bleugafoto

Des photos, et des restes. le blog de ecaheti.

Articles taggés avec ‘Photo’

« Articles plus anciens

L’Islande c’est beau !

Sunday 10 June 2012

Et oui, encore une fois, une session photo de là-bas, mais récente puisque datant du mois dernier. Ce qui est rigolo, c’est quand tu racontes aux gens tes vacances, ils réagissent souvent comme ça : “Attend, ya pas un arbre, de la roche brut presque partout, il fait 5°C, et toi tu aimes ?”. Ben … oui, j’aime.

L’idée de ce voyage (un peu compulsif), c’était une semaine d’hôtel à Reykjavik (contrairement aux presque trois semaines d’autotour faites 2 ans avant). Évidement on s’est pris une bagnole, une Micra automatique asthmatique, et rouler jeunesse. Beaucoup de chose vue et de balade dans la capitale, mais également quelques grandes excursions. L’intérêt de ce pays c’est qu’à partir du printemps, les journées sont longues et qu’avec un peu de volonté le temps allouer aux sorties est long, très long, parfois trop car on se retrouve malgré soit à se coucher à plus d’une heure du mat’, levé à 7h, ça fatigue un peu.

Niveau visite, Madame avait tout organisé à l’avance, pour être précis elle avait identifié plein de truc à voir, de la grosse chute d’eau au caillou avec une forme bizarre. Tout avait été rentré dans une carte personnalisé Google Maps, exportée en .kml, lisible par l’appli Orux Maps permettant de télécharger les carte maps/earth de Google pour les consulter offline avec par-dessus les points d’intérêt. Autre intérêt d’Orux Maps, faire un tracker gps pour faire des traces et ensuite admirer le résultat sous Google Earth, ou bien directement dans l’appli. Sachant cela, voilà déjà à quoi ressemblent les 1500km parcouru en une semaine :

Le premier jour à globalement été dédié à de la balade dans Reykjavik, l’occasion de voir :
1)
L’Harpa, salle de conférence toute neuve

2)
Le musée du Phallus, avec par exemple une bite de morse, et un livre d’or très chouette !

3)
Des magasins qui vendent des cools t-shirts bro

Le lendemain, nous faisons, enfin tentons de faire le tour de la péninsule de Reykjanes
4)
On retrouve nos routes bien pourries pour aller voir Keilir, grosse colline

5)
On s’aventure un peu plus loin, pour finalement se retrouver au milieu de nulle part. Grand sentiment de quiétude.

6)
Retour sur la route qui va à Keflavik, où trouve Kalfatjarnarkirkja, une petite église avec son cimetière, comme il y en a des paquets, mais au milieu d’un golf.

7)
Instant “cuisine” avec le séchage de poisson. Ça pue. Mais c’est rigolo.

8)
Hvalsneskirkja, une petite église très appréciée, et dans laquelle par chance nous avons pu rentrer.

9)
La Power Plant Earth, visitable dans un but pédagogique sur la génération d’électricité géothermique. A ce moment-là, il comme à faire tard, on a fait à peine la moitié de ce qu’on avait prévu.

10)
Un autre puits de vapeur pour canaliser un peu d’énergie

11)
12)
Passage à Geysir, parce que t’as beau l’avoir vu une fois, tu aimes revoir ce spectacle naturel.

13)
14)
Tant qu’à être à Geysir, poussons donc jusqu’à Gulfoss ! Les deux sites sont un peu éloignés de Reykjavik (le trait qui part vers le nord est sur la carte) mais valent clairement le détour.

Je vais m’arrêter là pour le moment, sinon ça va être un peu indigeste. Ces premiers jours de visite furent très chouette, même si nous avons moins eu l’impression d’être seul au monde comme lors du premier séjour. Il faut dire qu’on est resté dans la région la plus peuplée du pays, et aussi qu’il faut le reconnaitre, en deux ans, les deux éruptions volcaniques (Eyjafjallajökull et Grímsvötn) ont donné un coup de fouet au tourisme.

Ca donne envie!

What’s in the bag?

Sunday 5 September 2010

Olympus E-30

Zuiko Digital 12-60 mm 2.8 / 4

Zuiko  Digital 70-300 4/5.6

Hoya UV Filter 72mm

Hoya UV Filter 58mm

HLD-4 Grip

BCM-2 Battery Charger

BLM-1 Battery x 3

Macro Extender EX-25

OM MF-1 Lens Adapter

Zuiko 28mm F3.5

Zuiko 50mm F1.4

Zuiko 50mm F1.8

Zuiko 100mm F2.8

Zuiko 135mm F2.8

OM-1n Camera Body

C’est quand même plus léger que d’autre !

