Le choix d’avoir un système avec une tolérance aux pannes est important, surtout quand on commence a avoir d’énormes capacités de stockage, ça serait plus que chiant de tout perdre d’un seul coup. Heureusement que mes données sont redondés car depuis que je suis au Japon, j’ai deux disques qui m’ont lâchés par traîtrise. D’abord celui de mon HTPC, qui n’a pas du trop aimer le transport en avion, et qui n’aura finalement pas tenu longtemps sur le sol japonais. Heureusement, le RAID semi matériel de nvidia aura bien fait son boulot et tout est reparti sans histoire en changeant le disque dur défaillant.  Le deuxième disque qui n’a pas tenu le coup est celui de mon MacBookPro, qui par une belle matiné (le truc chiant au réveille), ne voulait plus démarrer. Un petit tour au genius bar d’à côté pour confirmer que le problème venait bien de là. Evidement ils m’ont proposés de changer le disque. Je me suis vite barré quand après avoir entendu le prix alors que je peux avoir un HD deux fois plus gros pour deux fois moins cher dans le coin. Après avoir remplacé le disque, j’ai remercié mille fois ma Time Capsule pour m’avoir remis mon bureau exactement comme avant que tout saute, comme si rien ne c’était passé. Franchement pratique, surtout que je voulais de toute façon avoir plus d’espace disque sur mon Mac et ça a donc seulement précipité les choses au final.

Alors pourquoi un NAS prêt à l’emplois? Déjà d’une je ne peux pas étendre le RAID de mon HTPC (pas de place dans le boitier) et je ne voulais pas refaire une station sous freenas et passer mon temps à le configurer. Je souhaitais un système dédier uniquement à ça, et niveau prix, ça ne m’embêtait pas de payer plus cher et d’avoir un boitier en béton qui fait très bien son job avec une faible consommation électrique.  J’avais donc le choix entre le DroboFS et le Synology DS1511+, tous les deux des NAS 5 baies (dans les même tarifs) qui offrent à peu prêt les mêmes services : gestion du RAID dynamique, applications, performances,… Au final Synology explose de loin la concurrence: fabrication de qualité, OS offrant une multitude d’applications, les meilleurs débit et en plus des applications iPhone/iPad/Android pour accéder à ses données à distance. Non seulement niveau logiciel c’est les meilleurs, mais niveau support, c’est encore mieux. Si jamais le NAS crame pendant les trois années de garantie, ils prennent tout en charge pour le remplacer rapidement sans faire chier.

Ce qui est bien en plus avec le RAID dynamique (maintenant géré par la plupart des constructeur avec une solution propriétaire), c’est qu’on commence avec deux disque et après on peu rajouter ou changer les disques au fur et à mesure. Pas besoin d’acheter cinq disques d’un coup, de tout dépenser et de voir que l’année d’après les prix on baissés alors qu’on utilise que 50% de son espace disque. De plus, Synology propose aussi des boitiers d’extension pour connecter au total 15 disques et avoir au final 45To d’espace (miam)! Donc je sais qu’au moins je suis tranquille pour plusieurs années vu que leur solution est évolutive et c’est vraiment ce que je recherche dans un NAS, ne pas avoir de limite.

Par chance, le seul produit Synology vendu au Japon sur amazon.co.jp est celui que je voulais, pour la modique somme de 85,000¥ (environs 700€), sans disques (en France il faudra compter 750€). Après avoir passé ma commande le vendredi, le dimanche matin pendant le petit-dèj, le facteur est venu m’amener mon colis. Assez surpris par la petite taille de l’engin, le tout est bien construit et les disques s’enfichent à merveilles dans la bécane, petit bémol pour les racks en plastiques où faut viser les HD. Mais au final on s’en fout car on y touche plus par la suite. Un petit tour à Shinjuku pour acheter deux disque de 2To (100€) et me voila paré pour transférer de mon HTPC vers mon nouveau NAS. Pour l”instant tout se démoule sans accroc, le boitier est très silencieux, l’interface de gestion est agréablement bien fichue et tout s’intègre parfaitement sur Windows et sous Mac.