Beijing butterfly

Killing babies on a pagan land le blog de Fishbed.

Warface, FPS Free to play futuriste développé par le studio Crytek de Kiev, est en phase de beta-test massif en Chine continentale, où il sera distribué sous la bannière de Tencent. Il s’agit de la société-mère de l’IM le plus populaire en Chine, jusque là plutôt habituée à diffuser des jeux de danse ou de course un peu cheap. Warface doit détruire un peu cette image et se veut un jeu AAA qui fera causer. Les candidats retenus dans le premier batch de testeurs ont pu s’y essayer depuis septembre, et les vidéos ont commencé à fleurir. Pour l’instant le jeu n’en sort pas forcément grandi - l’innovation étant un art difficile et ingrat, Crytek Kiev semble avoir préféré réaliser un pot pourri de tout ce qui pouvait exister en ce bas monde ce qui, à défaut d’offrir des surprises, est censé offrir des assurances – même si de leur côté, ils beuglent à ne plus s’entendre dans trois langues différentes qu’il s’agit d’un FPS multi hyper innovant. Ouais ouais.

Warface, l'innovation avant tout

Warface, l'innovation avant tout

Les principales caractéristiques du bousin

  • Coop (« PvE »… Faut pas oublier qu’on s’adresse à beaucoup d’ex-joueurs de RPG) scripté comme du solo avec des ennemis variés, des mini-boss et des boss (bouclier de CRS à la payday, snipers qui vous aveuglent, « panzers » à la Killzone 2/Jinroh, tourelles, gros mecha ou gros hélico final, ya un peu de tout), l’ensemble baignant dans un pseudo scénario servant de prétexte à relier les missions entre elles au moyen de la voix virile d’un grand black paternaliste. Les missions commencent généralement par une arrivée en hélico, qui vous déplacera entre chaque tronçon une fois chaque « couloir » nettoyé.
  • « PvP » qui proposera plusieurs modes, certains « classiques » (TDM, defuse « à la CS »…) et d’autres « novateurs » (sic). D’ailleurs, trois de ces modes à l’innovation affolante sont déjà dispos et mis en avant dans la beta :

o Le « Storm mode », avec un camp qui attaque 3 objectifs et l’autre camp qui les défend.

o Le « Capture mode » qui est un CTF où un camp attaque et l’autre défend, et où le drapeau est remplacé par une tête nucléaire.

o Le « Destruction mode », où chaque camp doit s’infiltrer en face pour pouvoir coordonner un raid aérien sur l’ennemi, et gagne la partie au bout d’un nombre donné d’appels réussis.

  • S’y ajoutent tous les modes et paramétrages possibles pour satisfaire le plus grand nombre et permettre la pratique du jeu dans le cadre de compétitions de e-sport. En tout cas pour l’instant on n’a pu voir que du 8vs8 en vidéo, donc on est loin d’un MMOFPS…

  • 4 classes (sniper, assault, ingé et medic) avec les poncifs du genre (assault qui a accès aux lance-grenades et distribue des munitions, ingé qui distribue des protections et pose des mines, médic qui réanime avec un défibrillateur, etc…)

  • Petite innovation peut-être : encouragement du teamwork avec des passages où il faudra être deux pour pouvoir surmonter certains obstacles, sauf pour le sniper qui peut faire ça tout seul. D’ailleurs votre écran peut vite devenir constellé d’icônes vous indiquant ce qui peut être escaladé/poussé, espérons qu’il s’agit de quelque chose qui pourra être facilement désactivé.

  • L’autre « innovation » c’est que l’on peut jouer visiblement à Warface comme Chaka joue à Bulletstorm, puisque le jeu vous encourage à faire ici et là des glissades (même si c’est pour lamentablement vous gaufrer sous le canon de votre adversaire, comme l’une des vidéos l’illustre bien). Le jeu est présenté comme favorisant le mouvement fluide et les enchaînements. De nos jours la pesanteur des personnages chez ses concurrents lui donnerait presque l’image d’un FPS pseudo réaliste un peu rapide (merci l’exclu PC, c’est déjà ça).

  • Enfin, quelques détails ici et là qui sont un peu la touche Crytek : du motion blur plein la gueule dès qu’on tourne la tête, et des armes customisables dans le feu de l’action (quand on a pensé à acheter les bons bidules bien entendu), tout ça comme dans Crysis.

  • Pour les graphismes, difficile d’en juger, pas mal de gens admettent ne pas avoir poussé à fond pour garder une bonne fluidité pendant l’enregistrement. N’empêche que pour l’instant la beauté du soft et du CryEngine 3 (ou la destructibilité de l’environnement) ne sautent pas forcément aux yeux, spécialement s’il s’agit de concurrencer BF3. Les environnements semblent relativement variés, c’est déjà un bon point.

