La Baronnerie des Pixels

Frags, Poésie, Game Overs le blog de BaronDeSpireal.

[TEST]Mass Effect : la licence vidéoludique type et hors-normes à la fois

Ces dernières années, j’ai l’impression de découvrir la partie du jeu vidéo que j’avais décidé d’ignorer. Ce n’est en effet que très récemment que j’ai découvert les Elder Scrolls ou les jeux Paradox Interactive, alors que, sur la papier, c’était tout comme s’ils avaient été fait rien que pour moi

2012, maintenant qu’elle est en passe de s’éteindre, m’a aussi permis de découvrir une licence, plus moderne, mais non moins importantes : Mass Effect. Elle m’a fait passer par tout mon spectre d’avis positifs et négatifs, de la bonne surprise à la déception, de la consternation à l’adoration.
C’est aussi l’une des expériences vidéoludiques qui m’a permis de “disséquer” les licences. Même si ma tendance reste sur celle de prendre chaque jeu pour ce qu’il est et non pas par sa lignée, sa comparaison avec ses ancêtres comme ses successeurs peuvent apprendre beaucoup sur les choix de développement. Et même si je ne prétend pas trop aller dans l’analyse de game design, je me pense capable de vous montrer à travers cette première trilogie Mass Effect des avis autant objectifs que subjectifs sur les progrès et les pas en arrière amorcés par les 3 différents jeux, et représentatifs des licences.

Mass Effect 1 : L’essai

Screenshot de chez Gamekult

Screenshot de chez Gamekult. Ouaip, j'me fait pas chier.


Le tout début de licence est un peu casse-gueule et se contente souvent d’approximations mâtinées de répétitivité. Il n’y a qu’à voir Assassin’s Creed 1. Mass Effect premier du nom est loin d’échapper à la règle. Ses combats sont  un poil convenus, son aspect RPG fade,  et son ergonomie rigide.

Mais ce qui m’a le plus gêné, c’est que la grandeur de son univers est artificielle : Cool, ya plein de planètes ! Ah ben , en fait, on peut pas tout visiter et on se rabat sur les logs pour oublier les couloirs. Je ne me rends pas souvent compte des couloirs dans les jeux vidéos, mais c’était vraiment gênant dans Mass Effect. Bref, malgré ses bonnes idées, le jeu est plat.

Pourtant, on a bien envie de tout pardonner pour la narration, et comme je l’ai dit dans ma critique sur le site, pour le 2, car, au fond, le jeu est tout juste classique pour s’apprécier avec un bon ptit background.
Au déroulement des crédits, impression mitigée donc.

Mass Effect 2 : Calibrations, Perfection ?

Toujours Gamekult

Toujours Gamekult

Pour les licences, le deuxième épisode est souvent une sorte de gros patch, qui accouche soit à une version ultime (Borderlands 2, i’m looking at you) soit  une déception (Tous les PoP après Les Sables du temps, pour ma part). Pour en revenir à notre sujet d’étude : Autant Mass Effect 1 m’a laissé enthousiaste mais pas trop, autant Mass Effect 2 a été, après avoir été retourné dans tous les sens l’un de mes jeux préférés ever.

Et oui.

Et oui.

Le jeu prend définitivement le parti-pris de l’action, tout en n’oubliant pas que ce n’est pas un vulgaire TPS. Du coup, ce qui était poussif dans le 1 trouve un intérêt dans le 2, surtout les pouvoirs, et les phases de shoot deviennent vraiment intéressantes. Toujours classiques, certes, mais efficaces. On se retrouve, et c’est la grosse force du titre, avec un cast charismatique, utile et varié(A part Zaeed et Jacob) En même temps, comparé aux précédent, c’était pas difficile. L’univers est cette fois aussi grand qu’il le montre (avec évidemment certaines limites) et notre influence n’a jamais été aussi présente. Dommage que cette influence ne soit toujours que bipolaire, mais on va pas se plaindre non plus.

En parlant d’influence sur l’univers, il est impossible de passer outre la killer feature de ME : La continuité des sauvegardes. Les choix importants n’étant pas si nombreux que ça, on s’amusera de retrouver des références au premier opus, voire des épilogues, mais rien de trop chamboulant.

