I am nothing, no one, nobody, no more

Get out of life alive le blog de SnippyHolloW.

Articles taggés avec ‘vive les chocolatines’

Carnet de vol (extraits)

Lundi 22 juin 2009

J’ai écrit tout ce qui me passait par la tête. Ça ne couvre que Tokyo-Zurich. Quelques morceaux qui pourraient éventuellement être marrants (et encore) :

[...]

Cette pute de devant s’allonge à fond. Ce qui avait bien commencé par un petit somme et la découverte de “Chess” à 1800 ELO se transforme en calvaire pour mes genoux. Saloperie de Suisses allemands.

Je me fais le greatest hits Abba, encore une pensée pour Elle.

J’ai ouvert le hublot, flashé !

[...]

La pute (vieille, blonde, grosse, moche) de davant vient de se faire offrir un collier de perles en duty-free, après l’avoir fait ouvrir et essayé, par son doudou à moustache. Si il pouvait lui redresser le siège aussi, ça serait cool.

On pense plus vite que l’on n’écrit. (Nooon, jure !)

[...]

Kitsch, adj. et subst. : voir Abba.

J’ai chié, pardon à la Sibérie. Mal au genoux, mal au cul !

[...]

Mon voisin est japonais et très sympa. Je suis coté hublot : il ne pipe pas un mot d’anglais mais on se comprend très bien dans l’entraide mutuelle pour bouffer, me laisser sortir, se filer des affaires. Je crois qu’il a maudit secrètement ma voisine de devant pour moi ! J’ai beau dire et être (trop) gentil : un petit coup de haine gratuite, ça soulage ! (\label{PUUUTE})

Le Japonais qui fait de la génuflexion (pour contracter son P.C. ?) en attendant pour les chiottes : priceless !

Pas moyen de voir mon écran à cause de l’angle (\ref{PUUUTE}).

Souffrir, une fesse après l’autre.

[...]

Je bave quand je dors !

On-the-go dodo (Smashing Pumpkins, Cardigans, Arcade fire, Dandy Warhols). Le son est meilleur que leur daube de casque.

I leaved and I lived!

[...]

Turbulences, take 3: impossible de dormir ! “If it’s true that love will never die, then why do the lovers work so hard to stay alive?” [The Cardigans, écrit avec la plume qui saute, c'était marrant sur le coup]

Glace à la vanille à 35 000 pieds.

[...]

En avion comme dans la vie : on court après une après-midi, mais la Terre va plus vite. [Je suis parti à 10h25 et arrivé à Zurich à 15h50]

[...]

Maki, mon voisin m’a tiré d’affaire pour le déballage alors que j’avais commencé comme un pied.

Il m’a pris un thé pendant que je dormais !

Sandwich au dessus de la Pologne, très joli cumulo-nimbus, je n’aurais pas du prendre un Coca.

38-23 = 15 sec, 3 km => 3km/15sec * 3600 => 3*240 => 720km/h. Erreur pas si grosse pour la grosse louche.

“Meine Damen und Herren, blabla Zurich Flugstation blabla…”, bientôt.

[...]

868km/h, 13 000m, 309km to destination, and counting…

[...]