Le business model se base sur la possibilité d’acheter jusqu’à des coudières ou des protège-burnes customisés, chaque partie vous rapportant de l’argent virtuel gratuit que vous pourrez probablement compléter avec des vrais sousous. Tencent et QQ étant connus pour vous faire payer jusqu’aux meubles virtuels qui décorent la maison de votre avatar IM, on ne s’inquiète pas pour leur sens des affaires et leur connaissance des habitudes des no-life. Des armes et accessoires sont également en vente, mais les testeurs et les devs affirment que les meilleurs équipements seront toujours déblocables par le gain régulier de XP/sous virtuels. Tout le reste se base sur de vu et archi-revu à la sauce CoD/BF, avec progression en grade, déblocage de tags et médailles, déblocage de nouveaux flingues, etc…

La grande force de Warface se retrouve plutôt dans la clientèle captive que représentent les centaines de millions (!) d’utilisateurs de QQ, qui pourront lancer une partie comme vos aïeux lançaient un jeu de billard sous Messenger. Ce seul facteur devrait lui assurer une réussite (voire une pole-position à l’échelle mondiale) dont ne pourraient pas même rêver la floppée de FPS-F2P coréens des deux dernières années, destinés à un marché déjà saturé - quand bien même au final, Warface peut paraître bien mou par rapport à certains des moins mauvais d’entre eux .

J’aime le risque et je voudrais essayer

Des clefs bêta sont à gagner sur le site chinois, mais au vu du ping et de la file d’attente (114159 personnes devant moi…) vous ne gagnerez pas grand-chose à vous y essayer.

Si certains ahuris sont intéressés, une phase de beta test est également prévue en Russie, et l’inscription se fait par là, sur le site officiel russe de Warface. Dixit les sites russes, il n’y aurait pas de pré-requis géographique, ce qui rend tout le monde éligible.

Une fois le marché des pays émergeants (càd des anciens pays pauvres) couvert, l’arrivée de Warface sur le marché occidental (càd les futurs pays pauvres) est prévue pour la fin de l’année, Cevat Yerli ayant rappelé qu’il voulait offrir à Warface « une audience mondiale » . La chose s’avèrerait d’autant plus simple que tout semble avoir été développé en natif en anglais (audio y compris, même si l’accent des doubleurs vous rappellera que ça s’est fait à Kiev), l’ensemble étant ensuite « localisé » pour le marché asiatique par Tencent et Crytek Korea. Le développement est quant à lui pris très au sérieux, Crytek n’ayant que « AAA » à la bouche, et les Ukrainiens produisant consciencieusement des dev diaries vidéos qu’ils sont les seuls à pouvoir comprendre. La question est maintenant plutôt de savoir si cela vaut vraiment la peine d’être joué… Ce n’est pas le Pérou, mais ça n’a pas l’air honteux non plus.


PvE (Coop) Village Mountain Pass (avec un hélicoptère en guise de boss)

YouTube Preview Image

PvE (Coop) en terrain urbain et forestier, escorte d’un véhicule

YouTube Preview Image

PvE (Coop) avec passage en véhicule

YouTube Preview Image

PvP defuse sans respawn

YouTube Preview Image

PvP objectifs (« destruction mode ») & respawn

YouTube Preview Image

Le thème, c’est la news de la semaine dans le milieu numérique chinois: Google impose un ultimatum à la Chine. Ou bien on le libère de ses obligations d’auto-censure et de la censure de l’Etat, ou bien il se tire ailleurs. Frissons partout dans le monde, mais surtout en Chine, où les médias occidentaux présentent la chose comme un cataclysme. Un cataclysme, oui, mais pas pour ceux que l’on croit, et certainement pas pour le département marketing de Google.

Google nique sa communauté chinoise en se sabordant politiquement auprès du gouvernement, tout en s’achetant à peu de frais une image de preux martyr. Ici et là, en Occident tout du moins, on a l’impression que l’on découvre le messie de l’économie numérique, le gars qui veut avoir les mains propres et a décidé de dire non. C’est oublier que cette whore de Google, pour avoir le luxe de dire “non non plus jamais ça” s’est d’abord payé le privilège, là où d’autres ont refusé, de dire oui à la sodomie initiale, fournissant joyeusement l’Etat chinois en vaseline.

Farewell

Internautes chinois rassurant Google sur les chances de réussite de son valeureux ultimatum

Et puis “non” à quoi au fait? Faut aussi voir à quoi ressemble la dite censure. Réorientation des résultats de recherches? ok. Des pages qui sont inaccessibles quand on dépasse un certain quota de recherches? ok. Mais sur le principe de se plier aux règles d’un gouvernement étranger? Comment il fait Google en Allemagne avec les croix gammées? Mais vue la tendance des boeufs à se rallier au panache blanc du chevalier google, on est encore parti pour une bonne dose de mauvaise foi mâtinée de demi-vérités et où l’intérêt premier reste dans l’ombre: le fait que Google, bien que “deuxième” en Chine, a une part de marché aujourd’hui ridicule qui ne cesse de se casser la gueule malgré les prévisions à deux balles (en dessous de 20% pour le deuxième trimestre 2009 - source: ici ) face à son principal concurrent, d’émanation domestique (Baidu) a choppé le premier prétexte venu pour partir comme un prince plutôt que d’attendre comme tous les autres qu’on lui botte le cul. Il fait cela tout en rachetant au passage son image publique mise à mal (comme c’est d’ailleurs le cas pour Yahoo) par les casseroles que le Congrès et le public lui ont collé au train.

