Gameplay & Core Mecanics

Les mécaniques de jeu le blog de ShootingStar.

Archive pour la catégorie ‘Japon’

« Articles plus anciens

Jardin de mousses

Dimanche 12 octobre 2008

Histoire d’un passage bref au Ginkakuji, le pavillon d’argent qui, hélas, était en rénovation. Cependant, j’ai pu profiter des jardins de mousses, ainsi que du jardin de sable. La désolation et la végétation luxuriante se côtoyaient ainsi de près. Ce désir de vide et cette volonté de tout s’alliaient dans un équilibre parfait.

Mais j’ai appris que l’équilibre, c’était la mort. L’équilibre signifie l’arrêt de tout échange en chimie et donc, la mort de l’organisme. Il y a quelque chose à méditer dans ce sable…

Les souvenirs du Japon s’effacent peu à peu de mon esprit, comme si ça n’avait été qu’un rêve. J’ai l’impression que ce passé est devenu inconsistant, comme s’il ne s’était rien passé. La vie continue et le passé s’éloigne, le poids de ce voyage n’est pas totalement parti de mes épaules, je crois. Chanceux sont les personnes encore en voyage, car le retour est bien plus dur qu’espéré.

Jardin de sable, esprit de bois.

Depuis les hauteurs du Ginkakuji.

Près du Biwa-ko, pris d’un bus. Voyage perte de temps, certes (on voulait se baigner au lac, mais le voyage était bien trop long, cher et le lac était trop chaud)…

A “+”

Yokohama, le détestable endroit

Jeudi 4 septembre 2008

S’il y a bien une chose que je n’ai pas aimée au Japon, c’est cette ville… enfin ce port. Je ne sais pas pour ceux qui y sont allés, mais là-bas, j’ai eu une grande sensation de vide. Le ciel blanc, la chaleur, les buildings impersonnels, les parcs vides, les grandes allées désertes… c’est le Yokohama que j’ai visité. Mise à part la Landmark Tower (plus grande tour du Japon) et Chinatown, il n’y a là-bas, rien de bien accueillant.

A commencer par le métro, incroyablement vide :
(Photo bruitée, dommage)

Même dehors, c’était mort :

Cette lueur blafarde enveloppait tout comme dans un mauvais rêve.

Et enfin, l’écrasante Landmark Tower dominant chaque passant de toute sa gargantuesque hauteur.

Si vous voulez des vues depuis la tour, tapez 1, si vous préférez voir des vues depuis la Mori Tower tapez 2. Si vous faîtes des sculptures avec votre caca, tapez 3.

Mori Tower avec Maman :

Miyajima (after-trip)

Vendredi 29 août 2008

Finalement, ça continue…

Par une journée infernale, je pris le ferry en direction de l’île si célèbre qu’est Miyajima. Pour les non-connaisseurs, cette île est célèbre pour le sanctuaire d’Itsukushima, un véritable temple sur pilotis. En face de ce temple se trouve un immense Torii rouge régulièrement chahuté par les vagues à marée haute. A l’époque, on devait passer par le Torii pour accéder à l’île et accoster aux pontons.

Aujourd’hui, on accoste évidemment sur un port à proximité du temple. Une fois les pieds sur terre, des cerfs viennent vous manger votre T-shirt ou au mieux vos magasines/journaux.

Une image du sanctuaire, un paisible endroit si il n’y avait pas autant de visiteurs.

Puis l’ascension du Mont Misen… le téléphérique était fermé temporairement à cause de l’orage. 535 mètres depuis le niveau de la mer, des escaliers certes, mais des escaliers raides. A ceux qui répondront qu’ils ont fait infiniment plus dur (je ne suis pas là pour montrer ma trick), je leur répondrai que tant mieux, qu’ils le fassent aussi par 36 degrés et un taux d’humidité hallucinant. Bref, j’étais tellement moite de sueur que mon appareil me tombait des mains lors de l’ascension.

La montée, l’ouverture vers une terre balayée par les vents.

Mes accompagnateurs…

Les trouées de ciel bleu…

Seul mu par ma volonté, je suis parvenu au sommet, plus aucune partie de mon corps n’était sèche. Heureusement qu’un léger vent soufflait, histoire de me débarrasser de toute cette transpiration.

En haut.

La buvette salvatrice.

A la descente, la découverte de deux temples.

Resté sur les marches, envolée d’esprit nomade.

Un passage raide et mouillé qui plus est.

