Japon

le blog de Syla.

Votre attention s’il vous plait…

Cette année encore, il est question de célébrer l’élite, la crème qui émerge du gratin de cerises sur le gâteau.
Plutôt que d’essayer d’améliorer la bombe à neutrons, des Âmes nobles ont préféré se concentrer sur des questions que le monde entier attendait avec une impatience non dissimulée. Des questions dont la trivialité de premier abord ne masquait que le fracas qu’elles auront dans nos vies prochaines.

Amis Scientifiques, je suis certain que travaillant de concerts, main dans la main et épaules contre épaules, nous pourrons fouler d’un pas sûr la pente périlleuse mais ô combien gratifiante qui nous ménera vers un futur rayonnant qui nous attend de pied ferme. Nous pourrons alors dire aux jeunes générations, regardant droit dans leurs yeux humides mais confiants, que même en étant au bord du gouffre la Science peut toujours faire un grand pas en avant et promettre à ses fervents défenseurs des lendemains qui chantent et des aubes qui rosent.

Bref, j’ai dix jours de retard, mais les distinctions des IgNobel ont été publiées. Petit florilège:

IgNobel de Médecine Vétérinaire: Catherine Douglas et Peter Rowlinson de Newcastle University, Newcastle-Upon-Tyne, UK. Pour avoir démontré que les vaches avec un nom produisent plus de lait que les vaches non nommées.
Je cite: ‘Catherine Douglas was unable to attend the ceremony because she recently gave birth; she sent a photo of herself, her new daughter dressed in a cow suit, and a cow.’

IgNobel de la Paix: Stephan Bolliger, Steffen Ross, Lars Oesterhelweg, Michael Thali et Beat Kneubuehl, University of Bern, Switzerland. Pour avoir déterminé expérimentalement s’il valait mieux être frappé sur la tête avec une bouteille de bière vide ou pleine.

IgNobel d’Economie: Les Directeurs et Executifs de 4 banques Islandaises (Kaupthing Bank, Landsbanki, Glitnir Bank, and Central Bank of Iceland) pour avoir démontré qu’une petite banque peut rapidement se transformer en une énorme, et vice-versa, et pour avoir démontré qu’on peut faire la même chose avec l’économie nationale.

IgNobel de Chimie: Javier Morales, Miguel Apátiga et Victor M. Castaño de la ‘ Universidad Nacional Autónoma de México’. Pour avoir créé des diamants synthétiques exclusivement à partir de Tequila.

IgNobel de Médecine: Donald L. Unger, de Thousand Oaks, California, USA. Pour son enquête sur les causes de l’arthrite des doigts, en se faisant craquer les doigts de sa main gauche mais jamais sa main droite, tous les jours pendant 60 ans.

IgNobel de Santé Publique: Elena N. Bodnar, Raphael C. Lee, et Sandra Marijan of Chicago, Illinois, USA. Pour avoir inventé un soutien-gorge qui, en cas d’urgence, peut rapidement être converti en deux masques à gaz. Un pour la porteuse dudit soutien-gorge et le deuxième pour un proche nécessiteux.

Collègues Chercheurs de tous horizons, Confrêres Scientifiques de tous les continents, je suis fier de vous !

Tags: , ,

9 commentaires pour “Votre attention s’il vous plait…”

  1. Caroline dit :

    hmmm, et l’arthrite, et la bouteille de bière ? on veut les résultats !!! :)

  2. GaLaK dit :

    Bah oui, quand je dois me défendre dans la rue vaut-il mieux que je vide ma bouteille de bière (oui j’en ai toujours une sur moi) avant ou après avoir frappé l’agresseur avec ?

  3. le0 dit :

    Je pense que pleine c’est mieux.
    Après tu la bois et tu l’achève avec le tesson.

  4. Plouf dit :

    Résultat de l’experience de la bouteille : une bouteille vide fait plus mal.

  5. Mem's dit :

    Reste tranquille, tu peux continuer à faire craquer tes doigts :
    “No evidence of arthritis in either hand was found at the end of 50 years.”

    Pour l’autre histoire de bouteille vide ou pleine y a pas d’accès au document entier mais apparemment si les bouteillent se cassent, c’est que c’est pas bon (fracture), faut encore savoir taper assez fort pour ça :
    “It took 10 joules more energy to break the empty bottles than the full ones. On the other hand, a full bottle has 70 percent more striking force. And finally, empty or full, a beer bottle is sturdy enough to break a skull before the skull breaks it.”

    (Leur recherche c’était plutôt “Est-ce que les bouteilles de bière résistent et que leur rupture suffisent à brisent les os d’un humain”)

    Bon enfin quelque soit le sens exacte, je vois pas en quoi les résultats de ces recherches fait avancer le schmilblick.

  6. Aliocha dit :

    Je ne sais pas où ils vont les trouver leurs bouteilles de bières, ce sont sans doute des obus de 16. Mais je sais par expérience qu’une bouteille de bière vide (type bouteille de Kro, ou même une Valstar) casse toujours avant un crâne. Par contre, je connais quelqu’un qui a eu un œil crevé (avec une bouteille normale), donc une bouteille vide ça peut être intéressant aussi, mais faut savoir taper avec, au risque de se mutiler la main.

  7. SethDeNod dit :

    T’as pas lu, c’est des bouteilles de bières SUISSES, elles sont en saphir synthétique.

  8. Caroline dit :

    en même temps vu la bière suisse tu tapes toujours avec une bouteille vide, ça serait du gâchis sinon.

    http://www.brasseriebfm.ch/static/products#la_mandragore

  9. Syla dit :

    Aliocha - Ils lâchent les bouteilles de haut, et regardent à partir de quelle hauteur (donc quelle énergie) elles cassent. La différence doit venir de là: elles tombent cul en avant, alors qu’en frappant c’est le côté qui prend.

    Et en effet, les bouteilles vides sont plus résistantes. Peut-être qu’elles sont plus souples, vibrent mieux et absorbent donc mieux le choc.

    Quoiqu’il en soit, les deux cassent après le seuil de résistance d’une boite cranienne, les deux sont donc dangereuses. Ils prennent des bouteilles d’un demi-litre, au fait. Je ne sais pas quelle bière.

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte sur WeFrag, connectez-vous pour publier un commentaire.

Vous pouvez, entre autres, utiliser les tags XHTML suivant :
<a href="" title="">...</a>,<b>...</b>,<blockquote cite="">...</blockquote>,<code>...</code>,<i>...</i>