Rappel des faits avant de continuer (sur le ton enjoué “Google, mes héros”) vu sur Aujourd’hui la Chine:
Google dit stop au contrat business contre censure

Soulignant que Google n’y comprend pas grand chose à la politique et au régime chinois, il estime que la firme “vient de mettre le doigt dans la prise” et poursuit:

“A mon avis, Google ne quittera pas la Chine, sinon il perdra beaucoup”.

Apparemment se foutre le doigt dans l’oeil jusqu’au coude est devenu une pratique marrante lorsqu’il s’agit de parler de la Chine (m’enfin ça vient ptete d’un internaute chinois, donc la maskirovka prend chez tout le monde faut croire). Chez Google on sait très bien qu’on ne fera pas plier l’Etat chinois, et croire qu’ils ne comprennent rien à la logique du régime serait vraiment les prendre à notre tour pour des cons - étant l’une des boîtes ayant le mieux collaboré avec le gouvernement, ya pas mieux au courant des us et coutumes, si j’ose dire. Ils savent très bien aussi que le crime de lèse majesté qu’ils viennent de commettre est irréversible, à moins d’une grande séance d’excuses publiques, qui ne sont vraisemblablement pas à l’ordre du jour. Mais quitte à devoir quitter un territoire contre-productif, autant le faire en tant que victime plutôt qu’en tant que collabo trompé sur la marchandise. Au final, on va les accueillir comme des héros plutôt que les tondre sur la place publique (ça ce sera bon pour Yahoo, qui a décidément toujours une longueur de retard, à moins qu’ils ne sautent du train maintenant). Bien joué! Mais toutes ces conneries, c’est à quel prix?

Au prix, visiblement, de nous, les quelques centaines de milliers de cons d’expats et de Chinois occidentalisés qui utilisons google (puisque, apparemment, les Chinois préfèrent de loin Baidu) et qui vont se retrouver Gros-Jean comme devant, spécialement si on pousse le vice à faire sauter les comptes Gmail. Car contrairement à ce que certains voudraient vous faire croire, Gmail n’est pas censuré ici - c’est, au contraire, l’un des services qui fonctionnent le mieux. Comprenez-bien ensuite que nous puissions tiquer lorsque nous lisons des choses pareilles
vu sur Computerworld.com (article intégral)

David Drummond, Google’s chief legal officer, said that attacks have forced the company to “review the feasibility of our business operations in China.” Google, continued Drummond, is “no longer willing to continue censoring our results on Google.cn, and so over the next few weeks we will be discussing with the Chinese government the basis on which we could operate an unfiltered search engine within the law, if at all.”
[...]
More troubling, said Drummond, was that the attacks were aimed at accessing the Gmail accounts of human rights activists in China. Gmail is officially unavailable in the country, but activists and others use anonymous proxies to circumvent that rule.

Wait… what?! De qui se moque-t-on? C’est la nouvelle stratégie marketing de Google de faire croire au monde que non seulement ce qu’ils font leur en coûte, mais que de toute façon ils n’emmerderont personne vu que personne n’utilise Gmail en Chine à part les activistes?! Ou comment vous prendre pour des glands, tout en nous l’enfonçant bien profond… Quand je vois le nombre de boîtes qui bossent avec et comment nous dépendons de Google pour nos recherches (qu’est ce qu’on s’en fout qu’ils soient censurés s’auto-censurent, comme si ils étaient la voix de la liberté en Chine?! J’utilise google pour le boulot, pas pour les photos de boules!) c’est vraiment une façon mesquine de nous faire passer des vessies pour des lanternes. Que Google se casse par logique économique, je veux bien, ça nous ferait chier je le concède, mais au moins on aurait pas la double-peine, et le sentiment d’être sacrifiés sur l’autel de la réputation de ces cons de golden-boys néo-bobos californiens, qui s’achètent pour le coup une belle auréole à nos frais. ffffuuuuuuuuuuu!

Bon ça commence à se structurer un peu là ces histoires de blog. J’ai décidé de faire l’article de ce magnifique pays de façon périodique au travers de quelques news qui nous font de l’oeil, que l’on soit geek, étudiant, chômeur ou juste branleur. Périodique, c’est le mot important là-dedans: je vais essayer quand même d’en faire une par semaine, histoire de…
Ha ça! J’entrevois déjà l’oeil hautain que certains poseront sur un tel voeu pieux, me jetant des regards mi-sceptiques, mi-moqueurs, comme autant de “alors moi, je te dis LOL” étouffés dans leur barbe. Et ils auront raison, les cons.

