DivideConcept.net

le blog de divide.

Jeu vidéo, morale et implication émotionelle

cet article contient quelques spoilers

Ca fait quelque temps que cet article me trotte en tête, notamment par rapport à GTA IV et aux très récents Modern Warfare 2 et 2012 d’Emerich.

Sur ces points, GTA IV est un exemple particulièrement intéressant.
D’une part parce qu’à l’instar des épisodes précédents, il a soulevé quelques polémiques sur la moralité de son contenu.
D’autre part parce que c’est justement le premier de la série à laisser des choix moraux au joueur.

Relation entre l’implication morale et l’implication émotionelle

Il me semble nécessaire d’établir cette relation en préambule: il n’y a pas de charge morale si il n’y a pas de charge émotionelle. Il n’y a de notion de bien et de mal que si il y a un ressentis. Cette charge émotionelle découle directement de la mise en scène.

Ainsi dans GTAIV, il convient de distinguer la partie narrative de la partie bac à sable: si la première, guidée par la musique, les mouvements de caméra, les dialogues et les jeux d’acteurs, implique le joueur émotionellement, créant de l’empathie pour les différents protagonistes, la deuxième partie (hors missions) n’amène aucune interprétation: la ville et ses habitants sont anonymes, et il n’y aura aucune conséquence narrative à tuer des centaines de civils pour peu qu’on échappe à la police. De plus le jeu n’y incite pas, puisque tuer des civils entraine un risque pour le joueur. Sur ce plan, on peut donc difficilement qualifier GTAIV d’immoral, tout au plus d’amoral la charge émotionelle du joueur étant nulle.

Les problèmes moraux se posent donc uniquement lors des missions: si le jeu nous incite à tuer des innocents et que tout cela est mis en scène, la question pourrait se poser. Or GTAIV (et GTAIII aussi me semble t-il) évite cet écueil systématiquement: toutes les cibles sont impliqués à priori ou à postériori dans des affaires louches. A quelques exceptions près dans GTAIV: c’est là qu’interviennent les choix moraux, où le joueur doit agir selon sa conscience.
Et si on examine de près ces choix moraux, ils vont aussi dans le sens de la morale.
Ainsi il nous est offert de ne pas avoir à tuer quelqu’un qui s’est fait piéger par un salaud, sans que cela ai des conséquences négatives dans le déroulement du jeu (alors que la plupart des missions obligent l’élimination des cibles désignées), et il nous est à un moment proposé de choisir entre un ex-taulard qui a tout perdu, et avec lequel on s’est lié d’amitié, et une petite frappe sans scrupules. Si on choisit le premier -logiquement le plus sympathique-, la récompense offerte par lejeu est plus grande que pour le second choix. GTAIV est donc bien un jeu moral, quoi qu’en dise l’opinion publique et… nombre de joueurs qui pensent y trouver là un argument de provocation.

GTA IV : Ivan the not so terrible

GTA IV : Ivan the not so terrible

Modern Warfare 2 et 2012

Cette semaine nous a fournit deux exemples que tout oppose sur cette question, l’un issu du jeu vidéo, l’autre du cinéma.
Call Of Duty 4 Modern Warfare 2 d’Infinity Ward et 2012 de Roland Emerich sont de parfaites illustrations du lien entre implication morale et émotionelle.

Quand je parle de Modern Warfare 2, je pense bien entendu à cette fameuse scène de l’aéroport.
Elle aurait pu gagner en charge émotionelle en scénarisant un peu plus l’attentat, et en impliquant plus quelques civils dans cette trame narrative, mais l’intention est là: le joueur marche avec la même lenteur implacable que ses complices, la musique est pesante, la bande son remplie de cris de paniques, de crépitement d’armes, d’alarmes, les malheureux agents de sécurité n’ont aucune chance de protéger la foule et leur propre vie. C’est un carnage, et le joueur est incité à y participer. Très limite sur le plan moral, cette scène ne franchit pourtant pas le seuil: la voix off pendant le chargement de la mission nous explique bien qu’il va falloir s’allier à la pire des ordures et rentrer dans son jeu pour pouvoir sauver des milliers d’autres vies, que les enjeux en terme de vies humaines sont bien au dela de ce qu’on va être incité à comettre.
Infinity Ward a bien compris les implications de cette scène, et à aucun moment la mission n’est compromise si l’on refuse de tirer sur des civils. Il est même proposé de la sauter si on souhaite ne pas y assister. Et pour clore l’engagement moral cette mission se termine par la mort du joueur, le nettoyant de ce qu’il vient de faire…

