DarkyBlog

L’antre du Loup, façon Nofrag le blog de DarkWolf.

Archive pour décembre 2013

Rétrospective Gaming 2013

Mardi 31 décembre 2013

Après un 2012 morose dû à une config PC obsolète, l’année 2013 m’a permis avec ma nouvelle config de reprendre le jeu PC sérieusement. Voici une petite rétrospective de tous les titres finis en 2013 :

G2013 G2013

G2013 G2013

G2013 G2013

G2013 G2013

G2013 G2013

G2013 G2013

G2013 G2013

G2013 G2013

G2013 G2013

G2013 G2013

G2013 G2013

G2013

Un ptit clic sur l’image pour avoir la critique complète, dont certaines figurent déjà sur le blog.

23 titres recensés, auxquels il faut ajouter quelques mods (”Underhell”, “Cry Of Fear”, “Minerva”).
Certains absents, les critiques n’ayant pas encore été rédigées (”Alan Wake”, “Hitman Absolution”, Mortal Kombat”, “Need for Speed Hot Poursuit”, “Dust an Elysian Tale”).

Au final, peu de gros coups de cœur cette année, les titres qui m’auront ‘vraiment’ marqués sont “Call Of Duty Black Ops”, “Tomb Raider”, “Rage”, “Deus Ex : Human Revolution”, “Saints Row 2″ et “Resident Evil Revelations”.

Et pour agrémenter le tout, les captures d’écran de tous ces titres, ainsi que d’autres en cours (environ 460 images):

Album Gaming

[PC]Medal of Honor : Warfighter

Lundi 30 décembre 2013

Pic

INTRIGUE : Un menace plane sur le monde, les talibans ayant mis la main sur une matière explosive d’une puissance phénoménale. Le Tier 1 se charge de localiser les différentes têtes pensantes, afin de mettre un terme à des attentats pouvant toucher le monde entier. A noter que on nombre des missions du jeu sont inspirées de faits réels, qui vous ferons voyager un peu partout dans le monde, des Philippines avec ses pluies torrentielles à la Somalie, en passant par Dubaï et l’Europe de l’Est…Le jeu se veut comme un hommage aux membres du Tier 1, avec une approche les montrant comment ils tentent de concilier leurs activités et leur vie de famille.

GAMEPLAY : Comme les “Call of Duty”, les “Medal of Honor” s’écartent du contexte de la seconde guerre mondiale pour une ambiance plus contemporaine, ici moins romancée par rapport au titre d’Activision. On retrouve du coup un gameplay 100% FPS, avec vraiment très peu de nouveautés ou innovations. Votre but consistera à parcourir des cartes très linéaires avec vos partenaires, tuer tout opposant, avec quelques scènes de rail shooting, un grand classique, mais quand même un belle nouveauté, les phases de conduite. On vous propose vraiment de conduire, juste ça, pas de tir par la fenêtre comme les aime Hollywood, mais des courses poursuites, des fuites, voire même et là c’est le plus original, de l’infiltration en véhicule, où vous devrez vous cacher et passer à travers des patrouilles. Des phases qui rappellent celles qu’on pourrait retrouver dans certaines adaptations de James Bond, qui proposaient aussi un mélange entre FPS et conduite.

RÉALISATION : Un petit coup de jeune avec l’utilisation du Frostbite 2, mis en valeur dans “Battlefield3″. C’est certes moins beau que le titre précédemment cité, mais le résultat est quand même sympathique, et les effets de lumière font plaisir à voir. Par contre, si les textures des uniformes sont d’excellente qualité, proche du photoréalisme, les visages sont vraiment loupés (le pire reste à venir avec les cinématiques et la tronche des femmes et enfants des membres du Tier 1). Pour les décors, c’est pareil, un résultat mi-figue mi-raisin avec de beaux extérieurs regorgeant de détails, mais une fois à l’intérieur d’un bâtiment, c’est vide de chez vide. Les armes claquent bien, mais par contre vous ne vous souviendrez pas du score, trop commun pour nous marquer, contrairement à celui de “Call of Duty” par exemple, qui vous marque dès ses premières notes (ce putain de thème principal qui vous met le poil dès l’apparition du menu).