* * * * * * * * *

Bon les choses sérieuses: ça sent le coup de balai radical… Après avoir appris à vivre sans la Chine après le grand ban de cet été, Blizzard et Acitivision vont devoir se faire une raison: ils ne sont plus les bienvenus. Et leurs petits copains non plus. Ca remonte suffisamment loin pour qu’on ne mette pas ça sur le dos du mauvais climat qui règne sur les liens commerciaux bilatéraux américains et chinois, mais ça n’en reste pas moins colossal à l’échelle d’Internet, et une grave violation des règles les plus élémentaires du libre-échange (la Chine n’aura aucun remord à invoquer comme d’habitude des tas de clauses pour justifier son action, spécialement sur le plan de la sécurité). C’est le bon moment pour briser les jambes des entrepreneurs occidentaux dans le domaine: ils ont permis de tirer le marché vers le haut, mais celui-ci n’est pas encore suffisamment important pour que les politiciens sortent du bois pour gueuler et le défendre bec et ongle. Well done chaps!

Certains ont du se réveiller Gros-Jean comme devant ce week-end (aka: c’est des coups à avoir l’anus qui saigne quand même, quand on voit ce qui a été investi en Chine dans le domaine…)

Xinhua:

China’s press and copyright authorities have banned foreign investors from operating online games “in any form” in the country.

2009-10-11 09:55:16 Web Editor: Chu Daye

China’s press and copyright authorities have banned foreign investors from operating online games “in any form” in the country. A circular jointly released by the General Administration of Press and Publication (GAPP) and the National Copyright Administration Saturday said foreign businesses were banned from investment in China’s online game operations through setting up wholly owned enterprises, joint ventures and cooperatives. Foreign investors were also prohibited from joining and controlling Chinese enterprises’ online game operations by such indirect means as contracting relevant agreements or offering technological support. The rule also tightened control over domestic online gaming businesses. It stated that no organizations or individuals could run online gaming business without permits from the GAPP and online games without a prior approval from the administration would not be allowed to go online. “The new rule is a good beginning in approving the online games in accordance with laws and will be conducive to the regulation of online gaming businesses,” said Kou Xiaowei, vice director of GAPP’s technological and digital department. The GAPP had carried out a campaign recently to crack down on online games operating illegally and featuring unhealthy contents. As of Thursday, more than 200 online games had been investigated and 45 overseas online games run without prior approval had been shutdown. China had about 338 million Internet users as of June 30, topping the world, according to a latest report by the China Internet Network Information Center (CNNIC).

UPDATE - UPDATE - UPDATE - UPDATE - UPDATE

Bon, développement: au final ça ressemble plus à un gros cadeau du gouvernement à NetEase. En gros, Blizzard va devoir abandonner tout droit de regard sur ce qui se passe avec WoW en Chine, ça va limiter énormément sa marge de manoeuvre, et son ex-partenaire chinois va s’en mettre plein les fouilles. La Chine vient de créer un géant du MMORPG en l’obligeant à l’autonomie et en mettant Blizzard devant le fait accompli, puisque NetEase a déjà depuis longtemps les moyens de faire tourner WoW tout seul s’il le veut… Blizzard devra accepter ce qu’on leur donnera. Quelle magnifique sodomie!

* * * * * * * * * * * * * * * *
Quelques données d’abord dans la dépêche Reuters:

China bans foreign investment in online games industry
Mon Oct 12, 2009 6:14am EDT

SHANGHAI (Reuters) - China has banned foreign investment into its lucrative online games industry in an effort to tighten control over its virtual worlds.

China’s video game industry regulator the General Administration of Press and Publication (GAPP) and copyright watchdog issued a circular on Saturday prohibiting foreign investment in domestic online gaming operations through joint ventures, wholly owned enterprises and cooperatives.

The new directive also disallows foreign firms from indirectly influencing Chinese gaming firms through agreements or technology support.

China’s online gaming market is one of the world’s fastest growing, with sales expected to rise 30 to 50 percent this year to 24 billion yuan to 27 billion yuan ($3.5-4 billion) according to GAPP.

Chinese game developer NetEase.com won earlier this year the license to operate within China Activision Blizzard’s blockbuster game, World of Warcraft.

Their tie-up ran into problems with regulators who were concerned about their joint venture for Blizzard to provide technical support to NetEase.

(Reporting by Melanie Lee; Editing by Ken Wills)

* * * * * * * * * * * * * * * *
Et ici une dépêche de NetEase du 12 (donc deux jours après la décision) qui met bien en évidence que NetEase reste l’opérateur de la licence de WoW en Chine

BEIJING, Oct. 12 /PRNewswire-Asia/
NetEase.com, Inc. (Nasdaq: NTES), one
of China’s leading Internet and online game services providers, today announced its participation in the upcoming Citi Greater China Investor Conference being held October 14th through 16th at The Ritz-Carlton, Beijing.
Acting Chief Financial Officer Onward Choi will present on Wednesday, October 14th at 4:00 PM Beijing Time and will participate in one-on-one investor meetings that day.

