Gameplay & Core Mecanics

Les mécaniques de jeu le blog de ShootingStar.

Archive pour avril 2008

« Articles plus anciens

Code Geass n’est certe pas l’anime du siècle, car bien trop proche de Death Note et de Gundam. En fait, c’est carrément un mix des deux. Rien de plus, rien de moins hélas.

Néanmoins, l’histoire est prenante, le dessin bon quoiqu’un peu trop féminin (personnages aux jambes très fines, mais bon, c’est Clamp) et l’animation est d’une fluidité grisante. Les combats entre mechas sont excellents et l’aspect Tactical-RPG est très bien rendu. On s’imagine facilement un Code Geass en jeu vidéo sur la base d’un Front Mission.

L’aspect SF est sympathique, mais un peu bâclé quand même. On a pas assez d’explications détaillées à l’instar d’un Gundam. Malgré ça, on apprécie le siège éjectable des mechas qui ajoute un aspect plus humain au “mecha-bashing” propre à ce genre d’anime.

Le Geass est une très bonne idée (mais très pompée sur la Death Note quand même) et on retrouve des situations de réflexions similaires à celles de Death Note. D’ailleurs, le personnage principal, très bon joueur d’échec utilisera ses méninges comme un tacticien de bataille. Les deux premiers épisodes sont d’ailleurs assez fou, mais on a toujours cette impression de déjà vu… Je reprendrai les épisodes avec Mao le second personnage détenant le Geass qui se révèlent être hors de la trame. Le personnage est peu exploité si ce n’est pour démontrer la puissance de réflexion de Lelouch. Cependant, les retournements de situations restent stupéfiant, aussi bon que dans Death Note, même si ceux-ci sont plus rares.

Les autres personnages comme C.C, Kallen ou Kururugi ont du charisme sans être explorés à fond (on reste dans du shonen). Ici, l’histoire est quand même bien plus importante que les personnages. D’ailleurs, les amis du lycée de Lelouch sont très peu mis en valeur et les épisodes où ils interviennent sont finalement peu intéressant (voire ridicules).

Pour finir sur une note positive, je dirai que étant fan de Gundam et de Death Note, je ne pouvais pas passer à côté de cet anime qui mélange à merveille les deux. Je regrette simplement le fait que certaines situations soient du copié-collé de ceux-ci. Il en reste tout de même un anime de bonne facture dans lequel chaque épisode est attendu avec impatience.

Jeu : Plok (Software Creations)

Vendredi 18 avril 2008


[EDIT] Remarquez le poing levé de la révolution sur la jaquette du jeu.

Plok est l’un des derniers jeu que la SNES a vu naître. Développé par Software Creations, auteurs de Rock’n Roll Racing, Plok bénéficie de graphismes colorés et très détaillés. Plok est un… bonhomme qui peut lancer ses “membres” pour tuer ses ennemis qui sont entre autre des ananas géants, des statues de pâques et des troncs d’arbres…

Plok est très en colère, car il a perdu son drapeau (planté à côté de la statue de son grand-père ressemblant à Staline). Le but du jeu, au début est d’aller de drapeaux leurres en drapeaux leurres (Plok croit voir son drapeau, alors que ce n’est qu’un vulgaire caleçon, Plok a des problèmes de vue). Mais Plok tombe dans le piège tendu par la méchante reine des puces qui a profité de son absence pour saccager son île natale. Plok devra donc ranger son bordel et lui mettre des pains pour restaurer la paix dans son île communiste.

Niveau Gameplay, le jeu place la barre haut. C’est fluide et rigolo (a essayé bourré ou en mode accéléré sur un émulateur ou les deux) et on ne s’ennuie pas un instant. Plok peut se transformer en plusieurs choses, comme un pyromane ou euh… je ne sais plus, car je n’ai pas réussi à aller bien plus loin que les Frères Bobines (je n’ai jamais joué sobre à ce jeu). D’ailleurs, le jeu est très dur et euh… ben c’est pas facile à finir.

Les musiques sont plutôt biens dans l’ensemble (avec un harmonica qui déchire à l’intro) ! Il doit y avoir en tout 17 thèmes musicaux je crois (Wohaa !!)!

Les deux seuls défauts que Plok possèdent sont d’une part le fait qu’il n’y ait que trois types d’ennemis différents : les ananas, les “autres” ananas et les puces (et les statues de Pâques !!!). Et d’autre part, qu’il est pratiquement impossible de jouer sobre à ce jeu.

Pour finir, je vous fais part du site d’un fan (le seul peut-être, il faut le conserver) qui a presque réussi à créer Plok 64 de ses propres mimines, mais on ne peut y voir que des vulgaires Plok en trois dés !

Plok 64 (laissez vous porter par la musique)

J’en remets une couche, parce que je suis ce jeu de très près et que l’idée de faire du dog-fight en ligne de façon persistante me botte assez !

Bon voilà l’article kikoo lol !! \o/ Acheté se je mdr !!

