bleugafoto

Des photos, et des restes. le blog de ecaheti.

Articles taggés avec ‘E-30’

Comparatif d’objectif Zuiko

Wednesday 24 February 2010

Il y a maintenant quelques mois, je me suis mis à la recherche d’un objectif. Un Olympus Zuiko135mm f2.8 en monture OM. J’ai pas mal galéré, mais j’ai fini par tombé sur ça :

Pour 90 euros, c’était tout vu. J’ai donc récupéré 4 objectifs et 1 appareil, en bon état :

  • OM Zuiko 28mm f3.5
  • OM Zuiko 50mm f1.8
  • OM Zuiko 100mm f2.8
  • OM Zuiko 135mm f2.8
  • Appareil OM-1n

Suite à cette acquisition, je me suis mis en tête de comparer un peu tout ces cailloux, un peu comme je l’avais fait après avoir acheter mon OM 50mm f1.4, avec l’ensemble de mes optiques, au nombre de trois :

  • Zuiko Digital 12-60mm f2.8-4
  • Zuiko Digital 70-300mm f4-5.6
  • OM Zuiko 50mm f1.4

Tout ça me fait un gros tas de matériel, que je vais passer en revu avec un test simple : Je prend un objectif OM, je fais la mise au point la plus courte, et je prends 4 photos entre l’ouverture de la plus lumineuse jusqu’à f16. Puis je réalise les équivalents avec les objectifs 4/3, avec comme seul condition de ne pas bouger l’appareil de place (même distance entre l’objet de mise au point et le capteur). Pour retrouver le cadrage l’objectif OM et le 4/3, je ne joue que sur la bague de zoom. Vous allez donc voir la photo de test, réduite (40%), un crop de la zone de mise au point, et un petit commentaire. Toutes les photos ont été en jpeg, en taille max (12Mp, en gros 4000×3000), compression jpeg au minimum (8 ou 9mo la photo de base), réduction de bruit en low, iso 200 sans flash, iso 100 avec flash, balance des blancs auto pour les 50mm, fixé en fluo2 pour le 28mm, fixé en nuageux pour le flash sur les téléobjectifs. Vous le verrez par la suite, les objos Zuiko Digital (ZD) ne sont pas à ouverture fixe, je n’ai donc pas de photos à opposer aux pleines ouvertures des objos OM

Dernier petit rappel, tout est fait avec un Olympus E-30, on travaille avec le système 4/3, les distances focales sont donc a multiplier par 2 pour avoir l’équivalent argentique.

Je tiens à préciser en avant propos que la lecture des exifs ne permet pas d’identifier l’objectif OM utilisé pour les photos. Ceci est du à l’absence de communication entre l’objectif et le boitier, bien évidement. J’ai donc mis dans les tags de la photos (infos IPTC, visible directement avec Windows Vista, 7, et avec le plugin Exif Viewer de Firefox) l’objectif et l’ouverture utilisé afin de savoir de quoi on parle. De plus, si vous cliquer sur une des photos, vous trouverez sous l’image un commentaire vous indiquant ces données. Pour voir l’image en grand, recliquez dessus une fois la page dans l’hébergeur ouverte.

Duel à 50mm

Attaquons tout de suite avec les 50mm.

Pleine ouverture

Photo Entière
Crop 980×610
Infos 50mm f1.8@f1.8 50mm f1.4@f1.4

f4, f8 et f16

Je profite au passage pour vous montrez également la taille des objectifs une fois monté. Le boitier argentique de droite est juste là pour faire joli

Objectif : OM 50mm f1.8 OM 50mm f1.4 ZD 12-60mm@60mm
Allure :
f4
f4 crop
f8
f8 crop
f16
f16 crop

Alors, première observation : La pleine ouverture sur ces objectifs OM est toujours aussi … humm baveuse? Oui, on a bien sur une profondeur de champs ultra courte, de l’ordre de quelques millimètres, mais en condition réel, il faut être bien conscient que le voile présent sur la photo risque de créé des surprises. Plus besoin de filtre artistique genre soft focus, l’objectif s’en charge pour vous. Olympus recommande avec ces objectifs une utilisation entre f2.8 et f8, ce qui n’est pas forcement une mauvaise idée.

Et bien qu’avons nous donc entre f2.8 et f8 ? Ici, le ZD entre dans la course, et étrangement il faut le caler sur 60mm pour avoir un cadrage équivalent. Mon petit doigt me dit que la bague d’adaptation, la taille du ZD par rapport aux OM, et l’imprécision de mesure pourrait en être la cause.