The Citi Greater China Investor Conference is a three-day event featuring distinguished speakers, macro policy makers and 120 corporate attendees from Hong Kong and China. For more information please visit
http://www.citiconferences.com/gcic09/information/introduction.php .

About NetEase
NetEase.com, Inc. is a leading China-based Internet technology company that pioneered the development of applications, services and other technologies for the Internet in China. NetEase’s online communities and personalized premium services have established a large and stable user base for the NetEase
websites which are operated by its affiliates. In particular, NetEase provides online game services to Internet users through the in-house development or licensing of massively multi-player online role-playing games (MMORPGs), including Fantasy Westward Journey, Westward Journey Online II, Westward Journey Online III, Tianxia II and Datang. In addition, NetEase’s affiliated company licenses from Blizzard Entertainment® one of the world’s most popular MMORPGs, World of Warcraft®, for users across mainland China.

NetEase offers online advertising on its websites which enables advertisers to reach its substantial user base. In addition, NetEase has paid listings on its search engine and web directory and classified advertising services, as well as an online mall, which provides opportunities for e-commerce and traditional
businesses to establish their own storefront on the Internet. NetEase also offers wireless value-added services such as news and information content, matchmaking services, music and photos from the Web which are sent over SMS, MMS, WAP, IVR and Color Ring-back Tone technologies.

Other community services which the NetEase websites offer include instant messaging, online personal advertisements, matchmaking, alumni clubs and community forums. NetEase is also the largest provider of free email services in China. Furthermore, the NetEase websites provide various channels of content. NetEase aggregates news content on world events, sports, science and technology, and financial markets, as well as entertainment content such as cartoons, games, astrology and jokes, from over one hundred international and domestic content providers.

Allez, une note positive, pour montrer qu’il y a une justice en Chine: pour la première fois depuis des années, on ne va plus pouvoir demander aux futurs titulaires d’un visa de durée respectable de faire un test de dépistage de l’hépatite B! Les étudiants français vont être contents: maintenant il ne leur restera plus qu’à produire une radio des poumons, un électro-cardiogramme et un dépistage nominatif du VIH (si si…) pour pouvoir aller étudier plus de six mois en Chine. Quand on vous dit que ça se libéralise, bande d’aigris…!

Xinhua via le Quotidien du Peuple:

Chine: fin du dépistage préalable de l’hépatite B avant embauche ou inscription scolaire

12.10.2009 09h19

La Chine supprimera prochainement le test de dépistage de l’hépatite B lors de l’examen médical obligatoire passé par ceux qui souhaitent s’inscrire dans une école ou être embauchés dans une entreprise, a annoncé samedi Deng Haihua, directeur adjoint du bureau général du ministère chinois de la Santé. Selon ce responsable, le ministère est en train d’élaborer des règles de conduite pour accompagner cette suppression. L’hépatite B est une maladie contagieuse dont les facteurs sont présents dans le sang mais qui, dans la vie quotidienne, ne peut pas être transmise par voie aérienne ou les aliments, a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse. “Un porteur de l’hépatite B ne constitue pas un danger pour la santé des autres et la nouvelle mesure n’augmentera pas le taux de transmission de cette maladie”, a-t-il poursuivi, en ajoutant qu’après la suppression du test de dépistage de l’hépatite B, l’examen médical des fonctions du foie serait maintenu.

J’ai activé les commentaires anonymes pour les potes non inscrits sur NoFrag… Soyez sages hein!

* * * * * * * * * * * * * * * * *

Une conclusion rapide pour cette petite escapade de 14.000km (arrivée le mardi soir, départ le vendredi soir, un séjour revigorant et pas du tout frustrant au niveau de la durée, non non). Je repars surtout avec trois tonnes de chocolat et de saucissons, quelques sourires et images dans la tête (et un certain mal de cul académique difficile à oublier, mais on y reviendra). Avec le décalage mais aussi avec une nuit de retard (la dernière avant longtemps j’espère), les derniers pixels de France seront comme le souvenir d’un lointain séjour qui, a mesure que le temps passe ici, me semble de plus en plus flou.

Un spectre parmi dautres...

Un spectre parmi d'autres...

On commence par Dubai, dont je n’ai malheureusement pas ramené beaucoup de photos…

Dubai vue du ciel

L’aéroport est tip-top. Comme je le disais par ailleurs, ça ressemble davantage à une succursale d’Emirates qu’à autre chose, aussi faut-il s’attendre à les retrouver à tous les coins. Mais le style reste le même, alors je ne vais pas me plaindre: j’en connais pas beaucoup des aéroports où on peut attendre l’avion suivant en simili-transat, avec son ordinateur tout bien branché comme il faut (et avec un wifi gratuit comme partout ailleurs dans le monde sauf chez AdP bien sûr…).

http://www.vimeo.com/6875621
(ouais bien sûr que j’ai honte de foutre ça sur Vimeo, ça fait un peu insulte à la plate-forme,
mais avec Youtube, Dailymotion & Google Videos censurés, l’éventail des alternatives s’est un peu resserré…)

A cela s’ajoute un duty-free gigantesque (l’équivalent de plusieurs supermarchés) et le côté chic et kitsch “roi du pétrole”. Les chiottes sont luxueuses, et ya des espaces de prières partout, tandis que le Muezzin est pile au rendez-vous. Après tout, comme dit une copine, si ce sont les islamistes qui vous font peur en avion, autant prendre l’une des seules compagnies de ce calibre qui vous laisse prier à bord: vous êtes sûrs que personne ne viendra vous emmerder, ou faudrait être pris d’un sacré esprit de contradiction!

