Pacific Island

le blog de Simon.

Eclipse solaire

Jeudi 15 juillet 2010 à 9:14

J’ai pu assiter à l’éclipse solaire le dimanche 11 juillet. Sur l’île de Tahiti le soleil a été recouvert a environ 98-99%. Il fallait de rendre sur l’archipel des Tuamotu pour voir le soleil de faire cacher a 100% par la lune. Je suis donc allé tranquillement à la plage observer le phénomène toujours impressionnant à voir.

Quelques photos prisent avec un petit compact canon et les lunettes par dessus l’objectif (d’ou la mauvaise qualité des clichés)

Durant l’éclipse la luminosité n’a pas énormément bougée. La nuit noire n’est que pour les endroits où l’éclipse était visible à 100%. Mine de rien, 1% de soleil ca éclaire énormément! Les couleurs en revanche se sont énormément ternies donnant une atmosphère limite irréelle. Ces couleurs ne rendent pas du tout d’ailleurs en photo, l’appareil les déforme en les rendant vives. La température en revanche a littéralement chuté.

Voici le lieu d’observation. Idéal, quasiment personne (tout le monde était devant la final de la coupe de monde), un ciel sans nuage et un calme absolu. Un très bon moment ce couché de soleil à l’est!.

Tikahiri, du rock polynésien

Mardi 30 mars 2010 à 16:15

Ma découverte du mois en matière de musique se nomme Tikahiri.

Il faut savoir que les polynésiens sont très très musiciens. S’il sont toujours prêts à pousser la chansonnette ou gratter un peu, ils ne sont pas très originaux. Il y a énormément de petit groupes qui jouent dans les bars mais c’est toujours la même chose, le même son, le même air, les mêmes reprises de classique de la chanson française ou compositions tahitiennes. Parfois on ne fait même pas la différence entre les morceaux tellement le son ne change pas. Il sont en général trois, parfois 4: un guitariste (guitare sèche) un pianiste/chanteur et un ukulélé. Le son est très karaoké, le synthétiseur donnant le rythme avec des pseudo percussions renforce cette impression.

YouTube Preview Image

L’exemple est valable pour tous les groupes, c’est exactement le même son. Pour moi, métropolitain d’origine, ca va bien 5 minutes mais c’est vite “fiu”.

Bref, tout ca pour dire que j’ai découvert un groupe polynésien qui sort complétement de la norme. Leur originalité par rapport aux autres, c’est qu’il ont tout d’abord un son relativement occidental, très rock, limite métal sur certaines chansons.  On ajoute à cela un violoncelle qui nous sert des magnifiques mélodies très prenante. Et enfin on prend un chanteur à la voix claire et grave à la fois, des texte en langue Paumotu (une des langues Polynésienne). Au final ca donne ca :

YouTube Preview Image

J’ai pu assister à un de leur concert ce week end et j’ai été complétement conquis. C’est le premier groupe de Tahiti que je vois soigner sa production avec des chansons travaillées, bien enregistrées. Ils soignent également leur look, leurs costumes, leur éclairage et la mise en scène pour leur live. Ca parait con, mais à Tahiti c’est bien la première fois que je vois ca. Les clips aussi sont plutôt bien réalisé.

Tahiti a enfin un groupe qui sort des entiers battus et impose son style avec brio.

Bouchons

Vendredi 22 janvier 2010 à 11:05

Tous les jours, pour me rendre au boulot, je remonte inlassablement sur mon fier destrier une file de plus de vingt kilomètres de  bagnoles. Une question me revient à l’esprit régulièrement, si ce n’est pas tous les jours:

Comment ces gens peuvent accepter de passer entre 1h et 1h30 pour faire 20km? Comment peuvent-il remettre ca le soir en rentrant? Comment peuvent-ils psychologiquement ne pas péter un câble devant tant d’immobilisme. Personnellement j’ai tenu 3 mois en voiture.

J’ai vite solutionné le problème en achetant un scooter. Résultat immédiat et sans appel, je passe entre 30 et 45 minutes de moins sur la route par trajet. En prenant le minimum de mon gain par trajet (30 minutes donc), je gagne 1h par jour. 5h par semaine. 22-23 heures par mois. Au minimum.

Chaque mois donc j’ai une journée de temps libre de plus que les automobilistes.

