bleugafoto

Des photos, et des restes. le blog de ecaheti.

Archive pour la catégorie ‘Android’

Free Mobile

Saturday 11 February 2012

Bon moisiversaire à mon forfait Free Mobile ! En effet je fais parti des gros cons de early adopters. La faute à un collègue fan de Free (et de iTruc), avec qui j’ai regardé la keynote de lancement du quatrième opérateur français, dont l’engouement contagieux m’a fait souscrire à ce joli forfait à 15,99€. Si j’écris cet article c’est uniquement pour faire un premier retour, factuel donc, et pas pour vendre l’offre de Xavier Niel.

Je dois dire que j’ai beaucoup de chance pour le démarrage. J’ai souscris au forfait le mercredi 11 janvier à 8h30, alors que j’étais encore engagé jusqu’en avril. J’ai reçu le fameux “accusé de réception de commande” quelques minutes plus tard. Puis a commencé l’angoissante attente du “mail de confirmation de commande”. Le vendredi suivant, toujours pas de nouvelle, alors que je vois sur le forum voisin les gens qui raconte “j’ai accès à l’espace client, je vois que je suis à l’étape 3 sur 5 ! ” ou des trucs dans le genre. Le soir je vais sur la page de l’espace client, sans mes identifiants que je n’ai toujours pas reçus, et je tente le truc con, le lien “J’ai oublié mes identifiants comme un blaireau”.

Quelques instants plus tard, mes identifiants sont dans ma boite mail, et encore un peu plus tard je reçois le fameux mail de confirmation de commande. Ouf, connaissant Free et l’adage “Free, si ça marche, ça poutre, si ça merde, bon courage pour que ça marche” je n’avais vraiment aucune envie de passer par le service client.

Une fois connecté, je découvre que pendant que j’attendais mon accès, la procédure d’inscription s’est gentiment déroulée et ma carte sim est en chemin vers chez moi (le 80 de la rue… ou le 8 d’après Free) et que la portabilité est annoncée le lundi. Le lundi 16 ma ligne se coupe, et à la maison m’attend ma nouvelle carte sim, au revoir Bouygues.

Comme vous le constatez, au niveau de l’inscription, je suis pas passé loin d’être dans un gros bordel, mais ça a été. J’imagine que les gens qui s’inscrivent en ce moment serrent un peu moins les fesses.

Maintenant, le réseau et la facturation. Techniquement je considère avoir été un client TRES mobile, étant donné que je fais 50 bornes pour aller taffer tout les jours, habitant dans l’agglomération d’une grosse ville de province de région et bossant dans une ville pas énorme, et qu’en plus de ça j’ai passé une semaine en Pennsylvanie chez l’Oncle Sam.

Niveau SMS et voix, je n’ai eu aucun appel ou SMS perdus. La seul bizarrerie et que j’ai envoyé quelques SMS (à partir de France et des US) à un numéro Orange qui était au USA, j’ai eu les accusés de réception immédiatement, et le type n’a reçu réellement les messages qu’une fois qu’il était revenu en France. A part ça les SMS que j’ai envoyé vers la France une fois au US ont tous été reçu, et m’ont été facturé correctement par Free (0,24c). J’ai reçu un appel quand j’étais au US, je n’ai pas été facturé. J’ai appelé mon répondeur, je n’ai pas été facturé non plus. En France aucun soucis de toutes parts, tout roule. Donc si on part du principe qu’un téléphone sert à téléphoner, le réseau Free fonctionne. Oui ça a l’air con comme remarque, mais revenir au fondamentaux ça ne fait pas de mal.

