NoCroc

Un nouveau blog sur Wefrag le blog de Crocoii.

Quickie Pillars of eternity

logo

Après quelques 30 heures de jeu, je me sens apte à vous parler de Pillars of eternity. Pour le présenter rapidement, c’est un jeu kickstarté par et pour les fans de baldur’s gate et icewind dale qui aiment se taper du donjon en micro management (avec une option de pause, ouf) mais aussi pour ceux qui aiment les dialogues complexes et l’absence de choix noirs ou blancs. Avec l’absence de licence Donjon et Dragon comme les jeux dont il s’inspirent, Pillars est construit dans un univers de fantaisie sombre avec innocents pendus aux arbres, milices corrompues et des sans âmes qui hantent les vivants.

Si nous nous en tenons à ses objectifs, les programmeurs, graphistes et scénaristes ont réussi leurs objectifs. Que ce soit les décors, les personnages secondaires, le bestiaire ou l’histoire principale, l’univers est sombre et parfois sans réponse sur le “bon choix” à faire. Pour pimenter les dialogues, il y a des compteurs invisibles sur les implications morales de vos choix qui battissent la réputation de votre personnage, ce qui influencera en retour vos relations avec les différents protagonistes de l’univers. Là où Mass Effect en compte deux qu’il met en couleur lors des phases d’interactions, nous sommes en présence de 10 compteurs qui ne sont visibles qu’une fois un seuil atteint. Au cours du jeu, jouant un paladin ayant fait vœu d’apporter le bien, il m’est arrivé régulièrement de me demander si j’aidais les bonnes personnes et de la bonne manière… L’aspect sympa, c’est que le jeu offre la possibilité d’être un parfait connard sans punir ce choix par moins d’expérience, de bonus, de scénario ou une difficulté accru.
Parlons maintenant de l’autre aspect sur lequel ce genre de jeu se juge, le bonheur du frag par vos talents de stratège machiavélique. La création de personnage est complexe et même si le jeu vous conseille, il est possible de rater la création de son personnage, ne sachant pas trop ce qui est réellement important. C’est pour ça qu’après avoir fini le premier chapitre avec quelques grosses difficultés en normal, j’ai recommencé le jeu en sachant comment composer mon équipe et la donne a tout de suite changé. Les races sont nombreuses et il est difficile de savoir qui laquelle est le plus adapté pour les rôles de votre équipe, idem pour les sorts, les équipements, etc. Je ne peux vraiment me plaindre du manque de pédagogie du jeu vu que j’ai désactivé les renseignements pour découvrir par moi même (et ce serait mentir de dire que je n’ai pas aimé ça). Une fois en combat, cela peut paraître confus vu le nombre de trucs qu’il se passe, le fait d’être maître de jeu de rôle papier et donc assez familier avec les règles d’attaque d’opportunité, de sorts journaliers, par rencontre, de buff modal, etc, m’a beaucoup aidé. Une fois que le tout est digéré, la technicité des combats devient vraiment agréable. Deux bonnes idées viennent ne pas punir la difficulté de compréhension puis la difficulté générale du jeu. Les compagnons absents n’ont pas de pénalité d’expérience, ce qui laisse vraiment adapter son équipe suivant les goûts et les besoins. Également, la capacité à encaisser en général est dissocié de celle pendant les combats. Bref, le jeu est dur mais pas pour des raisons artificielles.

Pour résumer, nous avons un héritier de Baldur’s Gate plus complexe et plus sombre, introduisant des mécaniques de jeu de rôle papier jusqu’à inexploité dans les jeux vidéos. Je le conseille à ce public de nostalgiques et de rôlistes mais j’ignore s’il peut plaire aux autres tant le jeu est éloigné des productions AAA comme Mass Effect ou Dragon Age, son graphisme le fait dater d’une autre époque et le jeu ne cherche en aucun moment à satisfaire les casuals pour se concentrer sur la richesse de l’expérience qui demandera du temps et de la réflexion.

Bien à vous,

Crocoii

11 commentaires pour “Quickie Pillars of eternity”

  1. Loutrattitude dit :

    les programmateurs

    On dis programmeur, malandrin !

  2. MrHelmut dit :

    Je l’ai fini ce weekend et j’en ressors avec un sentiment mitigé. D’un côté j’ai trouvé le jeu fort bien réalisé et mené (à l’exception d’une poignée de bugs mineurs), le lore est vraiment bon, l’écriture excellente (en VO tout du moins) et le jeu est généreux dans certains aspects. Un bon C-RPG.
    De l’autre côté, c’est un peu la cata’. Le jeu a un manque de consistance, pas mal de vide, et donne l’impression de ne pas aller au bout de ses ambitions (pas vraiment de quêtes/donjons épiques). Pire, tout ca est bouché par une quantité astronomique de “backer content” totalement inutile.
    La trame principale aurait méritée un traitement plus copieux, tout comme l’impact de la réputation qui au final se résume à même pas 3 choix de dialogue vers la fin du jeu.