Article de Kotaku

Mé je comprend pas l’anglé moua ! -> []

Piou piou comme dirait un collègue.

Tower building !

Mardi 15 avril 2008

J’enchaîne les articles, mais celui là n’a rien à voir avec les précédents. En fait, je me touche (en ce moment) pour changer mon PC. Les seules composantes encore un peu "valables" sont mes 1,5 go de RAM DDR1 (c’est un vieux PC) et une GeForce 7600 GT. Le reste est trop vieux (ma carte mère supporte même pas le socket 775)… Mon écran est réutilisable par contre.

Donc, est-ce que vous me conseillez de changer complètement de PC ou d’essayer de faire un truc chelou avec ce qu’il me reste =/. Si je dois repartir de zéro, je me demande quoi choisir parce que j’ai un budget plutôt réduit et je ne souhaite pas jouer à des Bioshock et autre Crysis. Ouala !!

PS : Dell c’est bien ? J’en vois déjà deux au fond qui vomissent.

Cyanide & Hapiness

Mardi 15 avril 2008

Un petit extrait :

Et voilà leur site(vous êtes au 90e comics BONJOUR au revoir!) !

Bonux, ça vient pas d’eux :

Garfield minus garfield

Jeu : Eve Online (CCP)

Mardi 15 avril 2008

Le trailer de Trinity (je crois que la vidéo marche pas -.-)!

Bien qu’ayant peu d’expérience dans les MMO, je voulais faire part de mes impressions à propos de Eve Online qui se situe à l’opposé de JGE.

Ces deux jeux font partis de deux types de space operas différents : les lents et stratégiques d’une part et les intuitifs plus axés simulation de l’autre. EO se situe dans la première catégorie de space op, toute action demande réflexion : pour choisir son personnage (cela rappellera un peu Syndicate et son fourmillement de détails), son vaisseau, sa tactique de combat, ses modules, etc.. Il faut bien connaître le jeu pour débuter avec un personnage avantageux et efficace.

Concernant le Background, le jeu propose quatre ethnies différentes : les Amarrs alliés aux Caldaris et les Gallentes alliés aux Minmatars. Chaque ethnie a ses avantages et ses défauts (je n’entrerai pas dans les détails tellement il y en a). L’histoire entraîne le joueur dans un futur lointain ou les populations auraient émigrées à travers la Eve Gate détruite par la suite… Les Minmatars sont apparentés aux Africains (mis en esclavage par les Amarrs), les Amarrs sont axés religion, les Gallentes sont issus des Français (à ce qu’il paraitrait) et les Caldaris euh…

Question gameplay, une fois lancé dans l’espace j’ai été surpris par la maniabilité point&click des ships (je venais de sortir de Freelancer en même temps). Une fois habitué, le jeu se prend rapidement en main. La gestion des combats est très bien fichue et il faut user habilement de sa tête pour se sortir de situations périlleuses, sinon, en PvP, on finit rapidement sans target locking, sans la possibilité de warper (fuir) et sans vaisseaux…

Je n’ai pas réellement profité du système de craft, mais il m’avait l’air très complet (le minage est quand même super ennuyeux). Quand à l’économie, elle est entièrement gérée par les joueurs, ce qui amène parfois à parler de “guerre sur le market.”

Grâce à Trinity, les graphismes sont magnifiques et lèchent l’oeil agréablement quoiqu’on pourrait continuer à bouder le design des stations et ships Minmatars (sauf si on aime le cyberpunk).

Les défauts maintenant…

C’est un jeu dans lequel la patience est reine. Il faut facilement attendre 6 mois de skilling voire plus pour s’amuser en fleet battle, mais on peut quand même jouer à petite échelle avec des petits vaisseaux (interdictor (mais j’aime pas les ptits vaisseaux >_>)). Par contre, on ne peut pas passer qu’une heure par jour à jouer si on est impliqué dans une corporation. Cela demande beaucoup de temps et d’attente pendant les gate camping par exemple (2h). Les guerres peuvent d’ailleurs mobiliser les joueurs dans un même système pendant facilement 3h sans que rien de concret ne se passe.
Cette attente lorsqu’elle paye se révèle décevant lorsque les batailles se déroulent à plus de 40 joueurs de part et d’autre : le serveur sature de lag à tel point que l’on meurt rapidement avant même que le grid de combat soit chargé (à moins d’être en Command Ship (BS T2)). De plus, la perte de vaisseaux engendre très souvent un gros trou financier qu’on doit renflouer en empruntant aux autres membres de la corp.

Somme toute, EO est sans doute le MMO le plus original et stressant du moment. La peur de perdre son vaisseau se fait très souvent sentir lors de grosses batailles et la destruction de vaisseaux ennemis est un pur bonheur ! Ceci dit, je conseille EO pour les gens doués d’une grande patience. Il faut s’accrocher pendant plus de 6 mois sans faire d’erreurs pour accéder à la béatitude du champs de bataille tout en sachant qu’on a plein de vaisseaux de rechange. EO est un MMO hardcore.