A f4, le 12-60 entre dans la danse. Le “voile” de pleine ouverture des OM a disparu et les photos sont clairement exploitable avec un piqué très bon, en particulier sur l’OM f1.4. Pas mal pour un caillou qui coute 70 euros, comparer au 12-60mm qui en coute 1000. Niveau bokeh, on voit apparaitre les 6 lamelles de l’OM f1.8, alors que les 2 autres sont bien rond, un peu plus esthétique, mais on perd le coté “vintage”.

A f8 on garde les même constatations, le piqué est bon, toujours un poil de cul meilleur sur le 1.4, mais il laisse apparaitre les lamelles du diaph, au nombre de 8.

Fermé complètement, les OM tiennent bon la comparaison, avec encore une fois un léger avantage vers le f1.4, mais un peu plus marqué cette fois ci.

Au final, on peut conclure que les 50mm OM sont clairement très bon, et qu’avec un peu d’entrainement pour la mise au point manuelle, on obtient de superbe résultat. C’est un peu déjà ce que j’avais conclus quand j’avais comparer le 1.4 avec le ZD 14-42mm, livré en kit avec la plupart des reflex Olympus, sauf que la différence était nettement plus marqué. Le 14-42 est un très bon objectif pour commencer, les trois testés aujourd’hui sont plutôt à qualifié d’excellent. Après, chacun y va de son pour et son contre.

Le 50mm f1.8 est légèrement moins bon, mais c’est plus du pinaillage, mais est nettement plus facile à trouver, pour un prix ridicule, j’ai vue 2 pour à 15 euros sur Priceminister.

Le f1.4 est légèrement meilleur entre f4 et f16, mais souffre un peu plus du problème de voilage à pleine ouverture. Néanmoins, en sous exposant la photo, on arrive à gérer le problème. Typiquement pour la photo de nuit rapide, il peu se révéler un outil redoutable. Mais dans ce cas, attention à la mise au point, pour des sujets proches on a vite fait de mettre au point à coté. Par contre, si le sujet est éloigné au delà de l’hyperfocale, c’est du tout cuit. Autre inconvénient Il est nettement plus dur à trouver, et plus cher. J’ai payé le mieux 70 euros l’an passé, mais dans le fond, je ne regrette pas. De plus la rareté de l’objectif provoque une certaine fierté quand on le sort en publique!

Reste le 12-60mm. Il existe déjà de nombreux sites ne tarissant pas d’éloge à son sujet, donc je ne vais pas m’étendre. Bien que l’ouverture ne soit pas constante, marque “classique” d’un objectif de qualité, on pourrait inclure facilement cet objectif dans le top 5 des meilleurs tran-standard. Le gamme de focale est très grande avec une qualité excellente tout du long, un autofocus ultra réactif, les différentes aberrations et distorsions sont bien contenu. Bref, il coute cher 1000 euros, mais si on regarde bien ce n’est pas tant que ça si on le compare par exemple au Canon 17-55mm f2.8, qui pour le même prix offre un range plus resserrer pour une “compacité” (entre guillemets, car à ce niveau, ce n’est plus vraiment compact) équivalente. Avec le 12-60, on ne se pose plus vraiment la question “est ce que je prend mon télé ou pas?”. Avec une image à 12mp et 120mm (eq 24×36), on se débrouille très bien sur un sujet un peu lointain. La qualité de l’objectif permet ici surtout de mettre en valeur le niveau optique des OM, mais dans le fond il ne joue pas dans la même cour.

Reste qu’au niveau encombrement, on ne joue pas dans la même cour.Le 50mm peut très bien servir de mini téléobjectif discrètement dans la rue.

Duel à 28mm

Le 28mm f3.5, c’est clairement l’outsider de mon achat en lot. Franchement, Qu’est ce que vous voulez que je vous dise? Je cherchais un télé rapide, je me retrouve avec en cadeau un grand angle “moyen”. Pas si “moyen” que ça quand on voit que dans la gamme ZD on trouve le Pancake 25mm f2.8, qui ouvre à une valeur de plus pour une focal grosso merdo équivalente. Mais avec un autofocus et une plus grande compacité. Enfin bon, il a un avantage, c’est le plus petit que j’ai ! Il mériterait une comparaison avec le ZD Pancake, que je n’ai malheureusement pas. A part ça, l’OM 28mm il offre une focale équivalente à du 56mm, et pourrait donc être utilisé comme un standard, pour peu qu’on sache faire une MAP manuelle.

