The Nest

Tests et critiques d’un décérébré le blog de Kaltz.

Test : World of Goo

World of Goo est un jeu de réflexion / puzzle développé par le petit studio indépendant 2D Boy. Ayant pas mal fait parler de lui à sa sortie de par son concept novateur, je vais essayer de vous faire comprendre ici pourquoi il s’agit tout simplement d’un jeu incontournable !


Ca c’est du gameplay ma p’tite dame !


World of Goo est avant tout un concept de jeu, hybride entre jeu de construction et … Lemings. Le but est d’assembler des structures via les petites boules appelées “Goo”, de façon à ce que celles ci entrent en contact avec le tuyau de fin de niveau, permettant de récolter les boules non utilisées.

Bien entendu, loin de proposer uniquement de batîr la tour la plus haute possible, les différents niveaux regorgent de pièges en tout genre et de mécanismes à activer afin d’arriver à son but. De même, il existe une grande variété de boules de Goo différentes avec des usages complètement différents. Certaines boules sont par exemple inflammables, d’autres hérissées de pic pour s’accrocher aux surfaces, certaines peuvent se détacher une fois assemblées aux autres et ainsi de suite.

Bon le coucher de soleil c'est bien joli, mais on a un gouffre à traverser !

Bon le coucher de soleil c'est bien joli, mais on a un gouffre à traverser !

Il faut donc réussir à tirer parti de ces différentes fonctions tout en tenant compte de la physique. Les goos n’étant pas spécialement une matière stable ni rigide, tout peut rapidement se casser la gueule si vous surestimez votre boulot. Il faut donc penser à la résistance des goos, au poid et aux contrepoids, bloquer des endroits pour assurer une progression bref, faire preuve d’un brin de logique et d’anticipation.

Prendre des risques peut toutefois se révéler payant, l’erreur est permise grâce à la possibilité de revenir un coup en arrière.

Inutile de dire que le gameplay est très efficace, bien géré et addictif.

Hmmmm, on va éviter de coller de trop près cette scie circulaire hein ?
Hmmmm, on va éviter de coller de trop près cette scie circulaire hein ?

C’est hauuuuuuut !


En plus de l’aventure principale qui se résume en une suite de puzzle, une sorte de mode de jeu bac à sable est accessible en parallèle. Dans ce niveau, le joueur dispose d’une quantité de goo équivalente à celle récoltée pendant l’aventure, et peut s’en servir pour monter la structure de son choix. Le côté fun étant que si vous êtes connecté à internet, vous pouvez apercevoir de petits nuages de ci de la, représentant la hauteur maximale de la tour des autres joueurs, et ainsi vous fixer des objectifs à dépasser.

Le mode "multijoueur" de World of Goo
Le mode “multijoueur” de World of Goo

Pour les véritables acharnés, chaque niveau de l’aventure a un défi particulier : les OCD (Obsessive Compulsive Disorder, voyez un peu le genre !). Souvent de taille, le challenge vous imposera différentes contraintes pour finir un niveau, que ce soit un nombre de coups limité, un laps de temps réduit ou un nombre de goo minimum à récolter. Ceci permet à palier à la faible durée de vie du jeu, car si il est dans l’ensemble relativement facile, ces défis le rendent véritablement difficile la plupart du temps, et ne révèleront pas leur solution en cinq minutes.

Et hop plein de matos pour grimper !
Et hop plein de matos pour grimper !

Welcome to the asylum


Un autre point fort du jeu est son univers aussi bien graphique que philosophique. Entièrement en 2d, World of Goo propose des décors très variés : des collines très colorées aux égouts sombres et boueux, tous d’excellente facture. Les boules de goo bénéficient également d’un design très sympa et sont aisément reconnaissables d’un type à l’autre.

Techniquement c’est très clean et sera à mon avis préservé du vieillissement.

Cet univers graphique est supporté par une narration particulière, composée uniquement de quelques écriteau disséminés au fil des niveaux, contenant quelques phrases écrites par le mystérieux peintre de pancarte. On oscille donc entre le compte de fée voire carrément le grand n’importe quoi, la seule chose étant sure est que le sourire n’est jamais loin derrière une pancarte.

Y'a pas à dire, il en raconte des trucs !
Y’a pas à dire, il en raconte des trucs !

Subsiste malgré tout une trame d’une réelle histoire, avec de belles surprises à la clé et des renversements de situation inattendu et monstrueux de conséquences, que ce soit sur le gameplay ou l’univers lui même.

Le tout est appuyé par une magnifique bande son, collant totalement à l’esprit du jeu. Que ce soit au niveau des musiques, très cristallines ou enjouées, qu’au niveau des sons et des cris des boules de goo qui sont tout simplement géniaux : simple mais efficace.

Les écrans de sélection des niveaux sont égalements très réussis
Les écrans de sélection des niveaux sont égalements très réussis

Foncez foncez foncez !


En gros, Worlf of Goo allie un gameplay novateur et terriblement efficace avec un univers et une ambiance aux petits oignons, totalement barré et déjanté, plein de poésie. Une durée de vie pas si ridicule que ça grâce aux OCD qui donnent véritablement du fil à retordre. Des petits bijoux comme ça, on en voit pas si souvent et on attend avec impatience le prochain jeu de 2d Boy, en espérant qu’il soit à la hauteur, la barre est fixée bien loin du sol !

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté avec votre compte Wefrag pour publier un commentaire.