  3. Crocoii dit :

    @Loutrattitude
    Corrigé, merci ^^

  4. Crocoii dit :

    @MrHelmut
    Et le donjon Caed Nua ? Je n’en ai fait que 7 étages mais j’ai eu des combats assez épique. Quand au trois fins possibles, c’est évident à cause de l’unité de lieu, d’action et de temps caractéristique au jeu vidéo, quel que soit les choix des joueurs, le jeu doit se diriger vers le même déroulement sinon le coup de production augmente. Le seul RPG auquel j’ai joué qui poussait le truc avec une vrai multitude et de véritables conséquences, c’était tactic ogre sur PSP ainsi que peut être les shin megami tensai devil survivor (et dans tout les cas, c’est des tactical rpgs). Pour le reste, faut faire du jeu de rôle papier…
    Pour le vide, je n’ai pas eu ce ressenti mais je n’ai pas encore fini l’acte 2.

  5. MrHelmut dit :

    Crocoii a dit :
    @MrHelmut
    Et le donjon Caed Nua ? Je n’en ai fait que 7 étages mais j’ai eu des combats assez épique. Quand au trois fins possibles, c’est évident à cause de l’unité de lieu, d’action et de temps caractéristique au jeu vidéo, quel que soit les choix des joueurs, le jeu doit se diriger vers le même déroulement sinon le coup de production augmente. Le seul RPG auquel j’ai joué qui poussait le truc avec une vrai multitude et de véritables conséquences, c’était tactic ogre sur PSP ainsi que peut être les shin megami tensai devil survivor (et dans tout les cas, c’est des tactical rpgs). Pour le reste, faut faire du jeu de rôle papier…
    Pour le vide, je n’ai pas eu ce ressenti mais je n’ai pas encore fini l’acte 2.

    Caed Nua, ouaip, c’est peut être le seul donjon qui mérite ce qualitatif (avec la quête de Raedric du premier act). Cela dit, je l’ai fait tellement tard dans le jeu, que c’était limite du hack’n’slash de bourrin de progresser dedans. C’est aussi dommage que la plupart des bons items proviennent quasi exclusivement de ce donjon et des bounties.

    J’ai plutôt apprécié les fins et le dénouement, qui ont tout de même un lien avec 2-3 choix fait durant la campagne. Dans le manque de conséquences, je parle surtout du système de réputation (quêtes finies en mode aggressif, bénévole, pragmatique, etc.) qui ne sert qu’à débloquer quelques lignes sans impacts particuliers. Je m’attendais à ce que les NPC réagissent d’avantage. Je n’ai vu que 2 dialogues dans le jeu où la réputation avaient un rôle.

  6. Crocoii dit :

    MrHelmut a dit :
    Caed Nua, ouaip, c’est peut être le seul donjon qui mérite ce qualitatif (avec la quête de Raedric du premier act). Cela dit, je l’ai fait tellement tard dans le jeu, que c’était limite du hack’n’slash de bourrin de progresser dedans. C’est aussi dommage que la plupart des bons items proviennent quasi exclusivement de ce donjon et des bounties.
    J’ai plutôt apprécié les fins et le dénouement, qui ont tout de même un lien avec 2-3 choix fait durant la campagne. Dans le manque de conséquences, je parle surtout du système de réputation (quêtes finies en mode aggressif, bénévole, pragmatique, etc.) qui ne sert qu’à débloquer quelques lignes sans impacts particuliers. Je m’attendais à ce que les NPC réagissent d’avantage. Je n’ai vu que 2 dialogues dans le jeu où la réputation avaient un rôle.

    Dans le premier acte, il y a trois à quatre donjons suivant la manière de compter. Celui du tutoriel, le temple en ruine, le château et Caed Nua. Les deux premiers sont brefs mais correspondent au principe de porte, danger, récompense voir même au plus restreint Porte Monstres Trésors.
    Apparemment, tu as une définition plus restrictive et exigeante que la mienne.

    Il y a uniquement 6 événements déblocables avec la réputation. C’est expliqué ici. Le reste est sans conséquence pour l’histoire, c’est seulement du dialogue pour l’immersion et c’est sur cet aspect que je juge le jeu. Et ce fait est vrai de toute sorte de campagne de jdr, que ce soit papier, grandeur nature ou jeu vidéo. La limite est que si tu as une trame, quel que soit les actes des joueurs, il faut pouvoir que l’action reste en elle sinon elle devient caduc.

  7. Chill_ dit :

    Je suis assez sceptique quant à ce jeu, ton avis m’éclaire bien que quelques questions restent quand même !

    Ayant éclaté Dragon Age et son addon sur + de 200h de jeu (ce qui pour moi est énorme), je me demande ce que tu entends par “production très éloigné de Mass Effect et DA” ?
    Si le DA original reste accessible, il est lui-même loin d’être aussi “grand public” que le II et le dernier en date (qui au passage est une grosse enculade).

    Je cherche toujours LE digne successeur à DA, j’attends une bonne promo pour tester PoA…

  8. Loutrattitude dit :

    On est très loin de Dragon Age (je suis un fan absolu du premier aussi). J’avais backé en espérant qu’ils moderniseraient un peu leur mécaniques de jeu, pour plus se rapprocher de DA:O justement, mais Pillars of Eternity reste beaucoup plus proche d’un Baldur’s Gate (ce qui plait à beaucoup, mais n’est pas vraiment ce que je recherche).

