I Haz A Bug

le blog de jye.

Google I/O 2009 et Google Wave

Google I/O @ San Francisco

J’ai eu la chance d’être invité par Google France à participer au Google I/O 2009 à San Francisco. Au rendez-vous, visite des locaux de Sun à Santa Clara ou j’y ai rencontré Pat Patterson, responsable d’OpenSSO - outil Open-Source que nous avons utilisé sur le projet Valeo. J’ai ensuite assister pendant 2 jours au Google I/O. J’ai eu le droit, comme tout les participants, à un téléphone HTC-Android, et j’ai surtout pu entrer en contact direct avec les développeurs d’AppEngine, ces rencontres furent très enrichissantes.

Google Phone ION

Google Phone ION

Suite à l’annonce de Google Wave, j’ai pu participer le lendemain du Google I/O avec 50 autres privilégiés au premier Google Wave Hackathon dans les locaux de Google à Mountain View. J’en ai profité pour visiter le campus et rencontrer des Googlers avec qui je communique régulièrement.

Avant d’aller plus loin, je vous conseille cet article en français : Google Wave : Plateforme de communication centralisée. Je fais donc parti des quelques veinards qui ont déjà accès à une sandbox de Wave qui est en version Alpha.

Google Wave Hackathon

Pendant cette journée, nous sommes directement rentrés dans le sujet en commençant à développer des robots ou gadgets à l’aide des APIs fournies et déjà bien complètes. Je me suis concentré sur les robots, il n’est pour le moment possible de déployer son robot uniquement sur AppEngine car un email factice de type monrobot@appspot.com est utilisé pour l’ajouter dans Wave.

Il ne faut pas se leurer, Google Wave est encore en alpha, et il est rare de ne pas arriver à crasher le système. Mais la prouesse technologique prend le dessus quand on utilise Google Wave, surtout quand on est développeur. Il me tarde d’avoir accès aux sources du projet GWT. En quelques heures, j’avais un robot fonctionnel qui affichait la méteo d’une ville lorsqu’un participant de la Wave demandait le temps qu’il y fait.

Google Wave après quelques heures

Google Wave après quelques heures

Les possibilitées d’utilisation et d’intégration de ce produit sont véritablement infinies. Le plus gros des soucis actuellement est la robustesse necessaire des navigateurs pour faire tourner Wave. Chrome passe le test haut la main, mais Firefox et Safari sont plus à la peine, même s’ils s’en sortent trés bien. Les versions mobiles sont le point faible actuel, les temps de chargement rendent l’application actuellement quasi inutilisable. Mais l’équipe travaille dessus, comme tous les autres défauts actuel de Wave d’ailleurs.

Google Wave Inbox

Google Wave Inbox

J’ai vu beaucoup d’articles passer, beaucoup n’ayant rien vu de plus que la présentation vidéo disponible ici, et pourtant beaucoup spéculent sur des fonctionnements et principes. L’effet buzz probablement. Voilà de mémoire ce que je peux préciser sur ce produit :

  • Il n’y aura pas de migration GMail -> Wave car les deux produits sont indépendants. Même si Wave se veut le remplaçant de l’email. C’est un peu comme si on passait du vélo à la voiture. Et il ne faut pas se leurer, de l’eau va couler avant que l’email disparaisse.
  • Les contacts Wave via le client Google sont vos contacts GMail ou vos contacts Contacts. C’est une façon d’implémenter les choses. Il n’y a bien sur aucun intéret pour le moment à ajouter dans une Wave une personne qui n’a pas un accès Wave associé à cet email. Cette personne ne sera pas informé. Le fait qu’ils aient choisit l’email comme identifiant sème un peu le trouble.
  • Il est fort probable que Wave soit disponible via Google Apps, Lars Rasmussen, reponsable du produit, n’a pas pu me dire si c’était possible. Mais je sais que Wave est basé sur la même architecture que Docs ou GMail, il n’y a donc aucune raison que cela ne soit pas dispo’ dans le futur. Quand à savoir sous quel forme (payant, gratuite), c’est une autre question. Actuellement le compte de test que nous avons est hebergé derrière un /a/ qui signifie donc apps pour un domaine sandbox, exemple : http://wave.google.com/a/sandbox/. On peut donc facilement imaginer que les entreprises ayant switchées sous Google Apps disposeront directement de Wave à son ouverture au public.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas ! Sachez que je n’ai testé que le client installé sur les serveurs Google. Je n’ai pas plus d’infos sur le protocol ou les serveurs que ce qu’on peut trouver sur code.google ou WaveProtocol.org.

