DivideConcept.net

le blog de divide.

SpectraLayers goes to San Francisco (et autres news)

SpectraLayers est en démonstration ce week-end et jusqu’à lundi sur le stand Sony à San Francisco lors de l’Audio Engineering Society 133rd Convention
AES
A cette occasion, j’en profite pour uploader 3 tutoriaux détaillés sur différents cas pratiques:

Voice extraction from a movie (6′42)
Ce tutorial s’appuie sur un extrait de Casablanca, il consiste à séparer la voix d’Humphrey Bogart du piano en arrière plan. Le processus a été appliqué chez Skywalker Sound sur la réédition bluray du film.

Cleaning up ambient sounds (3′03)
Ce tutorial montre un outil très similaire à Photoshop, le tampon de duplication, et comment il peut servir de la même manière à effacer des bruits dans un enregistrement tout en préservant la texture sonore.

Restoring an old recording (4′28)
Ce tutorial s’appuie sur le premier enregistrement de Thomas Edison (1877), en se concentrant sur l’extraction des fréquences de la voix.

Petit bonus exclusif wefrag (comme je ne suis pas sur que ce soit diffusable à grande échelle), une rapide décomposition de la retouche audio qui a été faite sur Men In Black 3. Il s’agit surtout d’avant/apres, pour information le processus utilisé est une combinaison des 1er et 3em tutoriaux listés ci-dessus. Le but était de réduire le bruit d’arrière plan en cassant le moins possible les tonalités originales de la voix.

YouTube Preview Image

Coté sorties ciné, SpectraLayers pourra être entendu début Novembre dans Sinister:

“I love using Spectral Layers to help create sounds that appear to spring naturally from another dimension. I can deconstruct and reconstruct familiar as well as unidentifiable sounds into shadows or translucent projections with its unique tools and structure. For “Sinister” by Scott Derrickson I was able to make some sounds subtly “wrong” by shifting spectral bands against each other to create dramatic tension. Spectral Layers can have a very unique summing effect that resulted in some very evocative vocal elements for highly disturbing scenes.”
Dane A. Davis, President, Danetracks Inc.

Mi-Novembre dans Twilight - Chapitre 5 (2em partie):

“For Breaking Dawn pt. 2, Spectral Layers has been essential as a precise instrument in sculpting some complex but organic fantasy sounds. It can generate unique aural impressions by reconstructing sounds through very hard edged bands into a mosaic. Being able to hear individual layers or combinations and easily export all the components as well as a composite is a great workflow. I’ve been having a lot of fun with the program.”
Dane A. Davis, President, Danetracks Inc.

Et mi-décembre dans The Hobbit:

“Spectral Layers gives you the ability to de-construct audio in amazing detail. You can then audition each layer and observe the results of the layer removal or addition on the finished result non-destructively. I am enjoying its precise abilities to zone in to difficult film location sound problems and excise them with minimal effect to the program material.”
Ray Beentjes
Dialogue Editor

En janvier 2013 le logiciel est en compétition aux TEC Awards qui ont lieu lors du NAMM show à Los Angeles, on verra bien…

Le projet suivant est déjà en route, j’espère pouvoir en parler début 2013 - En attendant, la wishlist pour la v2 de SpectraLayers est déjà bouclé :)

12 commentaires pour “SpectraLayers goes to San Francisco (et autres news)”

  1. ecaheti dit :

    Dis, on t’a déjà dit que t’étais vraiment un star ?
    A part ça ton prochain projet c’est une mise à niveau d’un de tes précédents travaux ou quelque chose de complètement nouveau ?

  2. Erysen dit :

    Par curiosité, as-tu ressenti des effets sur les ventes quand les versions pirates sont apparues ?

  3. UmbraGame dit :

    Impressive :]

  4. divide dit :

    ecaheti: Je pars sur un nouveau projet, mais plus modeste (3 mois de dev à priori).

    Erysen: Pas eu le temps de voir une différence, la version pirate est apparu 3 jours après la release officielle chez Sony…

  5. epsylon dit :

    C’est la grande classe toutes ces références !

