I am nothing, no one, nobody, no more

Get out of life alive le blog de SnippyHolloW.

Archive pour la catégorie ‘humeur’

Carnet de vol (extraits)

Lundi 22 juin 2009

J’ai écrit tout ce qui me passait par la tête. Ça ne couvre que Tokyo-Zurich. Quelques morceaux qui pourraient éventuellement être marrants (et encore) :

[...]

Cette pute de devant s’allonge à fond. Ce qui avait bien commencé par un petit somme et la découverte de “Chess” à 1800 ELO se transforme en calvaire pour mes genoux. Saloperie de Suisses allemands.

Je me fais le greatest hits Abba, encore une pensée pour Elle.

J’ai ouvert le hublot, flashé !

[...]

La pute (vieille, blonde, grosse, moche) de davant vient de se faire offrir un collier de perles en duty-free, après l’avoir fait ouvrir et essayé, par son doudou à moustache. Si il pouvait lui redresser le siège aussi, ça serait cool.

On pense plus vite que l’on n’écrit. (Nooon, jure !)

[...]

Kitsch, adj. et subst. : voir Abba.

J’ai chié, pardon à la Sibérie. Mal au genoux, mal au cul !

[...]

Mon voisin est japonais et très sympa. Je suis coté hublot : il ne pipe pas un mot d’anglais mais on se comprend très bien dans l’entraide mutuelle pour bouffer, me laisser sortir, se filer des affaires. Je crois qu’il a maudit secrètement ma voisine de devant pour moi ! J’ai beau dire et être (trop) gentil : un petit coup de haine gratuite, ça soulage ! (\label{PUUUTE})

Le Japonais qui fait de la génuflexion (pour contracter son P.C. ?) en attendant pour les chiottes : priceless !

Pas moyen de voir mon écran à cause de l’angle (\ref{PUUUTE}).

Souffrir, une fesse après l’autre.

[...]

Je bave quand je dors !

On-the-go dodo (Smashing Pumpkins, Cardigans, Arcade fire, Dandy Warhols). Le son est meilleur que leur daube de casque.

I leaved and I lived!

[...]

Turbulences, take 3: impossible de dormir ! “If it’s true that love will never die, then why do the lovers work so hard to stay alive?” [The Cardigans, écrit avec la plume qui saute, c'était marrant sur le coup]

Glace à la vanille à 35 000 pieds.

[...]

En avion comme dans la vie : on court après une après-midi, mais la Terre va plus vite. [Je suis parti à 10h25 et arrivé à Zurich à 15h50]

[...]

Maki, mon voisin m’a tiré d’affaire pour le déballage alors que j’avais commencé comme un pied.

Il m’a pris un thé pendant que je dormais !

Sandwich au dessus de la Pologne, très joli cumulo-nimbus, je n’aurais pas du prendre un Coca.

38-23 = 15 sec, 3 km => 3km/15sec * 3600 => 3*240 => 720km/h. Erreur pas si grosse pour la grosse louche.

“Meine Damen und Herren, blabla Zurich Flugstation blabla…”, bientôt.

[...]

868km/h, 13 000m, 309km to destination, and counting…

[...]

Leavin’ Japan…

Samedi 20 juin 2009

Une “master thesis”, quelques amis, quelques bousculades de la vie plus tard, il est déjà temps de partir, encore. On part dans les deux sens, même quand c’est pour rentrer, c’est marrant.

IMGP3806

Le Japonais, c’est avant tout une langue que je n’ai pas apprise, parce que je suis un gros con. Le Japon, c’est ensuite une plage où je suis allé m’échouer en quête de neuf. Je n’y ai pas trouvé grand chose à part quelques personnes intéressantes et sympa. Malheureusement, être expat’ c’est comme l’alcool, ça crée des liens par déinhibition. Je n’étais pas parti avec la carte au trésor et la pioche aussi, faut pas s’étonner. J’y ai vécu, c’est déjà pas si mal !