PS : Toutes les images ne sont pas de moi. J’en profite aussi pour saluer Guillaume Laforge (monsieur Groovy) et Alexis Vuillemin de chez Google qui passeront peut être par ici !

Tags: , , , ,

14 commentaires pour “Google I/O 2009 et Google Wave”

  1. PONDAVEN Yves-Marie dit :

    Wase sera intégré a Gmail, quoi qu’ils disent si l’outil ‘marche’. Ca n’est pas intégré pour pouvoir le développer plus vite et tester l’idée.
    les lis des réseaux sont implacables (http://blog.pondaven.net/2007/08/lois-dinternet.html).

    L’intégration au mail pourra se faire rapidement a minima comme la publication d’un document en tant que mail et écrit de façon collective. Ca sera très pratique pour les comptes rendus de réunions …

    L’intégration est une nécessité pratique, l’outil a d’autant plus de valeurs qu’il y a d’utilisateurs connectés … et je ne vois pas les utilisateurs avoir gmail, reader, google docs, wave … ouverts en permanence. Il va falloir intégrer tout ca au vaisseau mère ‘gamail’.

    il ne faut pas se fier au discours des éditeurs mais se fier à la logique, a la simplification, a l’ergonomie … les éditeurs vendent les contraintes comme des fonctions.

  2. elpopo dit :

    Tu n’as pas croisé un lapin ?

  3. SnippyHolloW dit :

    Dans l’oubli rachidien ?

  4. PositiveFunk dit :

    Il a surement croise un lapin, mais je ne le connais et il ne me connait pas donc on s’est pas reconnu! Bah merde, alors.

  5. jye dit :

    Si j’avais su j’en aurais parlé avant, on aurait pu se croiser. Too bad!

  6. LeGreg dit :

    C’est le remplaçant de l’email ? mais c’est tout Google ? Ou autre chose ?

  7. Lork dit :

    L’API est libre, ça c’est cool mais “plateforme centralisée” ça veut dire qu’il faut passer par les serveurs de Google ?
    Parce que si seulement l’API est libre, c’est un joli abus du libre à mon sens. Vas y le dev code c’est libre, mais sans mes serveurs personne ne fait rien.

    Si c’est le cas (ce que ne n’espère pas) c’est pas près de remplacer le mail.

  8. ng-aniki dit :

    Je regarde la vidéo et je trouve ca bien trop … bordelique. Peut être trop que pour être utilisé par les masses ?

  9. PositiveFunk dit :

    Too bad. Surtout pour un blog de cette qualite, voir Jye en vrai, ca me donne des frissons dans le dos.

  10. SnippyHolloW dit :

    @Lork : De ce que j’ai compris : non, tout est libre, l’appli serveur et le protocole aussi. N’importe qui peut monter du serv Wave.

  11. Syl21 dit :

    Bonjour,

    Wave à l’air mortel!!!

    Pourrais-tu m’envoyer une invite à syl21 chez syl21 point org

    Ou demander à Alexis Vuillemin de m’en envoyer une???

    D’ailleurs très sympa ça petite apparition dans la vidéo de l’I/O

    Bonne journée et merci d’avance…

  12. Mais à quoi sert Google Wave ? | web design, wordpress, création et intégration de sites internet dit :

    [...] Google I/O 2009 et Google Wave Google I/O 2009 Jour 1 Partager [...]

  13. Louis dit :

    Bonjour !

    Tu écris : “Mais je sais que Wave est basé sur la même architecture que Docs ou GMail”.

    Qu’entends-tu par là ? Que c’est du python+JS/Ajax pour l’interface, où bien que c’est la même architecture derrière ?

    Merci d’avance.

  14. jye dit :

    Non Wave c’est du GWT pour l’interface.

    Je parlais de l’infrastructure derrière, à l’époque on ne savait pas grand chose, mais on a rapidement vu qu’ils ont activé Google Wave sur les Google Apps en même temps que sur wave.google.com. C’est ce que je voulais dire par “Mais je sais que Wave est basé sur la même architecture que Docs ou GMail”.

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte sur WeFrag, connectez-vous pour publier un commentaire.

Vous pouvez, entre autres, utiliser les tags XHTML suivant :
<a href="" title="">...</a>,<b>...</b>,<blockquote cite="">...</blockquote>,<code>...</code>,<i>...</i>