Le jeu n’est pas parfait et reste un peu lourd, notamment en ce qui concerne la collecte de minéraux (On comprend la haine contre les collecteurs, du coup) et les scans.

En fait, on ne peut pas vraiment énumérer les qualités de Mass Effect 2 (ce qui peut expliquer pourquoi certains ne l’aiment pas) : Il faut le sentir, le jouer depuis le début pour comprendre pourquoi le jeu est très bon et chronophage, jusqu’à l’épique dernière mission (au boss décevant)

Certains regretteront que le jeu ne se soit pas penché vers le RPG dans la continuité du 1, d’ailleurs à mon avis Mass Effect 2 n’est pas tout à fait un RPG, mais il n’en reste pas moi que le jeu est grisant par l’addition du shoot et de l’univers Mass Effect. Bref, pour moi, l’un des meilleurs jeux auxquels j’ai joué.

Mass Effect 3 : Redondandron

Cette fois, cest un screen maison.

Cette fois, screen maison pour prouver ma bonne foi. Je m'excuse des dommages rétiniens causés.

Le troisième épisode est souvent l’occasion de retenter d’avoir l’audace du premier, tout en essayant d’avoir la qualité de finition du deuxième. Sauf que ça coince quasiment toujours.

La première fois que je me suis lancé dans Mass Effect 3, je l’ai abandonné car, au-delà du fait que le scandale sur la fin m’a spoilé cette dernière, j’ai été profondément déçu à cause des missions. Le jeu se base en effet sur des points à accumuler, du “farming de missions secondaires”, en somme, tout ce que je déteste dans un jeu. Ce ne serait pas tant un problème que ça si l’on ne savait pas vraiment quand faire quoi, pour des questions morales et pratiques.

Je m’explique : Dans le 2, je faisais des missions secondaires si je voulais, pour qui je voulais. Dans le 3, c’est le cas mais les différents enjeux pressent. On a 10 000 appels de détresses/situations critiques  toutes les heures et même si l’on sait pertinemment qu’on peut les enchaîner comme on le souhaite, on a quand même le sentiment, pour peu que l’on s’implique, que l’on fait attendre des gens avec la peur de voir la mission annulée. D’autres jeux ayant pris le concept, on a donc peur que nos amis “s’impatientent”. Pour faire court : Les missions ne concordent pas avec les évènements et rendent le jeu peu crédible, un peu comme un Far Cry 3.  Pour ne rien arranger,  à chaque fois que tu épie une discussion spéciale sans le vouloir, ça te fait une mission de plus, et après , ça s’accumule et tu sais pas trop comment les faire.

La deuxième faille de ce troisième épisode, c’est le côté un peu plus bateau et répétitif : Mission, Pan Pan Pan, Vieille connaissance, Rapport D’Hackett, on passe par le scanner chiante, on passe devant Traynor qui nous dit des trucs, détour par la Citadelle éventuellement, puis on recommence.

Pourtant,  il se voulait être, comme le dit si bien la philosophe Hannah Montana, “the best of both worlds” : Un meilleur RPG que Mass Effect 1, et un meilleur TPS que Mass Effect 2. Mais en fait il n’excelle vraiment ni dans l’un, ni dans l’autre. La gestion des armes et des points de compétences ne casse pas 8 pattes à une loutre d’Argentine et les pouvoirs redeviennent dispensables en combat. Malgré de bonnes idées de phases, parfois contemplatives, ME3 manque ce facteur X, ce petit quelque chose qui rendrait son gameplay aussi “normal” que son prédécesseur, et qui s’appelle la souplesse.

Mass Effect 3 n’a rien de mauvais d’autant plus qu’il est l’entière répercussion du 2 en termes de choix.. Il est juste entaché de cette lourdeur qui l’emprisonne entre le good ol’ ME1 et le légendaire ME2. En gros, il n’avance pas.C’est une belle plante,  mais chiante ( ce qui explique le titre de cette partie : Redondandron.)

Désolé.

Désolé.

Je lui ai récemment accordé une seconde chance, et c’est ça qui m’a fait comprendre pourquoi je ne l’aimais pas.

Quand au multi, je ne peux pas en parler vu que je n’ai pas l’intention d’y toucher avant la bataille finale.