Swoggi, “enchères innovantes”

Mercredi 20 janvier 2010 à 10:23

Je viens de découvrir le site www.swoggi.com.

Concept:

C’est un site qui permet de faire des enchères sur un principe un tantinet différent de celui d’ebay. En effet, les objets sont mis à prix à 0€. Chaque enchère vous coute 0,50€ et fait augmenter le prix de l’objet de 0,01€. Chaque echère augmente le temps restant de 15 secondes.
Le “pas” des enchère étant très faible (les fameux 0,01€) il va falloir beaucoup d’enchère pour que le prix monte. L’augmentation du temps restant à chaque enchère, laisse le temps aux autres utilisateurs de sur-enchérir votre offre. Dès que l’objet arrive à un temps restant de moins de 10 secondes, tout le monde s’empresse d’enchérir pensant être le dernier à le faire. Du coup le temps remonte d’une ou deux minutes. Et dès qu’il redescend, rebelote. Le gagnant est le dernier à avoir enchérir quand le chrono tombe à 0.

Prenons un exemple:

Il y a actuellement une PS3 à vendre. Elle est grimpé 80€. Avec un seuil de 0,01€ cela veut dire qu’il y a eut 8.000 enchères sur cette objet. Avec chaque enchère facturé 0,50€, la PS3 rapporte aux exploitants pas moins de 4000€! 4080€ si l’on ajoute le prix de vente de l’objet.
J’aime autant vous dire que ce site est une vraie mine d’or. De plus les objets proposés sont très en vogue et attirent du monde (iphone, PS3, DS, ipod…)

Le site ne m’ intéresse pas du tout pour faire des achats. Je voulais juste en parler car j’admire les gens qui ont des idées de génies pour se faire beaucoup de thune, et qui savent brillamment les mettre en œuvre.

Mandriva InstantOn

Mercredi 23 décembre 2009 à 16:26

Il y a quelques jours, Mandriva sortait un “mini” OS destiné au petit netbook. Principales caractéristiques: un démarrage de la machine très rapide (aux alentours de 10 secondes) et permettre d’effectuer des tâches basiques (surf, mail, lecture de musique & video).
Très alléchant sur le papier, je l’ai acheté dès sa sortie (10€). Je vous fait pas de suspense, en 4 minutes montre en main j’ai été extrêmement déçu.

Voici mes impressions sur mon eeepc701:

L’installation: Ultra simple et très rapide. J’ai pas chronométré mais pas plus de 20 minutes. Sur la page de téléchargement, Mandriva fournit un utilitaire pour transférer l’iso sur une clé usb. Jusque là très bien.
Lancement: 10 secondes annoncées, environ 15 pour mon 701, ce qui me convient parfaitement.
Reconnaissance matériel: RAS, tout y est, réseau filaire et wifi marche très bien, touche Fn OK, lecteur de carte aussi, tout va bien.
Applications: Firefox, un lecteur video, un lecteur de musique, un explorateur de fichiers, skype, clône msn. C’est presque parfait pour mon utilisation, il manque Open Office, c’est bien dommage même si je m’en sert pas souvent.
Tout semble parfait. Ah non, l’image a l’écran est dégueu. Résolution: 640*480.
Premier problème: petite recherche, résolution par défaut:800*600 et si l’écran supporte pas c’est du 640*480. QUOI?! En (presque) 2010, une entreprise ose vendre un OS (même si celui-ci se veut volontairement minimaliste) sur lequel on ne peut pas changer la résolution!!! J’en suis tombé sur le cul. Le premier PC sur lequel j’ai mis les mains donnait le choix de la résolution et c’était en 1995, il y a 15ans. Apparemment on peut changer la résolution en modifiant un fichier de config avec vi (super user friendly les petits gars). Mais en fonction des résolutions VESA BIOS . Rien qui correspond à mon 701 la-dedans. D’ailleurs en y regardant de plus près, la majorité des netbook, cible de cette OS, sont en 800*480 ou  en 1024*600, aucune de ces deux résolutions n’est supporté. Déjà que les écrans sont tout petits, en plus ils ne sont pas exploités pas au mieux…
Deuxième gros point noir de cette OS: la configuration. Je demande pas un truc poussé (bien au contraire) mais là, on a rien pour installer de nouveau soft ou faire des mises à jour.  On ne peut même pas réorganiser les icônes qui sont classé bizarrement d’ailleurs. On doit aller dans multimédia pour avoir l’explorateur de fichier, logique.