Niveau Internet mobile. Soyons honnête, Free peut mieux faire. En fait, sauf s’il coule, Free va mieux faire. Le problème majeur est l’itinérance que les smartphone ne gère pas vraiment bien. Donc j’ai au moins entre 2 et 3 fois par jour à décocher/rechocher la case “Données Activées” de mon téléphone Android. J’ai un bouton dans ma barre de notification qui fait ça, ça me prend environ 3 secondes. Les utilisateurs d’Iphone semble devoir redémarrer complètement le téléphone pour faire la même chose. A noter que sur Android il existe une appli récente, Voodoo FreeOrNot, qui vous indique si vous êtes connecté à Free ou à Orange et qui vous permet de redémarrer complètement la partie téléphonie, sans passer par le mode avion ou par un redémarrage sur téléphone. Au niveau de la batterie maintenant, j’avais du mal à savoir si la durée de vie amoindri de mon Motorola Defy était dû à ma rom fraichement installée ou bien à Free. Mon passage au US et les data complètement désactivées impliquant une durée de vie de plus de 2 jours m’ont bien fait comprendre que l’itinérance est responsable de mon autonomie d’à peine 24h. En même temps, un smartphone, ça se recharge au moins une fois tout les soirs, et je ne crois pas qu’avec les technos de batterie actuelles ça change beaucoup. Mettre son téléphone en charge le soir alors qu’il lui reste 40% ou 10%, pour moi c’est pareil. Voilà pour les mauvaises nouvelles. Pour les bonnes, je suis ENFIN en 3G un peu partout, et surtout au boulot. Je ne me pose plus de question pour faire tethering avec mon téléphone, que ça soit au niveau de la légalité ou bien du volume de données téléchargées. Quand le réseau du taf est trop chargé, que le site est bloqué et que je ne veux pas m’emmerder à écrire au service info pour leur dire “Dis donc, vous pourriez débloqué google que votre script automatique à banni ?”, ou bien que le site est bloqué parce que non pro (coucou la pause wefrag du midi), pas de soucis, un câble USB, PdaNet (payant mais ça marche très bien) et zou. Et rapidement. Je n’ai pas fait de test de débit mais avoir au minimum 150ko/s c’est amplement suffisant pour surfer (rappel, en Edge on tourne à 15ko/s). Dernier point sur les datas, si j’ai envi de téléchopper un fichier de 107,7mo (la dernière rom de mon téléphone à tout hasard), je peux le faire (rappel, chez Bouygues passé 10mo le téléchargement est coupé).

Au niveau “service client”, je n’ai (heureusement) eu à faire qu’à la page “Mon compte”. Complètement vide il y a un moins, elle affiche aujourd’hui avec plus de détail que chez Bouygues ma consommation et mon hors forfait.

Alors au final, satisfait ? Oui, complètement. Malgré les défauts dus à la jeunesse du réseau, franchement je suis satisfait. Mon téléphone me permet de palier facilement la déco des datas, et il suffit de faire prendre ses précautions quand on sait qu’on va avoir besoin de batterie (activer les datas quand c’est nécessaire uniquement). Évidement, j’ai l’approche d’un geek “technophile averti”, ce qui me permet de profiter pleinement de mon smartphone et de mon forfait. Et ce qui fait passer encore plus facilement la pilule, c’est que je suis passé de 28,90€ à 15,99.

Le GW620 (nom de code constructeur : Etna ; nom de code commercial : Eve ; nom coréen : KH5200) est un téléphone d’entrée de gamme. Il est sorti en Novembre 2009 et est le premier LG sous Android. Pour ce coup d’essai, les composants du téléphone sont très corrects :

  • CPU: Qualcomm MSM7200A @ 528 MHz (le même que dans les Samsung Galaxy, HTC Hero, HTC Magic)
  • Ecran: 3′, 320 x 480
  • Mémoire : 256 Mo pour la RAM, 512 Mo ROM,
  • APN : 5 MP + Flash/Autofocus
  • Clavier physique en slide.

La construction est bonne, et après un an d’utilisation, le téléphone ne souffre d’aucun jeu particulier sur la partie mécanique.

Officiellement :

Rapidement, son plus gros défaut se fait sentir, son absence de support de la part du constructeur. Pire encore, les annonces incohérentes s’enchainent, et le flou autour du téléphone s’épaissit. Ainsi, le 17 février, on peut lire sur FrAndroid qu’une mise à jour aura lieu pour 2.1 (Le GW620 aura le droit a sa mise a jour vers Android 2.1). Premier couac, car 15 heures plus tard, nous avons le droit à un démenti (Erratum : pas d’Android 2.1 pour le GW620). Malgré une éventuelle porte de sortie vers Android 1.6, la déception est grande chez les détenteurs du téléphone, dont un certain agacement commence à poindre sur les forums. Quelques jours plus tard, le 26 février 2010, LG France annonce via Twitter qu’Android 1.6 sortira bien sur le Eve (C’est officiel : mise à jour Android 1.6).

En ce qui concerne la France, fin de l’histoire, plus rien d’officiel ne sera annoncé. Aujourd’hui encore lorsque qu’un utilisateur demande au support LG « Le GW620 verra t’il autre chose que Android 1.5 », ce dernier répond négativement. Politique de comm’ LG France, pratiques douteuses ?

A l’étranger ? :

Du côté de l’international, LG Corée sort au mois de mai une version 1.6 pour le KH5200, talonné par LG Canada qui sort également une rom officielle pour l’opérateur canadien Rogers, ce qui fait renaitre un peu d’espoir chez les utilisateurs de l’hexagone. Cependant, ces versions posent problème chez certain, qui reste donc sur le bon vieux firmware 1.5, privé des derniers raffinements en terme d’appli, comme par exemple Google Navigation, disponible à partir d’Android 1.6.