Conclusion

En matière de cinéma ou de musique, toute bonne chose possède son ventre mou, son petit coup de moins bien qu’on aime oublier pour seule raison de le pardonner. Pour Mass Effect et le jeu vidéo en général, c’est le contraire : C’est son ventre qui est dur, et ses extrêmes qui ne le sont pas. Ce ventre, C’est la fin de ME1, tout ME2 et le début de ME3, avec bien sûr une revigoration vers la fin, comme il se doit. Contrairement aux autres artistes d’autres arts, les développeurs s’attachent aux suites comme une moule sur un rocher, comme pour s’excuser du précédent. Mais alors que certaines séries ont un ventre dur correct et grisant (Je pense au Call of Juarez), d’autres en ont fait leur vraie force, et c’est le cas de ME.

Vos commentaires, y compris demandes en mariage et menaces de morts, sont les bienvenus.

Tags: ,

14 commentaires pour “[TEST]Mass Effect : la licence vidéoludique type et hors-normes à la fois”

  1. Ethan_ dit :

    Relativement à la dernière phrase avant la conclusion:
    Je suppose que tu sais qu’il y a une interaction multi et solo (gain de “points stratégiques”).

    Bon article, j’ai à peu près les mêmes conclusions que toi:
    -ME1: RPG correct avec une bonne histoire.
    -ME2: Un TPS correct avec une bonne histoire.

    Mais:
    -ME3: Un TPS correct avec une composante RPG “relationnelle”, avec une bonne histoire.

    Je pense que ME3 est quand même une bonne alchimie entre les deux premiers épisodes. Y’a du bon et du mauvais mais en gros les défauts des deux précédents sont corrigés (par exemple):
    -Collecte de ressources chiante du 2 rendue plus simple.
    -Plus de variété par rapport au 2.
    -La mollesse du 1 est définitivement oubliée.

    Moi, j’aime bien qu’on me raconte une histoire, quelque chose de cohérent et de captivant. Biensûr quelques défauts de gameplay sont toujours décevants (un RPG sans phases de farming ou temps morts, je veux bien qu’on m’en cite un), mais je trouve que ce ME3 a accompli sa mission: Se bonifier.

  2. SethDeNod dit :

    KOTOR 1 un RPG “couloir” correct avec une bonne ambiance et une histoire correcte (on est toujours très loin d’un bon RPG).
    KOTOR 2 un RPG “couloir” correct avec une bonne ambiance et une histoire WTF (le jeu est tout simplement pas fini)
    ME1 un très mauvais TPS/RPG couloir avec une ambiance pauvre et une histoire correcte.
    ME2 un TPS couloir correct avec une bonne ambiance et une histoire WTFesque…
    ME3 un TPS presque bon (z’ont poussé l’audace jusqu’à oser une construction couloir/arène au lieu de petit couloirs/couloirs un poil plus grand) avec une ambiance correcte et une histoire à jeter (mais fallait la jeter à partir du 2 en fait).

    Du coup ça ne fait qu’une seule chose depuis KOTOR: régresser en terme de gameplay et de narration pour en arriver à un énième TPS SCRIPTS-MICKAEL-BAY-SPOLSION gout space opéra.

    Du coup si vous avez jamais fait les kotors préparez vous à un choc (non parce qu’en plus y a des morceaux entiers qui sont c/c dans Mass Effect, Bioware c’est surtout des champions du recyclage.)

  3. Ethan_ dit :

    J’ai fais les 2 KOTOR, c’est sûr qu’il y a rien de comparable et que l’univers Starwars, ça fait des années que ça s’enrichit.
    Mais depuis KOTOR 2, y’a pas eu grand chose, malheureusement. De plus comme tu le souligne ces deux jeu étaient loin d’être parfait.
    J’ai bien aimé les deux licences.

  4. Sir_carma dit :

    Chouette article, comme le précédent, continue comme ça c’est agréable à lire !
    Comme toi, j’ai bien aimé le 1er, adoré le 2ème et quitté le 3ème en cours de route :/

  5. Pikiou dit :

    Ethan_ a dit :
    un RPG sans phases de farming ou temps morts, je veux bien qu’on m’en cite un

    Planescape torment.

  6. Wodash dit :

    C’est drôle parce pour avoir joué au 1 et au 2, le 1 reste supérieur en beaucoup de points.