Pour conclure, idée de base intéressante plombé par une réalisation très médiocre. J’espère que Mandriva va très rapidement réagir. Avoir lâché 10€ la-dedans me laisse un goût très amer dans la bouche.

Devenir propriétaire…

Lundi 30 novembre 2009 à 15:35

…avec le sourir et l’anus dilaté! Retour sur expérience:

(TOUJOURS TOUT NEGOCIER)

Je suis en passe de devenir une deuxième fois propriétaire d’un bien immobilier. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’on a franchement l’impression que l’Etat, les notaires, les banques et les vendeurs veulent empêcher les gens de le devenir.

Mon cas est en Polynésie Française, par conséquent les frais et les taux peuvent différer de la métropole. Valeur du bien: 260.000€

Trouver une maison ou appartement à son goût c’est pas évident. Ça l’est encore moins en couple puisqu’il en va des petits désidératas de chaqu’un. Et comme c’est un projet à long terme, il faut penser aux années futures (pour les enfants notamment). Bref une fois la perle rare trouvé, les ennuis, les vrais, vont commencer.

Quand on ne connait pas comment ca se passe dans l’immobilier, c’est le flou. Et on l’entretient ce flou. Les agences immobilières vont vous citer les frais auquel vous aurez à faire face, pareil pour les notaires et les banques. Seulement ils ne vont jamais vous citer les mêmes montants, les même taux voir les mêmes frais. Au final on se retrouve embrouillé et sans savoir ce que l’on va réellement payer.

Le vendeur (ou agence)

Il essaiera toujours de tirer le meilleur prix de son bien, c’est normal. Ne pas hésiter à voir le bien plusieurs fois tout regarder/noter. C’est important d’y aller plusieurs fois car c’est à force de voir le bien que l’on remarque les défauts. Ne pas hésiter non plus a faire venir des connaissance qui verront des choses qui peuvent nous échapper. Signaler au vendeur les défauts relever pour tenter de baisser le prix. Si vous passez par une agence, il est possible de négocier la marge que l’agence va se prendre. Encore mieux (comme dans notre cas), la maison était référencée chez plusieurs agences ce qui nous à permis de faire jouer la concurrence. Par contre nous n’avons pas réussi a négocier sur le prix de base de la maison. Du coup on s’est rabattu sur l’équipement où on a pu obtenir l’ajout/modification de certaines choses (placards intégrés dans les chambres, chauffe-eau solaire, certaines finitions à refaire… etc)

Le notaire:

Lors de la signature du compromis de vente, le notaire nous a demandé un acompte de 5%. Cet acompte est déduis lors de la “vraie” signature de la valeur bien. Il sert à prouver le sérieux de notre offre. Cependant, cet acompte est versé avant la demande de prêt. Hors sortir (dans notre cas) 13.000€ d’un coup sans avoir le crédit, c’était pas possible. Bras de fer avec le notaire, on a descendu l’acompte a 8.000€. Petite précision que l’on vous dit qu’au moment de signer: si on annule la promesse de vente avec une raison autre qu’un refus de prêt (ou votre propre mort), vous perdez ces 8.000€ ( à titre de dédommagement). Vaut mieux être sur de son coup.

Celui-ci nous annonce le montant des frais de notaires que nous aurons à payer lors de la signature définitive: 7.800€. Pour le coup, nous avons bénéficié d’aide (je ne crois pas qu’elles existent en France). Comme on a moins de 30ans et que c’est notre première acquisition en PF, on a payé moins de 4% de la valeur du bien. En métro lors de mon achat d’un appart j’avais payé 6.000€ de notaire pour un bien de 75.000 (ca fait 8%). Ca fait mal, très mal! A savoir que sur ce que vous payez au notaire, il y a au moins 50% qui vont dans les caisses de l’Etat. Les honoraires du notaire sont également négociable mais comme on a bénéficié d’aide, on a rien pu gratter la dessus.