2012, à l’opposé, inflige les morts de civils par millions (on peut même parler de milliards à cette échelle), et pourtant il est bien difficile de ressentir de la peine pour tous ces pauvres innocents. Les acteurs traversent cette tragédie comme s’ils étaient dans une attraction de fête foraine, évitant les jets d’eaux et autres pièges inconséquents. Tout autour d’eux, des milliers depersonnes meurent chaque seconde, leurs collègues, leurs amis, le monde tel qu’ils l’ont connu, mais non, tout ce qu’on retient se résume à “Wowowo-oooh noo, watch out ! aaahhhh  !”. Un tour de montagne russe. Ces gens sont complétement inconscients… Il est impossible de pouvoir s’impliquer sérieusement dans cette catastrophe.
La Suspension consentie de l’incrédulité ne peut guère s’appliquer dans ce cas, comme dans le mode bac à sable de GTAIV.
Alors quand Emerich tente d’établir une morale à tout ça, forcément ça ne peut tenir debout. Finalement le personnage le plus censé (celui qui prend le commandement du gouvernement américain) est celui qui est montré par Emerich comme le personnage détestable, alors que le bon sens lui donne raison. C’est d’ailleurs le seul à invoquer la même justification morale que Modern Warfare 2, sacrifier des millions de vie pour sauver l’humanité… Mais la mièvrerie du film préfère ne pas lui donner raison. 2012, amoral ? Certainement. Parfois on se demande même si il ne frise pas avec l’immoral devant les justifications invoquées…

YouTube Preview Image

38 commentaires pour “Jeu vidéo, morale et implication émotionelle”

  1. e-t172 dit :

    Dans le même genre, y’a Defcon où, pour gagner, il faut tuer le plus de population _civile_ chez les autres en balançant des missiles nucléaires sur les villes.

  2. wolfreim dit :

    Pour Modern warfare 2, la façon dont c’est présenté (pas encore joué au jeu, je précise et donc je me base uniquement sur les propos de Divide et les commentaires lus sur le forum sur ce passage) me rappelle plus le conditionnement que du divertissement: tuer des gens pour en protéger des milliers d’autres et arriver à le justifier par la même occasion. Et c’est en ce sens là que ça me fait quelque part flipper quand le jeu video entre dans ce terrain là. C’est le principe d’ailleurs de toutes les idéologies totalitaires: justifier des crimes absurdes en prétextant en même temps sauver la masse. Bon, si tu dis qu’on peut sauter cette mission c’est cool, mais c’est clair que moralement… même si c’est un jeu, du virtuel.. ça me pose quand même probléme. Mais en général, et c’est paradoxal,ça me pose moins de problème de tirer sur des bad guys dans des FPS en leur tirant dans les couilles, explosant les bras ou la tête au fusil à pompe quand ceux ci sont armés et très violents( genre Soldier fortune).

  3. JiHeM dit :

    J’ai trouvé la scène de l’aéroport de MW2 très gratuite. Je trouve qu’il y a une charge émotionnelle bien plus forte dans la séquence [spoiler !] où on croise le regard du soldat qu’on poignarde. On incarne un américain qui tue un autre américain de sang-froid (alors qu’il était possible de l’assommer) juste parce qu’il a la malchance de bosser pour le mauvais gars.

  4. George dit :

    En même temps 2012 c’est tellement de la merde que bon t’as aucun problême à voir tous ces gros sacs à merde de ricains creuver la bouche ouverte.

    Pour Mw2, le scène de l’airport j’ai eu juste l’impréssion de combattre l’armée de clones façon Starwars ep2.

    Gt4 , mise à part tabasser les clodo avec ma batte de baseball car ils font chier, écraser les vieux car ils ruinent le pays et servent à rien, ou buter les youpins pour le frics je vois pas ou est le soucis.

  5. GrOCam dit :

    moi cette scene m’a pas choqué pour la simple et bonne raison qu’ils y a beaucoup de facilités dans le level design, exemple y a 3 4 modeles differents de civils, pas d’enfants.. la scene aurait été beaucoup plus derangeante si il y avait un travail sur le realisme, autre exemple : plus loin dans l’aeroport il y a un fast food, ils sont ou les cadavres des employés du fast food? certes c’est un peu con comme exemples mais c’est ce qui a completement brisé l’immersion aussi malsaine la scene soit-elle.