DURÉE DE VIE : 7 heures au grand max pour finir le solo, avec une difficulté à la ramasse, la faute à une IA qui ne vous propose pas vraiment de challenge. Un multi permet de croitre la durée de vie, et vous permet d’enfiler l’uniforme des meilleurs forces spéciales du monde, dont les SAS.

INTÉRÊT : “Medal of Honor : Warfighter” ne brille pas pour son solo, pas vraiment consistant et doté d’une intrigue trop brouillon, où on n’est jamais happé, captivé par ce qui se passe sous nos yeux. Il n’y aurait pas de scénario qu’on ne verrait pas la différence. Un FPS ultra classique, qui se démarque que par ses quelques phases de conduite. Le multi est anecdotique, et se fait vite dépasser par les autres canons du genre. La licence continue de s’enliser, et on peut être sceptique quant à un nouveau titre basé sur cette licence. Il serait peu être question non pas de revenir aux sources, mais peut-être tenter une approche moins courante, comme l’anticipation ou l’uchronie.

07/20

JeuxVideo.com

Pic

Pic

Pic

Pic

[PC]RED FACTION ARMAGEDDON

Samedi 7 décembre 2013

Pic

INTRIGUE : Sur Mars, les différentes guerre pour l’indépendance du peuple martien face à l’EDF ont fini par cesser. Mais un membre du clan Masson, connu pour leur rôle dans la résistance, se retrouve face à une nouvelle menace, cette fois-ci plus humaine, mais extraterrestre, et de taille.

GAMEPLAY : Les “Red Faction” ont commencé comme FPS, puis TPS, GTA like. Le tout dernier est un TPS classique, à progression ultra linéaire. Comme dans les précédents volets, il est possible de tout détruire (enfin presque), mais aussi reconstruire, grâce à un module greffé à votre bras. Cette possibilité vous permettra de rejoindre certaines zones inaccessibles après bombardement. Vous pourrez même vous amuser à détruire et reconstruire l’environnement à votre guise, cela permettra de récupérer du métal, nécessaire pour améliorer certaines de vos compétences. Vous aurez ainsi la possibilité de lancer des ondes de choc, d’utiliser un bouclier, de lancer en apesanteur des ennemis ou objets, etc….
Vous pourrez aussi améliorer vos armes, de leur capacité à leur efficacité.
Marque de fabrique du jeu, on retrouve comme arme le fameux marteau, qu’on délassera très vite pour le fusil grappin, capable de projeter un ennemi au plafond, quelle que soit sa taille.
Certaines phase de jeu seront sur rail, où vous aurez juste à contrôler une tourelle. D’autres phases vous mettrons dans la peau d’un mecha, véritable machine de guerre au potentiel destructeur.

RÉALISATION : Honnêtement, le moteur graphique n’est pas de première jeunesse, et seulement quelques environnements caressent le regard. Le titre est avant tout composé d’environnements intérieurs, quelques sorties à l’extérieur.
Par contre, c’est très bien optimisé, le titre est ultra fluide malgré l’avalanche de destructions. Le gameplay, toute comme la bande-son, reste basique.

DURÉE DE VIE : Soit vous allez direct à l’essentiel, et le titre vous tiendra en haleine pendant 10 heures, soit vous vous amuserez les premières heures à tout détruire et reconstruire, pour finalement vous lasser, ce qui gonflera la durée de vie à environ 15 heures. A noter que le début est vraiment fastidieux, avec un rythme poussif et une trop grosse linéarité et répétitivité, risquant de lasser voire d’abandonner le jeu. Fort heureusement, ça s’améliore par la suite.

INTÉRÊT : De tous les “Red Faction”, c’est sans doute un des moins bons, l’ensemble étant trop classique, sans vraiment nous surprendre. Il reste tout juste correct d’un point de vue technique, passable sur son intrigue et son intérêt. Mieux vaut se refaire les précédents volets, voire s’orienter vers d’autres titres.

10/20

JeuxVideo.com

Pic

Pic

Pic

Pic