  6. Mangeurdenfants dit :

    Dois-je passer pour Sony pour te demander en mariage et que tu me fasses des enfants ?

  7. divide dit :

    Pour l’anecdote, cet accord avec Sony aurait bien pu ne jamais avoir lieu, ça tiens presque de l’accident…

    La personne chargé des logiciels audios chez Sony a reçu un lien d’un de ses collègue vers mon précédent projet (un décodeur video GPU pour Sony Vegas), mais comme ça ne le concernait pas (projet vidéo) il a supprimé le mail directement.
    Sauf qu’il s’est trompé de bouton, au lieu de supprimer il a cliqué sur le lien qui le renvoyait sur mon site, juste au moment où je lançais la première vidéo de teasing pour SpectraLayers (ce qui l’a décidé à prendre contact). J’ai évidemment été ravis par cette prise de contact, mais il s’en est encore suivis 9 mois de grosse incertitude sur la teneur et la faisabilité de cet accord avec Sony, à la vitesse qui caractérise les boites de cette ampleur (ils me posent une ou deux questions, je répond et j’attend deux semaines sans qu’il ne se passe rien. Puis rebelote).
    Après 6 mois il y a eu accélération du processus (un feu vert avait du être donné quelque part), les coups de fil se sont enchaînés et j’ai été invité à venir les voir sur place. Puis encore 2 mois avant d’établir et de signer l’accord définitif. Et encore 3 mois pour sortir le logiciel “rebrandé”.

    Tout ça pour dire qu’en dehors des qualités intrinsèques du projet, je suis bien conscient qu’une partie tiens du hasard et qu’il s’agit à chaque fois d’un fragile équilibre qui doit être constamment travaillé, ça aide à garder la tête sur les épaules !

  8. bloodyhenry dit :

    Belle histoire en tous cas, et surtout beau boulot ! Ca fait plaisir de voir une innovation dûment récompensée !

  9. Darkstryder dit :

    @Divide : sur le sujet, j’adore toujours autant ce dicton d’entrepreneur : “La chance est ce qui arrive lorsque la préparation rencontre l’opportunité”.
    La chance (ou pour le moins, l’absence de malchance) est indispensable à toute réussite entrepreneuriale, on est d’accord. Mais la chance ne suffit pas pour autant :)

    (Et par exemple, faire des enfants avec un type dont le pseudo est Mangeurdenfants, moi j’appelle ça de la mauvaise préparation !)

  10. Sebseaz dit :

    Félicitations, c’est vraiment chouette de voir ton soft être utilisé sur de si gros films. Mais, petite question indiscrète, tu touches plus ou moins d’argent selon le volume de vente générale ou tu touches des royalties spéciales quand ton soft est utilisé sur un projet aussi gros que “The Hobbit “.
    C’est sûrement une question un peu naïve, je n’y connais absolument rien dans le business des soft. Je me demande juste en fait si le partenariat avec Sony ne te coupe une grosse part du revenu envisageable, vu comment le soft a l’air de séduire l’industrie.

  11. JohnShaft dit :

    Tiens, en lisant le billet je me disais que c’était typiquement le genre de logiciels pour les gars de Peter Jackson (quand on voit comment ils ont sués sur le SdA) et pim, ça a pas manqué : chapeau !

  12. divide dit :

    Sebseaz: Mes revenus dépendant uniquement des ventes; l’accord avec Sony est en effet à double tranchant: plus de volume de vente, mais beaucoup moins de contact/négociation directe avec les clients. Ca risque d’ailleurs de compliquer un peu le suivis des utilisations (les films et le FBI, j’étais au courant de ça que parce que j’avais un contact direct avec chaque client avant la distribution par Sony).

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte sur WeFrag, connectez-vous pour publier un commentaire.

Vous pouvez, entre autres, utiliser les tags XHTML suivant :
<a href="" title="">...</a>,<b>...</b>,<blockquote cite="">...</blockquote>,<code>...</code>,<i>...</i>