    Par exemple, je me souviens que si ton personnage était suffisamment haut niveau en électronique tu pouvais tenter de faire des actions différentes à certains moments, c’est peu mais ça donne plus de libertés et au moins l’illusion du choix.

    Le fait de devoir te déplacer physiquement du point A au point B pouvait paraître chiant, mais à vrai dire ça renforçait à mort l’immersion, c’était pas grand chose, mais ça faisait l’affaire, sans casser le rythme.

    Le fait que ton apparence change à chaque changement d’armure était aussi sympa, plus le fait que l’on devait équiper tous ses personnages un à un. Je trouve ça plus intimiste que de faire des missions avec les persos pour les rendre loyaux, quand certains, après avoir joué à ME1 devraient être loyaux dès le départ.

    Les niveaux sont beaucoup plus couloirs et il n’y a quasi pas de niveau de ME2 qui te demandent de revenir en arrière pour passer par un autre endroit, tout le jeu ressemble à un couloir, ME1 était en ce sens plus organique et on devait repasser, logiquement plusieurs fois par un même endroit pour accéder à un autre.

    Le scénario de ME1 était aussi plus immersif, on est continuellement dans une course contre la montre et on a vraiment l’impression qu’on va se faire déchirer la gueule, dans ME2 j’ai jamais eu cette impression et la mission finale, bien que donnant lieu à des choix intéressants, ne m’a pas laissé de sensation épique comme j’en avais eu dans ME1.

    Maintenant ME2 apporte des points positifs aussi, les missions liées avec chaque personnage sont intéressantes et manquaient à ME1, même si c’est pas la même chose. Les combats sont effectivement plus dynamiques, mais manquent de stress. Quand dans ME1 le medigel servait uniquement à te soigner et pas à ressusciter en combat tes alliés avec 100% de leur vie, le fait d’avoir la possibilité de les ressusciter avec un pouvoir et ensuite de pouvoir réinitialiser tes pouvoirs est plutôt bon et te forçait à une gestion différente.

    Aussi le fait qu’il y ait des environnements intéressants présentés dans ME2.

    Enfin, je suis un peu à l’opposé de ce que tout le monde pense j’ai l’impression, mais ça reste mon avis.

  7. CoolosCarlos dit :

    Pour faire court je suis du même avis que Wodash, le premier ME était le meilleur. J’ai adorer découvrir l’histoire petit bout par petit bout. Customiser mes armes, armures etc … J’ai trouvé que les 2 autres ME n’apportait pas grand chose à l’intrigue et avait rendu le jeux plus “gears of war”.
    Après ce n’est que mon avis

  8. khanlid dit :

    Pareil que Wodash aussi, je n’ai joué qu’aux deux premiers (pas le 3 pour cause origin).
    Le premier est pour moi supérieur au deux en pratiquement tout les points. Même les combats j’avoue les avoir préféré sur le premier… car oui ils avaient un aspect RPG. Dans le deux ils ont complètement tué les classes, se sont ridiculisés en passant d’armes à munitions infinies à armes avec 15 cartouches, et tant d’autres choses.
    Par contre contrairement à vous j’ai trouvé le scénar du deux complètement bidon, de A à Z. Très loin de l’aspect épique du premier, épisode d’ailleurs avec de vraies révélations et découvertes.

    Avec un peu de recul en effet le bon point du deux c’est les missions des persos secondaires.

  9. Daemetrius dit :

    Si seulement ils avaient pu faire du 3 un savant mélange des deux premiers, plutôt qu’une extension du 2, ça aurait pu être l’un des meilleurs jeu vidéo tout court.

    ME1 était excellent de part son scénario, bien travaillé et totalement immersif qui mélangé à une bonne composante RPG nous amenait à faire des choix réellement cornéliens qui nous sortaient de l’habituel choix stupide “ça c’est bien, ça c’est mal” (car oui vous citez KOTOR que j’ai adoré, mais les décisions à prendre étaient trop caricaturales pour donner une réelle profondeur à l’aspect RPG du titre). Jamais un jeu ne m’a fait autant peser les décisions que je devais prendre (conseil à sauver par exemple), et je crois bien que jamais un jeu n’avais été aussi immersif de mon côté. La fin de ce volet m’a juste fait frisonner, en plus d’être une belle promesse de suite.
    Après l’aspect RPG relatif aux compétences et au leveling n’était pas aussi poussé qu’un Baldur’s Gate like, mais ce n’était pas pour me déplaire: bien au contraire, c’était juste ce qu’il fallait pour pouvoir être qualifié de RPG sans pour autant rogner sur le plaisir de jeu.
    Le seul gros défaut était le système d’inventaire extrêmement mal fait (trop de loots dans tous les sens, pas de bonnes façons de les trier/vendre).

    ME2 m’a énormément déçu. Le point que j’ai trouvé positif était le changement au niveau des combats, un peu plus proche d’un Gears of War, qui m’apportait au final plus de plaisir. Cependant ils auraient très bien pu orienter le gameplay de cette façon tout en gardant le système de leveling du premier volet, et même en l’améliorant. A la place ils ont préférés opérer une casualisation totale du leveling (qui déjà n’était pas bien hardcore gamer), un choix de conception qui me laisse perplexe. Et en prime ils ont viré toute notion d’inventaire, histoire de bien faire comprendre qu’ils ne ciblaient plus les joueurs de RPG, mais plus le public d’un Gears of War.

    Ils ont aussi voulu ouvrir plus le monde, ce qui en soi était une bonne idée, mais le tout était très mal amené, notamment à cause du système obligeant à scanner machinalement pratiquement tous les systèmes (oh oui sur une partie de 20h, on aura passé 5h à scanner des planètes: passionnant).
    En plus d’être sans aucun intérêt et ennuyeux, c’était en dissonance totale avec l’histoire qui nécessitait d’agir le plus rapidement possible: “Quoi faut se dépêcher pour sauver le monde? OH MY GOD J’arrive les gars! Bon avant j’vais passer quelques semaines à scanner des planètes isolées…”.

    Le scénario en lui même a perdu toute sa richesse et sa crédibilité, pour nous présenter des archétypes de personnages, et une histoire bien trop prévisible et classique. Sans parler d’un boss totalement risible (message aux devs: “Hello les gars, les boss façon beat them all 8bits dans un univers de science-fiction qui se veut riche et crédible, c’est bidon”). La fin quant à elle n’est pas nulle à chier, mais en comparaison de celle du premier elle fait vraiment pâle figure.
    Et le pire dans ce deuxième volet, c’est que d’un côté les dev nous proposent une idée extra: importer nos anciennes sauvegardes pour adapter notre histoire avec les choix qu’on a fait. Et au final nos précédents choix n’ont aucun impact à part quelques lignes de dialogue, et surtout nos relations avec notre ancien équipage semblent n’avoir elles aussi aucun impact.
    [SPOILER][SPOILER][SPOILER][SPOILER][SPOILER][SPOILER]
    Je couches avec Liara et elle refuses de venir m’aider à sauver la galaxie d’un mal pressant dans le deuxième volet? Va chier pouffiasse. Ou encore Ashley que je retrouves, qui commence à dire au pécore devant moi qu’il a devant lui un Dieu qui a sauvé l’univers, mais qui 2 minutes plus tard me craches limite au visage car je suis accompagné par Cerberus, et refuses de m’accompagner pour sauver le monde. Et le PIRE, les dev ne me proposent même pas une option de dialogue pour justifier mon comportement en expliquant que je me sers de Cerberus car nos buts immédiats (: sauver le monde) convergent quelque peu? Crèves charognes, et souffres.
    [FINSPOILER][FINSPOILER][FINSPOILER][FINSPOILER][FINSPOILER][FINSPOILER]

    Pour le moment je n’ai pas fini le troisième volet que j’ai acquis il y a peu, mais l’histoire part dès le début encore plus en couille avec des failles scénaristiques énormes. De plus j’ai bien l’impression que malgré l’urgence immédiate de notre mission, on puisse prendre tout notre temps pour réaliser toutes les quêtes et missions secondaires (à confirmer/infirmer, c’est juste une supposition).

    EDIT: tiens désolé pour le pavé, je me suis emporté :p

  10. ap0k41yp5 dit :

    Concernant ME3, j’ai acheté le jeu à la sortie du 4ème dlc multi (gratuit comme les 3 autres, étonnant de la part d’EA), et je n’ai pour l’instant pas du tout touché au solo. Le multi est vraiment bon, avec une difficulté bien dosée et plein de pouvoirs/personnages uniques. Le seul reproche que j’aurai à lui faire, c’est qu’il faut avoir 3 potes avec qui jouer sinon c’est chiant (en même temps c’est le cas de la majorité des jeux coop) et que les déblocages d’armes/classes se font aléatoirement ce qui peut être énervant quand on est à la recherche d’une arme/classes en particulier, de même que le levelling des armes se fait aléatoirement et pas en les utilisant.

  11. karibou dit :

    Je suis en train de me faire la trilogie aussi. J’ai fini le 1er et je suis à la fin du 2.
    Le principale reproche que je ferai à ces 2 opus c’est qu’on passe les 3/4 du jeux à monter une équipe, faire des missions de recrutement ou des missions pour nos recrus afin d’augmenter leur sympathie. Au final, on a les 2 première heures de jeux qui nous parlent de la trame principale et les 2 dernières heures ou on nous donne la conclusion. Et au milieu, il y a 15h de balade dans l’espace qui servent principalement à déployer le background de la licence.
    Je suis assez déçus du manque d’importance de cette trame principale. Bien que je trouve les missions cités précédemment intéressantes et bien foutus, j’aurai aimé vivre quelques chose “de plus grand”.
    Je trouve les combats vraiment mous, inintéressants et simplistes. A coté de ça, la narration est géniale, au point que je lis/écoute tous les dialogues (se qui m’était pas arrivé depuis STALKER).

    Ca fais 10 jours que je suis loin de mon PC à cause des fêtes de fin d’année, et j’ai hâte de pouvoir finir le 2 et me lancer dans le 3 même si le gameplay est bancale.

  12. MAX-k dit :

    J’ai adoré ME1.
    J’ai adoré ME2.
    J’ai vraiment pas aimé ME3.

    La Citadelle qui se trouve résumée à 3 maps de 200m²… Mouais :/

  13. Daemetrius dit :

    La citadelle résumée à 5 petites zones personnellement j’ai bien aimé, et c’est encore trop grand. Là j’ai l’impression de jouer à un jeu de tourisme, je suis impatient d’enchaîner les missions mais je dois faire du social et chercher une personne paumée quelque part, ça casse tout rythme.

    Après une dizaine d’heures sur Mass Effect 3 ça confirmes un peu mes craintes, le jeu est une succession de quêtes sans intérêts qui semblent nous faire oublier l’urgence de notre mission et de l’histoire. Pour le moment j’ai eut le droit à une seule quête vraiment intéressante, avec les Krogans, qui nous rappelait bien l’urgence de la situation et nous mettait sous pression !

  14. Vroden dit :

    Comment on peux critiquer Kotor 1? Je l’ai enfin acheté cet été, trop peu de temps pour jouer depuis, mais de ce que j’ai vue, du grand Bioware, comme Jade Empire, Dragon Age Origin et ME1, comme tous les premiers jeux d’une série Bioware.

    Alors je suis d’accord avec le fait que le 2 est super sympa à jouer, les pouvoirs ont un intérêt, l’histoire et la mise en scène tue, mais que c’est pauvre en terme de RPG, le premier était juste fantastique, à changeais les mod de nos armes et armures, avoir différents style d’armures ! J’ai été choqué, réellement que dans le 2 que quelques soit notre classe, c’est les même armures pour tout le monde, on a 3 armes différents et on peux rien customiser, c’est limite une honte après le premier.

    Réellement on sens que pas le même studio qui a développé ME1 et ses suites, et c’est triste, ok les combats dans le premier sont pas géniaux, mais au moins on un RPG derrière, avec plein de capacité à monté, on fait le perso qu’on veux vraiment.

    Après ME3 est sympa, il se rattrape un peu sur le côté RPG, même si toujours pauvre en termes d’armes et les armures tout le monde la même chose. Et puis on a côté epic qui fait plaisir. Pour moi le meilleur ME possible ça sera le côté RPG du premier, et l’action fluide du 2 et 3.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté avec votre compte Wefrag pour publier un commentaire.