Officieusement :

Alors que tout espoir semble perdu et que les utilisateurs du GW620 regardent tristement leur téléphone abandonné par LG, un développeur allemand, Polytheus, annonce sur XDA ses travaux sur le portage d’Android 2.1, puis sort une première version, un peu bancale (pas de Bluetooth, conso de batterie élevée), certes, mais utilisable en juillet. L’intérêt est vif de la part des utilisateurs qui servent alors de beta-testeurs, alors que quelques autres développeurs aident Polytheus à mettre en place le projet OpenEtna, avec site dédié, une page Google Code et forum pour améliorer au maximum la rom OpenEtna.

Le 1er Octobre, Polytheus annonce la release d’un firmware reprenant le code de Cyanogenmod 6, permettant ainsi au GW620 de goûter au yaourt glacé d’Android 2.2.1, avec en prime toutes les petites améliorations des rom Cyanogen. Pendant de long mois l’équipe de développeurs amateurs d’OpenEtna corrigent les soucis de jeunesse du firmware et arrivent à exploiter tout le hardware (appareil photo, Wifi, Bluetooth) et se permettent même de surcadencer le processeur à 710MHz sans trop de casse au niveau de l’autonomie, grâce aux dernières optimisations d’Android 2.2 et de Cyanogenmod. En parallèle, des premiers travaux sur Android 2.3 sont démarrés, mais sans firmware à la clé. Si cette communauté d’utilisateurs OpenEtna n’est pas aussi vaste que celle de Cyanogen, elle a réuni un bon millier de personne et à permis également la réalisation d’outils d’aides à l’installation sur Windows, Linux et Mac.

Alors que la grogne des possesseurs du téléphone contre LG s’est estompée (plus par lassitude que par satisfaction), apparaît discrètement sur la toile au mois de Janvier 2011 une version « officielle » d’Android 2.2 faites par LG Corée, suivie quelques semaines plus tard par une version dédiée à l’Europe, mais sans aucunes annonces officielles. Mais le firmware est assez lent comparé à OpenEtna, et la communauté des utilisateurs a un avis assez mitigé sur la meilleure Rom à choisir. Mais il vaut mieux avoir un choix à faire, que pas de choix du tout.

Puis le temps fut venu pour le leader d’OpenEtna de passer à autre chose, et en Février dernier il annonce discrètement qu’il laisse (temporairement ?) le projet de côté. Les firmware LG n’ayant toujours pas réellement de support officiel et le principal moteur au développement d’OpenEtna ayant quitté le navire, la perspective d’évolution du GW620 s’obscurcit considérablement.

Dernier et heureux rebond de l’histoire, le 1er avril, un développeur coréen, Won-Kyu Park, livre une version « alpha » d’un firmware Android 2.3.3 basé sur Cyanogenmod 7, sur les drivers de la version 2.2 de LG et sur les travaux d’OpenEtna. Le projet OpenEve apporte un nouveau souffle sur le GW620, car cette version alpha est très fonctionnelle malgré quelques bugs de base mais qui peuvent être corrigés sans avoir besoin de recompiler complètement le firmware.

Au final on voit que si l’on se place du point de vue « officiel France », le GW620 n’a connu qu’Android 1.5. Alors qu’en fouillant un peu dans le monde merveilleux des roms alternatives, on a pu installer dessus Android 1.6, 2.1, 2.2 et 2.3. Au fil du temps, on constate également que le téléphone est de très bonne qualité, qu’il avait de loin le potentiel pour supporter des mises à jour du système. Quand on lui cherche un remplaçant avec pour critère « écran 3 pouces, 320×480, clavier physique, APN 5MP avec flash, prix abordable » il n’y a rien. Les Milestone 2 et Desire Z restent chers, et le Samsung Galaxy 551 a un écran moins défini, tout comme l’appareil photo qui n’a pas de flash. Autre conclusion, le GW620 prouve le côté extrêmement versatile de la plateforme Android, qui a permis la mutualisation des efforts de nombreux développeurs pour donner une seconde (et une troisième !) vie au « coup d’essai Android » de LG.

Source :

Bon, j’ai craqué, j’ai encore changé de téléphone. Depuis que je suis client chez Bouygues, (juin 2001), j’ai changé pas mal de fois de téléphone. J’ai enchainé le Siemens S35i, Toshiba TS21i, un Sony Ericsson, un Nokia 3310 (récup après avoir balancé mon Sony contre un mur), un LG à clapet et enfin un Sagem My501c qui a eu la vie la plus longue avec mon Siemens.
Autant vous dire, j’avais pas mal de point à échanger, l’Iphone a l’air d’être un sacré jouet de geek, mais reste relativement cher.