On finit le tour des “featurettes” à bord: la caméra embarquée tout d’abord, visible pour tout le monde et qu’on peut sélectionner sur son propre petit écran. Ya une caméra dans le nez et une vers le sol. Celle du nez est particulièrement intéressante, en cela que l’équipage semble absolument tenir à vous montrer comment il roxxe ses atterrissages - une perspective qui, sur le moment, m’a parue plutôt courageuse. J’imagine bien qu’il doit y avoir, les jours de vent de travers, un ou deux smartass ou vieillards un peu stressés qui doivent s’agripper à leur siège et suer comme des gorets en voyant que l’avion effectue son approche finale en crabe. Haha papy, oui on va s’écraser, c’est bath!

Regarde Ginette!!! Puisque jte dis quon va lemplafonner ce con!!!  Fais comme dans la vidéo ça va secouer!!!

"Regarde Ginette!!! Puisque j'te dis qu'on va l'emplafonner ce con!!! Fais comme la dame dans la vidéo de tout à l'heure, ça va secouer!!!"

Les chiottes à bord forcent le respect (vous avez remarqué j’aime en parler. En tant que lieu de méditation incontournable cela me semble de bon aloi). C’est tout à fait correct, et surtout, ça vient avec quelques bonus pour les rapias qui n’auraient pas eu le temps de se laver avant de monter à bord. Comme quoi c’est gentil de penser à nous les petits Français un peu crades, histoire d’être olfactivement présentables auprès de mesdames les hôtesses.

Bon benh heureusement que jai pas besoin dun mode demploi pour utiliser les chiottes, ce serait tendu...

Bon benh heureusement que j'ai pas besoin d'un mode d'emploi pour utiliser les chiottes, ce serait tendu sinon...

Emirates, la seule compagnie aérienne qui vous permet de sentir la cocotte quand vous sortez des chiottes à 6000m daltitude

Emirates, la seule compagnie aérienne qui vous permet de sentir la cocotte quand vous sortez des chiottes à 6000m d'altitude

Quelques paysages de plus pour boucler… De l’Himalaya à la pelle, encore une fois: on s’en lasse difficilement lorsque l’on est à bord, à s’imaginer plus bas sur des espaces qui nous semblent si vierges et si tranquilles - une sorte de fantasme naturel lorsque l’on quitte le smog de Pékin pour le bordel de Paris, il faut dire…

(cliquez pour agrandir)

(cliquez pour agrandir)

(cliquez pour agrandir)

(cliquez pour agrandir)

La frontière afghano-pakistanaise et le Golfe n’avaient rien de vraiment remarquable - de toute façon, mon pauvre petit powershot a été bien incapable d’en saisir le moindre cliché exploitable,  et le soleil se reflétant sur les hauteurs écorchées et la poussière sabloneuse faisaient abondamment saigner mes pupilles. La plongée dans les profondeurs septentrionales de l’Irak en revanche, aux confins des frontières syriennes et turques, nous laisse admirer un majestueux Kurdistan, auquel quelques nuages éparses confèrent un tendre sentiment de fragilité. Je vous laisse seuls juges.

Petit jeu Google Earth: saurez-vous retrouver les coordonnées des points ci-dessous?

(cliquez pour agrandir)

(cliquez pour agrandir)

(cliquez pour agrandir)

(cliquez pour agrandir)

En bref conclusion: Fly Emirates, FUCK YEAH !

(cliquez pour agrandir)

(cliquez pour agrandir)

Fly Emirates : Himalayas & sky angels (part 1/2)

Jeudi 1 octobre 2009 à 23:17

Plus d’une semaine entre les posts, vous parlez d’une cata… J’imagine que c’est nécessaire pour chopper un rythme de croisière, mais bon le rendement c’est quand même pas trop ça. Argh. En attendant, le texte et les photos s’accumulent, au moins ça donnera du matos pour la suite.

* * * * * * * * * * * * *

Bon je suis rentré en France soutenir mon mémoire (ce fut court mais intense, spécialement du point de vue de mes douleurs fessières…). Commençons par le plus beau - mon excursion vers la civilisation à bord d’Emirates. Ca casse pas des briques, c’est pas franchement dépaysant, mais j’avais envie d’en parler quandmême.

