Jopopoe’s playground

Un nouveau blog sur Wefrag le blog de jopopoe.

Bilan vidéo-ludique 2013

Vendredi 24 janvier 2014 à 18:51

Cet article arrive avec du retard, je pense que le fait que j’ai moins joué cette année m’a moins motivé pour écrire ce bilan annuel.

Seulement 15 jeux finis, avec en plus 2/3 jeux vraiment pas longs. Mais bon, achat de la maison, travaux à faire, pas mal de trajets en voiture = moins de temps pour jouer.

J’ai quand même réussi à trouver le temps de finir des trucs auxquels je voulais jouer depuis une éternité, et ça c’est cool !

Les jeux sont classés par ordre global de complétion.

1Alan Wake : En tant que gros fan de Stephen King, ça faisait un moment que ce jeu me faisait envie. Eh bien j’ai trouvé ça génial, la narration est vraiment excellente (et l’histoire aussi, ce qui n’est pas forcément le cas dans tous les jeux “narratifs” ! ) mais le manque de fin m’a un peu blasé (surtout que ça devait faire partie du plan pour vendre des DLC, donc c’est un peu puant).
Alan Wake : Le Signal : C’est toujours très bon, mais on a clairement l’impression d’avoir affaire à un morceau tronqué du jeu principal.
Alan Wake : L’Écrivain : Idem que le précédent, sauf qu’en plus ce second (et dernier) DLC ne conclut toujours pas l’histoire, ce foutage de gueule !

2

Grand Theft Auto IV : The Lost and Damned : Une première add-on bien sympa, malgré un aspect escouade raté. L’ambiance biker est bonne, et la durée de vie, GTA oblige, conséquente. Bon le jeu souffre encore du ton sérieux de GTA IV, mais je m’attendais pas à autre chose.
Grand Theft Auto IV : The Ballad of Gay Tony : Une seconde add-on meilleure que la première par certains aspects (la mission finale, énorme) mais avec des nouveautés douteuses (faire le vigile c’est pas passionant par exemple). Ceci dit Luis est le premier héros d’un GTA à avoir du charisme depuis CJ, et ça c’est cool.
Tower of Heaven : Jeu très très court découvert dans le 36 15 Usul, son concept est très intéressant et ses musiques franchement bonnes. Ok c’est court, mais à choisir entre ça ou Dear Esther le choix est vite fait…
Amnesia : J’avais adoré les Penumbra 1 & 2 (le 3 étant une daube), et les retours sur Amnesia me faisaient vraiment baver d’envie. J’ai effectivement beaucoup aimé, même s’il ne m’a pas plongé dans les abîmes de terreur que faisaient miroiter les commentaires de trouillards invétérés qui ont essayé le jeu (la seule fois où j’ai vraiment été mal à l’aise c’est quand la peinture au mur a changé d’aspect dans mon dos, je ne m’y attendais pas et c’était très malsain, une très bonne idée des développeurs). Je suis aussi fan de Lovecraft, et l’ambiance “à la Lovecraft” est géniale (les parallèles sont trèèèèèèèès appuyées et si évidents qu’on a l’impression de jouer à l’adaptation d’une très bonne nouvelle du Mythos).

3Tomb Raider : La Révélation Finale : Épisode à double tranchant, il commence sur des niveaux excellents avant de sombrer dans le pire de ce que la série peut donner (niveaux immenses découpés en plusieurs sous-niveaux), mais se rachète sur la fin. Dommage que le jeu soit si long au final, il aurait pu ne comporter que les bons niveaux et être le meilleur jeu de la série !
ERIE : Amnesia-like gratuit et très bof. Parfois l’ambiance est pas mal, parfois un poil angoissante, mais dans l’ensemble c’est très amateur, même si ça se laisse jouer.
Maniac Mansion : Je me suis refais ce jeu, un des traumatismes de mon enfance (je finissais généralement avec mes trois gamins dans la cave…), mais qui vieillit plutôt pas mal. L’humour est très sympa, mais le jeu pâtit quand même beaucoup de sa difficulté liée aux énigmes/associations d’objets improbables.
A.R.E.S. : Extinction Agenda : Une sorte de sous-Metroid en niveaux fermés, ce qui est, avouons-le, plutôt malvenu. En effet, au lieu de récolter les ressources nécessaires aux upgrades de manière naturelle, en naviguant dans une map géante comme dans n’importe quel Metroidvania, on doit refaire des niveaux déjà faits, et ça n’a vraiment pas la même saveur que d’évoluer dans un seule niveau géant.