  6. Lion2 dit :

    Au contraire la mort du joueur dans CoD4 rend la scène plus effroyble qu’autre chose.
    On est sensé être un agent infiltré et participer à l’attentat fait partie de notre mission afin de ne pas être découvert et ainsi continuer la mission et sauver ces millier de vie par la suite. Les meurtres de l’aéroport ne sont justifiés que par les vies qu’on est sensé sauver indirectement par la suite.

    Mais si le mec meurt à la fin, il ne peu pas continuer la mission et ne peu pas sauver les milliers de gens.
    Il aura juste tué des dizaines de personnes et participer au meurtre de dizaines d’autre pour rien. C’est pas de sa faute, il ne le savais pas, le joueur non plus ne le sait pas la première fois. Mais maintenant je sais que le meurtre de chaque civil dans cette mission n’a aucune valeur ajoutée. Et ça c’est pas moral.

  7. quaigy dit :

    Ah, fallait ressentir quelque chose dans cette scène ? Mis à part de l’ennui (lié à la démarche extrêmement lente et pénible du perso), ça ne m’a vraiment pas fait grand chose :|

  8. Ze_PilOt dit :

    Je n’ai tué que les mecs qui rampaient par terre ou qui agonisaient dans un coin.
    Fallait pas qu’il en reste un seul vivant quand meme !

  9. cha dit :

    c’est de la merde cette mission c’est pas du jeu vidéo, c’est du mauvais cinéma interactif

  10. Feric Jaggar dit :

    D’autant que GTA IV s’accompagne de pas mal de dialogues sur l’esclavage moderne provoqué par la mondialisation, l’absurdité des guerres civiles qui font se déchirer des villages entiers…Moi ce jeu je l’ai trouvé bien plus moral qu’un CoD 5 qui nous fait griller par centaines des japonais stupides qui ne savent que courir la baïonnette au clair et tente de nous faire pleurer lors de la mort (l’une des seules) d’un américain…

  11. divide dit :

    e-t172: sur Defcon je suis assez partagé: d’un coté la mise en scène (fond sonore, carte effrayante de minimalisme) nous fait sentir la gravité de la situation (en un sens c’est assez comparable à cette mission en avion de Modern Warfare 1, où l’on bombarde froidement des soldats qui n’ont aucune chance au sol), d’un autre coté tous ces morts restent très anonyme, tout au plus un nombre sur la carte. Je ne sais pas où situer l’implication émotionelle la dedans !

    wolfreim: “tuer des gens pour en protéger des milliers d’autres et arriver à le justifier par la même occasion”
    Alors ça c’est le présupposé du jeu, tu pars du principe que la voix off a raison… Mais évidemment ça soulève un autre débat moral qui dépasse ce jeu. Je me cantonne à l’univers du jeu pour cette analyse :)

    JiHeM: pas encore arrivé à cette séquence, mais d’après ce que tu dis ça rentrerait effectivement dans le cadre de cet article !

    GroCam: exact ils n’ont pas oser franchir le cap du massacre d’enfants…

    Lion2: si on l’interprete comme ça effectivement ça la fout encore plus mal !

    cha: Les Call of Duty de manière générale sont plus proches du cinéma interactif qu’un Crysis/Stalker, par exemple. Ce sont plus des séquences d’ambiance avec une implication ponctuelle du joueur, que des jeux où la stratégie et le skill priment.

    Feric Jaggar: assez d’accord avec toi, d’autant que le héro de GTAIV est un mec qui se repend, alors que celui de COD est un soldat qui suit aveuglement les ordres.

  12. n0va dit :

    La scène de l’aéroport ne m’a fait ni chaud, ni froid, déjà peut-être parce-que je passe mes soirées à tuer des gens par internet, mais aussi peut-être par le manque de crédibilité du truc, d’ailleurs, je gueule souvent dans les jeux où il faut suivre un bot car le bot ne marche jamais à notre vitesse (dernièrement stalker, les mecs courent moins vite que nous mais si on marche ils se barrent au loin)… Mais là, tout se dont j’avais envie c’était d’aller plus vite pour éradiquer tout ces clones de civils et faire avancer le jeu. Reste que la fin de la mission m’a sauté à la gorge.
    Je suis du même avis que JiHeM, ce stealth-kill m’a vraiment marqué, IW poussant le détail jusqu’au bout on peut voir les yeux du pauvre type devenirs rouges…

  13. drloser dit :

    Ca me dit rien du tout la séquence au il faut poignarder un américain (c’est quand on descend à la corde ?). J’ai tellement rien compris au scénario, je savais jamais qui j’étais et qui je tuais. A partir de là, la morale… Le seul truc que j’ai trouvé puant dans MW2, ce sont les inter-missions au début : on dirait une pub pour l’équipement de l’armée US, ou simplement une pub pour l’armée US.