Faut bien dire que ça avait commencé plutôt sur le ton d’une journée de merde, le samedi précédent. J’avais été coupé dans mon élan par un complot de la station Emirates de Pékin, qui avait décidé de me ruiner la journée avec une sombre histoire de carte de crédit à la con. En bref je m’étais fait interdire d’embarquement sur le moment, et c’est encore avec l’écume aux lèvres que je suis en train d’écrire, à l’instant même, ma lettre de réclamation. J’avais eu beau fulminer, j’avais du racheter un autre billet - je réserverai le détail de l’aventure pour le moment où elle sera effectivement résolue. Ca commençait donc mal.

Et pourtant. Autant le dire tout de suite: Emirates c’est la Rolls des compagnies. Le service est nickel, les équipages sympas, et l’équipement tip-top. Mention spéciale au matos des 777 qui font Dubai-Paris: en classe éco on a même droit à une prise de courant!

La grande classe. Si si.

La grande classe. Si si.

Le système de loisirs dans sa version ultime est supra-évolué: on a le choix entre au moins 200 films en plusieurs langues, une cinquantaine de jeux (du pendu à touché coulé en passant par les jeux de cartes ou des quizz type trivial pursuit) auxquels on peut défier n’importe qui dans l’avion (oui, l’avion devient une SALLE DE LAN GEANTE MEC §§§), mais merde qu’est ce que je me fais chier à voler sur Air China après ça - c’est même pas plus cher de voler sur Emirates! Juste un peu plus long… (enfin pas mal quand même certes, mais quand on peut se retaper tout Tim Burton ou tout Spielberg dans l’avion pour passer le temps ça compense)

Tranquille...

Tranquille...

... et la bouffe est largement à lavenant.

... et la bouffe est largement à l'avenant.

Mais faut bien avouer que les paysages n’ont rien à voir avec les étendues mornes sibériennes auxquelles nous habituent les vols directs. A l’aller, on se tape tout le plateau tibétain sur babord, puis la frontière pakistano-afghane et le Golfe. Après ça c’est l’Europe via l’Irak et la Turquie profonde… Rahh! Incomparable par rapport à la ballade russe habituelle… Quelques images pour illustrer le sentiment de puissance que l’on peut ressentir en survolant le dit décor, sans vouloir tomber trop dans le HDR:

(cliquez pour agrandir)

(cliquez pour agrandir)

Ha benh, il a bien du mérite mon petit PowerShot. Si javais cru pouvoir tirer ça de lui...

Ha benh, il a bien du mérite mon petit PowerShot. Si j'avais cru pouvoir tirer ça de lui...

Bien évidemment, les quelques amateurs à bord de l’avion s’en sont donnés à coeur joie (ils me donnent envie d’acheter un vrai appareil photo tous ces salopards!)

F*ck, quest ce que PositiveFunk fait dans mon avion?!

F*ck, qu'est ce que PositiveFunk fait dans mon avion?!

Mais le tableau n’aurait pas été complet sans un petit hommage aux délicieux équipages qui, sur tous les vols que j’ai pris, ont été d’un charme rare. Ca vous change des balais dans les culs qu’on distribue parfois allègrement aux équipages, ici et là dans certaines compagnies aériennes.

Bref, j’ai eu beau me faire sacrément cocu par l’équipe de vente à Pékin, j’en redemande pour le reste!

Pour la suite, quelques paysages de plus, immortalisés (les pauvres) par mon très humble appareil de touriste, et quelques défis Google Earth pour les plus courageux d’entre vous…

Soyez sages.

All Hail the “Chinese Transformers” comme on l’appelle déjà… Il est sorti ya 3 ou 4 semaines mais j’ai découvert ça que maintenant… Ca passe au cinoche, je me tâte pour casquer les 4 euros syndicaux pour aller voir un truc pareil…

Vous imaginez la combo avec RoboGeisha? Devastator peut aller se rhabiller. Imaginez Bumblebee qui a une relation adultère avec Megan Fox un soir de cuite à l’energon :

YouTube Preview Image YouTube Preview Image
(vous remarquerez la présentation du logo de fin qui rappelle à peine une autre production…)

C’est le même producteur que Kung Fu Hustle (Crazy Kung Fu en France), et le réalisateur a une liste formidable de films d’auteur à son actif: http://www.imdb.com/name/nm0490556 hahaha (rire sadique). Je ne citerai que le plus récent: Fantastic Water Babes le bien nommé.

YouTube Preview Image

Je serais bien allé le voir hier, mais yavait un film sur la guerre civile et la fondation de la République Populaire de Chine dans toutes les salles - et le seul autre film c’était un truc sur la restoration de la place Tian An Men à l’occasion (nooon devinez sinon c’est pas drôle) de la proclamation de la République Populaire de Chine la même année - fondation dont vous aurez peut-être compris qu’on fête les 60 ans cette année (cf le petit stand mignon derrière le flic sur la photo d’hier). Le dimanche, n’amenez pas vos enfants au cinéma à Sanlitun à moins que vous ne vouliez qu’ils vous détestent à l’adolescence. Nous avons des cas plus graves sur le forum, et pourtant eux ils y avaient échappé, c’est dire.