4

McPixel : Ouh putain, rien qu’en tapant ce texte j’ai la musique qui revient dans ma tête. Tenace, la bestiole ! Sinon c’est une sorte de non-jeu absurde avec de l’humour “grave débile”. Mais ludiquement c’est le néant total. A vous de voir ce que vous préférez.
FTL : Faster Than Light : Très grosse déception de l’année, même si je me sens un peu seul à ne pas aimer ce jeu (y’a qu’à voir comment ma critique est pas aimée sur Senscritique). En fait je trouve que la frontière entre un bon et un mauvais rogue-like est vraiment ténue. J’aurais sans doute un poil plus aimé si il y avait eu un mode “non-hardcore”, mais c’est pas sûr. C’est un peu comme Binding, les sensations frustration/plaisir sont dictées par l’aléatoire, et ça me gave.
Outlaws : Best music ever. Bon et sinon le jeu est bien sympa, avec son ambiance Western Spaghetti soulignée par de magnifiques cutscene, ses ennemis bavards (”Where are you , marshall ?”). Les sensations de tir sont pas folichonnes (on meurt extraordinairement vite notamment), mais ça se joue très bien quand même.
Alan Wake’s American Nightmare : Une version arcade d’Alan Wake, avec une histoire qui, si elle sait rester intéressante, n’est clairement pas aussi bonne que dans le premier jeu, mais le gameplay plus péchu rattrape tout ça.

Les stats :

Jeu plus ancien : Maniac Mansion !

Moyenne d’âge des jeux : 5 ans.

20% de FPS (ou 7% en excluant les Amnesia-like), 33% d’indie

Ma wishlist pour l’année : Just Cause 2, Cryostasis, Batman Arkham Asylum, Stalker Call of Pripyat, Uncharted 2 & 3 et sans doutes plein de vieux trucs qui me tomberont sous la main (je viens de finir Metal Gear 2 par exemple ^^). Ah oui et Morrowind aussi ! ( et pourquoi pas Tomb Raider 5 ^^)

Et en coop (je me suis trouvé un ami) : Trine 2 et Orcs Must Die 2

Bilan vidéo-ludique 2012

Mercredi 2 janvier 2013 à 18:54

38 jeux cette année, dont Daggerfall qui doit compter pour 10 ! Malgré l’achat d’une carte graphique qui tient la route, très peu de jeux récents, d’autant plus que je me mets au retro-gaming sérieusement (achat de consoles et de jeux, à mort l’émulation !).
Comme l’an dernier aucun jeu datant de l’année en cours dans ma liste (exception faite de la mini-extension Wrath Of The Lamb), mais plusieurs jeux de l’année précédente (surtout des indies, pour des raisons budgétaires).

J’ai essayé de faire en priorité des jeux qui traînaient sur ma to-do-list depuis longtemps, mais comme bien souvent d’autres jeux sont venus se greffer en cours d’année à cette liste.

Les jeux sont classés par ordre global de complétion.

2012_01

Beat Hazard Ultra : Une version plus étoffée du jeu original, et surtout bien plus variée (et donc moins rapidement lassante) : plus de boss, d’objectifs, et de musique il paraît aussi (mais bon moi je ne joue qu’avec ma musique !).
The Elder Scrolls : Arena : Une entrée en matière très générique pour une série si connue. Ni franchement bon ni franchement mauvais, la quête principale se laisse néanmoins suivre. Notons que s’exprime déjà dans ce jeu l’amour des développeurs pour le contenu généré aléatoirement.
Bastion
: Un petit jeu d’action indé vaguement RGP-esque, doté d’une bonne ambiance, d’une narration surprenante et d’une histoire OK. Sympa même si un peu over-hypé.
Mount & Blade : Un jeu d’une profondeur inouïe (et bien hardcore) mais dans lequel on finit un peu par tourner en rond.
Tomb Raider III : Encore moins bon que le II, qui était déjà pas à la hauteur du premier. Un level design qui vire à la torture (niveaux trop grands, bourrés de pièges imprévisibles), un jeu qu’on doit finir avec un walkthrough sur les genoux…