    En tout cas c’est intéressant ce que tu écris divide. Ca explique pourquoi je tue tout le monde avec le sourire dans les FPS (aucune chargé émotionnelle, donc aucune morale), mais que je suis gentils dans un vrai RPG comme Baldur’s Gate (où mes actions sont liées au scénario et contiennent donc une charge émotionnelle).

  14. Mf Chef dit :

    oui Drloser c’est la corde,enfin moi perso je me sentais mal a fixer les yeux du mec se vidé de sa vie

  15. aHei dit :

    Tout ça me fait penser que c’est quand même pas facile de développer un jeu vidéo idéal, tellement de choses à tenir en compte entre les bugs et les implications émotionnelles, la crédibilité, le rythme…

  16. Dude dit :

    Dommage le spoil sur la mort dans la scène de MW2, ça fait très très mal même si on essaye de très vite fermer les yeux…

    Sinon tout à fait d’accord avec le contenu, c’est un sujet qui m’intéresse beaucoup.

  17. Sebultura dit :

    Je sais pas si on peut vraiment parler de morale dans les jeux, d’autant plus dans un jeu où on tire sur n’importe qui, on pique de la caisse à la volée, etc…

    Concernant la charge morale / émotionnelle: si personnellement je joue à un GTA, c’est bel et bien pour accomplir les pires actes imaginables et ce, en me marrant, puisque tout ceci est un défouloir, si tant est qu’on ait suffisamment de détachement entre ce qui est virtuel de ce qui est réel.

    Un bon GTA - pour moi - est un bac à sable dans lequel l’environnement réagit à nos actions, actions qui dans le monde réel auraient des conséquences terribles. Bref, c’est cathartique au plus haut point, car d’une part on peut faire le con et d’autre part, voir la réaction que procure ces actes me font marrer.

    Je n’ai pas encore eu l’occasion de toucher à MW2, mais je trouve que le “débat” sur le shoot des innocents dans l’aéroport est un peu “too much”: il s’agit d’un jeu, on ne tue pas de vraies personnes, on ne tue pas tout court et donc le problème est ailleurs.

    Je veux pas partir sur un débat à base de moralisme - pour le coup - puisque chacun vit les choses à sa manière, mais je dis simplement qu’il faut prendre ce genre de choses pour ce qu’elles sont: de la bonne grosse pub plus ou moins choquante pour le jeu et donc en soit, un passage purement US-esque pour marquer les esprits, mais au final, qu’est-ce que ça vaut ?

    Sinon, suis-je le seul à trouver que la tronche du gars sur le screen de MW2 ressemble à Nico de GTA 4 + moustache ? :)

  18. Poete_guerrier dit :

    drloser a dit :

    En tout cas c’est intéressant ce que tu écris divide. Ca explique pourquoi je tue tout le monde avec le sourire dans les FPS (aucune chargé émotionnelle, donc aucune morale), mais que je suis gentils dans un vrai RPG comme Baldur’s Gate (où mes actions sont liées au scénario et contiennent donc une charge émotionnelle).

    C’est marrant pareil pour moi, dans les fps généralement je suis la pire raclure sadique, dans les sof je prenais un malin plaisir a démembrer et éventrer les gars, alors que dans fallout ou fable j’ai un mal fou a faire ma pute (a ma premiere partie de fallout me suis retrouvé esclavagiste je sais pas trop comment, j’ai rechargé une sauvegarde pour éviter ca…), ce qui généralement fait que la première fois que je fini un rpg je suis clean comme une nonne, et que la seconde fois je me fais violence pour faire tout les mauvais choix et violer toutes les mémés.. Le pire c’est qu’a chaque décision je le fais limité à contre cœur. saloperie d’éducation et de morale…

  19. divide dit :

    Sebultura: C’est que dans ce cas tu oppose le jeu vidéo et le narratif (et par extension l’empathie). Pour moi ce n’est pas incompatible, y compris la notion de “Suspension consentie de l’incrédulité” appliquée généralement au cinéma.

