Loser avec mention TB

le blog de drloser.

Le soufflet Pokemon GO est déjà retombé

Le raz de marée Pokemon GO tel que je le décrivais dans mon précédent article n’aura pas lieu. La semaine qui a suivi la sortie officielle de Pokemon GO, le nombre de chasseurs attroupés en bas de ma tour de la Défense était passé de 70 à 170. Il y a donc bien eu un gros pic de fréquentation, mais celui-ci n’a pas duré.

Il y a à peine trois semaines, il était impossible de se promener sans croiser des joueurs à tous les coins de rue de Paris. Aujourd’hui, même si l’application est toujours classée en première position sur l’AppStore, il est rare devenu rare de croiser des chasseurs.

Aux USA, le pic du nombre de joueurs actifs a été atteint le 14 juillet. Au niveau mondial, il est possible de confirmer ce pic de popularité en observant la récurrence du terme “Pokemon GO” sur Google Trend :

Le pic a lieu aux alentours de mi-juillet. Depuis, les gens cherchent de moins en moins “Pokemon GO” sur Google. On peut voir d’autres pics plus petit qui correspondent à la sortie du jeu dans les autres pays ou à l’arrivée de la dernière mise à jour, mais la mode est bel est bien derrière nous.

En se focalisant sur la France, on remarque que le nombre de recherches du terme “Pokemon GO” a atteint son apogée le 21 juillet :

Le jeu est sorti trois jours plus tard, le 24 juillet. Après ça, la récurrence du terme n’a cessé de dégringoler.

Dans mon article précédent, je décrivais un gameplay proche du néant, et vous étiez d’ailleurs nombreux à vous demander pourquoi jy jouais alors que je le critiquais si durement. Si vous me relisez, vous verrez que je n’en disais finalement pas tant de mal. Je me contentais de le décrire de façon objective :

Pokemon GO est donc un jeu où il n’y a qu’une seule chose à faire : farmer pour faire grossir votre collection. Il n’y a quasiment pas de gameplay ou d’interaction entre joueurs.”

L’absence de gameplay n’était pas une critique, mais un fait. Et malgré ce fait, moi, et de nombreux autres joueurs, nous avons pris plaisir à vivre une expérience nouvelle. Mais une fois passée la nouveauté, il ne restait plus rien, et les gens se sont donc lassés.

Il n’est cependant pas impossible que Pokemon GO fasse un petit come back. Lors de la bêta, la distance des Pokemons étaient indiquées en mètres et il était alors possible de les chasser en se fiant aux indications du radar de proximité. Après la sortie du jeu, le jeu ne donnait plus qu’une indication approximative en affichant sous chaque pokemon un nombre de pas allant de 1 à 3 pour vous donner une idée de la distance vous séparant du pokemon. Puis, devant le succès du jeu, les développeurs ont désactivé cette indication en affichant systématiquement 3 pas…

Et lors de la dernière mise à jour, ils ont officialisé le problème en supprimant purement et simplement toute indication de distance. A présent, vous savez uniquement si le pokemon est à côté d’un pokestops ou s’il est dans la nature. Ce sont des indications fixes qui ne prennent quasiment pas en compte la position du joueur et qui demandent donc beaucoup moins de ressources aux serveurs. Le jeu est devenu plus stable, mais aussi beaucoup moins intéressant, car vous n’avez plus aucun moyen de chasser les pokemons à part en décrivant des cercles concentriques.

A présent que les joueurs désertent le jeu, on pourrait imaginer que les développeurs réactivent les indications permettant de localiser les pokemons ce qui raviverait sans doute l’intérêt des joueurs. Mais selon moi il n’y a aucune chance pour que Pokemon GO regagne le cœur des joueurs occasionnels.

Si les développeurs jouent bien leurs cartes, ils réussiront à conserver les fans de pokemons en étoffant le gameplay et en sortant de nouveaux pokemons régulièrement, mais l’heure de gloire de Pokemon GO est à jamais derrière nous. Et dire que ma casquette vient tout juste d’arrive de Chine…

Au moins, elle me donne un air intelligent.