Objectif : OM 28mm f3.5 ZD 12-60mm@30mm
Allure :
f3.5
f3.5 crop
f5.6
f5.6 crop
f8
f8 crop
f16
f16 crop

A pleine ouverture, pas la peine de se voiler la face, le ZD est meilleur en terme netteté d’image. Sur le bokeh, c’est un peu kif kif a mon gout, peut être un peu plus doux sur l’OM. Mais bon, le bokeh sur les objectifs classiques, c’est assez subjectif (contrairement au bokeh des objectifs à miroir, très particulier). Si on ferme un peu, à f5.6, la situation s’améliore sur l’OM. Le piqué s’améliore nettement, au niveau de celui du 12-60mm. On retombe dans le classique “Un objectif Olympus monture OM, c’est de la balle”. En revanche, et là, c’est vraiment une question de goût, le flou laisse apparaitre la forme hexagonal du diaphragme. On aime ou on aime pas. Moi je trouve que ça a un certain charme. Les résultats sont globalement les mêmes à f8, avec une augmentation de la profondeur, et un poil de cul de piqué supplémentaire. A f16 le rendu devient un peu plus doux sur la zone flou du fond du coté OM, mais la différence est encore une fois faible, et c’est bien la seule différence qu’on peut voir. Si l’OM avait fermé à f22, j’aurai probablement fait une comparaison avec le ZD, avec comme résultat la mise en évidence du seul défaut technique de cette optique : une dégradation du piqué a ouverture mini.

6

Duel à 100mm

Objectif : OM 100mm f2.8 ZD 70-300mm@86mm
Allure :
f2.8 Non dispo
f2.8 crop Non dispo
f4
f4 crop
f8
f8 crop
f16
f16 crop

Contrairement test grand angle et standard de tout à l’heure, je compare ici les téléobjectifs “haut de gamme” OM avec le téléobjectif “de base” ZD.A noté que toutes les photos sont faites au flash car la luminosité manquait clairement. Pour des raisons équivalentes à tout à l’heure, pour avoir le même angle de vue, je n’ai pas réglé le 70-300 sur 100mm, mais sur 86mm.

Premier avantage net de l’OM 100mm f2.8 : il ouvre a f2.8 ! Et surtout, il le fait avec nettement plus de netteté que ces homologues en 50mm. L’image est clairement plus net, exploitable directement. L’effet de voilage est légèrement perceptible, mais pas vraiment gênant.

Pour le reste, j’avoue que j’ai merdé ma photo à f8 avec le ZD, on voit clairement sur le crop que j’ai bougé. Toutefois, je n’ai pas pris la peine de la refaire tellement la photo a f4 et f16 était concluante. Le 100mm est très bon, d’un niveau clairement supérieur au ZD.

Pour la petite conclusion, je reserve un pot commun avec le 135mm, qui s’annonce au moins du même accabit.

Duel à 135mm

Objectif : OM 135mm f2.8 ZD 70-300mm@125mm
Allure :
f2.8 Non Dispo
f2.8 crop Non Dispo
f4/f4.3
f4/f4.3 crop
f8
f8 crop
f16
f16 crop

Et en effet, à 135mm, l’OM est seul en course. Mais le résultat est, à ma grande surprise, moins bon que le 100mm. On retrouve un voilage plus marqué et surtout une dose visible d’aberration chromatique. Le problème est encore un peu visible à f4 (contre f4.3 sur le ZD qui, à 125mm, ne peut pas ouvrir plus), mais la netteté de la photo est également plus visible que sur le ZD. A f8 J’ai encore une fois merdé la photo avec le ZD, à tel point que ça pourrait mériter enquête. Le résultat à f16 est en faveur de l’OM, et cette fois sans aberration.

En définitif, sur les 3 téléobjectifs, les OM me donne plus de satisfaction que le ZD. Ouverture max plus grande, piqué supérieur, et encombrement ridicule pour des téléobjectifs. Depuis que j’ai découvert que mon 70-300 (ou bien en général?) avait un problème d’autofocus (mise au point légèrement en avant de l’endroit désiré), j’ai tendance à ne l’utiliser qu’en manuelle, ou bien à des ouvertures faibles (supérieur à f9). Sans compter que l’autofocus est plus une Clio comparé à la Ferrari qu’est le 12-60mm. Alors bien sur, à 300mm ils est sans équivalent pour cette gamme de prix (autour de 400 euros), mais la baisse de qualité (enfin, du moins comparer à mes autres cailloux) en longue focale fait que je n’aime pas trop taper dans cette longueur. Le gain de netteté qu’apporte le 135mm fait que des crops audacieux peuvent être tenté sur les sujets un peu lointain. Le 135mm, je l’ai utilisé en concert dans des gradins, et j’en ai été pleinement satisfait. A coté de ça, j’ai un peu delaissé le 100mm car : 1) il zoom un peu moins 2) la bague de diaph est moins fluide sur mon modèle et ne m’a jamais inspiré. Mais avec ces quelques essais, j’ai quand même l’impression que globalement la qualité est meilleur avec le 100mm. Il me faudrait poursuivre des essais sur le terrain pour en avoir le coeur net.