Avoir un smartphone, ça sert à rien sans forfait Internet. Faut être clair la dessus. La combine que j’ai utilisé est pas très compliqué, je renouvelle mon téléphone, et je me casse chez Universal Mobil, forfait bloqué 1h30 avec SMS illimité et Internet illimité (à la française, 500mo et ensuite débit de fiotte). Le tout pour moins de 100 euros pour le tel, et 25 euros de forfait. Pas de RIO, juste de la patience pour obtenir le formulaire pour switcher sur les forfaits UM.

Le téléphone

Bref, l’heureux élu est un LG GW620, premier coup d’essai de LG dans la catégorie Gphone.

Je vais volontairement passer rapidement sur le téléphone, parce que :

  1. C’est un gphone, il partage donc plein de caractéristique avec ses potes
  2. C’est pas le téléphone qui m’intéressait, mais l’OS

Mais il tout de même quelques trucs à lui, notamment un clavier complet en slide. Impossible de l’utiliser comme vrai clavier, ici on y va avec 2 pouces. Ça se révèle assez efficace, surtout quand on tape des mots de passe (oui, switcher entre les mininuscules/majuscules/chiffres/caractères spéciaux, sur un téléphone, c’est bien relou).
Le téléphone est plus petit qu’un Iphone, pas bien plus grand que son écran de 3 pouces, avec du 320 x 480. L’écran est resistif, donc au revoir le multitouch, mais ça ne manque pas. Le téléphone dispose de 2 touches capacitives un pet trop sensible, et sur les tranches des boutons pour le volume (2), l’appareil photo (5mpx, fort potable en condition favorable, avec AF et flash, ce dernier étant une vaste blague), le lecteur MP3, un slot microSD, un port microUSB, une prise jack 3.5mm (standard), et un petit bouton pour l’allumage/verrouillage.

A l’usage il se fait nettement moins remarqué qu’un Iphone quand on le sort de sa poche. Surtout quand l’Iphone est dans un coque, ce qui le grossi pas mal. Pour le LG, pas de coque je pense. En même temps va foutre un coque à un machin qui à un clavier coulissant. La finition étant mat, on est pas vraiment emmerdé par les traces de doigts.
Un dernier mot sur la batterie : quand on passe pas son temps sur le téléphone avec le wifi activé (en gros, un check de mail de temps en temps, elle tient “correctement” (pour un smartphone) avec entre 2 et 3 jours d’autonomie. Mais avoir un smartphone sans jouer avec, c’est un peu comme se balader dans un bordel sans avoir le droit de se servir de son pipou, c’est frustrant. On prendra donc soins d’avoir de quoi le recharger un peu partout. Pour ma part, je laisse le transfo 220V=>USB à la maison, j’ai un chargeur allume cigare USB dans la voiture (pour le GPS de madame) et je me demerde pour avoir un cable microUSB sous la main.

Android


Voilà la vrai raison pour laquelle je voulais changer de téléphone. A l’heure où LE smartphone de monsieur tout le monde est un Iphone, comme je le disais je voulais un truc de geek. Mais un peu différent du reste. Android présente l’alternative idéale à l’Iphone, avec bien sur tout le bordel que peut avoir l’utilisation d’un OS sur plusieurs hardware différent. On peut penser par analogie à Windows VS MacOS qui pose le même genre de problématique, mais en fait la base commune des téléphones Android est tel qu’il faudrait plutôt le comparer aux netbooks, qui sont tous les mêmes.
L’OS de Google se pose donc comme un première couche haut niveau avec des applis de base, les mêmes partout, les applis opérateurs et constructeurs, et enfin l’Android Market, pour télécharger tout le merdier dont le geek compulsif peut avoir envi.
L’environnement de base se compose d’un bureau à trois volets sur lequel on va mettre des raccourcis vers les applis ou bien de widget plus ou moins utiles, ainsi que d’un volet contenant l’ensemble des applications du téléphone.