Les banques

Une fois la promesse de vente signé, le notaire vous laisse un délais pour chercher et obtenir un prêt. C’est la que vous allez devoir batailler dur pour obtenir les meilleurs conditions. Je vous conseille de bien bien vous renseigner sur la manière dont se calcul un prêt avant d’aller voir les banques. Ca permet de bien maitriser son sujet, d’être sûr de soi quand on discute avec le chargé de clientèle. Dans mon cas j’ai créé un logiciel de calcul de prêt pour un organisme bancaire, ca m’a bien aidé à savoir comment ils fonctionnent.

Tout est négociable avec les banques. Il ne faut pas hésiter à rentrer dans le tas, à faire jouer la concurrence à fond et à bluffer. Dans notre cas, on en prend pour 20ans. Autant négocier le moindre euros pour éviter de refaire le stock de vaseline tous les mois.

  • Frais de dossier: Prix de base 1.600€, prix négocié: 500€. “Mettre en place un dossier de prêt ca vous coute 2h de chargé de clientèle. Je refuse de payer une tel somme, c’est du pur vol”.
  • Taux: taux de base: 6,1%, taux négocié: 4,7%. Il faut faire comme au poker: du bluff. Ne pas hésiter a annoncer les offres des concurrent même si elles sont fausses. Ne pas hésiter à dire qu’on est prêt à migrer les comptes d’une banque à une autre. Moi j’ai dit qu’on venait de la CASDEN qui propose des taux très intéressant (normalement pour les fonctionnaires mais les chargés que j’ai vu n’ont pas relevé). Ca les force dès le départ à revoir leur copie à la baisse. Il ne faut pas non plus hésiter a les voir plusieurs fois chacun, les relancer. Pour une même banque voir deux personnes différentes. Certains chargé sont beaucoup moins dur en affaire que d’autre. Il faut y aller bien sûr de soi, ne pas être hésitant et imposer au max vos règles, ca aide beaucoup.
  • Frais de remboursement anticipé: pas beaucoup de difficulté à les faire sauter complétement.

Ce qui m’a le plus emmerdé avec les banques c’est que plus tu es pauvres plus le montant du prêts va être élevé. Par exemple si tu n’as pas d’apports personnels, il vont être beaucoup moins enclin à baisser le taux et les frais de dossier. Alors que si tu n’as pas d’apports, à moins d’être un gros flambeurs, c’est que tu as moins de moyens. Plus tu auras du mal à te payer un bien, plus ils vont t’enfoncer, au lieu de te soutenir dans ton projet. De plus plus tu emprunt sur une longue période, plus ils vont faire monter le taux. Naïvement je croyais que c’était l’inverse.

C’est bien connu, on ne prête qu’aux riches.

Les assurances

J’ai pas trouvé beaucoup de marge à négocier chez les assureurs. J’ai juste bien fait le tour pour trouver le moins cher. 0.1% du montant du bien par personne. Dans notre cas 40€/moins pendant 20ans. L’inquisition chez les assureurs: pour une assurance vie pour un prêt il nous ont fait remplir un questionnaire de 5 pages recto-verso par un toubib. Tout y passe. C’est un peu con parce que tu vas chez un médecin qui te connait pas et tu lui raconte ce que tu veux (non monsieur, je ne bois jamais d’alcool). En plus de ce super questionnaire, tu as le droit a prise de sang et analyse d’urine. Impressionnant. Si tu as le moindre truc qui va pas ils mettent une clause sur le contrat pour se couvrir (Exemple, tu dis que tu as mal au dos, la clause dira: on couvre aucun problème de dos de cette personne). Bref du zéro risque: on vous assure mais que pour ce qui va bien chez vous, le reste vous vous démerdez.

Honotua: entre espoir et désillusion

Jeudi 26 novembre 2009 à 15:40

Les télécommunications actuelles de la Polynésie, que ce soit en inter-îles ou à l’internationale passent obligatoirement par satellite. Le satellite peut sembler idéal pour un territoire aussi vaste et éclaté que la Polynésie. Seulement, le satellite c’est lent, le satellite c’est cher. La démocratisation d’internet Haut débit a mis au jour les faiblesses du satellite: des temps de latence important et une saturation du réseau. Mana, le seul fournisseur d’accès internet polynésien, dispose de 2 liaisons vers les Etats-Unis pour une capacité de 424 Mb/s de bande passante entrante et 197Mb/s de bande passante sortante partagé par 28 500 abonnés.