10 commentaires pour “Le soufflet Pokemon GO est déjà retombé”

  1. GaLaK dit :

    Je suis quand même curieux de voir ce que ça donnera quand tlm sera rentré de congés (parce que bon c’est pas que Pokémon, Paris est vide depuis 15j…) mais je suis pas beaucoup plus optimiste que toi pour le jeu.

  2. Foine dit :

    Je valide tout a fait ton analyse pour ce qui est de la chasse. Le fait de ne pas savoir où son les bestiole empêche littéralement de “jouer” au jeu.

    Avant tu pouvais sortir et vraiment chasser les pokémons. Tu étais actif. Maintenant, sachant qu’on ne fait plus que déambuler au hasard, il n’y a plus d’intérêt de se faire une session, le résultat étant de toute façon dû à ta chance.

    Pour moi le jeu reprendra de l’intérêt à partir du moment où l’on aura de nouveau moyen d’avoir un objectif concret autre que celui de faire le tour des pokéstop. J’espère sincèrement qu’on pourra bientôt repartir à la chasse. Sans ça, même un aficionados de Pokémon tel que moi lâchera forcément le jeu.

  3. Beber dit :

    La corrélation entre la popularité Google Trend et le nombre de joueurs n’est pas toujours évidente. Exemple avec Dota 2 :

    La popularité a été multiplié par ~1.75 en 4 ans.
    https://www.google.com/trends/explore?date=2012-07-16%202016-08-16&q=dota%202

    Le nombre de joueur a été multiplié par 10 en 4 ans.
    http://steamcharts.com/app/570#All

    Il n’empêche que je suis d’accord avec tout ce qui a été dit.

  4. rgk dit :

    Ahaha la casquette te sied bien. Sacha aigri et blasé.

  5. divide dit :

    Je suis un peu perplexe devant l’hypothèse des serveurs surchargés par les géo-localisations précises.
    Je ne connais pas beaucoup le jeu, mais l’idée c’est qu’un Pokemon est à une position fixe pendant une période de temps définie ?
    Si c’est ça, qu’est-ce qui empêche une fois la position du Pokemon téléchargée par l’application (mais pas forcément affichée à l’écran) de faire toute la partie géo-localisation du joueur/distance à la cible de manière offline ?

  6. Lork dit :

    Je miserais plutôt sur l’intention de limiter les bots en renvoyant un minimum d’informations au client.

  7. drOops dit :

    J’imagine qu’il y a un paquet de gens (dont je fais parti) qui ont cherché “pokemon go” sur Google juste pour savoir de quoi il retourne. Difficile d’ignorer le phénomène même si on ne s’y intéresse pas.

    Je doute que Google Trend dans ce cas soit un outil pertinent.

  8. drloser dit :

    divide a dit :
    Je suis un peu perplexe devant l’hypothèse des serveurs surchargés par les géo-localisations précises.
    Je ne connais pas beaucoup le jeu, mais l’idée c’est qu’un Pokemon est à une position fixe pendant une période de temps définie ?
    Si c’est ça, qu’est-ce qui empêche une fois la position du Pokemon téléchargée par l’application (mais pas forcément affichée à l’écran) de faire toute la partie géo-localisation du joueur/distance à la cible de manière offline ?

    C’est pas con… Ben aucune idée alors ! :-)

  9. Acnor dit :

    Probablement pour éviter que des personnes en analysant les données de l’app est la position exacte.

  10. Elscorcho dit :

    L’autre problème c’est aussi l’absence de combat entre dresseurs. Les arènes sont assez inaccessibles pour un joueur occasionnel, du coup en tant que joueur occasionnel, j’ai à peine essayé un combat. Ca a pas l’air folichon, mais ça pourrait rajouter un petit intérêt d’avoir des combats entre joueurs.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté avec votre compte Wefrag pour publier un commentaire.