Un tout petit sanctuaire bouddhiste, puis je me suis perdu en redescendant, j’ai marché environ 3 kilomètres en bordure de mer, sur la route.

Cependant, le coeur gros d’un mélange plutôt vide, j’arrivais à temps pour ceci…
Le dragon, tout en gobant le soleil, poursuit sa route vers le paradis, ce sont les portes envolées du Torii.

Laissant place à son successeur.

Trace d’un monde oublié, un monde de légendes et de mythes, celui du Tanuki.

That’s all folk !

Le depart

Vendredi 22 août 2008

On ne peut pas faire plus explicite comme titre. Non, decidement, apres cette soiree, je ne veux plus partir. Un voyage pendant si longtemps, si loin, je n’etais jamais sorti d’Europe durant mes vacances… Et maintenant, je pense que je vais avoir bien du mal a y revenir.

En fait, je sais pas quoi dire. Je me sens lourd d’emotions, de rencontres et d’experiences. Mais une chose est sure, deux memes, je n’oublierai jamais et je reviendrai. Dusse-je attendre jusqu’a la fin de mes etudes. Je ne peux quitter sans me retourner un endroit si attrayant.

Je mets quelques photos du jardin imperial, ainsi que des vues prises depuis Sunshine City 60, le paradis du travailleur.

Shinjuku au loin (les grands buildings) et notre ami le smog.

Un poulpe sympa, il dormait.

Des pingouins, surement la famille de clan_pingouin.

Finalement, je voulais mettre des photos du jardin et de la vue, mais j’ai un peu rajoute n’importe quoi. L’aquarium etait splendide, il se situait aussi a Sunshine City.

Ainsi s’acheve une grande aventure, car un voyage est toujours une sorte d’aventure. Pour la suite, ben je continuerai un peu les critiques… on verra. Ceux qui desirent MOAR PIX et bien je peux essayer de tout compiler en fichier RAR, mais c’est quand meme 1300 photos. Ou bien, vous pouvez me demander des types de photos (nightlife, temples, parcs, vues, photo de ville, etc.) et j’essaierai de vous envoyer un RAR. Encore faut-il que je classe le tout…

See you space samurai.

15 aout a Kyoto, l’Obon bat son plein et le Kyomizu-dera ouvre ses portes exceptionnellement de 19h a 21h30. C’est un magnifique complexe de temples et la nuit, peu de choses egalent sa beaute. J’ai touche la pierre d’amour a l’interieur de ce qu’ils appellent le “Belly of Buddah” et cet endroit n’ouvre que cette journee sur toute l’annee.

Une soiree hors du temps
Le gout de l’eau pure dans la bouche
Les merveilles d’un monde intarissable
Dans la tete… et pour toujours

(Les photos qui suivent sont faites de nuit et donc de qualite moyenne, une amie va m’envoyer ses photos (enfin j’espere), lesquelles ont ete faites a l’aide d’un appareil d’une meilleure qualite. Je les uploaderai le plus vite possible.)

Depuis les escaliers, le ciel se donne en spectacle.

Une force se degageant de chaque edifice.

La lune etait pleine.

Les arbres etaient calligraphies, ainsi que le temple. Le tout etait estampe.

Les prieres des moines s’entendaient de loin et appaisaient les ames.

Une tour dans la nuit, erigee telle la gardienne de terres mille fois sacrees.

Le lendemain, je quittai mon logement ainsi que Kyoto par la meme. Jamais une telle impression de liberte m’avait frappe.

J’appelle ce qui se trouve ainsi en chacun de nous la force de liberte. On ne peut pas etre libre, meme seul, meme avec de l’argent en suffisance, meme avec des transports a foison qui nous menent la ou nous le desirons. Nous sommes libres par nous-meme. Cette force n’est pas active tout le temps, c’est en faisant des choix, en osant aller de l’avant, en vivant a 100% chaque journee et en profitant de tous les avantages que notre corps nous offre qu’on use de la force de liberte.

En vous souhaitant une bonne journee…

(Ceci est mon high score a SF4 en ayant battu trois Japonais (dont un perfect) et en ayant battu Gouki apres le boss de fin, Seth. Perdu aucun round.)

Achat (de winner) compulsif

Mercredi 13 août 2008

Ouais, je vous dirai pas le prix, vous avez qu’a parier.

Figurine en resine de Guts en Armored Berserk

La photo le montre pas, mais il est quand meme assez grand.