DarkyBlog

L’antre du Loup, façon Nofrag le blog de DarkWolf.

Archive pour octobre 2016

[PC]Blue Estate

Dimanche 23 octobre 2016

Pic

INTRIGUE : “Blue Estate”, c’est l’histoire d’un fils à papa de la pègre qui va se mettre dans une sacré merde, et va causer des ravages tout le long de sa pseudo rédemption. C’est aussi l’histoire d’un ex-forces spéciales, embauché pour réparer les bourdes du fiston. Et au milieu de tout ça, un cheval : Blue Estate…

GAMEPLAY : “Blue Estate”, c’est du rail shooter, dans la pure tradition du genre. Si vous avez connu “Time Crisis”, “House of the dead” ou encore “Virtua Cop”, vous savez de quoi on parle.
Jouable à la manette, mais aussi au combo clavier/souris, voire avec des pistolets factices spécifiques, votre but sera de tirer sur tout ce qui bouge à l’écran, les ennemis bien évidemment, mais pas seulement, certaines parties du décor permettant des interactions, ou encore des easter eggs disséminés un peu partout, et gonflant votre score une fois explosés.
Viser et tirer ne sera pas votre seule activité, vous aurez aussi à activer certaines touches pour récupérer des munitions (pour votre arme secondaire, la principale ne se souciant guère de ce genre de désagrément avec des munitions illimitées), de la vie, ou encore ouvrir certains passages.

RÉALISATION : Exploitant l’Unreal Engine, le titre n’est pas vraiment une reine de beauté. Adapté d’un comics, il emprunte de temps en temps l’aspect (au niveau des arrières plans par exemple, ou du grotesque des personnages). Cela joue sans doute en sa faveur, le jeu étant extrêmement fluide (une quasi obligation pour ce genre). Reste à savoir pourquoi certains filtres n’ont pas été utilisés, comme le Cell Shading, fonctionnant très bien pour les adaptations de BD ou comics en jeux vidéo.
Autre bémol, si les voix en version originales sont excellentes, c’est dommage de ne pas avoir eu d’adaptation en français. Car tirer tout en essayant de lire les sous-titres afin de comprendre les références subtiles, c’est vraiment pas évident.

DURÉE DE VIE : Plutôt courte, car les 7 chapitres de l’aventure se bouclent en plus ou moins trois heures. C’est court, mais le jeu étant disponible actuellement dans un Humble Bundle, son rapport qualité/prix devient raisonnable. ne pas oublier plusieurs modes de jeu, et sa rejouabilité, car l’envie de se faire un jeu du genre de temps en temps, pour se détendre, est fréquente, et le genre n’est pas vraiment majeur en ce moment.

INTÉRÊT : “Blue Estate”, c’est typiquement le bon défouloir lors d’un week-end pluvieux.
Techniquement pas trop moisi, et doté d’un certain humour, hélas souvent gâché à cause d’un jonglage visuel entre les ennemis à gérer à l’écran et ses foutus sous-titres, le titre offre le minimum syndical du genre.
On se marre donc quelques heures, on peste parfois à cause de ses nombreuses cinématiques venant couper le rythme (sauf que quand on joue avec un flingue, ça permet de reposer les bras), mais au final on passe un bon moment. Et vu que le genre est trop peu représenté sur PC ces derniers temps, autant ne pas renier notre plaisir, même si l’ensemble aurait pu se montrer bien plus consistant et efficace.

12/20

JeuxVideo.com

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

[PC]DuckTales Remastered

Vendredi 7 octobre 2016

Pic

INTRIGUE : “DuckTales Remastered” est comme son nom l’indique un remake d’un jeu sorti sur NES en 1989. Il s’agit d’un totale refonte graphique, vous permettant d’incarner Picsou (Uncle Scrooge en VO) sur plusieurs niveaux, tous renfermant un précieux trésor gardé par un boss.
Picsou sera aidé par toute sa bande, à savoir ses neveux Riri, Fifi, Loulou, Flagada Jones, Geo Trouvetou, Gérard Mentor, mais il devra aussi affronter ses pires ennemis, comme les frères Rapetou, Miss Tick ou l’infâme Gripsou.

GAMEPLAY : Dans ce jeu de plateformes, on fait dans l’ultra-basique. Comme le jeu original se jouait avec une manette deux boutons, il en est de même ici : un pour sauter, et un autre pour frapper des objets. Le deux combinés vous permettent de faire un pogo, une sorte de saut à la canne permettant de toucher les ennemis, ou de rebondir sur des surfaces sensibles. Assez linéaire dans son approche, on constate tout de même la présence des endroits à parcourir dans des wagons de mine ou encore des zones cachées, à ne pas négliger. En effet, certaines vous permettrons d’améliorer votre barre de santé, ce qui ne sera pas superflu face à certains boss.

RÉALISATION : Bien évidemment le rendu est agréable, et surpasse l’original, mais il reste tout de même en retrait par rapport à d’autres jeux du même style. Car si la charte graphique est respectée, l’ensemble reste un peu trop simpliste voire vide, surtout quand on compare à des fleurons comme “Ori”, “Dust…” ou le dernier “Rayman”, et cela tout en sachant pertinemment que le jeu ne cède pas à une surenchère en 3D parfois inutile.
Un bémol pour la bande son, on a pas droit aux voix françaises (ce qui peut s’expliquer), mais c’est dommage pour les plus nostalgiques de ne pas retrouver la voix déjantée de Flagada Jones, et de se taper des sous-titres.

DURÉE DE VIE : Très courte bien évidemment (environ 3 heures), le jeu propose divers environnements variés, qui une fois complétés, vous donnerons accès un dernier chapitre. Rejouabilité faible, à moins d’être à fond dans le trip.

INTÉRÊT : “DuckTales Remastered”, c’est typique du remake fait correctement, mais sans plus. On s’amuse certes, mais on ne retiendra pas grand chose. Celles ou ceux ayant connu la première version seront sans doute ravis de se remettre dans le jus, mais pour les autres, la concurrence fait bien mieux, ne serait-ce que d’un point de vue visuel.
De là à voir débouler un autre remake encore plus à jour…

11/20

JeuxVideo.com

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic