Nofrag | Forums | Blogs (jeux)

Archive pour octobre 2011

Devmania 2011

Dimanche 16 octobre 2011

Cette fois je m’y prend tôt : ce week-end, j’étais au Devmania 2011, qui se déroulait à Mayence en Allemagne. C’est une petite rencontre de développeurs de jeux vidéo et d’artistes en devenir, avec en plus quelques présentations de projets et un concours de création.

Je m’y suis rendu accompagné de Tobias, l’auteur du prototype Torsion passé dans les news de Nofrag. Nous avons été une centaine à nous amasser dans les locaux de la maison de la jeunesse de Mayence. La population est plutôt jeune et masculine. Bien que la cible soit les développeurs de jeux, ce sont plutôt des passionnés, encore étudiants ou salariés dans une autre branche de l’informatique. Il n’y a donc pas de développeurs venant de grands studios, ça reste petit et informel, tout le monde se situe sur le même niveau social et il y a donc une très bonne ambiance.

Comme je n'ai pas d'image de switch, voici des lance-missiles USB !

Une fois le matériel déballé samedi midi, la grosse surprise est qu’il n’y avait pas de réseau internet, Ethernet comme Wifi. Les plus prévoyants avaient leurs switchs-routeurs, balancés sur la connexion 3G du téléphone portable. Nous non. Je n’aurais pas imaginé qu’une réunion d’informaticiens se serait faite sans internet à disposition. Donc un gros conseil : toujours au moins un câble Ethernet dans le sac ! Là c’est sûr, je viendrai toujours avec un switch désormais.

Pendant toute la durée de l’évènement se déroulait un concours de création de jeux, autrement dit : les participants avaient une vingtaine d’heures pour créer un jeu sur le thème pirate. Sans internet, nous avons dû nous débrouiller avec les quelques logiciels qu’on avait déjà sur les ordinateurs, et sans vraiment de documentation. Je n’ai pas voulu participer à la programmation mais seulement aux graphiques, étant le seul de l’équipe à savoir un peu dessiner (et c’est un grand mot). Au final, le jeu est modeste mais se vaut tout à fait. Le concept : le joueur contrôle un bateau pirate chargé de connecter des îles entre elles avec un câble pour qu’elles puissent avoir un réseau P2P.

Le jeu vainqueur : deux pirates se battent en mode volley-basketball pour récupérer des pièces ou des bombes.

Edit: tous les jeux sont téléchargeables sur le site de la Devmania !

Parallèlement à ça, des présentations se sont tenues le samedi après-midi. Je ne m’y attendais pas : la première est consacrée à R.E.D., l’intro 4k dont j’avais posté la vidéo dans un article précédent ! L’un des auteurs explique comment ils sont parvenus à faire tenir le programme dans 4 kilo-octets. Une présentation qui m’a assez intéressé aussi était tenue par deux étudiant qui réalisent un jeu à côté de leurs cours, et ils expliquaient quelles avaient été leurs étapes de préproduction et celles qu’ils prévoient de faire en production et postproduction.

Et puis après, chacun est libre de déambuler entre les chaises, de s’arrêter voir ce que fait quelqu’un d’autre et de discuter avec lui. J’ai l’impression que c’est beaucoup plus courant en Allemagne qu’en France, car avant d’arriver dans ce pays je n’avais pas conscience que ce genre d’évènement pouvait réunir autant de personnes. Il faudra se pencher sur la question quand je rentrerai…

Tout ça pour dire : si le développement vous intéresse, n’hésitez pas à aller dans ce genre de rencontres, ce n’est jamais du temps perdu.

Comme d’hab, toutes les photos sont sur mon album Picasa.

Premier Mega Event France de Geocaching

Jeudi 13 octobre 2011

Du 1er au 3 octobre 2011 se déroulait un évènement assez secret, perdu au milieu de la Montagne Bourbonnaise : le premier Mega Event de France de Geocaching ! (oui désolé pour le retard, je viens seulement de rentrer de vacances)

Pour ceux qui ne connaissent pas le geocaching, le principe est simple et réveille nos instincts d’enfants puisque c’est en gros une chasse aux trésors. Les geocaches (ou caches tout simplement) sont des petites boites cachées partout dans le monde (et quand je dis partout, ça peut aller d’un arbre perdu… à la station spatiale internationale), que les geocacheurs placent et cherchent grâce à leurs coordonnées GPS. Dans la boîte, point de trésor, mais un carnet de visite, sur lequel les geocacheurs inscrivent leur nom quand ils ont trouvé la cache. Plus des petits objets… et encore, il y a plusieurs types de caches… bref, c’était juste pour introduire !

Cache taille nano.

Cache taille laaaarge.

Et il n’y rien à gagner ? Non, le geocaching est avant tout une activité pour faire sortir les geeks de chez eux. Une cache intéressante vous fera découvrir un endroit dans lequel vous ne seriez jamais venu sinon, ou bien proposera un camouflage astucieux. Il n’y a rien d’autre à gagner que le plaisir de sortir et de dégoter une cache.

Et par dessus s’ajoute la communauté. C’est assez marrant de voir comment une communauté se construit autour de ce jeu. Car c’est vrai que chercher tout seul, ce n’est pas aussi fun qu’avec un ami ou ses enfants. Mais en plus, le joueur pourra rencontrer d’autres personnes qu’il ne connaissant pas du tout. Et bien justement, un Event de geocaching est un regroupement de personnes, qui l’espace de quelques jours vont chercher des caches, fraîchement placées pour l’occasion. Et un Mega Event, c’est un Event de plus de personne de 500 personnes. Et ce weekend, c’était donc le premier Mega Event en France, puisqu’il a attiré 600 personnes pendant trois jours.

Deux amis nous ont proposé de venir à l’event, et on se retrouve à y aller à six. La préparation est rude : comment on organise les voitures, où on dort, ce qu’on mange, ne pas oublier les sifflets anti-chasseurs et les pinces à tique… On décide de dormir dans des tentes au camping, comme l’auraient fait nos parents à notre âge ! On arrive le vendredi soir au camping. A peine devant l’entrée, on croise une armée d’ombres armées de frontales : des geocacheurs s’en vont trouver les premières caches ! Moins courageux, on monte les tentes…

Samedi matin, rendez-vous dans le gymnase (centre de l’event) pour annoncer le début. Dans la salle se trouvent quelques stands de boutiques qui vendent du matériel pour les caches, ou bien des vêtements aux couleurs de sa passion. Allez, ça va bientôt commencer… ah non, avant ça, quelque chose d’unique dans la vie d’un geocacheur : la présentation de la toute première geocache ! enfin, de ce qu’il en reste.

YouTube Preview Image

C’est parti ! On commence par aller vers les caches les plus proches, tout doucement, alors que d’autres prennent les voitures pour aller faire des caches plus éloignées. Et c’est là qu’on voit qu’il y a plusieurs types de geocacheurs. Certains viennent ici pour prendre du bon temps avec d’autres aventuriers, alors que d’autres ne cherchent qu’à découvrir le plus de caches possible.

On finira par aussi par prendre les voitures pour aller aux tourbières des Monts de la Madeleine, où nous attend un paysage magnifique.

Le dimanche matin, on part directement sur de nouvelles caches. Au programme : une via cordata qui nous permettra d’accéder à une cache classée d’accès très difficile. L’activité se passe sur un gros rocher d’escalade, qui nous donne une vision du paysage absolument superbe.

A midi, on mange de la potée auvergnate ! Un autre évènement, de marche cette fois, était organisé dans le coin. Ce ne sont pas des geocacheurs, pourtant quelques uns s’approchent et nous demandent si on joue à rechercher des trésors.

L’après-midi, on fait le circuit des éoliennes. Sur une crête se trouve une série d’éoliennes, avec à leur pied des caches. On fait les premières en mode rush : en voiture, on s’arrête près du lieu d’une cache, on la trouve en vitesse puis on repart aussitôt ! Très addictif, mais on ne profite pas vraiment du paysage, alors on s’arrête et continue à pied. On rencontre des geocacheurs Allemands : il y a pas mal d’étrangers à l’event.

Le lundi, derniers moments, on part faire deux-trois caches dans un coin paumé… et on retombe sur un couple de geocacheurs. Qui nous aident à trouver une cache qu’on avait laissé tomber… Sur un event, il faut s’attendre à rencontrer du monde sur les caches tout le temps. Ce n’est pas gênant, mais à force ça ôte une petite partie du plaisir.

C’est déjà l’heure de replier les tentes… Je ne suis pas un fan de geocaching, même si je trouve intéressant le principe d’un jeu dont seules certaines personnes savent qu’il se passe en ce moment-même. Je voulais surtout voir le côté communautaire qu’apporte un event. Sur ce plan-là, je suis un peu déçu : au delà des rencontres occasionnelles sur les caches, il n’y a pas vraiment eu de discussions qui ont suivi. J’ai donc plutôt vécu ça comme : on se regroupe, mais on continue à faire comme d’habitude. Ce n’est bien sûr que mon sentiment, car d’autres participants ont dû entamer des causettes très rapidement. Enfin, nous avons pu goûter à différents environnements durant ces trois jours dans un cadre magnifique.

En tout cas, qui aurait-pu croire que cacher des boîtes en plastique en donnant leurs coordonnées GPS aurait suscité tant de passion ?

Comme d’hab, toutes les photos sont sur mon album Picasa.