Applis opérateurs et constructeurs

Sur mon LG, on trouve quelque merdes indesinstalables (installé en root, base linux, toi utilisateur, toi pas toucher), comme l’application de suivi conso, très jolie, qui fonctionne une fois sur 2. Des menus de raccourcis web pour dépenser plein de sous chez Bouygues, mais aussi de quoi exploiter le hardware spécifique du téléphone, comme par exemple la radio ou bien la lecture de Divx (que j’ai pas réussi à faire marcher, soit dit en passant). Également présent, SNS, soft LG pour la gestion de compte Facebook et twitter, et une variante à l’IHM de base Android faite par LG. J’ai testé ce dernier point assez tard, c’est pas mal fait, ça range les applis par type et non par ordre alpha, mais j’ai pris trop vite l’habitude d’android de base, donc j’ai pas l’intention de testé plus que ça.
On trouve aussi une appli “Mon push mail”, pour se faire notifier quand les mails arrivent sans avoir à faire 50 checks par jour (de façon manuelle ou auto). Compatible avec les serveurs MS Exchange (j’ai synchro ma messagerie du taf, plusse pour le coté geek que pour bosser à la maison), Gmail, Yahoo, Hotmail et autres.

Applis Android

Youtube : lecteur et moteur de recherche, minimaliste, fait ce qu’on lui demande.
Navigateur : le chrome embarqué du père google, se debrouille comme il peut pour afficher vos pages, et le fait plutot bien. Il dispose d’un système d’ouverture de page en background, genre onglet, sauvegarde de login/mdp, et affiche tout proprement. Couplé au clavier du téléphone, c’est assez efficace.
Gmail : version embarqué de gmail. Si on utilise un peu intensivement gmail, c’est très pratique. Ça fait un bail que gmail centralise tout mes comptes mail (laposte.net, ecaheti.net, hotmail.com, orange.fr) donc en rentrant mon login/mdp, tout est bien configuré comme il faut. C’est chouette.
Maps : le même que l’appli web, mais avec votre position si vous avez laissé le GPS activé. Pratique qu’on est un peu paumé. Affiche également Streetview. Toujours sympa pour impressionner ses collègues à la pause.
Gtalk : le chat gmail dans ta poche. pratique, mais un peu bordel quand on laisse le téléphone connecté alors qu’on utilise un PC à coté.

Dans l’ensemble ces applis sont déjà bien pratique et bien foutu. Mais tout ça, c’est avant de parler du Market.

Android Market

L’AppStore version Google. J’ai jamais réellement utilisé le truc d’Apple, mais faudrait être un vieux fanboy pour ne pas voir le potentiel de l’appli de google. Ya surement moins d’appli que sur l’Iphone, mais les principales sont là et la qualité suis.
Entre l’(les) appli facebook, l’(les)appli compatible MSN, les jeux à la cons, les simulateurs de rot, de pet, de sabre laser, les indicateurs de radars, les gestionnaires de contacts, de SMS, les softs de backups de données du téléphones (contact, SMS, MMS, etc), le truc pour utiliser wordpress à distance, le gestionnaire de tache (Advanced Task Killer, à télécharger en premier pour faire du ménage dans la RAM du téléphone), les convertisseurs de monnaies.
Bref, il y a une application Iphone pour … euh, une application Android pour tout.
Et pour tout le reste, juste fait le toi même, avec le SDK, gratoss, et qui marche sur un PC et un Mac.

Ma petit préférence va tout de même à une appli bien inutile qui permet de décoder les codes barres, les datamatrix, et les QR Code. Quand on scanne un code barre, ça vous renvoi via google le résultat de la recherche. J’ai essayé sur ma boite d’appareil photo, de bonbon, un bouquin, et ça marche très souvent.
Pour les QR code, ça permet de transmettre des infos préformatés directement dans le téléphone : contact, évenement, SMS, coordonnées maps, url, etc. Au passage voilà un générateur simple et de bon gout, ainsi que quelques exemples de QR code :

un message subliminal s’est glissé dans un code, saura tu le retrouver ?

Pour lire tout ce merdier, j’utilise l’appli ixMAT Scanner, super efficace. J’ai cherché un équivalent pour Iphone pour mes collègues macfag, j’ai pas trouvé.

Conclusion

Et bien je suis assez conquis par le package téléphone+Android. Franchement, j’hésitais un peu avec un Iphone, et finalement je me trouve avec un truc souple (SDK gratoss, stockage sur carte SD, pas de soft sur mon PC), qui s’il n’arrive pas à être au niveau de l’Iphone en terme de fluidité, se débrouille super bien niveau personnalisation et disponibilité des applications.
Je ne regrette vraiment pas mon achat, enfin pas pour le moment. J’ai déjà vu des applis se planter, mais jamais rien de grave. Bien sur on contrepartie on se dit qu’on vend une fois de plus son âme à Google… mais perso, je suis plus à ça pres avec eux… !
Il y a encore plein de chose à dire, mais pour le coup, je pense que je ferais d’autre blabla