2012_02

Heart of Darkness : Du Die-and-retry en 2D de qualité, très bien animé, et doté de graphismes très chiadés. Malheureusement c’est très court et le boss de fin est extrêmement hardcore.
Heavy Rain
: Contrairement à tout le monde (je crois ?) j’ai bien aimé l’histoire, mais il est clair que niveau ludique ça vaut pas grand-chose. A essayer.
F.E.A.R. 2 : Reborn
: Add-on sympa mais sans plus. Pas trop flippant, pas trop d’histoire, mais toujours un bon gameplay.
Shank
: Beat-em-all 2D hyper beau mais hyper répétitif. Le coop est sympa et le mode Hard est une blague (impossible à finir).
Trine : J’avais déjà fini ce jeu en solo, et je l’avais trouvé pas mal mais sans plus. Et là on l’a refait en coop avec un pote et c’est un tout autre jeu : on a pas décroché sans l’avoir fini ! Un pur plaisir à deux.

2012_03

LEGO Star Wars : La Saga complète : Là c’est l’inverse : re-fait en coop, le gameplay est si basique qu’on y gagne pas grand-chose. D’ailleurs j’ai décidé que les Lego-machin y’en a marre, c’est toujours le même jeu sous une enveloppe différente...
Harry Potter et le Prince de sang-mêlé
: Un GTA-like raté dans un univers que j’adore. Aucun sentiment de cohérence au niveau du château (pas de map d’ailleurs, difficile de se repérer), des missions bidons : pas grand-chose à se mettre sous la dent…
Guitar Hero : World Tour
: J’ai dû mettre 3 ou 4 ans à le finir, alors que j’étais fan de la série. Passer de Hendrix/Purple/etc… à de la pop de merde que je ne saurais même pas nommer, super idée… Et puis l’orientation hardcore de la série depuis le III (voire même le II) ne me plaisait pas des masses non plus.
Tomb Raider III : Le dernier artefact
: Deux niveaux réussis puis du caca. Nous faire exterminer les occupants du zoo de Vincennes était-il vraiment nécessaire ?
Bully : Scholarship Edition : Un super GTA-like à échelle réduite, où on retrouve la folie des GTA de la génération PS2. Un bon rémède pour ceux qui ont mal encaissé le sérieux de GTA IV.

2012_04

Blocks That Matter : Un die-and-retry tissé d’énigmes. La mayo ne prend pas si bien malgré un gameplay au poil, la faute à des niveaux trop longs.
Metal Gear
: La version MSX du jeu, finie sur émulateur (ouais j’ai pas encore de MSX, mais ça viendra). Un jeu d’une profondeur délirante pour son époque : de l’infiltration en 2D vue du dessus avec pas mal d’options et de paramètres à gérer, le tout dasn une unique immense base militaire à la Metroidvania. J’ai beaucoup aimé, vivement la suite.
Orcs Must Die !
:  Mix tower-defense/TPS, bien ficelé mais un peu prévisible (humour et histoire). Manque de checkpoints.
Demon’s Souls : Un (très) bon jeu, mais franchement over-hypé. C’est bien ficelé mais vraiment pas subtil par moments. Par contre l’ambiance est à tomber.
Grand Theft Auto IV : Ma déception de l’année, en quelque sorte. Un très bon jeu, mais tellement loin de San Andreas que c’en est même pas drôle. La ville est démentielle mais tellement grande qu’on met hyper-longtemps à se l’approprier, les missions manquent de la folie des épisodes précédents, et le crédo du pauvre-Niko-qui-tue-des-gens-mais-c’est-pas-sa-faute c’est blasant.

2012_05

S.T.A.L.K.E.R. : Clear Sky : Un putain de bon jeu, qui pâtit néanmoins de l’impossibilité de mener la guerre des factions à son terme, et de sa fin très linéaire. Mais difficile de comprendre les gens qui conseillent d’ignorer cet opus.
Super Mario Land
: Ça ressemble à un Mario mais ça sent un peu le clone chinois quand même…
Dead Space : En manque flagrant d’originalité, mais vachement bien ficelé quand même. Quel dommage que la frayeur soit absente…
Need for Speed Carbon : Un jeu moyen, très peu de contenu (20h), et un nouveau type d’épreuve risible. Pas le meilleur de la série.
Kirby’s Dream Land : Euh ils le vendaient ça ? C’est bien, hein, mais ça se termine en 1h30 grand maxi quoi… Moi je l’ai payé 1€ sur une brocante alors c’est pas grave mais à l’époque ils devaient l’avoir mauvaise.