La fondation dune république ou la preuve quon peut devenir un cave denvergure mondiale et être quasiment déifié même avec une grosse pustule au menton.

"La fondation d'une république" ou la preuve qu'on peut devenir un cave d'envergure mondiale et être quasiment déifié même avec une grosse pustule au menton.

Tian An Men, ou le terrassement et le carrelage de masse élevés au rang de compte épique, une co-production sino-portugaise qui fera date

Tian An Men, ou le terrassement et le carrelage de masse élevés au rang de conte épique. Une fontaine de bonheur pour une co-production sino-portugaise qui fera date.

On remarquera le filtre commun aux deux affiches de film, dans le genre “fait à la pisse pour donner un petit côté rétro”. En face c’est sûr Faubourg 36 c’est du petit dossier. Enfin je me moque, mais ya plein de gens que je connais qui y sont allés pour le fun. Yen a qui en ont fait leur sortie romantique, à l’ombre de la pustule suprême du Grand Timonier. Pour moi ce sera plutôt passage par la case DVD un soir de grande solitude, et par simple conscience professionnelle.

Vous pensiez être sauvés du mauvais génie du goût douteux au cinéma depuis que Giant ne faisait (malheureusement) plus de news? Vous allez déchanter.

Le premier jour du reste de ma vie

Dimanche 20 septembre 2009 à 17:36

Vendredi soir, j’ai terminé mon mémoire.

Ce n’était pas vraiment beau. Ca aurait pu l’être bien davantage. Bon c’est pas honteux non plus, mais c’est pas le Pérou. Quoiqu’il en soit, je suis libre. Libre comme jamais je ne l’ai été.

Hier ça ne comptait pas, il m’est arrivé une série de merdes qui ne déteindrait pas dans une certaine enfilade bien connue du forum partage… Il n’y a qu’aujourd’hui qui soit digne de représenter un “après”. Ca a commencé joliement.

J’ai décidé d’aller dès le matin sur les traces de Baby (non pas dans les chiottes avec une pétasse, juste dans le même quartier, celui de la débauche) pour aller me prendre un brunch à l’Element Fresh.

Alors Sanlitun, qui est le quartier des ambassades, a également vu la construction d’un grand complexe shopping/loisirs appelé sobrement “The Village” parce que ça fait cool (et que le “tun” de Sanlitun veut dire village, c’était l’occasion), ce qui n’a de cesse de susciter des blagounettes chaque fois qu’on y va, étant donnée la faune assez bariolée de son éponyme new-yorkais (à vrai dire Sanlitun est plutôt célèbre pour ses lesbiennes que ses gays, mais passons). Bref. Bienvenue au Village.

Le Village, un cadre riant

Le Village, un cadre riant

Le Village, c’est une sorte de création de satan, l’oeuvre d’un Belzebuth en mal d’ironie, qui a décidé qu’il fallait absolument foutre en plein milieur de Pékin un endroit tellement super qu’il est chouette que yaurait que ces cons de Laowai (aka nous les étrangers) pour le fréquenter. Depuis, ça s’est un peu démocratisé, mais ça reste très orienté. Le soir, c’est surtout connu pour devenir une sorte de nouvelle frontière, le coin où il faut être quand on est pas Chinois, et où on peut faire à peu près ce qu’on veut, tant qu’on arrive à slalomer entre les flaques de sperme de Baby et de ses potes - puisque c’est là le principal attrait de Sanlitun: ça choppe facilement et sans poser de question, et après tout - car enfin il faut bien le souligner, Baby n’est PAS un dégueulasse selon des standards d’expatriation - c’est tout ce que les mecs recherchent généralement.

Mais je ne me pointais pas à 11H à Sanlitun pour aller en boîte, non monsieur. J’y allais pour le Brunch de l’Element Fresh. Et ça, je peux vous dire que ça envoie le steak, au sens propre comme au sens figuré. Sauf que j’étais trop con, et que j’ai pas pris de photo. Donc la description je ferai ça la semaine prochaine, même endroit même heure.

Pour revenir au prétexte initial de ce billet, disons que cette journée a été une libération comme je n’en avais plus ressenti depuis pas mal de temps… Ca doit faire la deuxième ou la troisième fois, après la Khagne, après le premier ou le deuxième mémoire, mais là le troisième, c’est l’apothéose. Reste encore la soutenance, mais j’ai l’impression d’avoir accompli quelque chose, et passer son dimanche sur la terrasse de l’Element Fresh à bouffer un brunch à l’américaine (pain perdu, lard, saucisses, 4 oeufs, patates, fruits, sirop d’érable et thé/café bottomless pour moins de 6 putains d’euros - merde je l’ai décrit finalement, mais c’était trop dur…) et surtout, SURTOUT pour la première fois depuis 1 an ouvrir un livre que j’étais pas obligé de lire et être pépère… Enfin, la liberté… De faire ce que je veux, y compris de raconter des conneries sur un blog, de faire des photos tendancieuses et d’enfoncer un peu plus la réputation de la France à l’étranger. Bienvenue à tous, et soyez sages.