Pacific Island

le blog de Simon.

Honotua: entre espoir et désillusion

Les télécommunications actuelles de la Polynésie, que ce soit en inter-îles ou à l’internationale passent obligatoirement par satellite. Le satellite peut sembler idéal pour un territoire aussi vaste et éclaté que la Polynésie. Seulement, le satellite c’est lent, le satellite c’est cher. La démocratisation d’internet Haut débit a mis au jour les faiblesses du satellite: des temps de latence important et une saturation du réseau. Mana, le seul fournisseur d’accès internet polynésien, dispose de 2 liaisons vers les Etats-Unis pour une capacité de 424 Mb/s de bande passante entrante et 197Mb/s de bande passante sortante partagé par 28 500 abonnés.

Ces limitations ont des conséquences directes pour le client: des quotas et des prix exorbitants.  A l’image de la Belgique, les forfaits ADSL illimités proposé par le FAI ne sont illimités que par la durée de connexion. En revanche vaut mieux faire attention à l’utilisation de la bande passante (j’ai convertis les prix en euros):

Avec de tel tarifs, autant dire qu’une grande partie de la population est exclus. Mana justifie sa politique tarifaire par le prix élevé de la bande passante par satellite. Nous voulons bien admettre que les télécommunications à l’internationale sont chères. Il y a tout de même un peu de mauvaise fois car rien ne les empêche de débrider les forfaits localement. Les utilisateurs réclament ce débridage depuis des années et Mana vient de le mettre en place… sur les forfaits pro, encore plus cher que ceux présentés ci-dessus.

Autre facteur de prix élevé: le marché de la Polynésie  est très contraignant. 200.000 habitants répartis sur pas moins d’une centaine d’îles rendent les investissement en télécommunication difficiles. Les installations sont coûteuses, la logistique casse-tête et le marché très restreint. La petitesse du marché a pour conséquence direct le monopole de l’Office des Postes et Télécommunications (OPT) ce qui n’arrange pas les choses.

En tant que professionnel de l’informatique, nous sentons un potentiel important de développement autour d’internet. Nos contacts dans les entreprises sont très attirés par ces technologies. Des applications multi-sites, des applications web, du travail à domicile, du e-commerce. Nous avons des projets dans les cartons, et nous en avons même mené un a terme pour montrer à l’OPT qu’il est temps de réagir et de se moderniser. Il s’agit une application de prise de commande pour les commerciaux itinérants sur tabletPC. L’application lourde attaque des webservices hebergés sur le serveur du client grâce à une puce 3G (vendu avec un forfait 1Go pour 70€/mois). Le commercial prend en live ses commandes avec le client, vérification des stocks en temps réels. Bref un outils réclamé par tous les grossistes du coin, un outils que l’on nous demande depuis des années. Seulement avec des connexions pas très fiable et chères, cela freine les petits entrepreneurs. Heureusement que les plus grosses boites ont investis et servent de vitrine.

Honotua est un projet ambitieux de modernisation de la Polynésie Française. Honotua, littéralement “lien vers le large” en tahitien est câble qui va nous relier au reste du monde. De quoi nous faire perdre notre statut “d’îles du bout du monde”. Dès 2010 (si tout se passe bien) nous seront à 200ms des USA et 300 de l’Europe. De quoi impressionner quand on sait qu’il faut 24h d’avion pour faire le trajet. Ce sera la véritable entrée de la Polynésie Française dans l’aire du numérique. Certes nous y avons déjà un pied dans cet air du numérique. Mais il a un gout de trop peu et de vaseline.

Honotua c’est de la fibre optiques, avec des avantages qui écrasent sans aucune mesure les prestations des satellites. Malgré un coût d’installation monstrueux (75 millions d’euro), le câble a des arguments alléchants: le débits vont passer de 600Mb/s à 2×10Gb/s et les temps de latence vont être 3 à 5 fois moindre. Niveau fiabilité, Alcaltel qui pose le câble, garanti moins de 3 pannes pour les 25 prochaines années. Fini la dégradation du réseau lors des pluies tropicales qui brouillent la réception satellite.

Honotua en plus de créer un lien fort avec le reste du monde,  devrait par sa liaison inter-îles renforcer le contact entre les polynésiens. Quasiment toutes les familles sont éclatées sur plusieurs îles. Avoir des moyens de communications performants ne sera pas du luxe.

Le FAI n’a pas encore évoqué sa politique tarifaire un fois le câble en service. Tout le monde espère une baisse considérable des prix ainsi que l’abolition des quotas. Mais nous savons pertinemment que Mana, seul maître à bord du fait de son monopole, ne va pas se presser pour revoir tout ca à la baisse.

Nous aussi nous aimerions profiter des videos en ligne, des nombreux contenus téléchargeables (et pas forcement illégaux), de steam sans avoir peur d’une grosse mise à jour, du dématérialisé en général, échanger des dizaines de photos avec la famille en métropole, faire de la voip de qualité avec moins de 1500ms de décalage, le tout sans avoir à regarder si l’on approche de la fin du forfait ou pas. Espérons qu’Honotua soit cette formidable opportunité de nous ouvrir au monde dont les polynésiens rêvent.

8 commentaires pour “Honotua: entre espoir et désillusion”

  1. mouito dit :

    bien du courage, je sais ce que c’est de lutter pour envoyer ds photos ou faire des recherches quotidiennes sur le net, merci l’australie et les quotas…même si c’est pas la même mesure enfin on a un forfait
    25GO pour $80 ce qui est quand même quelque chose

  2. Chaka dit :

    Coool, il y a pire que la Belgique.

  3. PositiveFunk dit :

    Sympas l’article

  4. divide dit :

    Un article sur la situation des (du) FAI à Honotua… C’est intéressant mais inattendu ! :)

  5. D0h dit :

    Quand tu parles de l’OPT, j’ai eu l’impression de lire un billet qui aurait pu être écrit en 2000 en France métropolitaine.

    Enfin, tu as quand même l’avantage de vivre dans des iles paradisiaques ;)

  6. PositiveFunk dit :

    Fait gaffe, si tu écris trop, ça va lui bouffer sa bande passante.

  7. Aliocha dit :

    75 millions d’euros, ça les vaut largement. Avec 2 Go, en gros on envoie que des mails ?

  8. Simon dit :

    Aliocha a dit :
    75 millions d’euros, ça les vaut largement. Avec 2 Go, en gros on envoie que des mails ?

    Oui ca les vaut mais pour le petit pays qu’est la Polynésie ca fait partie des gros gros investissements. Avec 2go oui c’est à peu près ca. A la limite un peu de voip.

    PositiveFunk a dit :
    Fait gaffe, si tu écris trop, ça va lui bouffer sa bande passante.

    Haha tout juste, je bloque les pub en flash et les videosyoutube & co, obligé avec le forfait à 6go…

    D0h a dit :
    Quand tu parles de l’OPT, j’ai eu l’impression de lire un billet qui aurait pu être écrit en 2000 en France métropolitaine.
    Enfin, tu as quand même l’avantage de vivre dans des iles paradisiaques ;)

    Oui sauf quand 2000, malgré le monopole de FT, on avait du 512 vraiment illimité.
    Les îles c’est bien, mais pas si paradisiaque que ca.

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte sur WeFrag, connectez-vous pour publier un commentaire.

Vous pouvez, entre autres, utiliser les tags XHTML suivant :
<a href="" title="">...</a>,<b>...</b>,<blockquote cite="">...</blockquote>,<code>...</code>,<i>...</i>