Ces limitations ont des conséquences directes pour le client: des quotas et des prix exorbitants.  A l’image de la Belgique, les forfaits ADSL illimités proposé par le FAI ne sont illimités que par la durée de connexion. En revanche vaut mieux faire attention à l’utilisation de la bande passante (j’ai convertis les prix en euros):

Avec de tel tarifs, autant dire qu’une grande partie de la population est exclus. Mana justifie sa politique tarifaire par le prix élevé de la bande passante par satellite. Nous voulons bien admettre que les télécommunications à l’internationale sont chères. Il y a tout de même un peu de mauvaise fois car rien ne les empêche de débrider les forfaits localement. Les utilisateurs réclament ce débridage depuis des années et Mana vient de le mettre en place… sur les forfaits pro, encore plus cher que ceux présentés ci-dessus.

Autre facteur de prix élevé: le marché de la Polynésie  est très contraignant. 200.000 habitants répartis sur pas moins d’une centaine d’îles rendent les investissement en télécommunication difficiles. Les installations sont coûteuses, la logistique casse-tête et le marché très restreint. La petitesse du marché a pour conséquence direct le monopole de l’Office des Postes et Télécommunications (OPT) ce qui n’arrange pas les choses.

En tant que professionnel de l’informatique, nous sentons un potentiel important de développement autour d’internet. Nos contacts dans les entreprises sont très attirés par ces technologies. Des applications multi-sites, des applications web, du travail à domicile, du e-commerce. Nous avons des projets dans les cartons, et nous en avons même mené un a terme pour montrer à l’OPT qu’il est temps de réagir et de se moderniser. Il s’agit une application de prise de commande pour les commerciaux itinérants sur tabletPC. L’application lourde attaque des webservices hebergés sur le serveur du client grâce à une puce 3G (vendu avec un forfait 1Go pour 70€/mois). Le commercial prend en live ses commandes avec le client, vérification des stocks en temps réels. Bref un outils réclamé par tous les grossistes du coin, un outils que l’on nous demande depuis des années. Seulement avec des connexions pas très fiable et chères, cela freine les petits entrepreneurs. Heureusement que les plus grosses boites ont investis et servent de vitrine.

Honotua est un projet ambitieux de modernisation de la Polynésie Française. Honotua, littéralement “lien vers le large” en tahitien est câble qui va nous relier au reste du monde. De quoi nous faire perdre notre statut “d’îles du bout du monde”. Dès 2010 (si tout se passe bien) nous seront à 200ms des USA et 300 de l’Europe. De quoi impressionner quand on sait qu’il faut 24h d’avion pour faire le trajet. Ce sera la véritable entrée de la Polynésie Française dans l’aire du numérique. Certes nous y avons déjà un pied dans cet air du numérique. Mais il a un gout de trop peu et de vaseline.

Honotua c’est de la fibre optiques, avec des avantages qui écrasent sans aucune mesure les prestations des satellites. Malgré un coût d’installation monstrueux (75 millions d’euro), le câble a des arguments alléchants: le débits vont passer de 600Mb/s à 2×10Gb/s et les temps de latence vont être 3 à 5 fois moindre. Niveau fiabilité, Alcaltel qui pose le câble, garanti moins de 3 pannes pour les 25 prochaines années. Fini la dégradation du réseau lors des pluies tropicales qui brouillent la réception satellite.

Honotua en plus de créer un lien fort avec le reste du monde,  devrait par sa liaison inter-îles renforcer le contact entre les polynésiens. Quasiment toutes les familles sont éclatées sur plusieurs îles. Avoir des moyens de communications performants ne sera pas du luxe.

Le FAI n’a pas encore évoqué sa politique tarifaire un fois le câble en service. Tout le monde espère une baisse considérable des prix ainsi que l’abolition des quotas. Mais nous savons pertinemment que Mana, seul maître à bord du fait de son monopole, ne va pas se presser pour revoir tout ca à la baisse.

Nous aussi nous aimerions profiter des videos en ligne, des nombreux contenus téléchargeables (et pas forcement illégaux), de steam sans avoir peur d’une grosse mise à jour, du dématérialisé en général, échanger des dizaines de photos avec la famille en métropole, faire de la voip de qualité avec moins de 1500ms de décalage, le tout sans avoir à regarder si l’on approche de la fin du forfait ou pas. Espérons qu’Honotua soit cette formidable opportunité de nous ouvrir au monde dont les polynésiens rêvent.

Opera: Unite

Mardi 24 novembre 2009 à 11:57

J’utilise depuis longtemps Opera. Dans la mise à jour que j’ai effectué ce matin, j’ai trouvé une nouvelle fonctionnalité qui a eut son lot d’articles sur les sites d’actualité d’informatique: Unite. Petite review:

Unite consiste à proposer des petites applications sur internet au sein même du navigateur. De base on trouve un partage de fichier (via le protocole torrent), partage de photo sous forme de galeries, partage de fichiers multimédia en streaming… etc. Rien de bien révolutionnaire, ca sent le réchauffé. J’ai pu lire beaucoup de commentaire de ce genre: “bouhhh c’est nul, faut laisser son pc allumé 24/24, ca vaut pas un vrai hebergement, ca vaut pas un serveur ftp… blablabla”

Mais d’après moi, là ou Opera fait très fort c’est sur la simplicité d’utilisation. En trois clics maximum (trente secondes) vous avez partagé votre galerie de photo.  Oui la galerie ne sera plus accessible une fois Opera coupé mais l’utilisation typique de Unite est: je raconte mon dernier week end à un ami, en 3 clics je peux lui montrer les photos. Pour le partage ponctuel à un public bien défini (amis, famille), Unite est diablement efficace.

Comment ca marche:

Etape 1: On ouvre l’onglet Unite pour choisir l’application à exécuter

Etape 2: On configure 2-3  paramètres

Etape 3: on partage avec le lien généré et éventuellement le mot de passe

Niveau performance, tout dépend de votre connexion, puisque vous hébergez vos fichiesr. Le lien ne fait que rediriger vers votre machine (un dyndns en gros).

Unite ne se limite pas  aux partages de fichier. Sur la page de Unite de nombreuses autres applications sont disponibles, comme l’hébergement d’un salon de chat, un serveur web (statique ou avec du php), un whiteboard, un task manager… De plus Unite est ouvert aux développeurs avec des API de disponible.

Unite m’a convaincu, c’est propre, bien fini et très pratique. Je ne pense pas m’en servir régulièrement, puisque j’utilise déjà un serveur mutualisé, mais je pense que ca va dépanner beaucoup de monde de pouvoir mettre en place des partages de manière aussi intuitive .

Envoyé spécial: Hadopi

Vendredi 20 novembre 2009 à 8:47

Quelques réactions toutes personnelles suite au reportage de Envoyé spécial sur le téléchargement illégale et la loi Hadopi.

Le reportage  traite très peu de la loi. On sait que ca va permettre de lutter contre les réseau peer to peer, que ca coûte un pognon monstre à l’Etat et que les résultats seront mitigés. On ne sait pas comment il vont lutter contre les pirates, on voit juste 15 seconde le chef Hadopi (j’ai oublié son nom) qui parle vaguement d’ e-mule.

J’ai appris que la Français sont les plus gros consommateur de contenus illégaux.  Certes la France est bien équipé en haut-débits, mais j’ai un petit doute face aux pays asiatiques par exemple.

J’ai constaté que les chômeurs vivent bien en France. Pour rappel on y voit un couple avec un enfant. Tous les deux chômeurs, ils ont free (me semble-t-il), un ordinateur portable chacun et une télé 37 ou 42″. Tous les soirs ils se tapent un petit divx. A mon avis, s’il sont chômeurs tous les deux, il doit pas y avoir que le soir.

J’ai été d’accord avec le reportage qui souligne bien que les majors (prononcez maydjor svp) ne veulent pas sortir de leur modèle obsolète, ne sont pas à l’écoute des consommateurs et deviennent parano.

J’ai pesté contre la chanteuse interviewée. Elle est pas contente que ses chansons soient sur internet. Après elle explique qu’elle les a envoyé “a un blogueur quelconque”… Ensuite la fille et son groupe se sont formé tout seul, on écrit tout seul, composé tout seul, et sont même allé jusqu’à se produire tout seul pour un résultat qui avait l’air pas mal (même si on a pas entendu grand chose). Pourquoi ne sont-ils pas allés jusqu’au bout pour se distribuer tout seul grâce a Internet? Je sais bien que c’est plus facile à dire qu’ à faire, mais ils avaient toute les cartes en main pour être indépendant.

J’ai trouvé intéressant le skinned  concepteur de wawamania (je crois). Malgré le fait qu’il est du mal à aligner trois mots, il souligne que les gens veulent de l’instantanée. Ça va vite. J’ai envie de ca je le télécharge en quelques secondes. Le consommateur veut pas prendre sa voiture, trouver le magasin qui a le cd, l’acheter et rentrer pour l’écouter. Parce qu’un fois qu’il aura fait ca, il voudra plus écouter ca, mais autre chose (j’extrapole un peu ses propos).

J’ai été moins d’accord avec lui quand il promeut la culture pour tous et gratuitement. D’abord la culture gratuite ca n’ a jamais existé. Ensuite si pour lui la culture se limite à proposer aux gens les derniers blockbuster américain, pauvre culture. Oui les films et la musique font partis de la culture, mais ce n’ est qu’une infime partie. Par exemple pendant mes vacances cet été je suis monté a Paris pour visiter certains monuments, j’ai découvert la Bretagne et me suis incrusté dans un Fest-noz et appris a danser, j’ai vu les habits traditionnels. J’ai visité un port de pêche et j’ai pu comparé avec ce qu’on a en Polynésie. Et je suis allé une fois au ciné et me suis acheté deux bouquins. Cet ensemble est la culture (enfin, une partie). La culture gratuite non, c’est pas possible, la culture moins cher, je dis oui.

Le gars de chez UFC que choisir était pertinent. Il a bien souligné que l’industrie du cinéma se porte super bien malgré la crise, que les ventes de place a 10€ sont en augmentation. Et donc que les plaintes des majors sont loin d’être justifiés.

J’aurais aimé que les journalistes soulignent un peu plus le fait, qu’avec des offres de téléchargement légales, les majors se foutent encore plus des consommateurs. Vendre les titres dématérialisés au même prix que sur un support physique c’est honteux. Quelques serveurs et les développements autours coûtent quand même bien moins cher à la mise en place et à l’entretient que de se constituer un réseau de distribution physique, créer les supports physiques (cd, boitier, livret…) plus le transport. Bref j’aurais aimé qu’il montre un peu plus que l’industrie du disque n’ a pas encore fait la démarche de se remettre en question et de proposer des solutions attendu au mode de consommation actuel.

J’ai bien rigolé en voyant le projectionniste surveiller la salle de ciné a la jumelle infra-rouge.

On me demande d’ouvrir mon sac à l’entré d’un ciné, je refuse et demande le remboursement de la place (on est pas dans un aéroport américain bordel)

J’ai été jaloux de vos connections qui permettent de downloader 1go en 1/4 d’heure (Forfait 512/128 limité a 6go/mois je suis pas prêt d’être la cible d’Hadopi!)

Si j’ai d’autres passages qui me reviennent à l’esprit j’éditerais.

Jeux de bagnole sur Wii

Lundi 5 octobre 2009 à 16:18

Je viens de tester Dirt 2 sur Wii. J’avais lu beaucoup d’éloges sur la version PC. Bien sûr je ne m’attendais pas à retrouver la même chose sur Wii, mais je pensais avoir au moins un titre soigné. Ce n’est pas du tout le cas.

Les décors sont la plupart du temps vide, avec deux-trois cailloux/arbustes sur le bas-côté. Les voitures n’ont même pas un petit reflet de rien du tout sur le par-brise. Les sensations de pilotage sont inexistantes. Peu d’effet de vitesse (certainement dû au vide du décors). Une gestion des collisions réduite à son plus simple élément. Une IA bête comme ses pieds, un niveau de difficulté ridiculement bas (j’ai pas trouvé où ça se règle). Pour finir de le descendre, il y a régulièrement des ralentissements!

J’ai eu l’occasion d’essayer Excite truck. Bien qu’il soit très sympa et très fun, la maniabilité au capteur de la wiimote m’ a vite saoulé. On s’adapte relativement facilement mais à la longue c’est chiant. Ils aurait pu proposer une alternative.

Existe-t-il un bon jeu de bagnole sur Wii? (merci de ne pas citer Mario kart!)

J’ ai également pas mal joué à No More Heroe et The Conduit. J’aime bien les deux et j’espère que j’aurais le courage de les finir malgré leur côté répétitif.