  20. cha dit :

    Un truc qui serait marrant dans le prochain cod (qui est censé se dérouler pendant la guerre froide), ça serait des missions “aidez la rebellion capitaliste a monter un coup d’état et à éliminer Allende” ou alors “aidez a financer et a entrainer les contras” \o/

  21. Radiateur Dispersant dit :

    Je suis exactement dans le même cas que Poete_guerrier, sauf que j’étends le principe à quasiment tous les jeux.
    A partir du moment où on a un choix à faire, je suis incapable “naturellement” de faire le moindre mal, et si mal il y a, ça sera toujours moralement bon (genre péter la gueule à des bandits pour sauver un innocent, et généralement, c’est eux qui attaquent les premiers, alors que j’aurais très bien pu tuer tout le monde)

    Quel que soit le jeu, je ne suis jamais une “pire raclure sadique” je ne torture pas mes victimes. Si je dois m’en débarrasser, je tue de manière rapide et efficace, et je ne cherche JAMAIS à faire “durer le plaisir”.
    Dans les RPG, c’est encore plus marqué, car on est généralement beaucoup plus libre de nos choix et actions. Mon expérience se base surtout sur Star Wars Kotor. Je suis toujours du côté clair. Il a fallu que je me force pour faire une partie où chaque choix me tournait du côté obscur, et comme l’a dit Poete_Guerrier, les choix se font souvent à contrecœur. (mais se font quand même, par curiosité, pour découvrir ce qu’offre le jeu)
    Au final, j’avais bien fini le scénario, j’étais un grand sith bien maléfique avec des pouvoirs surpuissants, et tout et tout, mais je n’ai pas été “satisfait” de ma partie.

    Je dois avouer que je sais pas trop quoi penser de tout ça… c’est sans doute révélateur de beaucoup de choses, mais quoi exactement?

  22. Boozdeuvash dit :

    Defcon ne rentre pas vraiment dans la même catégorie : là où modern warfare II et 2012 sont des oeuvres d’anticipation qui montrent ce qui pourrait potentiellement arriver, defcon permet de participer à un scénario qui aurait pu historiquement arriver (si on enlève l’afrique et l’amérique du sud bien évidemment), où le joueur est placé dans un fauteuil dont la signification, celle de participer de manière quasi-instinctive à l’extermination de l’humanité, a été débatue en long et en large pendant des décennies. Il n’y a aucun compromis sur qui a raison, qui a tord, donc forcément niveau charge émotionelle ya keud : si le joueur est placé devant un bouton rouge avec un gros panneau “appuyez là, c’est le cours normal de l’Histoire”, ça limite la marge de maneuvre morale. Ca rentre dans les conclusions de l’expérience de Milgram en quelque sorte.

    Dans modern warfare II, on parle de themes ultra-pomélique à notre époque donc forcément ça implique le joueur émotionellement. A ce propos, je trouve certains détails à priori anodins (comme le gars qui se faire bruler les couilles à l’electricité dans les favelas) plus “choquants” qu’un improbable massacre dans un aéroport où les civils ont l’excellente idée de courrir dans la ligne de mire de notre chouette M240.

  23. Oxymore dit :

    Mf Chef a dit :
    oui Drloser c’est la corde,enfin moi perso je me sentais mal a fixer les yeux du mec se vidé de sa vie

    Je voulais tellement en finir vite que je me suis même pas rendu compte de la “violence” de cette scene, étrange.

  24. PositiveFunk dit :

    Parfois il m’arrive de prendre un taxi pour l’aéroport de San Francisco, et le fait de rentrer dans un taxi pakistanais ou indien, ca me donne une envie de prendre mon AK et niquer pleins des gens, spécialement lorsqu’il pleut. Pis je me rends compte que je suis pas dans GTA et ça me fout les boules.

  25. Caroline dit :

    quand j’étais plus jeune et que je jouais à gta vice city le délire du moment avec un pote c’était de faucher un scooter, de mettre de la musique cubaine et de zigzaguer en allumant tout à l’uzi …

    puis je rentrais chez moi en scooter …. en zigzaguant les 100 premiers mètres. C’est LA que je me suis rendu compte que oui, les jeux vidéo peuvent avoir une TRES MAUVAISE influence.

    (sur les personnes faibles, mentalement déficientes ET immatures).

  26. Prezspurer dit :

    Personne n’a été choqué par la scène dans Cod4 de dézinguage de nuit en hélico ? J’avais eu l’impression que les devs avaient pompé les scènes réelles d’américains se marrant à flinguer les irakiens à la gatling.