2012_06

Super Mario Bros. : Première fois que je le finis sur NES, sans sauvegarder dans un émulateur ou autre. J’en écrase une larme.
The Legend of Zelda : Un jeu tellement révolutionnaire que presque 30 ans plus tard les jeux de la série en sont encore à l’imiter avec plus ou moins de succès.
Duck Tales : La Bande à Picsou : C’est joliment réalisé, mais sans l’enrobage Picsou il ne reste pas grand-chose. Un peu facile en plus.
Zelda II : The Adventure of Link
: Une suite what-the-fuck qui pâtit de la volonté des développeurs de s’éloigner du premier jeu. De l’action Zelda-esque plus qu’un vrai Zelda.

2012_07

Uncharted : Drake’s Fortune : Ça sent bon l’Indiana Jones et le Tomb Raider vintage, avec une bonne maniabilité, des persos charismatiques, et une histoire sympa. Par contre les combats en TPS au pad me laissent un peu de marbre.
Crysis : J’ai adoré le début, l’invisibilité surtout. Ça manque un peu de difficulté, même en mode Delta, mais c’est marrant. Mais le passage zero-gravité m’a franchement énervé (putain de sortie introuvable !!!) et la non-fin est un peu blasante.
Ninja Senki
: Un megaman-like bien foutu, qui pâtit de son manque de password (ou de sauvegarde mais c’est moins dans l’esprit).
The Binding of Isaac
: Un gameplay génial, mais l’aléatoire vous fournira en mesures égales des parties agréables et désagréables. Pas idéal pour apprécier un jeu.
The Binding of Isaac : Wrath of the Lamb
: Du contenu supplémentaire un peu abusé, et surtout impossible à désactiver une fois acheté. Pas indispensable.

2012_08


Stealth Bastard : C’est beau, c’est agréable à jouer, mais c’est un peu trop speed pour mon goût personnel.
The Elder Scrolls II : Daggerfall
: Un ovni vidéo-ludique, Daggerfall possède autant de qualités que de défauts. Mais ses qualités ont su me séduire au moins 200h, avant que ses défauts ne me barbent.
Conker’s Bad Fur Day : Un autre jeu unique : une perle de plate-forme 3D, avec une ambiance dégueu-second degré énorme et des dialogues géniaux. Une difficulté bien présente (voire hardcore pendant la dernière heure de jeu), des graphismes à la pointe de ce qui se faisait sur N64, et la satisfaction de savoir que Nintendo a financé une partie de ce délire scatologique finissent d’en faire un incontournable. Son seul défaut pour moi c’est le côté référentiel qui tend parfois à la citation facile, sans recul.
Super Meat Boy : Déjà fini l’an dernier, je l’ai re-terminé cette année mais en mode “dark”. A savoir des niveaux encore plus durs. Ca m’a pris l’année mais ça y est je l’ai fini à 100% !

Des stats pour le fun :

Jeu le plus ancien : Super Mario Bros. (1985)

Âge moyen des jeux : Un peu plus de 8 ans. Encore pire que l’an dernier !

8% de FPS (dont 1/3 sous Build Engine), 32% d’indies, 29% de jeux consoles !

En conclusion, il est clair que cette année était encore et toujours plutôt orientée retro-gaming et indies, mais j’ai joué à mes envies prioritaires de l’an dernier donc je suis content ^^.

Maintenant je devrais sans doute jouer moins cette année car on a acheté une maison et les travaux de rénovation vont commencer. J’espère quand même avoir le temps de boucler les add-ons de GTA IV, RDR + Add-on (j’ai enfin abandonné l’espoir de voir Rockstar le porter sur PC), Uncharted 2, Alan Wake, mais aussi Tomb Raider IV (je suis un peu maso) et Morrowind (même si celui-ci a l’air dangereusement chronophage pour un homme devant faire des travaux !!). Après sur mon étagère de jeux à faire se trouvent pêle-mêle Far Cry 2, Condemned, Assassin’s Creed II, Cryostasis et plein d’autres trucs (et aussi 129 jeux à faire dans Steam).

Il y a aussi les jeux que je ne possède pas encore mais que j’ai bien envie de faire, genre Crysis Warhead, Borderlands ou encore Dead Island, mais vu le prix que je mets sur mes jeux il faudra attendre la bonne affaire !