IMGP4350

D’un autre coté, partir, c’est mettre sa vie en abîme et voir qui l’on est vraiment. Je ne suis pas un diplôme, je ne suis pas une fonction, je suis interchangeable, je ne suis pas interchangeable, je suis mes amis, je suis ma famille. Y en a un qui avait dit “Partir c’est mourir un peu”. Moi je dirais que “Partir c’est se mettre un coup de pied au cul”, et ça remet les idées en places sur ce que l’on veut.

IMGP4502

Je m’excuse : c’était prendre des photos ou fumer. Je serais toujours reconnaissant envers le planqué qui a décidé que le thème de “Français-philo” en spé devait être “La Recherche du Bonheur” pour ma pomme. Ça peut paraître con, mais les oeuvres étaient assez bien choisies et quand on se sert de ce qui prend de la place entre nos oreilles pour l’explorer de manière non scolaire : ce thème avait de la gueule !

yellow_line_blue_top

Dire que j’ai passé 1.64% de ma vie au Japon. Il est temps de “reload game”.

IMGP5019

Merci à tous ceux qui se reconnaîtront (même au Marseillais et au Neuchâtelois).

The Tokyo Experiment, bientôt fini

Dimanche 14 juin 2009

IMGP3620

Pas trop le temps (Master, GSoC) de finir de voir et faire tout ce qu’il y a à voir et faire.
IMGP3603

Je sens que je vais finir “Déçu de partir, mais content de rentrer !”, ce qui serait normal …
IMGP3657

J’ai acheté un 30mm f/1.4 Sigma, il est moins bien que le Pentax 35mm f/2 à f/2, mais je voulais ce demi-stop supplémentaire. Salaud d’Oni Oni et sa secte virale bokehlifique.
IMGP3699

IMGP3495

Il reste plein de gens bien sympas et marrants sur Tokyo au moins encore pour tout l’été. Entre autres, le genre de gens avec qui on peut improviser des conneries dans un bar posé qui diffuse du Tom & Jerry …

Flickr Video

Aller, kanpai :
IMGP3578nb

I need a better heuristic for life

Vendredi 5 juin 2009

Avec le nombre de conneries du genre qui me passent par la tête en ce moment, il fallait bien que ça arrive. J’ai commis, mes excuses (mais je garde les autres pour moi, vous pouvez m’être reconnaissant !).
heuristicforlife_small

En chemin

Jeudi 19 mars 2009

Jusqu’à avant-hier, c’était un réel plaisir pour moi d’aller au travail à pied : une demi-heure de marche à le long d’avenues et d’une autoroute qui traverse Tokyo. Le matin avec son effervescence à l’arrière de Mitsukoshi et tous ces financiers qui se font laver leurs Mercedes en faisant le plein. Le soir avec le calme de la nuit et la musique de mon iPod qui passe de Lynyrd Skynyrd à Sigur Rós.

Mais voilà, avant-hier je portais un t-shirt, un pull et un manteau de ski et je pouvais marcher vite. Aujourd’hui j’étais en t-shirt et j’avais chaud. La douce balade le long de l’evervescence Tokyoïte s’est transformée en séance d’inhalation de gaz d’échappement. Il est temps de changer de chemin. En ce moment, je n’ai vraiment pas assez de temps pour prendre des photos, ça m’attriste un peu …

before_akihabara_tonemapped_1920

Moi le premier ! Mais là je vous écris en dual screen depuis le Japon sur mon bon vieux Macbook Pro (Santa Rosa). J’ai Firefox 3 avec une 20aine de tabs, Google AppEngine SDK, 2 Vim, un latex qui tourne de temps en temps, Macports qui compile des packages (là c’est GCC), un programme de résolution en Java qui tourne depuis 2h et qui va pas s’arrêter de si tôt, 4 pdfs d’ouvert, deux gros documents office (xlsx) ouverts dans OOo, mon iTunes continue de me jouer les Gun’s sans interruption et mes changements de bureaux (4×2) se font de manière fluide. J’ai les archi-bases en OS et processus concurrents : c’en est quand même bluffant !