  27. Dude dit :

    Prezspurer a dit :
    Personne n’a été choqué par la scène dans Cod4 de dézinguage de nuit en hélico ? J’avais eu l’impression que les devs avaient pompé les scènes réelles d’américains se marrant à flinguer les irakiens à la gatling.

    Choqué non mais c’est vrai que la scène était excellente. It’s like I’m really shooting terrorists !

  28. Lion2 dit :

    La mission de l’AC130 dans cod4, c’est quand même très différent puisqu’on tire sur des méchants armé qui ont signés (ou pas) et qui mettent en dangers la vie de nos potes au sol. Ce n’est pas gratuit de les tuer, c’est la guerre.
    Rien à voir avec des terroristes vs civils.

  29. Bozo dit :

    Le jeu qui m’a le plus choqué, c’est Supreme Commander, [spoiler]la fin de la campagne UEF : à la fin, on demande au joueur d’appuyer lui-même sur le bouton du Soleil Noir, pour détruire toutes les planètes majeures des autres faction, ce qui génocide des centaines de milliards de civils innocents.

    Ca doit être la seule fois qu’une raison morale m’a empêché de finir un jeu…

    Sinon, pareil que Radiateur Dispersant pour Kotor et les jeux du genre.

  30. UnF dit :

    Très intéressant ton point de vue Divide. Je trouve comme d’autres que GTA IV est assez moral et mature au niveau narratif et émotionnel (je n’ai pas joué aux précédents, mais j’ai souvent lu que le côté déjanté et fun présent dans le 3 était moins marqué). En tout cas c’est un must, il y a un excellent équilibre entre le libre-arbitre, les passages obligés qui font réfléchir, l’humour, le fun, et le premier degré.

    [SPOILER]

    Par exemple, la scène au début du jeu où Niko bute le Russe (Vlad je crois) est vraiment glauque, même si on la regarde comme un film sans participer. Le gros con paumé qui se prenait pour un caïd se retrouve comme un nul, tout seul, et malgré la présence de Roman, Niko lui loge une balle dans la tête à bout portant. Ca secoue, tout est parfait, entre le sang qui gicle de la plaie, la froideur de Niko et l’horreur de Roman, on en vient presque à se demander s’il fallait vraiment en arriver là. La victime fait pitié. On remet en question notre personnage. Alors qu’il y a aussi des occasions pour bien faire et prendre des choix moralement bons par la suite.

    Sinon je pense à un jeu qui aurait pu être 100 fois mieux à ce niveau-là : Far Cry 2. C’est un gros gâchis, parce que le jeu nous propose de faire des choix qui au final n’en sont pas. C’est très “consolisé” et on prend les missions auprès des deux factions rivales, on bute des amis, etc. sans ressentir aucune émotion. Le héros ne s’exprime pas, il fait ce qu’on lui dit. Même la fin n’est pas réellement du ressort du joueur, c’est très artificiel, trop “intellectuel” (il faut vraiment faire l’effort de comprendre ce que les développeurs ont voulu dire et à quoi ils font référence) et pas du tout émotionnel ni fort. Pourtant il y avait tout pour bien faire :

    - le scénario inspiré par “Heart of Darkness”
    - les références à Nietzsche (cité par le Chacal) et le cynisme des protagonistes
    - la crédibilité d’un pays d’Afrique ravagé par la guerre civile et des factions qui sèment le chaos pour s’enrichir
    - la présence d’un journaliste indépendant spécialiste des conflits de ce type
    - les partenaires présents pour la même raison que nous (mercenariat) et un métier immoral

    Tous ces ingrédients auraient pu donner lieu à des réflexions très intéressantes basée sur la morale, la philosophie, le background et le vécu des personnages. Il aurait fallu développer un petit aspect RPG de la même manière que Deus Ex : un héros qui parle, des discussions avec des choix parmi plusieurs réponses possibles, choix moraux, conséquences, etc. Ca aurait été génial.

    [SPOILER]

    Car tout est artificiel et trop “jeu vidéo” (bon, forcément…) :

    - les partenaires sont très amicaux, puis nous trahissent ensemble : bonne idée, mais trop brusque, ça ne tient pas debout
    - ils sont interchangeables et n’ont aucune personnalité propre, que l’on pourrait creuser en discutant avec eux (il pourrait y avoir le faux bourru au grand coeur, le salopard fourbe, etc.)
    - les factions sont caricaturales, et il n’y a aucun système crédible lors des missions (on se fait tirer dessus par tout le monde, super crédible)
    - le Chacal a un point de vue super intéressant sur la nature humaine, mais le joueur n’a aucun choix à part lui obéir. Il a trop d’importance, c’est une sorte de dieu qui manipule tout, même nous.

