DarkyBlog

L’antre du Loup, façon Nofrag le blog de DarkWolf.

Archive pour décembre 2014

[PC]Battlefield 4 (solo)

Lundi 8 décembre 2014

Pic

INTRIGUE : Des sérieuses tensions en Chine obligent les Etats-Unis à intervenir. l’équipe Tombstone, dont vous, Recker, faites partie, va sur le terrain afin de libérer des VIPs. Mais les événements prennent une autre tournure, et la menace d’un conflit mondial se fait imminente…

GAMEPLAY : Par rapport à “Battlefield 3″, et sur sa campagne solo uniquement, les innovations sont minimes. On a certes une nouvelle fonctionnalité, celle de pouvoir se pencher lorsqu’on est à couvert afin de jeter un coup d’œil ou mitrailler l’ennemi. On peut aussi avoir recours à des lunettes tactiques, ce qui permet de déceler les ennemis et positions stratégiques sur les cartes. Du coup, on peut ordonner à nos coéquipiers de mitrailler un flot d’ennemis, de faire un tir de suppression pendant qu’on prend l’ennemi à revers. La gestion de l’armement a aussi été revue, avec des caisses d’armes où le contenu ne sera débloqué qu’en contrepartie d’avoir trouvé les différentes armes sur l’aire de combat, voire de faire un certain score durant le niveau (vous gratifiant de bronze, d’argent voire d’or en fonction de vos multiples frags).

RÉALISATION : Comme son prédécesseur, “Battlefield 4″ est une claque visuelle, et on passe le plus clair de notre temps à scruter l’horizon, avec ses magnifiques paysages asiatiques et russes. La bande son est une nouvelle fois signée Johan Skugge & Jukka Rintamaki, toujours aussi electro/new wave, et se démarquant des récurrentes percussions entendues dans le genre.

DURÉE DE VIE : Bien trop courte, le solo souffre d’une durée de vie n’excédant pas les 6 heures de jeu, tout en ayant pris le soin de fouiller les 7 niveaux pour trouver les dogtags et armes cachées dans le décor. Bien évidemment, c’est avant tout pour le multi que le titre et taillé, ce qui augmente alors considérablement la durée de vie.

INTÉRÊT : Avis mitigé concernant ce “Battlefield 4″, sur sa partie solo. Dice semble avoir corrigé certains défauts de son prédécesseur, mais en rajoute de nouveaux. Ainsi, la campagne est plus fluide, il ne s’agit plus de sauter entre différents soldats comme on a l’habitude de le faire dans un COD. On se rapproche même de l’expérience “Bad Company”, avec certains personnages attachants, à l’image de Irish. La contrepartie, c’est qu’avec un seul personnage jouable, les possibilités en terme de gameplay ne sont pas toutes abordées. Ainsi, il ne vous sera pas possible de prendre les commandes d’un véhicule aérien, les véhicules disponibles dans le solo se limitant aux tanks, camions, vtb.
La bonne nouvelle, c’est que les cartes sont un peu plus ouvertes, et on peut enfin visiter l’envers du décor, sans avoir un fatal message comme quoi on a déserté.
La possibilité de marquer ses ennemis pour que vos coéquipiers concentrent leurs tirs sur eux est un bon point, qui avait fait ses preuves dans les “Brothers in arms”, mais on regrette que l’aspect furtif, souvent suggéré par le titre, ne soit pas plus prononcé. A vrai dire, hormis votre couteau, vous ne disposez d’aucune arme silencieuse, ce qui bien évidemment incite à des affrontements musclés. C’est un peu dommage, car cela aurait permis au titre de varier un peu son gameplay, ici trop répétitif, et sans tension palpable.
Car un autre reproche, et celui là de taille, et l’extrême facilité du titre : en mode difficile, on aligne les headshots tant les ennemis restent à découvert, et le décor étant destructible, on peut se permettre toutes les fantaisies.
En l’état, la campagne solo de Battlefield est décevante, même si elle est plus cohérente que celle du 3. On a une vraie impression de passer à côté de quelque chose qui aurait pu être monumental, si elle était plus longue et plus variée au niveau des possibilités offertes, car on est ici face à ce qu’offre un FPS classique. On était en droit de s’attendre à des combats aériens, des phases d’infiltration bien corsées, bref, de la variété et du challenge.

11/20

JeuxVideo.com

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic

Pic