Merci Senscritique pour m’aider à organiser mes jeux : http://www.senscritique.com/jopopoe/

Dead Space et la V-sync (bis)

Lundi 18 juin 2012 à 15:27

Si vous comptez jouer à Dead space en 2012 (ou plus tard), vous risquez de rencontrer un problème plutôt nouveau :

En effet, on se souvient des problèmes de V-sync qui pouvaient pourrir l’expérience de jeu, comme en témoigne cet article de Ouamdu :

http://blogs.wefrag.com/Ouamdu/2009/12/20/dead-space-sortez-moi-de-la/

Bref j’ai installé le jeu récemment et après l’avoir lancé en début d’aprèm, j’ai désactivé la V-sync comme conseillé.

Mais la souris ingame était atrocement lente, et tout particulièrement lorsque je me déplaçais : la sensibilité de la soutis était divisée par dix si j’avais le malheur de marcher par rapport aux moments où j’étais immobile. Un peu dépité car j’attends beaucoup de ce jeu, j’ai fait un tour dans google et je suis tombé sur cet article :

http://techreport.com/discussions.x/16061

Le gars y explique que la sensibilité de la souris chute lorsque le framerate augmente. En gros, plus votre PC est supérieur à la configuration recommandée, plus la souris sera lente. En ces temps de GTX 680 et compagnie, on comprend les problèmes que cela peut occasionner. Pour remédier à ce petit problème il faut … activer la V-sync.

Rassurez-vous les problèmes antérieurs ne réapparaîtront pas puisqu’il s’agit ici de la désactiver ingame puis de la forcer via les drivers (Nvidia control panel pour moi, j’espère que cela fonctionnera aussi pour les possesseurs d’ATI).

Et là tout fonctionne à merveille : la sensibilité de la souris est la même que je me déplace ou non, c’est hyper réactif, et si le jeu ne devient pas un FPS par enchantement il se transforme en tout cas en TPS vivace.

C’est un peu dommage qu’un jeu si récent pose déjà problème, même si ici la solution n’est pas hyper compliquée, mais cela démontre bien le peu de soin dont auront fait preuve les développeurs pour la majorité des ports console => PC pendant cette génération de consoles.

Bilan vidéo-ludique 2011

Lundi 2 janvier 2012 à 20:10

36 jeux pour ma part, dont pas mal de vieilleries. En fait je me rends compte en écrivant cet article qu’il ne s’y trouve pas un seul jeu de 2011. Amour des oldies et manque de fonds pour réparer une carte graphique défaillante sont les principales raisons de cet état de fait.

Le concours « finissez vos jeux Steam » organisé ici-même sur Wefrag m’a également fait finir pas mal d’indies.

Les jeux sont classés par ordre global de complétion.

01

XIII : Un bon FPS avec un gameplay bien sympa (et parfois bien difficile), une histoire moyenne et un style graphique qui se fait rapidement oublier passée la première heure de jeu.
Redneck Rampage Rides Again : Une mauvaise add-on pour un jeu moyen.
Puzzle Agent
: Un Professor Layton-like avec une histoire bien folle qui nous empêche en permanence de savoir sur quel pied danser
Dock Clock : Une petite daube indépendante au gameplay pénible et approximatif
Machinarium : Ambiance magique, gameplay lent et énigmes foireuses. Pas mon genre.

02

Super Meat Boy : Un jeu bien allumé et bien dur (en réalité il me reste quelques % par-ci par-là à finir) mais sur lequel on revient notamment grâce au re-spawn immédiat
Torchlight
: Diablo-like très efficace, manquant un peu de personnalité mais avec un gameplay au poil
Penumbra Overture
: Jeu bien flippant(en tant qu’arachnophobe j’ai bien souffert) avec une super ambiance ; seul défaut les combats inintéressants.
Zeno Clash
: Jeu de baston de bar à la première personne, intéressant mais devient rapidement trop brouillon
And Yet It Moves : Petit jeu à l’ambiance trop feutrée pour moi, mais au gameplay original et sympa à la fois.

03

Recettear : Sous une enveloppe Kawaii absolument repoussante se cache un bon petit jeu de gestion/rpg
AVP 2000
: Ça a un peu vieilli, mais ça se défend bien : campagne marine bien flippante, alien bien gerbante (et rapide) et predator bien cheatée (la moins intéressante).
Gish
: Une jeu indé basé sur la physique dans lequel la physique en question est foireuse une fois sur deux…
Shadowgrounds
: Bonne ambiance de Dark SF même si la vue du dessus ne favorise pas forcément les frissons.
Jolly Rover : Un bon jeu d’aventure (genre dont je ne raffole pas en général), assez simple pour les mous du bulbe dans mon genre. Humour bon enfant mais pas pénible.