    Bref c’est dommage, extrêmement dommage, parce qu’il y avait une intention très bonne au départ (contrairement à Crysis et son scénario nul - même si j’adore ce jeu).

    Enfin, idem que Dr.Loser et les autres dans les RPG, je m’implique au minimum dans les factions, j’essaie d’être indépendant et libre le plus longtemps possible (début de Risen notamment) et j’évite de faire le salaud. Alors que dans les FPS, je ne me prive pas (aaah Postal 2 ;-))

  31. maxj90 dit :

    perso,je trouve la mission de l’aeroport, ou meme modern warfare 2 dans son ensemble(sur le point de vue truc pro us et limite propagande) pas plus choquante que sa en fin de compte (je m’explique….)et désolé si il y a des fautes en grand nombre, je suis dyslexique…
    …spoiler…
    deja pour le point de vue propagande: modern warfare 1 et 2 son pour moi plus pro royaume uni que pro us:
    dans le 1: les usa sont des gros vas-en-guerre qui tombe dans le piege et se font écrassés(…a fin de la campagne us…,ils sont battu en traite mais battu qu’en meme…) et se sont les SAS anglais qui sauve le monde avec un commando de 6 mecs déguisés en fougères…
    dans le 2 c’est encore pire: c’est un general us qui, aigrit d’avoir perdu 30 000 hommes dans le feu d’artifice du 1er, déclenche la 3eme guerre mondial en s’alliant plus ou moins au méchant russe(oui sa ressemble pas mal au trés bourins “the rock” de micheal bay avec nicolas cage et sean connerie, pour ceux qui ne connaissent pas se bijou de subtilité,c’est en gros die hard dans alcatraz,pour info modern warfare 2 copie 3 scène de the rock: la scéne sous marine, les douche dans la prison, et les fumigènes vert pour évité un bombardement allié)
    donc en gros a la fin du jeu, on apprend que celui qui justifié le massacre de l’aeroport(général us shepard) et en fait le méchant de l’histoire, que l’on fini par tué(price et soap le tue, il sont anglais).
    donc une fois le jeu fini, ce masacre n’est plus du tout justifié, dans cette mission on incarne un méchant malgrés lui(il est manipulé et obéi aux ordres de shepard qui est a ce stade de l’histoire un “gentil” qui debite juste un discour pro us plus que gerbant), jeu ne promeut pas le meutre d’innocent pour sauvé d’autre innocent, par contre sur la fin il promeut le meutre de soldat ,un semblant de peine de mort pour le méchant au nom de la vérité et meme la c’est price qui le dit et il est qu’en meme sérieusement attaqué avec son opération suicide…

    et pour ceux qui sont choqués par la scène de la corde et du type que l’on égorge, vous oublier pas que 2h avant on a eu la meme scène sous l’eau quand on attaque la plate forme pétrolière(c’est un russe d’accord mais quand meme…)
    et pour moi je trouverai la scéne de l’ac 130 du 1er toujour 10x plus choquante car, dans la scénes de l’aeroport tout est fait pour dramatisé la chose (pas trés difficile…)et la chose n’est pas justifié c’est des méchant qui font des truc de méchant(a la limite on peut voir sa comme une critique des militaires jusqu’au-boutiste qui suivre les ordres jusqu’au bout), alors que pour l’ac130 c’est trés léger et c’est surtout une scéne ou on incarne et gentil qui sauve le monde et que c’est totalement justifié, et je parle pas du fait que cette scéne est quasiment photo-réaliste ce qui rend le truc encore plus atroce .
    En gros pour résumé pour moi il faut prendre modern warfare comme on prend 24 heure chrono: c’est trés limite sur le plan ideologique mais c’est un divertissement popcorn super bien mit en scéne et qui nous en donne pour notre argent…

    Aprés pour moi les dilemmes moraux dans les jeux video sont les bienvenu, comme dans le dernier spliter cell ou on peut choisir de tué un prisonnier pour que les terroristes nous apprécie plus, ou meme biochock qui pour moi le fait le mieux, meme si pour moi c’est une honte que la scéne ou on tué les little sister soit censure(pour moi si on te laisse choisir de faire une action totalement atroce(ici éviscéré une fillette de 9ans)et que si tu la fait, on doit de montré l’horreur de la chose, en la censurant on la rend moins choquante en donc moins horrible et donc plus acceptable a regardé, alors qu’on parle je le redit d’une fillette qu’on éviscère), donc voila des problémes moraux puisque qu’on a le choix, dans call of duty on a pas le choix, c’est juste un film, on est plus spéctateur qu’acteur.
    et pour ceux qui dissent que le fait que le mec se fait uté par makarof a la fin de la scène de l’aeroport rend la chose plus atroce, donc selon vous si il survivait sa aurai etais moins pire donc vous justifié se massacre…pour moi si il survi ou pas sa change rien a l’horreur du truc