Dans la campagne, 1500 bougies

Tuesday 18 August 2009

La moindre photo prend 30s, et le même temps pour le traitement anti bruit.
Que ce soit chez Canon ou chez Olympus (50D contre E-30).
L’E-30 pose jusqu’à 60s, le 50D “que” 30s.
Mais le Canon monte plus facilement en iso.
Bref on s’en fout.

1/

2/

3/

4/

5/

6/

here comes a new challenger!

Monday 6 July 2009

Bon, pas vraiment nouveau, mais un peu quand même. J’ai laissé mon E-510 à un heureux élu, Raumin (pour 360 euros, avec une CF 1go et un filtre UV), car l’appareil photo nouveau est arrivé. Il s’agit évidement d’un Oly, un E-30 pour être précis.

Bon, évidement un changement de boitier ne change pas l’allure globale des photos que je fais, pour la simple raison que si un bon objectif à pour raison de flatter la retine du spectateur, un boitier permet surtout du confort au photographe (je parle pour l’ensemble des boitiers amateur à semi pro, pour tout ce qui est 5D/D300 et supérieur j’ai jamais eu l’occasion de voir).

Le premier truc qui se voit c’est évidement l’écran orientable :
1)

Pour avoir déjà un peu trimballé le bouzin, c’est clair que c’est super pratique :
2)
3)
4)

Alors bien sur, bande d’aigri que vous êtes, vous me direz “oui mais bon, on prend au jugé (et à l’arrache) et on a pareil”. Bien sur, c’est clairement dispensable un écran comme ça. Mais quand je vous parlais de confort, c’est à ça que je pensais.

Deuxième point pratique, le viseur plus grand. C’est le point qui m’a fait hésité entre l’E-3 et l’E-30. Rappel :

Toutefois, celui de l’E-30 s’avère suffisant pour faire la mise au point à la mano. En effet, avec mon reflex précédent, j’étais obligé de passé en Live View pour faire la netteté avec mon 50mm (manuel, je rappelle). Maintenant plus besoin de liveview, et ça permet d’être plus réactif :

5)
6)
7)
8)

Autre intérêt, une monté en iso plus propre (et plus haute). La où avant je m’autorisais l’iso 800 en serrant les fesses pour ne pas voir apparaitre de trame, je n’ai plus de complexe à présent. Le bruit est plus uniforme et donc plus facilement corrigible.

9)
10)

Egalement au programme, la mise au point par détection de contraste. En gros, éviter les aller/retour du mirroir pour faire la mise au point en Live View. Avec un bon objectif, le 14-42 de base par exemple, c’est inutile, car la MAP classique est très rapide et précise. Mais avec mon télé (70-300mm), c’est quasi indispensable car la MAP classique est faussé. Pourquoi, j’en sais rien. Mais avec des photos avec la zone de netteté trop devant est super frustrant. Avec la detection de contraste, la MAP est plus précise. Plus lente, c’est clair. Mais ça permet d’enfin utiliser mon télé de façon efficace.

11)
12)
(Au passage je me permet d’ajouter avec un sujet qui porte des fringues rayés, la detection de contraste est particulièrement efficace!)
L’appareil permet également de faire des microajustement pour les autofocus. Ca sauvera peut etre mon télé, mais j’ai pas encore eu le temps de m’y atteler.

Sinon autre nouveauté pour moi, une balance des blancs qui se débrouille bien. Avec l’E-510, c’est simple. J’ai banni le réglage AWB (prends note Raumin, prends note). Pour le moment je laisse l’E-30 se débrouiller et ça se passe bien. Mais au moins, je connais par coeur le type de WB à utiliser dans n’importe quel situation maintenant, ça fait gagner du temps pendant les concerts au la lumière change souvent dans tes tons qui trompent l’appareil (vous connaissez peut etre le fameux éclairage violet qui donne du bleu sur la photo).

Au final je suis super satisfait de mon achat. J’ai prêté l’appareil à la maman de ma chéri et il a l’air facile à utiliser pour qqun qui connait rien des APN Olympus. Ça doit être un gage de bonne ergonomie.

13)
14)
15)

Dernier gadget de l’appareil, les filtres intégrés pour photoshoper les photos avant même la post prod.
16)
(bon voyage mon petit…)
Je verrais si j’utilise ou pas, probablement pour le prochain pixo. A voir, ou pas.

Dernier détail : j’ai vendu l’E-510 avec le 14-42mm, ce qui me laisse avec le 70-300mm et le 50mm. Bref, j’ai plus de grand angle. Faut que j’en trouve un, et je sais pas encore quoi, j’hésite entre plusieurs solutions, j’en parlerais plus tard.