Il a bien raison l’acteur …

[TPB trial] King-Kong defense

Jeudi 19 février 2009

Pour rire un coup … Je suis à la fois satisfait que 50% des charges aient été suspendues : elles n’étaient pas ettayées, vaguement calculées au pifomêtre puis multipliés par des coeffs de 2 à 10 ! Et à la fois déçu que ce procès ne soit pas un exemple du genre, pour savoir à quoi s’en tenir et quelle va être la tendance dans le futur proche. L’accusation me semble très mal préparée et ça m’étonne, c’est quand même des avocats payés des fortunes. Gageons qu’ils feront mieux en appel mais c’est quand même hallucinant qu’ils en viennent à attaquer sur le fait que TPB fait du copyright infringement alors qu’ils ne donnent que des liens (ils les traitent légalement comme si ils étaient rippeurs/distributeurs). Quelqu’un sur slashdot commente d’ailleurs que les lois en Suède peuvent changer assez vite (pas d’étape constitutionelle) et que ça pourrait bouger entre le procès et l’appel (ref. needed). On parle pas mal de ces fausses pertes gonflées par une industrie de l’entertainment toujours plus greedy, même Luc Besson. Bien sûr on retrouve toutes ces infos sur le blog d’ATP.

Conclusion, c’était un petit coup de gueule contre toute cette industrie de l’entertainment qui veut prendre de l’argent des deux cotés (iTunes store & co et RIAA/MPAA) plutôt que de s’adapter à la demande et d’admettre qu’on n’ira pas voir tous leurs nanards, dussent-ils nous matraquer avec. D’ailleurs on peut lire un peu partout (ici par exemple) que le marché est en croissance, et ce même par rapport à l’inflation. On se rend bien compte, comme ils se débatent, que ça ne tue pas vraiment les artistes : The Flashbulb, NIN, Spin Doctors, Hype et pleins d’autres continuent de (très bien pour certains) vivre de leur art et alors que Taken (pour faire dans le Besson) a déjà rapporté 10 fois son investissement, d’autres sont déjà rentables rien qu’avec les produits dérivés et partenariats. Attention hein ! Je n’adresse même pas ici la question : depuis quand fait-on de l’art pour le bénéfice ? Mais il va falloir vivre avec son temps, c’est la crise pour tout le monde ! On licensie sous ce prétexte ? Hé bien ça fait moins d’argent pour remplir le ventre, mais ça, on n’y coupe pas, donc c’est le mange-cds qui dégustera ;) Aller, je retourne écouter mon rip de Led Zep que j’ai téléchargé plusieurs fois sur bittorrent à divers endroits différents et dont mon père m’a légué la discographie en vyniles … Il écoute ses cassettes (encore en excellent état) de bootlegs Deep Purple et 10 Years After, lui.

J’aurais aimé avoir mon appareil photo tout à l’heure quand j’étais assis en face de l’école, un peu en hauteur, les pieds dans l’herbe et le cul sur la pierre, le soleil se couchant derrière des montagnes toujours aussi belles. Un super-super-grand angle ça doit être bien parfois, ces fois où on a besoin de s’assoir alors qu’on n’a pas crapahuté et où il fait un temps à écouter du pop-rock. J’aurais aimé avoir un micro pour enregistrer l’instant, les trams qui passent, le léger vent, le bruit du soleil qui se couche. J’aurais aimé pouvoir figer mon état moral et pouvoir le faire partager comme un traveling circulaire en slow motion. J’ai mis une heure et demie à me rendre compte que j’avais rendu ma copie. Toujours est-il que c’est la fin, après 3 super années ici, des amis en pagaille, 2 colocations, des open-bars à plus savoir où donner de la tête, des études de qualité. J’ai fait un partiel de sécurité informatique avec la morosité moite de celui qui voudrait que ça ne se termine pas tout de suite malgré qu’il voit partir ses amis un par un. Forcément, c’est moyennement réussi même sans la question sur El Gamal elliptique … Et puis demain il y aura “droit, à poil”, TGV, une récolte de douceur puis avion très matinal, jet lag, travail. Pourquoi ne suis-je pas allé faire la fête comme tout le monde ce soir ? Il ne faut pas regretter, les colocs eux aussi sont là et on va manger !