverse est un kikoulol, sauf lorsqu’il va buter le Pape, ce qui n’est pas rien, même dans un jeu vidéo –d’ailleurs, il devient vraiment assassin juste avant cette mission-).

Musicalement, Jesper Kyd doit changer de cap, tout en conservant le travail amorcé dans le premier opus. Il garde l’aspect de musique ethnique (ici, italienne pendant la Renaissance), tout en la modernisant, soit avec des sons électroniques, soit avec une guitare électrique. Le choix de la guitare n’est pas uniquement pour gagner en efficacité dans les scènes d’actions (la musique d’Assassin’s Creed 2 est généralement plus bourrine), mais représente le contraste entre deux instruments qui ont évolué (guitare électrique mixée avec guitare renaissance). Pour coller avec l’époque, la musique se fait aussi plus élégante. Les chœurs font moins synthés, et une belle voix féminine s’ajoute à l’orchestre. L’orchestre qui, pour l’occasion, a été nettement plus sollicité. Le travail des cordes est beaucoup plus important, et l’écrite se veut plus fine, malgré des percussions plus massives et cette fameuse guitare électrique (piste Chariot Chase).

YouTube Preview Image

(Assassin’s Creed 2, Jesper Kyd, Chariot Chase)

De même, les ambiances sont encore très travaillées et contribuent grandement à l’immersion, comme pour le premier opus. S’ajoute à ce tableau, un thème. Que dis-je… Le thème. Celui que vous fredonnez pendant plusieurs mois, sans vous en rendre compte.

YouTube Preview Image

(Assassin’s Creed 2, Jesper Kyd, Heart, qu’un mec sur Youtube nomme Earth, parce qu’il est surement bête qui se nomme bien Earth, après vérification, je suis donc un bel enfoiré prétentieux)

Heart, première piste ouvrant l’album, présente un thème envoutant et grisant, qui met bien en évidence le changement de ton du jeu, avec seulement 4 notes. Par un ostinato à la guitare, Jesper Kyd retranscrit l’énergie du gameplay, dorénavant basé sur la prise de décision rapide, avec un personnage plus jeune, parfois maladroit, mais sans cesse en action. La manière même de contempler les villes n’a plus grand chose à voir.

YouTube Preview Image

(Assassin’s Creed 2, Jesper Kyd, Venice Rooftops)

Lorsqu’Ezio arrive à Venise, il peut se lancer rapidement dans des courses sur les toits de la ville (astuce qui permet au joueur de découvrir la ville d’en haut). La musique, elle, est en parfaite harmonie, et de nouveau, provoque un plaisir rare. Venice Rooftops accompagne ces courses, en mélangeant à la fois à un rythme rapide, des envolées des instruments à cordes et des chœurs, ainsi qu’une reprise du thème principal assez efficace. J’ai beaucoup rejoué ces séquences uniquement pour le plaisir de regarder la ville en écoutant cette musique, tout en poursuivant mon concurrent (vous me direz, c’est facile de tout faire en même temps avec un gameplay aussi accessible).

Même s’il ne s’agit plus de proposer une expérience de contemplation basée sur les temps morts ou creux comme dans le premier opus, Jesper Kyd arrive à redonner ces impressions de grandeur, de beauté, tout en accélérant le rythme. Le thème, véritable surprise, est aussi loin être stéréotypé, et n’intervient que rarement dans le jeu. Ce n’est pas le thème d’Ezio, ni même du titre, mais d’un état esprit que le personnage va perdre peu à peu au cours du jeu. De sa naïveté d’ado un poil crétin, Ezio va devenir un assassin, troquant toute ardeur, toute sentiment de vie sans contrainte, au profit des lois du clan, dictée par leur foi (creed). Heart est le thème d’une jeunesse perdue, comme l’annonce la discussion qu’Ezio entretient avec son frère au début du jeu. De ce fait, passé les premières heures de jeu, le thème n’apparaît plus, au profit d’une musique plus moderne, plus mécanique, plus froide, comme le final à Rome.


World music et jeu vidéo : points de suspensions

Finalement, Jesper Kyd apparaît comme un compositeur qui a su adapter une recette ancienne, à un genre de plus en plus tourné vers l’action. Ses deux travaux pour Assassin’s Creed forment aujourd’hui une composition majeure dans le monde du jeu vidéo, dans le sens où, comme celle de Stéphane Picq en son temps, elle modifie profondément et durablement l’expérience de jeu. Dans différentes interviews, le compositeur ne cache pas ses motivations pour faire de la musique de jeu vidéo un genre majeur, qui se lierait à la perfection aux actions du joueur (ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui).

Ce qu’il faut retenir de ces quelques exemples, c’est à quel point la world music, et plus globalement, la musique au sein d’un jeu, transforme le jeu en lui-même, en donnant une consistance aux images, qui sans elle, n’a pas nécessairement une profondeur. Bien plus qu’au cinéma, les joueurs font attention à la musique, et acceptent d’être transportés par la bande sonore. Peut être plus que les autres, par son travail sur les sons et les instruments originaux, la world music est le style le plus propice à des expériences aussi fortes. Je vais aller plus loin encore, en disant la musique est un élément primordial du game-design, et participe au fonctionnement d’un bon gameplay. C’est un élément encore trop laissé de côté dans certains titres, qui favorisent la renommée du compositeur à son expérience et son travail de recherche concernant la musique de jeux vidéo (tiens, là, au pif, j’ai pensé à un certains Modern Warfare…) Le sujet est encore vaste, et vos commentaires ne cessent d’apporter de nouveaux éléments. N’hésitez pas, là encore, à partager vos expériences musicales les plus fortes dans un jeu vidéo !

Et pour finir, deux pistes bonus, de la pure world music tirée des deux Assassin’s Creed. A écouter les yeux fermés…

YouTube Preview Image

(Assassin’s Creed, Jesper Kyd, Meditation Begins)

YouTube Preview Image

(Assassin’s Creed 2, Jesper Kyd, Florence Tarantella)