bleugafoto

Des photos, et des restes. le blog de ecaheti.

Archive pour February 2009

Essai d’objectif : 50mm F1.4

Wednesday 11 February 2009

J’ai reçu aujourd’hui le joujou que j’avais commandé vendredi, un objectif 50mm f1.4 de Zuiko, dans le but de faire du portrait. Retour sur un vieux modèle de chez Olympus, monté sur mon boitier avec la bague adéquat acheté pas trop cher chez Muller Photo Service via le internet mondial. J’ai donc dépensé 70 euros pour l’objectif, et 70 euros ya 3 mois pour la bague. J’ai profité de l’occasion “je fais des essais” pour comparer les différents rendu de chaque caillou, avec quelques sujets à prendre.

Petite photo de famille :
Le matériel

Sachant que qu’un 50mm monté sur un boitier Olympus équivaut à un 100mm (oui, le fov est pas large, mais c’est fait d’exprès), j’ai comparé quelques données techniques brut faite par moi même avec le banc de test suivant :
les bancs de test c'est ma grande passion
J’ai eu les résultats suivants (mesuré à la louche vite fait avec mes yeux) :

longueur focal de test f max map mini cm longueur netteté pour fmax mm f min map mini cm longueur netteté pour fmin mm
14-42mm 42 5,6 20 10 22 18 45
70-300mm 70 4 90 5 22 88 80
50mm 50 1,4 45 6 16 44 40

Je me suis permis de déduire ces mesures à l’aide de ce genre de photos :

50mm f1.4 42mm f5.6 70mm f4

Ces premiers essais m’ont montré que la très grande ouverture du 50mm générait un espèce de halo lumineux, artistiquement utilisable, mais pas forcement assez net au gout de tout le monde. Par exemple sur les 2 paires de photos suivantes :

f1.4 f5.6

f1.4

f5.6

Pour le coup, la Leffe Radieuse est radieuse pour de vrai.

J’ai fini par regarder à distance le rendu du 50mm contre celui du 42mm. Sur les photos suivantes, j’ai bougé le sujet pour qu’il prenne grosso merdo la même place dans le cadre.

42mm f5.6 42mm f9 50mm f1.4 50mm f8
42mm f5.6 42mm f9 50mm f1.4 50mm f8

Alors ce qui est bizarre, c’est le ternissage des couleurs. Enfin non c’est pas bizarre, le traitement des lentilles n’est clairement pas le même, et les photos peuvent très bien repasser par lightroom pour être revigoré un peu. Ça peut également venir du fait que je maitrise pas encore le couple E-510 + Zuiko 50mm, et que je surexpose les photos. Point que je n’avais pas abordé jusque là, l’utilisation pratique.

Le boitier ne reconnait évidement pas l’objectif. Donc le mode P devient complètement con. La bague d’adaptation active le petit levier mécanique qui enclenche la fermeture du diaph. Ainsi, en ce mettant en mode A (ou M), on règle l’ouverture sur l’objectif, ce qui agit en permanence (et pas qu’au moment du déclenchement) sur la quantité de lumière qui rentre dans l’appareil. Le posemètre du boitier se demerde pour trouver la vitesse qui va bien. Seulement, c’est fait un peu à la oueneuguène, et en fonction de l’ouverture la photo est sur ou sous ex.

Bref tout ça pour dire que l’objectif me semble avoir un bon potentiel créatif, que ce soit avec son piqué ou sa zone de mise au point. Mais c’est pas gagné, parce que va falloir se remettre dans le bain de la mise au point à la main (le bon vieux temps avec mon AE-1) et verifier que mes couleurs ne seront pas trop délavé. Pour la MAP, je pense que le liveview me sera d’un grand secours, au moins tant que je prendrais des bouteilles de Leffe bien immobiles!

Image hosted by uppix.net

Le 14-42 et le 70-300 pris avec le 50

Image hosted by uppix.net

Le 50 pris avec le 70-300 (à 70mm)

Petit ajout :

Mise au point mini en 42mm f5.6 Mise au point mini en 42mm f5.6 Mise au point mini en 14mm f3.5

Je ne l’ai pas précisé, mais les distances mesurées ont comme point de départ le plan focal de l’appareil, c’est à dire le capteur de l’appareil (le pictogramme “un cercle avec un trait au milieu” dessiné sur les boitiers reflex). Le Picooz se trouve donc à 20 cm du plan, mais à seulement 6 cm de la première lentille de l’objectif.