04

Penumbra Black Plague : Clairement meilleur que le premier jeu, ambiance encore plus sombre, zéro combat.
Penumbra Requiem
: Un mystère à plus d’un titre. Zéro frisson, 100% énigmes. Pourquoi un tel choix pour cette franchise ? Inintéressant.
Eufloria
: Ultra-over-hypé. Ce jeu ne contient absolument aucune stratégie, il suffit d’attendre d’avoir plus de graine que l’ennemi. C’est presque pas un jeu en fait.
Shadowgrounds Survivor : Étoffer l’histoire et les personnages pour servir un tel chapelet de cliché, c’était pas la peine. Gameplay sympa sinon
Aquaria : Pas aussi bon qu’on voudrait vous le faire croire, un metroidvania moyen mais avec des graphismes superbes.

05

No One Lives Forever : Un très bon FPS, même si l’univers 60’s-JamesBond me laisse un peu de marbre.
Tomb Raider  Unfinished Business
: Mini-extension du premier jeu de la série. Un peu trop difficile, aucun élément nouveau. Bof.
Tomb Raider II : Bien moins bon que le premier : exit les temples, welcome les lieux trop modernes( Même si le niveau du bateau est chouette).
Shadow Warrior : Clairement moins bon que DN3D en ce qui me concerne, même s’il est très bon dans l’ensemble.
Shadow Warrior Twin Dragon : More of the same mais en mieux rythmé.


06

Shadow Warrior Wanton Destruction : Encore du more of the same, mais encore mieux rythmé.
Star Wars Dark Forces : Autant de fidélité aux films dans aussi peu de pixels, Lucas devrait en prendre de la graine ! Basique mais encore très appréciable malgré l’absence de sauvegardes.
Dark Project II : Le meilleur jeu d’infiltration qui soit. Utilisation du son magistrale (ce que vous entendez importe autant voire plus que ce que vous voyez), 100% infiltration (tous les combats sont à éviter). Petit bémol au niveau du scénario.
Blood
: Deuxième meilleur jeu Build Engine après DN3D. Pour les fans d’horreur c’est juste parfait. Un début peut-être un peu trop difficile (le temps de trouver les bonnes armes).
Cryptic Passage for Blood : Du more of the same de qualité, qui évite d’être trop générique malgré le recyclage d’ennemis.

07

Blood : Plamsa Pak : Even more of the same, mais par Monolith eux-même alors c’est presque au niveau de l’original.
Medal Of Honor PSX
: Du FPS console hollywoodien et horizontal. Pas mal pour l’ambiance (niveaux plutôt réalistes) mais gameplay moyen.
Red Faction
: FPS moyen à l’histoire moyenne et au gameplay moyen. La destruction du décor est franchement anecdotique, et le passage en pseudo-infiltration est risible.
Super Mario Bros X
: Un Super Mario fan-made par le développeur de Terraria. Plusieurs campagnes dispos, allant du moyen au super bien foutu.
Medal Of Honor Resistance PSX : Gameplay très similaire au premier (plat), ambiance toujours aussi emphatique, nouveaux niveaux toujours aussi realistes.

08

Dungeon Keeper II : Ambiance énorme mais gameplay simpliste et répétitif. Peu d’évolution par rapport au premier (cosmétique à part).
Bioshock : Une ambiance géniale, des décors somptueux, une D .A. à se damner ; mais les combats finissent par tourner en rond (tôt ou tard dans le jeu en fonction de votre propension à varier les plaisirs) et l’histoire est quand même assez basique (même si la toile de fond est loin de l’être).

Des stats pour le fun :

Jeu le plus ancien : Star Wars Dark Forces

Âge moyen des jeux : Un peu plus de 7 ans.

55% de FPS (dont 1/3 sous Build Engine), 50% d’indies, 22% tournant sous Dosbox !

En conclusion, il est clair que cette année était plutôt orientée retro-gaming et indies, mais maintenant que j’ai ma nouvelle carte graphique mes priorités sont Stalker CS, Dead Space, GTA IV, Crysis, etc… Bon je dis ça mais là en ce moment je joue à Arena !

Merci Senscritique pour m’aider à organiser mes jeux : http://www.senscritique.com/jopopoe/