Conclusion

Le mot de la fin sera que la gamme d’objectif Olympus vaudrait presque à elle toute seule de passer sur la marque. Alors oui, il existe des objectifs “moins bon” que les autres, le 70-300 en ai la preuve. De plus, tous ces travaux de test (qui m’ont pris nettement plus de temps que prévu (environ un moins entrecoupé de taf, de vacances, de “je refait les photos parce que je suis pas satisfait”) m’ont surtout de voir le reste des objectifs Zuiko Digital, en particulier ceux qui aurait pu être comparé directement ici : le 25mm f2.8, le 50mm f2.0 Macro, et surtout, l’équivalent télé du 12-60mm, le 50-200mm f2.8-3.5.

here comes a new challenger!

Monday 6 July 2009

Bon, pas vraiment nouveau, mais un peu quand même. J’ai laissé mon E-510 à un heureux élu, Raumin (pour 360 euros, avec une CF 1go et un filtre UV), car l’appareil photo nouveau est arrivé. Il s’agit évidement d’un Oly, un E-30 pour être précis.

Bon, évidement un changement de boitier ne change pas l’allure globale des photos que je fais, pour la simple raison que si un bon objectif à pour raison de flatter la retine du spectateur, un boitier permet surtout du confort au photographe (je parle pour l’ensemble des boitiers amateur à semi pro, pour tout ce qui est 5D/D300 et supérieur j’ai jamais eu l’occasion de voir).

Le premier truc qui se voit c’est évidement l’écran orientable :
1)

Pour avoir déjà un peu trimballé le bouzin, c’est clair que c’est super pratique :
2)
3)
4)

Alors bien sur, bande d’aigri que vous êtes, vous me direz “oui mais bon, on prend au jugé (et à l’arrache) et on a pareil”. Bien sur, c’est clairement dispensable un écran comme ça. Mais quand je vous parlais de confort, c’est à ça que je pensais.

Deuxième point pratique, le viseur plus grand. C’est le point qui m’a fait hésité entre l’E-3 et l’E-30. Rappel :

Toutefois, celui de l’E-30 s’avère suffisant pour faire la mise au point à la mano. En effet, avec mon reflex précédent, j’étais obligé de passé en Live View pour faire la netteté avec mon 50mm (manuel, je rappelle). Maintenant plus besoin de liveview, et ça permet d’être plus réactif :

5)
6)
7)
8)

Autre intérêt, une monté en iso plus propre (et plus haute). La où avant je m’autorisais l’iso 800 en serrant les fesses pour ne pas voir apparaitre de trame, je n’ai plus de complexe à présent. Le bruit est plus uniforme et donc plus facilement corrigible.

9)
10)

Egalement au programme, la mise au point par détection de contraste. En gros, éviter les aller/retour du mirroir pour faire la mise au point en Live View. Avec un bon objectif, le 14-42 de base par exemple, c’est inutile, car la MAP classique est très rapide et précise. Mais avec mon télé (70-300mm), c’est quasi indispensable car la MAP classique est faussé. Pourquoi, j’en sais rien. Mais avec des photos avec la zone de netteté trop devant est super frustrant. Avec la detection de contraste, la MAP est plus précise. Plus lente, c’est clair. Mais ça permet d’enfin utiliser mon télé de façon efficace.

11)
12)
(Au passage je me permet d’ajouter avec un sujet qui porte des fringues rayés, la detection de contraste est particulièrement efficace!)
L’appareil permet également de faire des microajustement pour les autofocus. Ca sauvera peut etre mon télé, mais j’ai pas encore eu le temps de m’y atteler.

Sinon autre nouveauté pour moi, une balance des blancs qui se débrouille bien. Avec l’E-510, c’est simple. J’ai banni le réglage AWB (prends note Raumin, prends note). Pour le moment je laisse l’E-30 se débrouiller et ça se passe bien. Mais au moins, je connais par coeur le type de WB à utiliser dans n’importe quel situation maintenant, ça fait gagner du temps pendant les concerts au la lumière change souvent dans tes tons qui trompent l’appareil (vous connaissez peut etre le fameux éclairage violet qui donne du bleu sur la photo).

Au final je suis super satisfait de mon achat. J’ai prêté l’appareil à la maman de ma chéri et il a l’air facile à utiliser pour qqun qui connait rien des APN Olympus. Ça doit être un gage de bonne ergonomie.

13)
14)
15)

Dernier gadget de l’appareil, les filtres intégrés pour photoshoper les photos avant même la post prod.
16)
(bon voyage mon petit…)
Je verrais si j’utilise ou pas, probablement pour le prochain pixo. A voir, ou pas.

Dernier détail : j’ai vendu l’E-510 avec le 14-42mm, ce qui me laisse avec le 70-300mm et le 50mm. Bref, j’ai plus de grand angle. Faut que j’en trouve un, et je sais pas encore quoi, j’hésite entre plusieurs solutions, j’en parlerais plus tard.