  9. Formolle dit :

    Je suis en train de le finir, mon équipe est niveau 12, d’ailleurs dommage qu’à partir de là on ne puisse plus évoluer!

    Je suis aussi un peu partagé sur le jeu, je me suis laissé emporter mais je n’y ai pas retrouvé non plus le souffle des BG ou Torment, certes les paysages, le design des donjons s’en rapprochent mais il lui manque un je ne sais quoi, un peu de vie dans les villes, un coté épique je ne saurais trop dire. Le début du jeu est assez indigeste aussi, du fait des centaines de pages de texte qui nous tombe dessus d’un coup pour assimiler les régles et le background, les régles qui sont assez bizarrement pensée (un barbare et un mage peuvent avoir les mêmes stats! puissance pour tout le monde) Par contre passé les premiéres heures en mode normal j’ai trouvé le jeu franchement facile, je suis passé en difficile pour l’acte 3 tant je roulais sur tous les ennemis (faut dire mon perso est druide c’est assez fumé comme classe)

    Enfin voila, malgrés toutes mes critiques j’ai quand même accroché au jeu qui reste envoutant, mais pour retourner aux comparaisons dans le genre je lui avais préféré Dragon Age Origin, et peut être même Divinity Original Sin.

  10. Crocoii dit :

    Chill_ a dit :
    Je suis assez sceptique quant à ce jeu, ton avis m’éclaire bien que quelques questions restent quand même !
    Ayant éclaté Dragon Age et son addon sur + de 200h de jeu (ce qui pour moi est énorme), je me demande ce que tu entends par “production très éloigné de Mass Effect et DA” ?
    Si le DA original reste accessible, il est lui-même loin d’être aussi “grand public” que le II et le dernier en date (qui au passage est une grosse enculade).
    Je cherche toujours LE digne successeur à DA, j’attends une bonne promo pour tester PoA…

    Ce n’est pas du tout un successeur de DA. Il est entre Temple of Evil Elemental et Baldur’s Gate. La mécanique de jeu est celle d’un jdr papier retranscrit en jeu video mais essaye d’être plus qu’une suite de monstre (je fais ici respectivement référence à ToEE puis BG). Le jeu s’adresse vraiment à ceux qui aiment lire des pavés pour s’immerger dans un univers et fait régulièrement des clins d’œil appuyés au jeu de rôle papier là où DAO ou Mass Effect s’adressent à un public de joueur de jeu vidéo et non à un public de joueur de jeu de rôle voulant un intermédiaire vidéoludique. Peut être que ça ne s’est pas assez ressenti dans mon écriture du test mais le jeu essaie vraiment d’être au mileu des deux formes narratives, d’où la sensation de pouvoir faire vide à force de ne pas choisir entre les deux formes.
    J’ai d’ailleurs eu beaucoup de difficulté à ne pas employer les termes de fluff et crunch qui font actuellement parti du vocabulaire à la mode pour décrire des jeux de rôle papier.

    @Formolle
    L’absence d’épique est lié à l’aspect univers agonisant, fantaisie sombre qui n’est pas comparable avec les royaumes oubliés de Baldur’s Gate qui se veulent plus légers, même si l’intrigue parle d’un dieu du meurtre. Athkatla n’est pas la baie du défie, même les villages des elfes noirs sont moins lugubres que la plupart des lieux de PoE.
    Les règles empruntent beaucoup à l’évolution que suit le jdr papier et s’inscrit d’ailleurs dans la lignée du passage de Donjon & Dragon 3.5 à DD4 voir 13th Age (variante indé de DD4). Je n’ai pas eu les centaines de page de règle vu que j’ai préféré couper toute forme de tutoriel mais vu la complexité des principes, je comprends que ce fut lourd. Quand au fait que les caractéristiques peuvent se rapprocher entre un barbare et un mage, c’est uniquement car les développeurs ont privilégiés l’équilibrage ludique à l’intuition culturelle (sans la moindre pédagogie, on est d’accord).
    Au delà, le druide vient d’en prendre plein son grade lors de la dernière mise à jour. :)

  11. Lolokth dit :

    J’ai 76h de jeu et j’en suis qu’à l’acte 2. Il faut dire qu’avec les rpg dans ce genre je suis un peu psycho-rigide. Je trouve que c’est un bon héritier de BG, que j’adore et les jeux du genre sont de toute façon rare. Je suis peut-être con, mais j’ai commencé Dragon Age et j’ai direct pas accroché… à cause de la 3d, la caméra, la maniabilité… Autant dire qu’avec PoE je suis en terrain connu. Je trouve les règles assez complexe, mais ça reste très souple et avec j’imagine déjà un certain potentiel de rejouabilité, principalement pour tester des builds. L’histoire des caractéristiques je trouve que c’est une bonne idée, ça permet justement d’imaginer des builds variés, contrairement à BG où l’optimal c’était de builder “bourrin”.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté avec votre compte Wefrag pour publier un commentaire.