    Et pour le cas 2012: c’est juste un gros film bourrins prétexte a des scènes plus abusé les une que les autres, et oui c’est plus que navrant que alors de l’on vois des centaine de milliers de gens mourir, on a tendence a réagir comme dans un manége, ou a etre mort de rire(perso ce film ma bien fait marré par son riducule et son coté abusé) aprés la encore c’est du film popcorn il faut pas prendre sa au sérieux,(perso devant 2012 je rigole quand des centaine de personne meurt alors que la scène ou un pére bat son fils dans “le ruban blanc” me glasse le sang)oui c’est deux monde différent mais aprés tout c’est vous qui parlé et analysé sérieusement des truc qui le sont pas du tout( c’est juste fait pour divertir et faire digéré le popcorn, et surtout faire gagné des camions de fric a leur créateur)

  32. Sh4d dit :

    Vous avez lu les petits messages quand on est mort ? Ou on retrouve du Rumsfeld et du Cheney au milieu de Gandhi et Einstein ?

    Quelques exemples dont je me souviens (oublié les auteurs)

    “Si tu veux faire un geste symbolique, ne brule pas un drapeau, lave le”
    “Le patriotisme c’est défendre son pays, tout le temps, et son gouvernement quand il le mérite”
    “Le nationalisme est une maladie qu’on attrape à la naissance”

  33. Aliocha dit :

    La morale dans les jeux vidéo, bof bof… Quand j’ai le choix, j’essaie toujours les deux possibilités pour voir ce que ça change au gameplay, mais ma morale personnelle n’intervient jamais. D’ailleurs, si elle le faisait, je n’aurais pas joué au quart des FPS que j’ai essayés, tout simplement parce que je méprise ces connards de GI ricains.

  34. divide dit :

    Prezspurer: Ce qu’il y a de choquant surtout dans cette scène, même si on tue des ennemis, c’est que ceux-ci n’ont aucune chance de s’en tirer. On se retrouve du coup dans une situation où on répond à une attaque qui n’est pas directe, qui laisse doute émotionellement alors qu’elle continue à se justifier moralement (on a quand même des alliés qui se font tirer dessus au sol).

    Aliocha: Je parle de la morale intrinsèque, hein. C’est à dire accepter le présupposé qu’on joue les gentils, et que le camps d’en face nous veux du mal. Dans ce système là, la grosse majorité des jeux respectent un code moral. Après on peut avoir une interprétation différente si on resitue le jeu dans le contexte réel, et selon ses convictions, mais dans un marché occidental il est logique que les occidentaux soient représentés comme les gentils. Et particulièrement les américains, puisque ce sont eux qui produisent la majorité des jeux vidéos.

  35. Aliocha dit :

    Malgré tout, je n’avais pas l’impression de jouer un gentil quand je devais flinguer des mamas en boubous qui me jetaient des cailloux parce que j’envahissais leur village dans Black Hawk Dawn, mais je trouvais ça fun quand même !

  36. Nem dit :

    Je vais parler de MW2.

    La scène du coup de poignard à la corde m’a fait sourir, ça m’a rappelé True Lies à base de brisage de nuque au bout d’une corde avec de la vaseline entre les doigts.

    Celle de l’aéroport, rien de bouleversant.

    Mais la scène avec Price qui se fait martyriser au sol, inconscient, juste avant le lancé de couteau j’ai trouvé ça différent.

  37. DindonPoilu dit :

    Bon article mec !

  38. Mawwic dit :

    “Une mort, c’est une tragédie. Un million de morts, c’est une statistique.”
    - Joseph Vissarionovitch Djougachvili (dit Staline); expert ès-morale et implication émotionnelle devant l’éternel :)

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte sur WeFrag, connectez-vous pour publier un commentaire.

Vous pouvez, entre autres, utiliser les tags XHTML suivant :
<a href="" title="">...</a>,<b>...</b>,<blockquote cite="">...</blockquote>,<code>...</code>,<i>...</i>